Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Conférence de Presse commune Stado-TPR / CAL

mercredi 19 février 2020 par Rédaction

Front commun des Présidents pour calmer les polémiques

Sur une initiative de Bernard Duclos, Co-président du CAL avec Jean-Philippe Dastugue, Lionel Terré a organisé une conférence de presse où on notait la présence exceptionnelle de France 3 Régions. Le but était de mettre fin à toutes les polémiques et à l’embrasement qui a largement dépassé les frontières de l’ovalie. Beaucoup de bruits pour pas grand-chose car au final, la vidéo de la bagarre qui a été diffusée, (l’espace de quelques heures sur You Tube) montrait que cette bagarre n’était pas, et de loin, plus virulente que celles qu’on peut voir sur divers sites, y compris ceux de la presse traditionnelle.

Des excuses et un mea-culpa

Bernard Duclos a lu un communiqué. « A l’issue du match de samedi, les deux clubs, Stado Tarbes Pyrénées et le Cercle Amical Lannemezan, ont souhaité réagir et provoquer cette conférence de presse afin de montrer, qu’au-delà des incidents du match, nous sommes des dirigeants responsables et lucides face à de telles situations. Nous souhaitons présenter nos excuses à l’ensemble du public présent samedi soir : Supporters, partenaires privés et publics, ainsi qu’aux instances fédérales. Nous sommes conscients de l’image négative véhiculée à travers de tels comportements. C’est pourquoi, afin de mettre un terme à tous commentaires intempestifs et stériles qui sont diffusés, que ce soit sur les réseaux sociaux, les médias en général et de toute la toile médiatique, aujourd’hui. Nous préférons couper court à toutes surenchères qui ne feraient que desservir les clubs et alimenter toutes polémiques. Voilà l’objet de cette conférence de presse. Nous ne souhaitons pas revenir sur les incidents du match. La Commission de Discipline s’emparera du dossier et prononcera les sanctions adéquates. Ce que l’on peut affirmer, c’est qu’en aucuns moments, les équipes ont prémédité dans l’avant match cette situation. C’est un fait de jeu, on va dire, qui a été le déclencheur de cette bagarre générale.

Coupables mais pas voyous

Nous plaidons coupables mais en aucuns cas nous ne voulons passer pour des voyous, comme certains se font le plaisir de relayer. Les deux clubs ont une histoire et une identité et il est important de respecter les institutions. Voilà le commentaire que l’on souhaitait faire et nous souhaitons, que ce soit à travers nos joueurs, nos entraîneurs, et l’ensemble des représentants de nos clubs respectifs, qu’il n’y ait pas d’autres communications sur ce match. Il y en a eu beaucoup jusqu’à présent, ça a beaucoup été relayé. Aujourd’hui, comme on a pu le dire, on regrette, on s’en excuse auprès, comme je vous l’ai dit, de l’ensemble du public, et on veut passer à autre chose. On sera convoqué à la Commission de Discipline, les Instances Fédérales nous recevrons et nous écouterons. Et puis, à l’issue de ça, ils mettront les sanctions qui leur semblent nécessaire et les plus adaptées à la situation. Voilà, moi personnellement, ce que j’avais à dire. S’il y a quelques questions, bien sûr on y répondra, que ce soit Jean-Philippe ou Lionel, mais ce qui est sûr c’est qu’on ne reviendra pas dans le détail sur un geste ou un truc, ce n’est pas notre volonté. Je ne pense pas que ça soit productif. »

Il n’y a pas eu de préméditations

Lionel Terré intervient : « La volonté des deux clubs, c’est d’essayer de parler d’une seule voix par rapport à nos histoires, par rapport à ce match et surtout par rapport au respect que nous avons des Instances Fédérales, qui feront ce qu’elles ont à faire. On a fauté, on sera sanctionné, là-dessus, il n’y a pas de souci. On sait qu’on a terni l’image de notre sport et le rugby n’a pas besoin de ça au moment où il redore l’image de l’équipe de France. » Jean-Philippe Dastugue : « On veut lever tous les doutes, parce qu’il y a eu beaucoup de fausses informations là-dessus et il nous a semblé intéressant de le faire ensemble, d’un commun accord, ici. C’est quand même symbolique qu’on vienne le faire à Tarbes. C’est un fait de jeu qui déclenche cette bagarre générale. Il nous parait important de le dire et d’arrêter ce genre de polémiques. Tous nos joueurs se connaissent, les trois quarts ont joué ensemble et jouent régulièrement les uns contre les autres, que ce soit dans les clubs bigourdans ou les clubs des alentours. Les joueurs se connaissent bien mais il avait de l’enjeu qui a tué le jeu. On le regrette mais ce n’est en aucun cas de la préméditation, comme on peut l’entendre à droite et à gauche. » Quand on essaie d’évoquer les faits d’avant match, on se fait couper par Lionel Terré. « Jean-Jacques, il n’y a pas eu de préméditations. Avant le match, il n’y avait pas l’éclairage et ils n’ont pas pu s’entraîner. »

Il faut arrêter les polémiques et montrer un autre visage

Dont acte, nous n’aborderons plus les sujets qui fâchent. L’heure est à l’arrêt des polémiques qui empoisonnent les relations des deux clubs depuis la fusion forcée et avortée il y a vingt ans. Mais que faire pour que les faits de samedi ne se reproduisent plus ? « Déjà le geste qu’on fait ce soir, il est fort », répond Jean-Philippe Dastugue. « Je crois qu’il y a un symbole important. Il faut lire aussi entre les lignes. On se retrouve entre Présidents responsables. Nous, notre but, aujourd’hui, c’est de faire arrêter ces polémiques là et monter une autre image. On sait qu’on va être sanctionné par la Fédération mais à un moment donné, il faut que ça s’arrête aussi. Il faut qu’on passe à autre chose. On a un championnat à terminer. Nous, on a un derby à jouer contre Bagnères et on veut vraiment que ce soit une belle fête du rugby. Tarbes a un match important aussi et des phases finales à préparer. Maintenant il faut passer à autre chose. Effectivement, il y a eu une bagarre, on est fautif, nos joueurs sont fautifs, nous sommes fautifs, on est tous fautifs. » Bernard Duclos fait remarquer : « Il faut rappeler que ça fait deux saisons qu’on se rencontre et que les autres matchs n’ont pas fait l’objet de choses particulières. Au match Aller, on avait pris Tarbes sur l’engagement mais en aucun cas dans l’agressivité malsaine. » Ce qui rassure Lionel Terré, c’est le comportement des joueurs au coup de sifflet final. « Quand on voit que les joueurs, à la fin du match, se serrent tous la main, comme si rien ne s’était passé. Tout le monde va à la réception, tout le monde finit à la Bodega. Il n’y a plus de débats. Tout le monde a compris, on a été trop loin. C’est terminé, on passe à autre chose. »

Place au rugby contre Bagnères et Mauléon

Jean-Philippe Dastugue confie : « On a rencontré les joueurs lundi soir et ils n’étaient pas fiers et nous non plus. On reçoit Bagnères samedi et on ne peut pas se permettre d’avoir ce genre d’attitude. On a une grosse journée, qu’on prépare déjà depuis un moment et ne veut pas qu’elle soit gâchée par ce match contre Tarbes. On veut vite l’oublier. » Cazorla, Baisagale et Gabarre manqueront ce match et peut-être le capitaine Pettigiani, blessé dans un choc avec un coéquipier. « On sera un peu diminué avec obligation de gagner si on veut essayer de jouer le Du Manoir et d’accrocher la sixième place. Il nous reste trois matchs à la maison, Bagnères, Lavaur et Albi et on ne peut pas se permettre un nouveau faux pas. » Les Tarbais ne peuvent pas non plus se permettre de faux pas, à commencer par la réception de Mauléon ce samedi. « Pour nous, c’est très clair. J’ai dit aux joueurs qu’on est en position d’aller chercher Blagnac. Donc ça veut dire qu’on doit gagner tous nos matchs. Donc contre Mauléon, il faut gagner. Notre volonté, c’est d’aller chercher le Jean-Prat et on va tout faire pour aller le chercher. Ce n’est pas d’être roi de Bigorre et compagnie, c’est d’aller chercher le Jean-Prat. Les cinq points de Lannemezan ou d’Oloron, ont la même valeur. »

Contre la rediffusion du match

Les deux clubs souhaiteraient que le match ne soit pas diffusé à la télé lundi prochain. « Pour ne pas remettre d’huile sur feu par rapport à la démarche engagée aujourd’hui, » explique Lionel Terré mais aussi par rapport à l’image des deux clubs. Avant ce fameux derby, Lannemezan a été pressenti pour être télévisé à Pamiers, le vendredi soir, lors de la vingtième journée.

Jean-Jacques Lasserre