Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Retour sur Bagnères-Tarbes

mardi 3 mars 2020 par Rédaction

Hommage à Jean-Paul Xuereb

Une longue et chaleureuse minute d’applaudissements, en l’honneur de Jean-Paul Xuereb*, a précédé le coup d’envoi de ce derby placé sous l’égide du Conseil Général.

*Seconde ligne du Stadoceste Tarbais dans les années 70, Président du Comité Départemental pendant vingt ans et de la Cavalcade d’Aureilhan. 

Un derby qui redore l’image du rugby bigourdan

Les absents auront eu tort car un derby avec cinq essais, c’est chose rare, si on excepte les six essais contre Lannemezan, qui ne veulent rien dire à treize contre douze. Un vrai, derby très engagé, avec même deux ou trois accrochages de maillots, signe de grosse tension. Mais un derby propre, sans mauvais coups, malgré beaucoup d’agressivité. Un vrai derby, très chaud au niveau du public, avec une grosse pression sur les arbitres. Un vrai derby, serré au niveau du score, avec un suspense insoutenable pendant les quarante dernières minutes, où les deux équipes se sont livrées à un chassé-croisé haletant. Un vrai derby où les deux équipes ne veulent rien lâcher jusqu’à la fin et où le vaincu n’a pas à rougir de sa défaite et peut invoquer l’arbitrage, qui peut faire basculer un match serré comme un derby.

Les réactions d’après match du côté de Bagnères

Une mauvaise journée et beaucoup de frustrations

C’était ne mauvaise journée pour le Stade Bagnérais, sur le plan sportif avec cette défaite au bout du temps règlementaire. C’était aussi une mauvaise journée, pour le Trésorier avec moins d’affluence que la saison dernière, avec de nombreuses places vides dans les deux tribunes, malgré un public venu en grand nombre. Cette nouvelle défaite sur le fil contre Tarbes engendrait, à justes raisons, beaucoup de déception, de frustration et d’amertume, compte-tenu du scénario. L’arbitrage, une nouvelle fois est remis en cause, avec l’incompréhension et la stupeur sur l’essai de pénalité accordé sur le premier ballon porté. La FFR va devoir donner des consignes claires, car l’arbitrage change au gré des arbitres, que ce soit sur les ballons portés ou sur les mêlées à cinq mètres, qui sont sanctionnés d’un essai de pénalité au bout d’une faute, de deux, de six ou jamais… Ce qui génère des tensions et beaucoup de frustrations qui se retournent contre le corps arbitral. Trop d’appréciations sont laissées au jugement des arbitres pour accorder ou pas un essai de pénalité.

Olivier Pujo : On est arbitré comme des petits

Le capitaine bagnérais n’a pas pu jouer ce derby, qui lui tient tant à cœur, dans un match capital dans l’optique du maintien. Pour la troisième fois consécutive, le sort a été fatal à son équipe qui a tout donné sur le terrain. « Franchement, je ne pense pas qu’on mérite de perdre. Les Tarbais font une belle entame, mais après vingt minutes, on prend le match en main et on fait tout le jeu. » Le talonneur n’a pas non plus digéré un arbitrage qu’il considère à charge. « Je suis en colère parce qu’on est arbitré comme des petits. Sur la première action, alors que ce n’est pas flagrant, essai de pénalité plus carton jaune, c’est dur. Je suis très déçu, parce que perdre comme ça, c’est cruel pour les copains qui ont fait un match énorme. » Mais Olivier Pujo, aura l’occasion de prendre sa revanche puisqu’il compte remettre les crampons l’année prochaine.

Patrice Padroni : Le final est encore cruel pour nous

Le Président du Stade Bagnérais, très déçu, est partagé entre frustration et fierté. « Je suis très déçu parce que le final est encore une fois cruel pour nous. Je félicite Tarbes qui est venu gagner à Bagnères. Donc je pense que c’était quelque chose d’important pour eux, donc tant mieux pour eux » souligne avec un brin d’amertume Patrice Padroni. « Je suis fier de mes joueurs. Fier des valeurs qu’ont montré les Bagnérais parce qu’au bout de vingt minutes de jeu on était mené 17 à 3 et après, c’était compliqué. » Une défaite qui a vraiment du mal à passer tant sur le fond que dans la forme. « Je ne veux pas parler d’arbitrage, parce que ce n’est pas dans mes habitudes et je n’en parlerai pas. On est très déçu. On espère relever la tête à Mauléon et on souhaite bonne chance à Tarbes. »

Jérôme Cabanne : J’ai les boules

L’ancien Tarbais a du mal à digérer cette nouvelle défaite sur le fil. « J’ai autant les boules » confie le centre. « On ne va pas parler d’arbitrage mais je pense qu’on mérite au moins une pénalité à la fin et il ne veut pas nous la donner. Oui, j’ai les boules parce qu’on fait vingt premières minutes où on ne rentre pas dans le match. On est mené 17-3 et on fait un gros effort pour revenir. On revient et on fait une bien meilleure deuxième mi-temps que ce qu’a pu proposer Tarbes, car à part du défi physique, ils ne font rien du tout, pour une équipe professionnelle. » La déception est d’autant plus grande qu’un succès sur Tarbes aurait conforté le maintien. « J’ai les boules, parce que tout était réuni pour nous. Le stade était comble et si on gagnait, on se mettait à 9 points de l’avant dernier. Là, on va encore batailler contre Mauléon et jusqu’à la fin de la saison. » Une défaite d’autant plus amère que les Tarbais étaient largement à portée. « On peut nourrir de gros regrets en fin de match car on a tout donné pendant 83 minutes. On n’a pas le même effectif que Tarbes et on voit, à la fin, que ça se joue encore à un point, à une pénalité. Autant en prendre cinquante que de perdre d’un point, avec le jeu qu’ils proposent… »

Julien Latisnères-Palacin : ça fait râler

L’ancien tarbais est une fois de plus déçu, frustré et remonté contre l’arbitrage. « Je suis dégoûté, ça fait râler… Tout le monde peut se tromper mais là, il y a un trop plein. C’est compliqué de prendre sur la première faute réelle ; un essai de pénalité plus un carton. » L’ailier se reprend : « Voilà, c’est fait. Il y a des choses qu’il faut dire. On ne va pas en parler pendant dix ans mais c’est dur pour nous. On essaie de s’en sortir avec nos moyens. On n’est pas un gros club, il y a beaucoup de gens qui oeuvrent pour nous et ça fait râler. Ça fait râler pour le Groupe, ça fait râler pour les gens qui se battent pour nous. Donc c’est le moment de gueuler un petit peu. » Ensuite Julien Latisnères-Palacin revient au match. « On a quand même fait une belle prestation. Je pense que nos supporters sont fiers de nous. Maintenant, on va continuer à avancer et à montrer qu’on mérite de rester en Fédérale 1. » Les Bagnérais ont su revenir en produisant du jeu, ce qui est aussi de bon augure. « Si on regarde nos deux essais, on tient le ballon très longtemps. C’est encourageant et on a fait plaisir à nos supporters. »

Christophe Cazaux : On ne nous a pas respectés

La coupe est pleine pour l’entraîneur qui voit une victoire lui échapper pour la troisième fois consécutive, au bout du temps règlementaire. « C’est l’incompréhension générale, parce qu’on été arbitré comme une petite équipe, on ne nous a pas respectés. Il ne les a pas pris une fois hors-jeu, ils trichaient dans toutes les phases de ruck et il ne les a pas pris une fois. Les seuls points qu’on a pris, il n’avait pas le choix, c’était sur des placages hauts ou sur des ballons portés. C’est l’incompréhension et je ne sais pas quoi dire à mes joueurs ». Le technicien revient sur le match mais la frustration a du mal à passer. « On a montré qu’on avait de grosses valeurs mais on loupe notre première mi-temps, parce qu’on était très tendu. On a fait une très bonne deuxième mi-temps, mais un moment donné, il y a des fautes évidentes et il faut les siffler. Et à l’arrivée, on finit tous frustrés y compris, je suppose les Tarbais, qui ne comprennent pas comment ils ont pu s’en sortir. »

Les réactions d’après match du côté de Tarbes

Un derby, ça se gagne, peu importe la manière 

Joie retenue du côté de Tarbes, par respect pour les valeurs de leurs adversaires et avec le sentiment d’être passés, en grande partie, à côté de leur match. Mais aussi la fierté d’avoir su retourner encore une fois une situation compliquée et d’avoir été chercher une septième victoire en déplacement. « Un derby, ça se gagne, peu importe la manière » disent souvent les Lannemezanais qui ne font pas la fine bouche quand ils gagnent. Les Tarbais ont eu le mérite de l’emporter, dans un match compliqué, après quinze jours de marasme, dont huit de tempête médiatique. Comme après Albi, après Blagnac, ils ont su se relever du ko reçu contre Mauléon, en réagissant aussitôt à Bagnères. Et ce dans des circonstances difficiles, avec un entraînement perturbé par les incertitudes sur les participations de Lhusero, Nuu et Huyard. Sans compter les absences, sur le terrain, de leurs deux leaders de jeu Méron et Pees et de leur deux entraîneurs Vignette et Percival, sur le banc Des Tarbais qui ont su faire aussi abstraction du passage en Commission de Discipline 48 heures plus tard. Une Commission de Discipline où seront absents Romain Dumestre (USA) et Yannick Vignette (Portugal) qui avaient depuis longtemps réservé leurs vacances. Marvin Woki, lui n’a pas été convoqué car il n’a pas pris de carton rouge et que la Commission traitera à part la suspicion d’injures racistes.

Jean-Charles Laran : On ne mérite pas de gagner

 Bagnérais d’origine, ce derby est difficile à vivre pour le Directeur du Centre de Formation et ancien centre du Stado-Tarbes. « Sur l’ensemble du match, on ne mérite pas de gagner et je félicite très sincèrement les Bagnérais parce qu’ils ont fait une très, très, belle partie. Après, à la dernière minute encore, on a cette chance de pouvoir passer devant. C’est cruel pour les Bagnérais, tant mieux pour nous. On fait un non match, on passe complètement à côté. Le Président, le staff, les joueurs en sont conscients, tout le monde en est conscient. »

Thomas Lhusero : C’est eux qui ont la main mise sur le match

Le demi de mêlée a encore la cheville très enflée et douloureuse et il avoue, derby ou pas derby. « Il n’y aurait pas eu la trêve, je n’aurais pas joué. » Les Tarbais, trop vite en tête, se sont peut-être relâchés. « On mène 17-3 jusqu’à la 25ème et on tourne à la mi-temps à 17-16. Ils ont les dents jusque là », mime Thomas Lhusero en montrant le sol des vestiaires. « Quand on ne met pas l’intensité physique qu’il faut et qu’on fait trop de fautes, c’est eux qui ont la main mise sur le match. » Le Capitaine, qui est rentré après la mi-temps, regrette que Tarbes ne sache pas tuer les matchs, même s’il y a victoire au bout. « Oui, on arrive à aller chercher la victoire, comme on l’a fait plusieurs fois mais c’est toujours dans la difficulté. On n’arrive jamais à se rendre les matchs faciles. »

Christian Etchebarne : Retenir la victoire et l’état d’esprit

Pour l’entraîneur des trois-quarts, seule la victoire compte. « Déjà, on va surtout retenir la victoire. Quand on joue à l’extérieur, c’est le plus important, avant de parler de contenu ou de quoi que ce soit. Aujourd’hui, il faut vraiment retenir la victoire et l’état d’esprit, qu’on a mis pour aller la chercher. »

Yannick Vignette : On s’est relâché et la pression a changé de côté

Le manager est partagé entre la satisfaction de la victoire et la frustration de la prestation moyenne de son équipe, qui a baissé de rythme après avoir pris le score. « Je me demande si on n’a pas marqué, trop vite et trop de fois, en début de match. On était idéalement rentré dans le match, on mettait une bonne pression. Bagnères était extrêmement fébrile et faisait tomber des ballons. Je pense qu’on s’est vu beau, qu’on s’est vu arrivé à 17-3 », analyse l’ancien demi-de-mêlée. « On s’est relâché et du coup, la pression a changé de côté. C’est Bagnères qui a multiplié les temps de jeu, qui a très bien joué et nous, on est sorti du match au fur et à mesure. » Au point, que de pénalités en pénalités et de ballons récupérés, Bagnères est revenu à un point (16-17) à la mi-temps. Le retour de Lhusero, sur une jambe, mais indispensable comme leader, en l’absence combinée de Méron et de Pees, a peut-être porté ses fruits. Les Tarbais n’ont pas cédé et ont su réagir à chaque fois que Bagnères prenait le score. « On est revenu avec de meilleures intentions, on s’est remis un peu la tête à l’endroit et ça a été un chassé-croisé, dont on connait l’issue. » Une issue qui aurait pu être favorable à Bagnères reconnaît sportivement Yannick Vignette. « Ça se joue à rien. Il faut rendre hommage à Bagnères. C’est une équipe valeureuse, avec aussi beaucoup de qualités. » La satisfaction, c’est d’avoir réussi, dans ces circonstances, à l’emporter. « On a eu la capacité à basculer le match à la fin. On a eu la volonté, la fierté et la force, d’inverser l’énergie positive qui n’était pas de notre côté. » Les Tarbais ont dû défendre becs et oncles jusqu’à la fin face à des Bagnérais survoltés poussés par leur public. Preuve de la qualité mentale exceptionnelle de ce Groupe. « Au niveau de la mentalité de l’équipe, c’est un bon match. Après, ce qu’on peut regretter, c’est notre inconstance dans le match. On commence peut-être trop fort et on n’a pas su garder notre niveau d’intensité. C’est ce que je regrette le plus mais il faut féliciter nos garçons qui ont su se filer, à la fin, pour l’emporter. »

Nolan Noyé : On ne lâche rien

Le jeune ouvreur, n’a pas démérité dans ce derby sous pression. « Oui, il y avait beaucoup d’intensité mais on a pris beaucoup plus de plaisir que contre Lannemezan. On sentait un très bon état d’esprit et une bonne ambiance dans les tribunes. C’est très agréable de jouer des matchs comme ça dans une ambiance comme ça. J’ai trouvé le match intéressant et les gens se sont régalés à le regarder, parce qu’au final, il y a un beau score. » Un peu inhibé contre Mauléon, Nolan Noyé a retrouvé la confiance. « Dans le jeu au pied, je me suis senti mieux. Je travaille, à l’entraînement avec Yannick et en plus, individuellement, avec Fabien Fortassin et ça fait plaisir de voir qu’on n’a pas travaillé pour rien. » Mais ce que le néo-tarbais retient, c’est l’état d’esprit qui, une nouvelle fois a fait la différence. « On ne lâche rien. On repasse devant et sur la dernière action, on est dans le dur, on subit les impacts mais on s’est battu et Rubio les pousse en touche. »

Thibaud Dulucq : On avait à cœur de se rattraper de Mauléon

Ce derby était un match particulier pour le jeune demi-de-mêlée dont le frère joue habituellement en première au Stade Bagnérais. « C’est la deuxième fois d’affilée que je suis titulaire contre Bagnères. C’est un match particulier puisque c’est le dernier derby de la saison et on avait à cœur de se rattraper du match contre Mauléon. C’était un match difficile à aborder. On fait vingt premières minutes hyper complètes puis on se relâche, on les regarde jouer. On subit et ils reviennent, juste avant la mi-temps. On prend un bon soufflon mais on redémarre en demi-teinte, comme on avait fini. Après c’est un mano a mano et au final, on gagne. On peut les féliciter mais on retient la victoire. »

Jean-Jacques Lasserre