Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

COUPE DE FRANCE 2020 : Bourges-Tarbes et Lyon-Montpellier en demi-finale

dimanche 16 février 2020 par Rédaction

Vainqueur du Petit Poucet toulousain, Bourges a été la première équipe du plateau de Clermont-Ferrand à se qualifier. Les Tango ont été rejoints un peu plus tard dans la soirée par Tarbes, tombeur de Landerneau dans un final haletant. Les deux équipes se retrouveront dimanche à 15h30 pour une place en finale.


Bourges (LFB) - Toulouse MB (LF2) : 89-60 (27-15, 28-17, 22-12, 12-16)

Porté par l’adresse de Noémie Brochant, Toulouse joue sa chance sans complexe en début de rencontre (10-10, 5’). Les rotations berruyères, avec notamment Dabovic et Rupert, font leur effet puisque les Tango s’échappent au tableau d’affichage à la faveur d’un 15-0. Après 10 minutes de jeu, le score est de 27 à 15 pour le pensionnaire de LFB. Poussé par son public venu en nombre, Bourges a solidement la main sur le match à l’image d’une Alexia Chartereau bien en jambes (40-21, 15’). Isabelle Strunc puis Noémie Brochant permettent au TMB de réduire un peu l’écart (42-28, 17’) mais à mi-parcours, le triple tenant du titre a repris ses aises (55-32).

Bien que dominé, Toulouse ne se laisse pas abattre et peut compter sur l’adresse de Sarah Halejian en attaque (65-39, 25’). Appliqué, Bourges continue d’avancer et passe la barre des 30 points d’avance sur une contre-attaque d’Elodie Godin (71-40, 27’ puis 77-44, 30’). Le dernier quart-temps permet à Olivier Lafargue de faire tourner son effectif alors que côté toulousain, Noémie Brochant saisit sa chance dès qu’elle le peut (81-55, 36’). Sans trembler, Bourges bat Toulouse et se qualifie pour la demi-finale.

Les réactions

Xavier Noguera (entraineur de Toulouse) : "Ca va nous servir car notre équipe est jeune. Elles vont prendre de l’expérience."
Lucie Carlier (joueuse de Toulouse) : "On a eu de belles séquences mais quand Bourges a acceléré, ça s’est compliqué."
Olivier Lafargue (entraîneur de Bourges) : "Il fallait être vigilant. Dès que Toulouse a fatigué, on a fait le trou. Il faudra êre meilleur demain."
Ana Filip (joueuse de Bourges) : "Dans l’ensemble, on a été supérieures. On a respecté l’adversaire."

 

Landerneau (LFB) - Tarbes (LFB) 69-71 (22-19, 19-13, 12-18, 16-21)

Ashley Bruner et ses partenaires prennent rapidement les devants. Que ce soit en percussion ou à la passe, l’Américaine est dans les bons coups (16-9, 6’). Tarbes a du mal à mettre son jeu en place et la sortie précoce de Marine Fauthoux (2 fautes) n’a pas aidé. Laure Resimont, à la sirène et depuis le parking, permet au TGB de rester dans la course (22-19, 10’). Landerneau repart comme en début de rencontre et oblige François Gomez à rappeler ses joueuses (29-19, 13’). Alors que l’on pensait le LBB lancé, deux tirs lointains remettent les Violettes à l’endroit. Au buzzer, c’est au tour de Virginie Brémont de transpercer le filet de très loin (41-32, 20’).

Si dans le jeu, Tarbes est toujours aussi approximatif, le tir à 3 points est lui au rendez-vous. Et quand la connexion Berezhynska-Halvarsson se met en route, le TGB va forcément mieux (44-42, 24’). A 10 minutes du terme, le suspense reste entier entre Bretonnes et Bigourdanes (53-50, 30’). Marine Fauthoux sort de sa boîte avec un 3+1 pour mettre son équipe devant mais Landerneau serre les rangs derrière Ashley Bruner et reprend sa marche. Le final s’annonce haletant (61-55, 34’) d’autant que les fautes commencent à peser pour les deux équipes. Tarbes s’accroche grâce à Tima Pouye (68-68, 39’). Louice Halvarsson, de loin et après un système bien exécuté, donne 3 longueurs d’avance au TGB. Le club du Finistère ne s’en relèvera pas.

Les réactions

Stéphane Leite (entraîneur de Landerneau) : "On avait tout pour gagner ce soir. Le 16/33 aux lancers-francs c’est catastrophique. La déception est là."
Marie Butard (joueuse de Landerneau) : "On est décues, c’était un objectif du club. La logique n’a pas forcément été respectée ce soir."
François Gomez (entraîneur de Tarbes) : "C’est le basket ! La différence s’est faite sur le sang-froid. C’est bien pour la notoriété du club d’être en demi-finale."
Marine Fauthoux (joueuse de Tarbes) : "On voulait revenir mieux après une mauvais première mi-temps. On a surtout haussé notre niveau physique."

Dimanche 16 février

Demi-finale - 15h30
Bourges – Tarbes

 

A Vannes, Lyon a pris le meilleur sur Roche Vendée (92-73) et Montpellier a fini par se débarrasser (59-53) de Landaises très accrocheuses. Demain en demi-finale, LDLC ASVEL féminin retrouvera pour un match qui s’annonce explosif avec à la clé une place pour la finale de la Coupe de France.


Lattes-Montpellier (LFB) – Basket Landes (LFB)  : 59-53 (17-16, 15-6, 14-19, 13-12)
Le match démarre sur les chapeaux de roues et Montpellier peut compter sur une redoutable Gabrielle Williams. les Héraultaises mènent la danse (10-5) et ce n’est pas vraiment du goût de Julie Barennes. La technicienne landaise recadre ses troupes et c’est immédiatement suivi d’effets, Hedjova puis Ayim remettent leur équipe en piste qui est désormais au coude à coude avec Montpellier (17-16, 20’). Basket Landes poursuit son effort et déploie beaucoup d’énergie et de vitesse à l’image de Migna Touré qui trouve les intervalles (20-17). Montpellier hausse le ton en défense et profite rapidement de nombreux ballons sur jeu rapide qui lui permettent de prendre un peu d’air dans le sillage de son trio Whitcomb-Peddy-Williams. Sans réussite extérieure (0/11 à trois-points à la mi-temps), Basket Landes est dans le dur et voit son adversaire prendre le large (32-22, 20’).

Au retour des vestiaires, le combat est rude. Milapie se joue des intérieures Landaises, Migna Toure lui répond en marquant le premier trois-points landais de la partie. L’écart reste autour des 10 points en faveur de Montpellier. Hejdova, Plouffe puis Toure marquent à trois-points et Basket Landes n’est plus qu’à 5 points (46-41, 30’). Le dernier quart-temps se joue sous haute tension, Suarez et ses partenaires poussent et le BLMA cède du terrain. Un nouveau triplé de Touré remet les 2 équipes dos à dos à 5 minutes du buzzer (48-48). L’arrière espagnol sort pour 5 fautes, Peddy ne tremble pas au lancer et le BLMA peut à nouveau respirer mais c’est de courte durée. Les landaises ne lâchent pas le morceau. Il faut attendre la dernière minute, et une interception de Williams pour sceller définitivement le match. Malgré un tir à trois-points d’Hejdova, les Héraultaises s’imposent 59 à 53.

Les réactions

Julie Barennes (Basket Landes) : "Courir après le score demande de l’énergie mais nous n’étions pas à 20 points non plus. Nous avons toujours été dans le match. Notre 0/11 à trois-points en première mi-temps, on savait que cela n’allait pas durer et que ça finirait par rentrer. Après quand on perd 24 ballons et qu’on est qu’à 33,9 % de réussite aux tirs, c’est mathématiquement difficile de gagner des matches."

Thibaut Petit (Lattes-Montpellier) : "Ce soir notre défense nous a apporté 22 points et on a réalisé 16 interceptions. C’est clairement ce qui a fait la différence mais demain nous devrons être bons des deux côtés du terrain. Ce soir ce n’était pas un grand match, c’était un match de reprise après la trêve."

 

Roche Vendée BC (LFB) ASVEL Féminin (LFB) : 73-92(25-15, 10-27, 20-28, 18-22)
Le jeu rapide et l’adresse de Roche Vendée ont surpris d’entrée l’ASVEL. Les filles d’Emmanuel Body ont proposé un jeu bien lèché et ça a payé. Lucet puis Sansom ont ensuite enfoncé le clou derrière l’arc et l’écart monte alors jusqu’à +11 en faveur des Vendéennes (30-19). Pénalisées par les fautes, les Lyonnaises ont peiné à trouver des solutions. Ciak a fini par trouver la faille près du cercle avant que le duo Allemand-Clark se montre percutant. L’écart se réduit, deux lancers de Ciak ramène Lyon à 3 points. Alors bousculé, Roche Vendée n’est pas au mieux et ce n’est pas la faute anti-sportive d’Amant qui va améliorer les choses. Allemand convertit ses lancers et Clark allume de loin, l’ASVEL est alors devant. Les Championnes de France accélèrent et rejoignent les vestiaires en infligeant un terrible 12-0 à leurs adversaires.

Après la pause le jeu se muscle encore, Allemand est en feu. De loin ou en lay-up, l’arrière belge en fait voir de toutes les couleurs à ses vis-à-vis. Côté de Roche Vendée, Jasmine Bailey est bien seule pour pouvoir lui répondre, l’arrière américaine enchaine les exploits mais l’ASVEL est déjà loin 46-61 (27’). Marine Johannes et ses partenaires ont la main mise sur le match, Caroline Heriaud de loin et Marielle Amant près du cercle entretiennent encore un peu l’espoir pour Roche Vendée mais la marche est trop haute. Pour ménager ses cadres, Demory ouvre son banc. A l’image de Makani, les jeunes pousses lyonnaises en profite pour se montrer aussi bien en attaque qu’en défense. L’ASVEL maintient son avance jusqu’au buzzer final et s’impose finalement 92 à 73. 

Les réactions

Valéry Demory (LDLC ASVEL féminin) : "Nous avons fait un mauvais 1er quart-temps, on y était pas. Après on a fait un changement défensif qui nous a remis dedans. On a retrouvé notre jeu, on a changé d’attitude. Avec seulement 7 pros, il faut gérer les temps de jeu. J’avais décidé d’ouvrir mon banc, j’avais dit aux jeunes de se tenir prête et je suis plutôt satisfait de ce qu’elles ont fait."

Caroline Hériaud (Roche Vendée) : "Nous avons pris l’avantage au début de la rencontre, on met beaucoup d’énergie. On se devait d’être prête pour répondre au défi qu’allait nous proposer l’ASVEL. Le score ne reflète pas le match, le -7 à la mi-temps est sévère. Ensuite on s’est accroché mais c’est dur quand on court après le score face à l’ASVEL."