Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

TPR : Les voyants sportifs et financiers passent au vert

mardi 4 février 2020 par Rédaction

La décision de la DNACG a été rapide puisque le club a été entendu mercredi et que le courrier officiel est arrivé vendredi. Courrier qui confirme que le club a rempli toutes ses obligations financières et qu’il pourra disputer le Jean Prat, en cas de qualification sportive, réservée au deux premiers de Poule. Pour l’instant, Albi 68 points, et Blagnac 57 points, sont qualifiés. Tarbes 46 points, avec un match en retard à jouer à Trélut contre Graulhet le 8 février, est actuellement troisième. En 24 heures, les voyants financiers et sportifs sont passés au vert. Après l’annonce de la DNACG, la défaite surprise de Blagnac à Fleurance (24-23), permet à Tarbes d’espérer décrocher la seconde place qualificative.

Conserver un Groupe jeune et solidaire

Mais si Tarbes est dans les clous financièrement pour la saison 2018-2019, le club doit maintenant boucler le budget prévisionnel 2019-2020 de la saison en cours. L’horizon s’est éclairci par rapport à la même période de l’an passé, où le TPR avait écopé de huit points de pénalité au classement et avait été interdit de Jean-Prat, après avoir été menacé de relégation administrative en Fédérale 3. Lionel Terré a prouvé qu’il était un Président crédible qui a réussi à maintenir, administrativement, le club en Fédérale 1, dans un contexte difficile. Sur le plan sportif, il a construit, avec Yannick Vignette, une équipe jeune mais compétitive qui est le socle d’une montée programmée en 2022. Ce Groupe, tous ceux qui le connaissent le disent, est exemplaire au niveau de la mentalité, de l’engagement et de la solidarité. Ce Groupe, renforcé de quatre à cinq joueurs, devrait pouvoir jouer les premiers rôles dès la saison prochaine, pour peu que les meilleurs restent. Sans les départs de Bono et d’Escur, la mêlée tarbaise serait encore souveraine et Blagnac n’aurait pas pu construire sa victoire sur les nombreuses pénalités concédées dans ce secteur.

Quel avenir pour le rugby à Tarbes et en Bigorre ?

La parole est maintenant aux partenaires privés et institutionnels du TPR qui devront décider de l’avenir du rugby à Tarbes. Les feux sont au vert du côté administratif, du côté de l’effectif et même du sportif. Tarbes est devancé par Albi et Blagnac qui ont un budget et un effectif largement supérieur en nombre. Un effectif qui est, de plus, très expérimenté et composé à majorité de trentenaires, contre deux seulement à Tarbes. Avec six victoires bonifiées et six victoires à l’extérieur (Fleurance, Saint-Sulpice, Pamiers, Mauléon, Oloron, Pamiers) et sa défense, toujours N° 1 National de Fédérale 1 (à égalité avec Albi), Tarbes réalise sa meilleure saison, depuis sa relégation administrative de Pro D2. Aux décideurs de ne pas laisser passer une telle occasion de rebâtir sur des fondations saines. Le prochain budget 2020-2021 devrait atteindre les 1,8 M€ et celui de 2021-2022 au minimum les 2 M€ pour pouvoir jouer la montée en Pro D2.

Aux décideurs de prendre leurs responsabilités

Le Président, conforté par la décision de la DNACG, en est le premier conscient : « Oui, je suis très soulagé mais il faut que tout le monde se bouge dès maintenant. Moi, j’ai fait mon boulot, avec l’aide de Bruno Larroux, que je tiens à remercier, mais je ne peux pas faire plus. Je n’en ai pas les moyens. Maintenant, il faut mettre en place un projet collectif commun pour savoir ce qu’on fait de ce club. » La prochaine réunion du Conseil d’Administration, où siège les plus gros partenaires du club, devrait être décisive. A eux de décider s’ils se fédèrent pour consolider le budget et s’ils s’engagent pour bâtir une équipe compétitive pour 2022, où s’ils laissent le club péricliter en Fédérale 1. A ce moment là, se poserait la question de conserver le statut professionnel du club. Un retour au statut Amateur qui signerait la fin de la Formation de Haut Niveau pour les Jeunes et à court terme l’érosion du rugby bigourdan. L’exemple de Lourdes, le plus grand club français des années 50-60 avec huit titres de Champions de France (1948, 1952, 1953, 1956, 1957, 1958, 1960, 1968) et sa Pléiade d’internationaux, qui va être relégué sportivement en Régional en fin de saison, est à méditer.

PS : Le derby contre Lannemezan du 15 février à 18h30, sera retransmis le lundi en différé à 21h00 sur la chaine l’Equipe.

Jean-Jacques Lasserre