Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
     

Tarbes-Bourges le 23 novembre à 20h00 au Quai de l’Adour

vendredi 22 novembre 2019 par Rédaction

Répondre dans le combat

Bourges, le club aux sept titres, est le premier « gros » de la saison à venir au Quai de l’Adour où le TGB est toujours invaincu, après les réceptions de Villeneuve d’Ascq (68-62) et de Nantes (74-62). L’équipe tarbaise, en pleine reconstruction avec des jeunes joueuses, a battu, lors de l’Open, Landerneau (67-60) et a perdu à Charleville-Mézières (95-76) et à Lyon (90-51). Mais la lourde défaite contre le Champion de France en titre a « vexé » l’entraîneur et les joueuses. Des joueuses qui se sont un peu trop vite résignées après un bon début (10-9, 6ème) et qui ont « regardé jouer » leurs adversaires. François Gomez regrettait que l’équipe n’ait pas su « élever son niveau de jeu, son intensité et sa dureté défensive. » Même si Lyon, « si physique, si puissant, si adroit, » était inabordable, les Tarbaises n’ont pas montré leur meilleur visage, ce jour là. « On a péché dans le combat  » constatait le coach tarbais.

Bourges complet dans tous les secteurs

La leçon devra avoir été retenue, si les Tarbaises veulent éviter une nouvelle « vexation » car Bourges, c’est la copie conforme de Lyon, au niveau du budget, de l’effectif et de la qualité de jeu. Bourges possède un secteur intérieur très fort, avec les jeunes internationales en titre Chartereau et Rupert et les expérimentées Godin et Yacoubou. De plus les Tango disposent de deux meneuses expérimentées, E. Eldebrink et Plagnard et de trois extérieures expérimentées de grande qualité, Coleman, Michel et Dabovic… Le TGB va se retrouver face à la même problématique que contre Lyon et sait que sans combat, l’addition risque d’être lourde. Il y a deux ans, les Tarbaises avaient pris Bourges à l’envie et dans l’intensité (41 rebonds à 27) et s’étaient imposées sans trembler 71-61. La saison dernière, le TGB avait bien résisté (49-61) et avait contenu l’attaque de Bourges en dessous de sa moyenne de 80 points. Les Tarbaises devront donc répondre en défense avant tout. Même si Bourges compte deux défaites, dont une au Prado, contre Roche-Vendée (69-77) et l’autre à Lyon (68-64), l’équipe reste redoutable. A preuve, ses larges succès à Basket-Landes (65-80), contre Villeneuve d’Ascq (85-71) et sa victoire à Charnay (70-77). En Euroligue, Bourges après deux défaites à Venise (73-63) et contre Prague (64-93), s’est imposé à Riga (55-70) et à Braine (63-72). Les Berrichonnes, qui vont recevoir Cukurova, ce mercredi 27 novembre, auront peut-être la tête à déjà à l’Europe. Des Berrichonnes qui seront privées de Yacoubou qui devrait aussi manquer le match d’Euroligue de mercredi.

Yacoubou, ne viendra pas à Tarbes

L’ex-Tarbaise souffre « d’une fatigue exceptionnelle suite à une grippe intestinale » et sans doute à une grosse débauche d’énergie pour revenir sur le parquet, quelques mois à peine, après avoir accouché d’un bébé de 5 kg. Un bébé qu’Isabelle Yacoubou est venue faire à Tarbes où elle avait débarqué du Bénin en Cadette et où elle se sent en famille. C’est à Tarbes qu’elle a découvert le basket de haut-niveau et qu’elle a débuté sa carrière de professionnelle et d’internationale aux 147 sélections. Après un titre Cadette en 2004 et de NF3, avec le TGB 2 en 2005, Isabelle a conquis avec Tarbes son premier titre de Champion de France LFB en 2010 face au grand Bourges. Un Bourges, dont elle avait refusé de porter jusqu’ici le maillot, pour jouer à l’étranger dans les plus grands clubs ; Schio, Ros Caseres Valence, Spartak Moscou, Fenerbahçé et même en Chine…, où elle a collectionné plusieurs titres et Coupes. Tous les fans du TGB espéraient secrètement qu’Isabelle viendrait terminer sa carrière dans son club de cœur même si ça semblait du domaine de l’impossible. Et pourtant, ça a failli se faire cet Eté, comme l’a révélé l’Intérieure à nos confrères du Berry Républicain. La Tarbaise, voulait assurer sa fin de carrière et sa reconversion, ce que Tarbes lui avait proposé. « J’ai été approchée par Tarbes, qui m’a fait une offre qui a été très difficile à refuser. » Mais l’internationale a choisi de porter pendant trois ans, les couleurs de Bourges, le plus grand club français de tous les temps. « L’Euroligue a pesé dans la balance. La possibilité de jouer cette compétition, avec les ambitions du président Pierre Fosset de ramener l’équipe en Final Four, c’est un challenge. »  Un double challenge même, puisque jouer l’Euroligue, quelques mois après un retour de maternité à l’âge de 32 ans et trente kilos de surpoids, est un sacré challenge. En quelques semaines de préparation spécifique la jeune maman a déjà perdu une quinzaine de kilos.

Un effectif renouvelé par moitié

Cette saison, Olivier Lafargue a renouvelé son effectif en effectuant cinq changements. Johannes (Lyon), Sharp (Villeneuve d’Ascq), K. Plouffe (Basket-Landes), Ouvina (Prague), Raincock-Ekunwe (Orenburg), ont été remplacées par Yacoubou (Schio), Coleman (Landerneau), E. Eldebrink (Salamanque), Plagnard (Basket-Landes), Dabovic (Montpellier). Godin, Chartereau, Michel. Les jeunes Rupert et Hamaoui, restées au club, complètent un riche et expérimenté effectif. Un effectif complet et complémentaire composé de neuf internationales.

Effectif 2019-2020

Poste 1

N° 3 : Elin Eldebrink : Internationale suédoise, 31 ans, 1,74 m. 9,6 points de moyenne, 2 doubles, records 15 points, 7 passes décisives en LFB. 7 points, 2 doubles, records 2 x 10 points

N° 6 : Alexia Plagnard-Dubié  : Internationale, 29 ans, 1,90 m, 2,2 points de moyenne, records 3 x 3 points en LFB. 2,5 points, record 5 points en Euroligue.

Poste 2

N° 17 : Sarah Michel : Internationale, 30 ans, 1,80 m. 7 points de moyenne, records 17 points, 5/6 à 3 points en LFB. 5,3 points, records 7 points, 6 passes décisives, 6 rebonds.

N° 0 : Jade Hamaoui : Internationale U16 et U18, 18 ans, 1,81 m,

Poste 3

N° 25 : Marissa Coleman  : Internationale US, 32 ans, 1,85 m, 8,4 points de moyenne, records 13 points, 2/3 à 3 points en LFB. 13,3 points, 3 doubles, record 19 points en Euroligue. 

N° 23 Ana Dabovic : Internationale serbe, 30 ans, 1,89 m, 13 points de moyenne, 2 doubles, records 14 points, 3/4 à 3 points en LFB. 13,3 points, 4 doubles, record 16 points en Euroligue.

Poste 4

N° 33 : Elodie Godin  : Internationale, 34 ans, 1,90 m. 5 points de moyenne, records 2 x 8 points en LFB. 3,5 points, records 7 points, 2 x 7 rebonds.

N° 12 : Iliana Rupert : Internationale, 18 ans, 1,91m. 8,2 points de moyenne, 2 doubles, 1 double-double, records 2 x 12 points, 10 rebonds en LFB. 11,8 points, 3 doubles, 1 double-double, records, 17 points, 13 rebonds.

Poste 5

N° 11 : Alexia Chartereau : Internationale, 21 ans, 1,91 m, 15 points de moyenne, 5 doubles, records 25 points en LFB. 11,8 points, 3 double, 1 double-double, records 17 points, 13 rebonds en Euroligue.

N° 4 : Isabelle Yacoubou : Internationale, 33 ans, 1,90 m. 6,6 points de moyenne, records 10 points en LFB. 9,7 points, record 14 points en Euroligue.

Jean-Jacques Lasserre