Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Bagnères-Tarbes, dimanche à 15h30 au Stade Cazenave

jeudi 27 février 2020 par Rédaction

Bagnères déterminé à prendre sa revanche

Bagnères est déterminé à mettre fin à la série de trois défaites consécutives dans ce derby de l’Adour. Surtout que les deux dernières rencontres ont basculé en fin de match laissant les Bagnérais extrêmement déçus et frustrés mais aussi conscients qu’ils pouvaient battre les Tarbais. C’est donc avec confiance et de pied ferme qu’ils attendent Tarbes dimanche, dans un Stade Cazenave qui devrait être plein à ras bord. Le Stade Bagnérais, qui a perdu, sept derbys en deux ans, espère décrocher sa première victoire, contre les Tarbais.

Moins de pression que l’an passé

Les Bagnérais, à cinq journées de la fin, sont en meilleure position que l’an passé à pareille époque. Aujourd’hui, ils sont 8èmes au classement avec 6 points d’avance sur le premier non relégable Pamiers. L’an passé, ils étaient 10èmes à égalité avec le premier non relégable Valence d’Agen, et avec un point d’avance sur le 12ème Nafarroa. Ils joueront certainement avec moins de pression que l’an passé où ce match se jouait lors de l’avant dernière journée et qu’une victoire leur aurait assuré le maintien. Dimanche, Pamiers, le rival direct, reçoit Blagnac et il restera encore quatre journées pour assurer le maintien en cas de défaite.

En position favorable pour le maintien

Bagnères pointe à la huitième place avec 31 points (5 victoires, 1 nul, 5 bonus dont 1 offensif) avec cinq points d’avance sur Pamiers (26 points, 4 victoires, 1 nul, 4 bonus) le premier non relégable. Le Stade Bagnérais dispose d’un calendrier favorable avec les réceptions de Tarbes, de Mauléon et de Lavaur pour un déplacement à Oloron, par rapport aux ariégeois qui reçoivent Blagnac et Lannemezan et se rendent à Fleurance et à Tarbes. La dernière journée opposera les deux clubs à Pamiers avec 12 points d’avance pour Bagnères au goal-average particulier. Un bonus défensif ou une défaite de 11 points suffira à Bagnères pour se maintenir en cas d’égalité au classement.

Cette année la logique sportive est respectée 

Paradoxalement avec un meilleur classement, Bagnères compte moins de points que la saison dernière lors de la 17ème journée. Pour autant Christophe Cazaux assure que la Poule n’est pas plus difficile que celle de l’an passé. « Non elle n’est pas plus dure. C’est seulement que les grosses équipes vont gagner pratiquement sur tous les terrains. Il n’y a pas de surprises, comme l’an dernier où Nafarroa et Oloron étaient capables de gagner contre Albi. La logique sportive, cette année, est respectée. » En effet cette saison, Albi n’a trébuché qu’à Saint-Sulpice et Blagnac qu’à Fleurance et les Tarbais n’ont perdu qu’à Lannemezan, si on excepte leur défaite chez un concurrent direct à Blagnac.

Le projet de jeu se met en place

Les Bagnérais ont gagné cinq de leurs huit matchs à Cazenave où sont tombés Graulhet (21-6), Oloron (20-10), Pamiers (22-10), Saint-Sulpice (31-12) et Fleurance (22-12). Les deux majors, Albi (21-48) et Blagnac (13-22) et le voisin Lannemezan (21-27), s’y sont imposés. En déplacement, Bagnères s’est incliné à Albi (57-14), Saint-Sulpice (28-13), Fleurance (31-26), Tarbes (17-14), Mauléon (25-6), Lavaur (29-20), Blagnac (45-17) et dernièrement à Lannemezan (25-18). Auparavant, les Bagnérais avaient ramené un match nul de Graulhet (16-16), qui les met devant aux points terrains (6-2) et au goal-average particulier (+15). Malgré un début de saison compliqué, (avec sept défaites dont six d’affilées), Bagnères a mis fin à l’hémorragie contre Oloron. Avant de concéder deux nouvelles défaites et de terminer la phase Aller par un succès capital contre Pamiers. Depuis la phase Retour, seul Albi est venu s’imposer à Cazenave. Les Bagnérais ont été chercher un match nul à Graulhet et ont pris un précieux bonus offensif contre Saint-Sulpice. Ils restent sur un beau succès contre Fleurance et un bonus défensif ramené de Lannemezan. « On est en progression » confirme Christophe Cazaux. Des résultats mitigés, surtout en début de saison, qui sont dus à un manque d’homogénéité à cause d’un Groupe profondément remanié et d’un nouveau projet de jeu avec le retour de David Fourtané. « On commence à voir des choses intéressantes, depuis début janvier, qui nous ont permis de prendre un peu d’air au classement. A nous de continuer notre progression dans ce projet de jeu que les joueurs commencent à bien maîtriser et à s’approprier pour arriver à gagner, ici c’est très important. » Un début de saison compliqué aussi par les blessures de plusieurs titulaires. « Oui, on n’a pas été épargné non plus. On a eu des blessés de deux ou trois mois d’indisponibilité et quand il y en a qui reviennent d’autres partent… On a la chance d’avoir un effectif assez important en quantité cette année. »

Un effectif bien renforcé à l’intersaison

Heureusement qu’à l’intersaison, Bagnères avait choisi de renforcer son effectif avec le recrutement de 27 joueurs pour une dizaine de départs dont la moitié de titulaires. Tous les postes ont été doublés, voire triplés. Parmi les recrues, Boada (Montauban), Basile (Bédarrides), Bernard (Limoges), en première ligne, Elgaujauri (Castanet), Dubau (USEP) en seconde ligne, Capberbet (Tarbes), Malauret (Lannemezan), en troisième ligne, Pucheu-Planté (Morlaas) au centre, ont collectionné les feuilles de matchs et Arbaud (Tarbes), souvent blessé, a fait quelques apparitions. Le staff, compte-tenu des roulements et des blessures, a utilisé trente-sept joueurs cette saison, dont une douzaine d’Espoirs. Vingt-deux joueurs ont été utilisés devant dont huit joueurs en première ligne, six en deuxième ligne et huit en troisième ligne, plus cinq demis et dix trois-quarts.

Effectif 2019-2020

Staff

Christophe Cazaux (Arrières), David Fourtané (Avants)

Pilier

Damien Acosta : 23 ans, 1,78 m, 97 kg, (10 matchs, 1 titularisation)

Nicolas Basile : International argentin (2011-2012), 33 ans, 1,75 m, 116 kg (13 matchs, 7 titularisations)

Clément Boada : 23 ans, 1,86 m, 119 kg, (11 feuilles de matchs, 1 titularisation)

Johan Bourhis : 31 ans, 1,88 m, 119 kg, 1 titularisation à Albi

Simon Bude : 23 ans, 1,88 m, 125 kg, aucun match

Xavier Lisbani : 30 ans, 1,83 m, 135 kg, (12 matchs, 9 titularisations)

Gaël Reyes : 29 ans, 1,81 m, 107 kg, (13 matchs, 6 titularisations)

Paul Pambrun : 30 ans, 1,82 m, 108 kg, (15 matchs, 10 titularisations)

Talonneur

Axel Bernard : 23 ans, 1,86 m, 120 kg, (8 matchs, 1 titularisation)

Olivier Pujo : 39 ans, 1,70 m, 92 kg, (17 matchs, 15 titularisations)

Deuxième ligne

Mickaël Degrave : 28 ans, 1,86 m, 100 kg, (12 matchs, 11 titularisations)

Julien Dubau : 31 ans, 1,93 m, 112 kg, (3 matchs, 1 titularisation)

Julien Dupont : 35 ans, 1,93 m, 108 kg, (14 matchs, 13 titularisations)

Denis Dutrey : 29 ans, 1,93 m, 93 kg, (4 matchs, 1 titularisation)

Mindia Elgujauri : international U20, 28 ans, 1,98 m, 122 kg, (6 matchs, 4 titularisations)

Gaston Szabo : International uruguayen, 36 ans, 1,92 m, 115 kg, (11 matchs, 4 titularisations)

Troisième ligne

Anibal Bonan : International espagnol, 36 ans, 1,90 m, 111 kg, (9 matchs, 4 titularisations)

Maxime Capberbet : 23 ans, 1,90 m, 100 kg, (16 matchs, 14 titularisations)

Aubin Domecq : 21 ans, 1,83 m, 82 kg, (5 matchs, 2 titularisations)

Quentin Gayri : 24 ans, 1,82 m, 90 kg, (17 matchs, 11 titularisations)

Guillaume Gélédan : 33 ans, 1,90 m, 102 kg, (6 matchs, 3 titularisations)

Julien Malaret : 32 ans, 1,83 m, 103 kg, (14 matchs, 11 titularisations)

Quentin Pujo : 22 ans, 1,83 m, 72 kg, (4 matchs, 3 titularisations)

Thomas Seité : 33 ans, 1,86 m, 101 kg, (7 matchs, 3 titularisations)

Demis

Benjamin Arnauné (m) : 29 ans, 1,72 m, 75 kg (12 matchs, 7 titularisations)

Yann Cayrolle (m) : 28 ans, 1,76 m, 75 kg (17 matchs, 10 titularisations)

Théo Danos (m) : 23 ans, 1,72 m, 74 kg, (4 matchs, 2 titularisation)

Arnaud Dubarry (o) : 30 ans, 1,73 m, 75 kg, (12 matchs, 12 titularisations)

Maxime Lassalle (o) : 24 ans, 1,80 m, 78 kg, (7 matchs, 6 titularisations)

Trois-quarts

Aingel Arbaud : 24 ans, 1,93 m, 97 kg, (4 matchs, 3 titularisations)

Jérôme Cabanne : 28 ans, 1,83 m, 103 kg, (16 matchs, 15 titularisations)

Raymond Dulucq : 23 ans, 1,77 m, 74 kg, (13 matchs, 12 titularisations)

Hugo Garlat : 25 ans, 1,70 m, 75 kg, (5 matchs, 5 titularisations)

Julien Latisnères-Palacin : 27 ans, 1,80 m, 103 kg, (9 matchs, 8 titularisations)

Jordan Matier : 28 ans, 1,86 m, 90 kg, (17 matchs, 14 titularisations)

Laurent Meynier : 22 ans, 1,81 m, 74 kg, (6 matchs, 6 titularisations)

Tristan Moro : 23 ans, 1,79 m, 77 kg (3 matchs, 1 titularisation)

Paul Pucheu-Planté : 22 ans, 1,80 m, 79 kg, (13 matchs, 10 titularisations)

Romain Saubié : 23 ans, 1,70 m, 92 kg, (6 matchs, 1 titularisation)

Théo Vidal (o) : 21 ans, 1,75 m, 70 kg, (5 matchs, 2 titularisations)

Jean-Jacques Lasserre