Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Municipales 2020 : L’association Tarbes 2020 et Gérard Trémège, un séminaire pour préparer le projet qui sera présenté en janvier

lundi 25 novembre 2019 par Rédaction

Samedi, l’association Tarbes 2020 qui soutient le maire de Tarbes sortant Gérard Trémège a tenu un séminaire au centre aéré de Bours en présence de 110 personnes qui ont planché autour de plusieurs tables rondes.

« Ce séminaire, a souligné Gérard Trémège, en conférence de presse, entouré par plusieurs jeunes, a pour but de finaliser le projet sur lequel nous travaillons. Ce projet sera présenté aux Tarbaises et aux Tarbais début 2020. Il apportera des réponses originales dans les domaines prioritaires qui nous ont été signalés. Il y a quelques années, la priorité n°1 c’était l’emploi. Aujourd’hui la priorité de nos concitoyens se situe à d’autres niveaux. Le premier c’est le sentiment d’insécurité. On apportera des réponses dans le projet. Certaines sont déjà engagées par la mairie. Un nouveau dispositif de caméras sera opérationnel en décembre. Deuxième priorité signalée, c’est la santé avec la difficulté que rencontrent de plus en plus de citoyens de ne plus avoir de médecin. J’ai déjà eu l’occasion d’en parler, nous travaillons à des réponses concrètes, notamment par la réalisation d’une maison de santé municipale. Nous travaillons aussi dans la cadre de l’opération « Cœur de Ville », sur la redynamisation du centre ville, sur le cadre de vie et l’environnement qui sont les préoccupations majeures de nos concitoyens, et les animations. Beaucoup de propositions sont déjà faites en matière d’animations. Nous voulons dans le même temps travailler ensemble à l’avenir de notre ville. L’avenir de notre ville, il est autour de moi. Ce sont ces jeunes gens qui représentent l’avenir de la cité. Mon souci, c’est dans le même temps de transmettre l’information, la connaissance à tous ces jeunes qui travaillent avec nous aujourd’hui et de leur permettre demain de s’engager et d’assurer la transmission qui s’effectuera inévitablement à l’occasion de la prochaine mandature. Ces jeunes seront les acteurs, je le souhaite, majeurs, dynamiques, imaginatifs, créatifs sur les préoccupations qui sont les leurs. On leur donnera les moyens et les possibilités de le faire ».

Le système Trémège

En réponse à ceux qui prétendent qu’il y a un système Trémège et qu’il fallait qu’il cesse, l’actuel maire de Tarbes commente : « Oui, il y a un système Trémège à la mairie. Le système Trémège, c’est quoi ? Je le démontre tous les jours. C’est l’écoute, la réactivité et l’efficacité. Nous sommes sur le terrain en permanence. La réactivité avec notamment les travaux de proximité dès que quelqu’un signale une anomalie dans son quartier, dans les jours qui suivent c’est réglé. Le système sur lequel nous nous sommes engagés c’est la modernisation, l’innovation, mais dans le respect de la gestion. Une gestion équilibrée, sérieuse. J’entends des propositions farfelues du type “demain je vais baisser les impôts de 15%”. C’est très bien mais il faut nous dire qu’elles vont être les dépenses qui seront diminuées pour pouvoir diminuer les recettes d’autant car si l’on diminue les recettes sans diminuer les dépenses, on va dégager des budgets déséquilibrés, ce qui est impossible. Le temps est propice à des propositions plus ou moins sérieuses. Nous, nous souhaitons rester dans le cadre de ce que nous avons fait depuis le début. On a rappelé aux membres de notre séminaire quel était le budget de la ville, quels étaient les effectifs. Que fait-on de ce budget ? Sur un budget de 100 millions, il y a 13 millions qui concernent les charges de gestion ; que nous consacrons 14 millions à l’éducation et à la jeunesse, 14 millions au sport et à la culture, 8 millions sur la solidarité, 28 millions sur l’environnement et le développement durable, 6,5 millions sur la sécurité, 8,5 millions sur les opérations financières. Nous diffusons aussi des informations sur l’évolution de la dette qui a pratiquement diminué de moitié depuis 2001, sur l’évolution des impôts, pendant 10 ans on n’a pratiquement pas augmenté la fiscalité communale. On a même diminué légèrement en 2019 le taux des impôts fonciers ».



“Préparer l’avenir sans bafouer le passé”

« Ces jeunes qui sont à mes côtés sont là aussi, je le redis, pour préparer l’avenir de la ville. La meilleure façon de préparer l’avenir, c’est de le faire sans bafouer le passé. Aujourd’hui, il y en a qui veulent tout remettre à plat. Ce qui a été fait a fait ses preuves. La ville a été transformée. L’avenir doit se préparer dans le même esprit : respecter le citoyen, c’est ne pas lui raconter n’importe quoi. La crédibilité s’acquiert, se maintient à travers la qualité, l’originalité des propositions mais quand ces propositions sont tenues ».

Le respect de la jeunesse

Gérard Trémège : “Respecter la jeunesse c’est effectivement la faire venir à soi et lui proposer des responsabilités. Je me souviens que j’ai proposé un poste d’adjointe à une jeune femme de 26 ans. Vous voyez que la jeunesse je la respecte. Après les péripéties de l’histoire, c’est une autre affaire. Ça m’apprendra à dire aussi qu’au-delà des responsabilités qu’il faut transférer et proposer à la jeunesse, il faut leur inculquer une possibilité nécessaire en politique : c’est la patience”.

A propos du renouvellement évoqué par les concurrents

Gérard Trémège : « Ce qui n’est pas sympa c’est de dire : “On est rentré dans un nouveau monde, donc exit l’ancien monde. De la même façon : place aux jeunes, les vieux dehors ! C’est précisément face à ce genre de propos et surtout pour mener à terme les grands projets sur lesquels je travaille avec la ville et l’agglo que j’ai décidé de me représenter. Peut-être que s’il y avait eu une succession paisible, préparée avec des gens patients, je ne me serais peut-être pas représenté. J’ai envie que ces projets se réalisent : le bâtiment 313, la médiathèque, Universciel, le nouveau palais des sports, la villa des Arts etc., tous les grands projets en matière d’urbanisme (place au Bois, l’avenue du Corps Franc Pommiès…). Ce sont des messages que l’on n’entend pas uniquement à Tarbes. Je peux les comprendre. Comme je le disais, c’est l’impression de l’impatience. Ce n’est pas parce qu’il y a de l’impatience qu’il y a de l’expérience en face. On ne peut pas dire du jour au lendemain, comme c’est le cas dans certaines circonstances, “moi j’ai réponse à tout”. C’est de l’outrecuidance invraisemblable »

===

L’avis des jeunes

Thomas Da Costa, rugbyman encore en exercice : « Ce qui m’a séduit chez Gérard Trémège, c’est justement cette idée de transmission. Ma compétence c’est le sport. Dans le sport, on a cette identité qui se construit par rapport au passé. Comment ne pas faire autrement aujourd’hui à travers la vie de la cité, se nourrir de l’expérience pour pouvoir évoquer l’avenir. Ce qui m’a plu c’est qu’après ce qui a été fait, il y a encore des choses à développer dans la ville. C’est ce discours de transmission qui m’a séduit et de ne pas pousser les gens vers la sortie ».

Téo : « Nous, les jeunes on a tous des compétences professionnelles différentes. On s’appuie sur l’expérience des anciens. Plein de choses sont faites, ça permet à notre génération de voir ce qui a été fait, de voir comment l’améliorer. Sans cette expérience-là, on ne pourrait rien faire ».

G.M.