Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Tarbes-Lavaur, samedi à 18h30 à Trélut

vendredi 15 novembre 2019 par Rédaction

Lavaur n’est pas à sa place

Les Tarbais feraient bien de ne pas mépriser, l’ancien Champion de France, qui possède de nombreux atouts dans son jeu. Malgré une modeste 8ème place, Lavaur n’est qu’à deux points de la 6ème place qualificative et ne compte qu’une défaite à domicile contre Blagnac (7-23). Les autres défaites proviennent des déplacements à Mauléon (25-24), à Albi (40-5), à Saint-Sulpice (33-9) et à Fleurance (23-20). A domicile, les Tarnais se sont largement défaits de Graulhet (40-12) et un plus difficilement de Pamiers (21-18) et de Lannemezan (17-12). Cette équipe, remaniée à 50%, trouve peu à peu ses marques, et s’appuie sur une grosse mêlée, une des plus fortes de la Poule. Mais c’est aussi une équipe capable d’envoyer du jeu, qui est classée 4ème attaque (18 essais) juste derrière Tarbes (20 essais) et Blagnac (21 essais).

Les avis des entraîneurs et les compos d’équipes

Nicolas Hallinger 

Une victoire fédératrice contre Lannemezan

Lavaur, surclassé huit jours plus tôt à Albi, avait presque créé la surprise à Trélut lors du dernier match de préparation en août dernier. De quoi donner confiance à cette équipe dont le combat est dans l’ADN et dont la mêlée est le point fort. De quoi contrarier une équipe Tarbaise qui prendrait ce match de haut après sa prestation à Oloron. Lavaur, même dans la difficulté, s’est rassuré contre Lannemezan. Une victoire qualifiée « d’importante face à une belle équipe, dure, costaud et bien organisée » par le Manager. Un match de « très bon niveau, en terme d’organisation de volonté et d’esprit. » Au delà de la victoire, c’est l’apport du banc qui réjouit Nicolas Hallinger qui voit son Groupe se fédérer au fil des rencontres. Une « victoire fédératrice » qui va donner confiance à une équipe qui commençait peut-être à douter. D’autant que l’équipe était privée de Grolleau et du capitaine Marsoni, qui sont deux de ses pièces maîtresses. « Le travail paye enfin et la réussite au pied nous fait du bien.  » Les Tarnais, qui n’avaient plus gagné depuis début octobre contre Graulhet, étaient sous pression. L’équipe se bat et joue bien au rugby. « Collectivement, on est bien, c’est individuellement qu’il faut monter d’un ton », analysait l’ancien troisième ligne à l’issue de la rencontre.

L’équipe est en pleine reconstruction

Avec une équipe renouvelée à 50 % et avec un tiers de blessés, Nicolas Hallinger prend son mal en patience, car son équipe est toujours en course pour le Du Manoir. « Dans cette Poule, rien n’est fait si ce n’est les trois « gros », Albi, Blagnac et Tarbes, qui ont pris un peu d’avance, par rapport à tout le monde. Sinon, tout reste ouvert et par rapport à notre calendrier, tout reste à faire. L’équipe est en pleine reconstruction et on savait que ce ne serait pas facile avec tous les départs en fin de saison dernière. On sait que ce n’est pas facile, pour l’instant et on travaille, on travaille. » En plus, Lavaur n’a pas été épargné par les blessures de joueurs importants. « Toutes les équipes ont aussi des blessés mais quand on a un gros effectif, en qualité et en quantité, ça ne se voit pas trop. Nous, on a un bon effectif en qualité mais il est un peu juste en quantité et quand on a neuf blessés, ça se répercute vite sur l’équipe. » A part Albi et Blagnac, qui sont au dessus, les regrets viennent des deux courtes défaites concédées face à des équipes de leur calibre. « On perd à Mauléon, le premier match de championnat chez un promu. Sur le contenu, on y était et on perd sur des détails. A Fleurance, c’est pareil. On a un trou d’air de dix minutes, en fin de première mi-temps, qu’on n’arrive pas à combler en seconde mi-temps. » Pour l’instant Lavaur mange son pain noir et fait le dos rond en attendant le retour des jours meilleurs. « On a des blessés, on continue à travailler, on avance, mais on n’a pas les moyens de lutter avec les « gros » et on le sait, parce qu’on n’a pas la qualité et la quantité. Quand on a huit ou neuf blessés, on est obligé de réfléchir pour faire la feuille de match tous les dimanches. Pour nous, l’important c’est de continuer à travailler, de faire match après match et après, on verra ce qui se passe. »

On va chez un gros qui a trouvé la bonne carburation

C’est un peu dans cet état d’esprit que Lavaur se rendra à Tarbes, un peu comme Bagnères, même si Nicolas Hallinger essaie de faire profil bas pour essayer d’endormir son adversaire. « On sait très bien où on va samedi. On va chez un gros qui a trouvé une bonne carburation, il n’y a qu’à voir le dernier résultat… » On connait l’homme, c’est un battant, un vrai guerrier qui pousse ses hommes, à se battre, à ne jamais rien lâcher et son discours a de quoi surprendre. Quand on lui rappelle que, son équipe laminée à Albi, s’était révoltée à Tarbes, il réplique : « C’était en match amical au mois d’août, Tarbes était en phase de réglage, ça n’absolument rien à voir. Ce sont des matchs qui sont complètement différents. » Un discours qui ne colle pas avec celui d’un technicien qui sait que dans les conditions météos annoncées, c’est l’abnégation et le combat, qui comptent avant tout. D’autant que son équipe, même diminuée, a les atouts devant, en touche et en mêlée, pour contrarier Tarbes. On ne voit pas, l’ancien troisième ligne de Castres faire l’impasse à Tarbes, alors qu’il y a quinze jours de récupération avant le dernier bloc. Alors que Bagnères, diminué et dans les mêmes conditions atmosphériques, y a pris un point.

Auvergnas rejoint la liste des blessés

Aux absences du pilier Grolleau et du troisième ligne et capitaine Marsoni, contre Lannemezan, s’est rajoutée celle de l’autre troisième Auvergnas, pour le match contre Tarbes. Les autres absents, Pradalié, Clergue, Sellier, Cazabonne, Andreu, Vaz Tavares, ne devraient pas faire leur retour ce samedi. Le Groupe aligné devrait être celui des vainqueurs de Lannemezan, sans Auvergnas, remplacé par un Espoir.

Le Groupe probable

Première ligne : Benzuibenhout, Rodriguez, Brou, Vacaresse, Trassoudaine, Fontbostier

Deuxième ligne : Fromenteze, Falga, Diot

Troisième ligne : Cugier, Lane, Lebrasseur, Boulade

Demis : Etcheverry, Mouysset, Arénas

Trois-quarts : N’Diaye, Tignères, Hecker, Hallinger, Scozzi, Norkowski, Lasme,

Tarbes

Première défense aux essais de Fédérale 1

Compte tenu des conditions météos ; le combat, la conquête, le jeu de pression au pied, les ballons portés et la mêlée, seront une fois de plus, les clés du match, avec la discipline en prime. Si les Tarbais renouvellent leur prestation contre Bagnères ce pourrait être une « Bérézina », s’ils sont sur la lancée d’Oloron, ce pourrait être « Austerlitz. » Le Stado-TPR se doit de l’emporter pour rester dans les roues de Blagnac qui reçoit Graulhet et à portée d’Albi, qui se rend à Fleurance. Des Tarbais qui sont, avec six essais encaissés, classés meilleure défense de la Poule 3, mais aussi de toute les Poules de la Fédérale 1 ! Les Tarbais sont aussi premiers de leur Poule au Classement Britannique avec 16 points devant Albi 15 points et Blagnac 14 points et ils sont 4ème sur l’ensemble de la Fédérale 1, derrière Massy et Saint-Jean-de-Luz, 19 points et Bourg-en-Bresse 17 points.

Yannick Vignette : Il va falloir mettre beaucoup de combat

Yannick Vignette lui, n’a pas oublié ce match amical où les Tarbais, trop sûrs d’eux peut-être, avaient été pris dans l’engagement et dans l’envie. Les conditions météos, plus proches de celles contre Bagnères que de celles d’Oloron, ont aussi de quoi inquiéter sur un terrain qui risque d’être injouable. D’autant que les Tarbais, comme avant Lannemezan, ont peut-être repris un peu trop d’assurance, qui pourrait virer à la suffisance, face à une équipe diminuée et mal classée. « Ils sont très bons devant, en touche et en mêlée », avertit le Manager. « Ça va être un match compliqué, il va pleuvoir. Ça va être un match âpre face à une équipe qui est très bonne devant et sur les fondamentaux. Il va falloir mettre beaucoup de combat. » Les Tarbais devront répondre présents face à une équipe forte en mêlée et sur les ballons portés qui a obtenu deux essais de pénalité sur leurs dix-huit essais inscrits.  

Noyé blessé, retour de suspension de Vial

Les Tarbais ont perdu Noyé pour au moins quatre semaines (luxation du coude) sur un placage à retardement non sanctionné. Une grosse perte, dans ce type de conditions de jeu, où l’association Noyé, à l’ouverture, et Pees, au centre, avait beaucoup compté dans la performance des Tarbais à Oloron. Pees va retrouver sa place à l’ouverture, Jauzion rentre au centre et Paulet revient dans le Groupe. Le reste du Quinze de départ est inchangé. Vial, de retour de suspension, revient sur le banc à la place de Tahar. Paget est toujours suspendu après son carton à Mauléon (4 matchs). 

La compos : 1 Marmoiton, 2 Prétorius, 3 Duny, 4 Woki, 5 Taputaï, 6 D’Hooghe, 8 Méron (cap.), 7 Pérez, 9 Lhusero, 10 Pees, 11 Dumestre, 12 Nuu, 13 Jauzion, 14 Huyard, 15 Berbizier

Remplaçants : 16 Camy, 17 Vial, 18 O’Flynn, 19 Abat, 20 Paulet, 21 Dulucq, 22 Rubio, 23 Noui, 25ème Peyri