Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

L’Atelier Imaginaire expose au Rectorat de Toulouse

mercredi 18 mars 2009

Répondant à l’invitation de la Délégation académique à l’action culturelle, l’Atelier Imaginaire expose à Toulouse, dans la salle chargée de mémoire du Conseil du Rectorat, vingt portraits d’écrivains réalisés par Martine Le Coz. Inaugurée officiellement le 4 mars, l’exposition sera visible jusqu’au 2 avril. Dans son mot de bienvenue, Olivier Dugrip, Recteur, a mis l’accent sur la place que tenait la poésie dans le patrimoine national. Après avoir évoqué son rayonnement comme sa nécessité, il a souligné combien les jeunes aimaient et pratiquaient cet art, sous toutes ses formes. « Lieu de liberté et de créativité, la Poésie est aussi une école de rigueur ». Aussi a-t-il tenu à saluer les initiatives prises dans ce domaine et les partenariats noués avec des associations, dont l’Atelier Imaginaire.

Guy Rouquet a dit alors les raisons pour lesquelles, il avait créé le prix de poésie Max-Pol Fouchet. Il a relaté son amitié avec l’écrivain, qui, se disant « marié à la poésie », avait choisi de « planter sa tente au pied de la montagne Hugo », avec la volonté affirmée de « résister contre la tyrannie et contre la médiocrité ». Il a rappelé que pour Max-Pol, « passeur de rêves » et grand découvreur de talents, la poésie ne se limitait pas au texte écrit, qu’elle pouvait se trouver dans la musique, la peinture, les beaux-arts, qu’elle concernait l’être tout entier quand il se met en quête de « l’essentiel ».

La manifestation s’est tenue devant une assemblée attentive composée de lycéens et de poètes, parmi lesquels Michel Baglin et Jacqueline Saint-Jean, lauréats du prix Max-Pol Fouchet, Michel Cosem et Gilles Lades, qui ont donné à entendre, de façon très sensible, plusieurs poèmes de leur composition. Elle s’est achevée par un échange à bâtons rompus entre les participants, tous très heureux de recevoir un exemplaire de « La Sieste des hippocampes » de Gilles Verdet, prix Prométhée de la nouvelle.

_ [bleu]Mis en ligne mercredi 18 mars 2009[/bleu]