Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Tarbes-Graulhet, samedi 8 février à 18h30 à Trélut

jeudi 6 février 2020 par Rédaction

L’occasion de revenir sur Blagnac

Les Tarbais vont attaquer ce mois de février avec un moral d’acier, confortés par l’assurance de pouvoir disputer, administrativement, les phases finales du Jean-Prat et par la défaite de Blagnac à Fleurance (24-23), qui rebat les cartes sportives. Sur la double confrontation directe contre Fleurance, Tarbes a pris dix points contre cinq à Blagnac. Samedi contre Graulhet, dans le cadre des matchs en retard de la douzième journée, Tarbes, en cas de victoire bonifiée, peut revenir à six points de Blagnac, à sept journées de la fin. Il faut profiter de ce faux pas blagnacais, dû peut être à un excès de confiance, malgré les avertissements répétés de leur entraîneur gersois, Eric Escribano. Les Dauphins d’Albi, si pragmatiques d’habitude, ont failli sur leurs points forts que sont la touche et la mêlée, sur lesquels Fleurance a construit sa victoire.

Un bloc de février capital

Ce mois de février, avec au programme les réceptions de Graulhet (8/2), Lannemezan (15/2), Mauléon (22/2) et le déplacement à Bagnères (1/3), est capital. Les Tarbais devront faire, au moins, aussi bien que Blagnac qui a pris 5 points contre Graulhet (54-0), 5 points contre Lannemezan (42-10), 4 points contre Mauléon (27-10) et 4 points à Bagnères (13-22). Blagnac, qui n’a pris qu’1 point Fleurance, va à Oloron (15/2), reçoit Lavaur (22/2) et se rend à Pamiers (1/3). Tarbes a pris 5 points à Fleurance (30-36), 5 points à Oloron (0-34), 5 points contre Lavaur (37-0) et 4 points à Pamiers (16-19).

Graulhet traumatisé par le décès de Beka Burdiashvili

Graulhet, sauvé de la descente en Fédérale 2 par la relégation financière de Rodez, vit de nouveau une saison galère, avec une dernière place synonyme de relégation en fin de saison. Le décès de leur pilier Beka Burdiashvili est venu s’ajouter à tous ses maux. D’autant que le Georgien était un homme attachant et un joueur capital pour les échéances à venir. Sa longue absence sur blessure a, sans aucun doute, pesée sur quelques résultats à domicile. Sa disparition, au matin du match contre Lavaur, où le pilier faisait son retour à la compétition, a été vécue comme un véritable traumatisme par tout le club, joueurs, staff, dirigeants et supporters. Très affable, très sérieux, exemplaire à l’entraînement et sur le terrain, Beka était le véritable leader de vestiaire et de terrain de l’équipe. « C’était notre meilleur joueur et c’est un garçon qui ne vivait que pour le rugby », confie Jean-Claude Bacca. Un énorme élan de solidarité s’est produit après ce drame avec de nombreux messages de soutien venus du monde du rugby et d’ailleurs, comme celui d’une pensionnaire d’une Maison de Retraite qui a envoyé un chèque pour soutenir la famille du Georgien. La « Fondation Ferrasse » et le « XV des Parlementaires » ont aussi participé à la cagnotte mise en place par le Club au bénéfice entier de la famille. Un élan qui a touché l’entraîneur : « A l’heure du professionnalisme, on se rend compte qu’il y a encore des valeurs dans notre sport. » Le « Sport 2000 » de la ville a offert un lot de maillots aux couleurs de Graulhet et de l’équipe nationale de Georgie, avec son prénom « Beka » floqué dans le dos. Un maillot qui pourrait être inauguré ce samedi à Trélut.

Les Graulhetois voyagent mal

Avec deux victoires, un nul et quatre bonus défensifs, pour dix défaites et deux matchs en retard à Tarbes et contre Lavaur, les Graulhetois sont en mauvaise posture à six points de Lavaur, le premier non relégable. Le SC Graulhet a battu Oloron (18-10) et Fleurance (17-14) et fait match nul contre Bagnères (16-16) sur son terrain où il a perdu de peu contre Pamiers (10-17) et Mauléon (22-24). Par contre, les Tarnais ont chargé en déplacement à Albi 77-0, à Blagnac (54-0), à Lavaur (40-12), à Lannemezan (45-6) et à Oloron (30-10) mais ils ont inquiété Bagnères (21-16). De mauvais résultats qui ne plombaient pas un Groupe qui est homogène et saint, avec beaucoup d’anciens et des nouveaux qui se sont bien bien adaptés. Graulhet a marqué 10 essais et en a encaissé 49 mais il possède en Dumont un buteur qui tourne à cent points avec vingt-huit pénalités et huit transformations réussies.

Des Graulhétois amoindris mais accrocheurs

Battus largement chez eux au match Aller, les Graulhetois ne se font guère d’illusion en venant à Tarbes. D’autant qu’ils joueront un match vital à Pamiers le week-end d’après, qui paraît plus abordable contre une équipe qui les précède au classement. Un match qui s’avère capital dans l’optique du maintien et les Graulhetois ne prendront certainement pas le risque de tout perdre. Le club vit une saison galère, également au niveau des blessures et de la suspension de six matchs de Niadabolo, ce qui peut aussi expliquer ces mauvais résultats. Par rapport au match d’ouverture contre Tarbes, plusieurs titulaires sont toujours blessés. Une quinzaine de joueurs, entre les seniors et les Espoirs, sont passés à l’infirmerie et à Lannemezan et à Oloron, il n’y avait que 22 joueurs sur la feuille de match. Graulhet, au lendemain du report du match contre Tarbes, a perdu d’un rien (21-22) contre Saint-Sulpice, malgré trois essais marqués contre un. Les Graulhétois ont même manqué la pénalité de la gagne durant les arrêts de jeu, alors que les visiteurs ont fait la différence en réussissant cinq pénalités. En suivant, Graulhet a dû concéder le match nul 16-16 à Bagnères, sur un essai à la 79ème minute, contre un de ses adversaires directs pour le maintien. Deux matchs qui laissent bien des regrets à Jean-Christophe Bacca. « Saint-Sulpice, c’est le match le plus abouti, sans doute, qu’on ait fait. On marque trois essais à un et on a la pénalité de la gagne mais par contre, on est trop indiscipliné. On prend 16 pénalités et deux cartons jaunes et Roquebert met tout à 50 mètres. Mais si on gagne, il n’y a rien à dire. Et Bagnères, n’en parlons pas. On mène 76 minutes et on prend l’essai après quatre fautes consécutives. Des fautes débiles », enrage l’entraîneur. « Il faut qu’on apprenne à rester agressif sans faire de fautes. »

Une cascade de blessures

A Oloron, le staff n’a pu aligner que 22 joueurs sur la feuille de match à cause des absences sur blessure. « Je ne peux même pas puiser chez les Espoirs pour faire une feuille de match complète car ils étaient 19 pour jouer en lever de rideau. Sinon, ils sont forfaits. Ils sont déjà à deux forfaits et au troisième, le club est mort. » Jamais Graulhet n’a été aussi décimé par les blessures que cette saison, même avant le début des matchs officiels avec les blessures de Bille et de Nougbode. En début de saison, Lagikula (cervicales), Burdiashvili et Ducomps (déchirure), Crépel (indisponiblité professionnelle), ont été blessés. Abeb et Ravulo ont fait une embolie pulmonaire. Le match à Oloron est presque la caricature de la saison. A l’échauffement, l’arrière Delbos, a dû déclarer forfait. Au bout de dix minutes de jeu, le seconde ligne Barthe sort sur ko. Trois minutes après son entrée, le pilier Lagikula, qui revenait d’une blessure aux cervicales, se blesse de nouveau sur un placage. Il quitte définitivement le terrain (bras paralysé) et doit mettre un terme à sa carrière.

Graulhet veut se rassurer avant Pamiers

Pour autant, Graulhet ne viendra pas en victime expiatoire en Bigorre, ce ne serait pas le genre de la maison. Jean-Christophe Bacca, a du caractère, et pour lui, le combat et l’engagement, sont des vertus essentielles au rugby. Les Tarbais vont tomber contre une équipe qui ne baissera pas les bras et qui essaiera de se rassurer au niveau du comportement pour bien préparer un déplacement capital à Pamiers. Malgré ses défaites récurrentes en déplacement les Tarnais, offrent une belle résistance avant de céder par un déficit du banc à cause des blessures. A Oloron, Graulhet collait à 11-10 avant d’encaisser trois essais en dix minutes en seconde mi-temps. A Lannemezan, les Graulhetois ont tourné à 12-6 à la mi-temps avant d’encaisser une interception dans leurs 22 mètres. Ils encaisseront trois autres essais, dont un, dans les dernières minutes et un dans les arrêts de jeu. A Lavaur, Graulhet menait 11-12 à la mi-temps, avant de craquer après avoir joué quarante minutes en infériorité numérique, dont vingt minutes consécutives, sur trente minutes en seconde mi-temps. A Albi, les Graulhetois ont pris deux essais d’entrée (1ère et 3ème) mais ils n’ont encaissé le troisième que juste avant la mi-temps. Ensuite la puissance albigeoise a fait le reste avec huit autres essais. A Blagnac, le Sporting a encaissé trois essais, dont deux en début et en fin de première mi-temps, avant d’en prendre cinq de plus en seconde période.

Préparer les futures échéances

Plus que le score, le contenu du match sera important, face à une équipe tarbaise qui ne dispute pas le même championnat, à l’image d’Albi et de Blagnac. Les objectifs seront la conquête, mêlées, touches, ballons portés et la discipline, afin de se préparer au mieux pour le déplacement à Pamiers, face à un adversaire direct pour le maintien. Le Sporting est pratiquement condamné à la relégation, avec les réceptions de Blagnac et d’Albi, à venir, mais son objectif, c’est de continuer à faire honneur à ses couleurs, au niveau de l’engagement et du combat. « Il nous reste quatre ou cinq matchs à domicile, dont ces deux là, et si on les prend, on peut s’en sortir. On va à Pamiers, à Mauléon, à Saint-Sulpice et on va essayer de prendre des points mais ça va être difficile. On va surtout essayer d’assurer chez nous et de prendre du plaisir à l’extérieur, on verra bien où ça nous mène. » Un engagement, parfois mal maîtrisé, qui se retourne contre les Tarnais. Avec vingt-six cartons jaunes et un rouge, Graulhet, au delà des blessures, paye aussi son indiscipline chronique.

Staff 

Jean-Christophe Bacca (Avants), Philippe Oro (Arrières)

Effectif 2019-2020

Cette saison, le staff a utilisé trente-six joueurs dont dix Espoirs

Pilier

Stéphane Crépel : 25 ans, 1,79 m, 123 kg, (5 matchs, 2 titularisations)

Grégory Lagikula : 29 ans, 1,88 m, 103 kg, (4 matchs, 1 titularisation). Saison terminée

Nicolas Demasi : 32 ans, 1,73 m, 108 kg, (12 matchs, 7 titularisations) en provenance de Balma

Beka Burdiashvili : 27 ans, 1,84 m, 134 kg, (5 matchs, 4 titularisations) de retour de La Seyne. Décédé le 21 janvier

Alico Kaikatsishvili : 24 ans, 1,80 m, 120 kg, (12 matchs, 11 titularisations)

Clément Vicente : 23 ans, 1,77 m, 104 kg, 1 remplacement contre Tarbes

Maxime Girard : Espoirs, 1 remplacement contre Saint-Sulpice

Talonneur

Dimitri Berail : 25 ans, 1,77 m, 100 kg, (11 matchs, 9 titularisations)

Guillaume Ducombs : 20 ans, 1,74 m, 105 kg, (7 matchs, 1 titularisation)

Hugo Ferlus : 21 ans, 1,80 m, 110 kg, (11 matchs, 1 titularisation)

Nicolas Navarro : Espoirs, (6 matchs, 3 titularisations)

Deuxième ligne

Bilal Abeb : 30 ans, 1,96 m, 122 kg, 1 remplacement contre Tarbes

Thomas Barthe : 24 ans, 1,96 m, 120 kg, (6 matchs, 5 titularisations), passé par les Espoirs Albi

David Llach : 26 ans, 1,91 m, 99 kg, (12 matchs, 11 titularisations)

Olivier Régnier : 32 ans, 1,92 m, 108 kg, 1,92 m, 108 kg, (12 matchs, 9 titularisations

Dimitri Fondoux : 22 ans, 1,90 m, 105 kg, (9 matchs, 3 titularisations) en provenance de Rodez

Troisième ligne

Paul Armengaud : 21 ans, 1,89 m, 105 kg, (13 matchs, 7 titularisations) en provenance des Espoirs d’Albi

Théo Gilbert : 21 ans, 1,89 m, 100 kg, (4 remplacements)

Mehdi Kesseiri : 25 ans, 1,85 m, 105 kg, (13 matchs, ­8 titularisations)

Jules Montels : 29 ans, 1,87 m, 87 kg, (12 matchs, 11 titularisations)

Paul-Alexandre Oro : 31 ans, 1,84 m, 118 kg, (11 matchs, 6 titularisations), 1 essai, en provenance de Castelsarrasin

Malakaï Ravulo : 36 ans, 1,98 m, 108 kg, (7 matchs, 5 titularisations ex international fidjien (2010-2016)

Charnière

Melvil Fraysse (m) : 22 ans, 1,77 m, 73 kg, (8 matchs, 3 titularisations)

Anthony Poujol : 32 ans, 1,80 m, 79 kg, (12 matchs, 9 titularisations), passé par Aix et Albi en Pro D2

Benjamin Dumont (o) : 29 ans, 1,85 m, 90 kg, (13 matchs, 12 titularisations)

Jean-Charles Icart (o) : 23 ans, 1,87 m, 83 kg, (5 matchs, 5 titularisations)

Benjamin Roudière (o) : 31 ans, 1,81 m, 92 kg, (4 matchs, 2 titularisations en provenance de Fos/Mer

Trois-quarts

Romain Bille : 31 ans, 1,74 m, 74 kg, (2 matchs, 1 titularisation)

Anthony Delbos : 27 ans, 1,78 m, 93 kg, (11 matchs, 11 titularisations), 1 essai, en provenance de Lombez-Samatan

Alexis Montbroussous : 29 ans, 1,80 m, 87 kg, (9 matchs, 8 titularisations)

Jérôme Montbroussous : 31 ans, 1,90 m, 90 kg, (13 matchs, 11 titularisations)

Hugo Plane : 21 ans, 1,82 m, 78 kg, (7 matchs, 7 titularisations)

Guillaume Terme : 28 ans, 1,83 m, 83 kg, (6 matchs, 6 titularisations

Niadalobo Viatali Sokevita : Fidji, 32 ans, 1,89 m, 91 kg, (7 matchs, 6 titularisations) en provenance de Céret

Ludovic Itan : 30 ans, 1,90 m, 110 kg, (10 matchs, 8 titularisations) en provenance d’Albi

Anthony Delbos : 26 ans, 1,85 m, 85 kg, en provenance de Lombez-Samatan

Jonathan Orsi : 33 ans, 1,90 m, 100 kg, trois remplacements de retour de La Seyne

Loïk Nougbode : 21 ans, 1,83 m, 100 kg, blessé de longue durée (croisés).