Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Les vœux du PCF 65

jeudi 30 janvier 2020 par Rédaction


A l’occasion des vœux du Parti Communiste 65, Hervé Charles, secrétaire départemental, a souligné que cette cérémonie de vœux était sur un contexte particulier avec le mouvement social sur les retraites, un mouvement assez inédit. Il a débuté le 5 décembre dernier avec une première grève nationale et interprofessionnelle qui continue encore. Certains secteurs comme les cheminots et la RATP en sont à plus de 50 jours de grève reconductible.

Il a ensuite déclaré :

« C’est une situation particulière, le gouvernement a fait le choix de l’affrontement direct, du pourrissement et n’entend pas reculer d’un pouce. Il nous a sorti la blague de l’âge pivot en essayant de faire croire qu’il allait reculer et finalement il va le laisser en place et même peut-être sur une formule pire que ce que c’était au départ. Nous sommes vraiment dans un combat de classes et le gouvernement a fait le choix de défendre la classe des plus riches. (…)L’analyse que nous faisons c’est qu’il y a de plus en plus de monde dans notre société qui partage le constat que le capitalisme de nos jours n’est plus le système économique adapté pour répondre aux grands défis actuels que sont la production des richesses, la répartition des richesses, la préservation de la planète, la biodiversité et le réchauffement climatique.

A gauche, nous avons une grosse responsabilité, notamment le PCF qui fêtera son centenaire cette année. Notre devoir est de donner une vision d’avenir et d’espoir à toutes ces personnes et cet espoir on ne le redonnera que si nous sommes capables de proposer des contenus simples, unitaires et qui tranchent avec le capitalisme actuel tout en posant des questions simples : qui produit les richesses ? Qui possède les moyens de production ? Qui décide ? Quand on répond à ces questions on a déjà une vision et on peut commencer à avoir un horizon sans capitalisme.

Localement, nous n’allons pas renverser le capitalisme dès demain, il y a des séries de mesures à prendre qui vont améliorer sensiblement le quotidien des habitants tout en donnant des coups au système marchand.

A Tarbes nous avons fait le choix d’une liste qui rassemble des citoyens et 5 partis de gauche. Nous avons une conception de la municipalité qui se veut protectrice pour les habitants, protectrice contre les politiques d’austérité que l’on se prend dans la figure depuis des dizaines d’années. Une des conséquences le taux de pauvreté 24%, ce qui veut dire plus de 10 000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté.

C’est bien beau d’embellir la ville mais quand s’occupe-t-on des habitants ? Nous n’allons pas rentrer dans la course aux grands projets : nouveau stade, nouveau palais des sports etc., etc.… Nous avons quelques projets structurants qui seront adaptés et construits en concertation avec les populations.
Quand on agit pour les plus fragiles, on agit aussi pour tout le monde, exemple : la défense et le maintien de l’hôpital public à Tarbes, création d’un centre de santé public, la gratuité effective de l’école, la gratuité des transports, la défense des services publics, l’accès au plus grand nombre à la culture et au sport, tout cela sont des propositions qui bénéficient aux plus fragiles et qui ouvrent de nouveaux droits pour tous.

Pour porter cette politique nous avons besoin d’un large rassemblement parce qu’à Tarbes comme ailleurs on ne veut pas assister à un match entre les différents courants de la droite arbitrés par le Rassemblement National {} ».

Nicole Lafourcade