Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     

Justice pour Adama Traoré et George Floyd : un peu plus d’une centaine de personnes rassemblées à Tarbes malgré l’interdiction du préfet

samedi 6 juin 2020 par Rédaction

Cliquez pour ouvrir l’album photos

Malgré l’interdiction du préfet, près de 150 personnes étaient rassemblées devant le tribunal de Tarbes ce samedi à l’initiative de diverses organisations, réclamant justice pour Georges Floyd, Adama Traoré et toutes les victimes des violences policières et du racisme. En solidarité avec le mouvement Black Lives Matter (« les vies noires comptent ») devenu international depuis la mort de George Floyd et qui secoue les États-Unis depuis le lundi 25 mai afin de réclamer justice.

On pouvait voir sur les pancartes tenues par les manifestants « Un pays sans justice est un pays qui appelle à la révolte », ou encore « la police assassine, la justice est complice ».

Le président de la ligue des droits de l’homme (section Tarbes-Bagnères) Denis Boutin a pris la parole :

« Nous n’oublions pas Adama Traoré, Lamine Dieng, Zyed, Bouna et toutes les victimes du racisme systémique de nos sociétés et de la violence de sa police. En France, 1 personne sur 3 a peur des flics, et 12 personnes sont mortes sous ses coups, rien que pendant les 2 mois de confinement.
Le meilleur soutien à apporter aux révoltes américaines et à toutes les victimes du racisme, ici et ailleurs, est de nous mobiliser. Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.
 » Constitution du 24 juin 1793, article 35″

Le cortège est ensuite parti à la préfecture où le représentant du collectif pour la libération de Georges Abdallah, Daniel Larregola a rappelé qu’il y avait 36 ans qu’il était emprisonné, que 6000 pétitions avaient été effectuées et toujours aucune réponse, il appelle à continuer à se battre pour sa libération.

Une banderole a été attachée aux grilles de la préfecture avant la dissolution des manifestants.

Etaient rassemblés : Ligue des Droits de l’Homme, le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, le Nouveau Parti Anticapitaliste 65, le Parti Communiste Français 65, Sud Santé Sociaux 65, l’Union Communiste Libertaire Tarbes, le Parti de Gauche 65, La France Insoumise 65 et Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah 65 emprisonné depuis 36 ans.

Nicole Lafourcade