Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Roland et Françoise Crancée passent la main

dimanche 16 mai 2010 par Rédaction

Crancée, voilà un nom qui fleure bon le sport, surtout le rugby, et aussi la convivialité. Roland reste pour les plus anciens l’un des meilleurs rugbymen ayant évolué au FC Lourdais d’abord avant de rejoindre plus tard Saint-Claude et Châteaurenard.

Ce Lorrain d’origine était venu du football sur le tard (il jouait aux Cigognes), passa par Bagnères avant de débarquer à Lourdes en août 1959. En une saison, il eut tôt fait de s’adapter au ballon ovale et de devenir l’une des pièces maîtresses du grand Lourdes avec lequel il fut champion de France en 1960 contre l’A.S. Béziers. A l’époque, il planait carrément dans les alignements. Pas question en ces temps-là de soulever le sauteur. Le règlement l’interdisait. La détente de Roland (sa taille de 1,95m : c’était grand à l’époque) rassurait ses partenaires. Il s’avéra comme l’un des meilleurs preneurs de balle en touche. Ce qui lui valut de connaître deux sélections avec l’équipe de France, dont une tournée en Argentine.

Des propositions alléchantes lui firent quitter la cité mariale. Il fut durant de longues années joueur entraîneur de Saint-Claude, s’illustrant encore sur le pré les 40 ans passés. On se souvient aussi de la puissance énorme de son coup de pied qui lui permettait de taper des pénalités jusqu’à 60m. Avec un ballon pas aussi facile à propulser comme aujourd’hui.

Dans la vie professionnelle, Roland accompagna son parcours rugbystique en exploitant avec son épouse Françoise des bars qui connurent partout un joli succès. C’est ainsi qu’il revint à Lourdes en 1980 pour tenir le café-journaux Bernadette, route de Tarbes. Son voisin, le regretté Pierre Duplaa, ancien président du FCL et inconditionnel du rugby lourdais, entouré de très nombreux copains, y venait tous les matins prendre le café. Et les discussions fusaient. Pas tristes ces épisodes ! Tout comme il suffisait d’aller avec Roland, il y a une trentaine d’années, couvrir des reportages rugbystiques de Carcassonne à Toulon, de Valence à Montchanin, pour constater le nombre d’amis que comptait « le grand ».

Maniant l’humour aussi aisément que l’ovale, les retrouvailles avec Roland Crancée étaient des moments savoureux. En 1988, Roland et Françoise Crancée quittèrent Lourdes avec regret pour rejoindre Tarbes et la place Saint-Blaise où un petit établissement « Le Club » les attendait au n°4. Très vite, ce fut le rendez-vous des vieux Tarbais, de ceux qui étaient alors des supporters du Stado, des lycéens. La convivialité chère aux Crancée fit des lieux un rendez-vous incontournable de la vie tarbaise. Et cela a duré 22 ans. Jusqu’au 6 mai dernier. Les ennuis de santé de Roland et le mandat d’adjointe au maire de Tarbes de Françoise ont poussé le couple à chercher un repreneur. Ils l’ont trouvé en la personne de Christophe Tournefier, un garçon lui aussi sympathique, originaire de Bénac , au parcours professionnel déjà bien rempli. Après l’école hôtelière, il a travaillé à l’étranger, chez Lucien Barrière, au sein du groupe des frères Blanc. Il veut faire du « Club » un bistrot où l’on pourra goûter aussi des plats simples tous les midis. Il veut développer le thème du vin. Son objectif : en faire un « Bouchon » pour ceux qui connaissent. Bien sûr, il continuera à privilégier la convivialité des lieux. L’établissement sera ouvert de 7h30 à 20h, du lundi au mercredi et de 7h30 à 23h30, du jeudi au samedi.

Le changement d’exploitants a été l’occasion d’une grande fête où beaucoup de monde s’est retrouvé en cette soirée qui coïncidait avec le titre de championnes de France des basketteuses tarbaises. Il y avait des politiques de tous bords : le maire Gérard Trémège et les conseillers municipaux, Marie-Pierre Vieu, conseillère régionale, Francis Esquerré, etc. . Quelques amis adéens, argelésiens et lourdais s’étaient déplacés. Une soirée à marquer d’une pierre blanche.

Reste maintenant à Roland à profiter d’une retraite bien méritée et à retrouver la santé. Quant à Françoise, il lui reste son mandat municipal, de quoi l’occuper…

(Gérard Merriot)
(Photos Josiane Perez et Nicole Lafourcade)