Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Tarbes-Bagnères, ce vendredi à 20h45 à Trélut

vendredi 1er novembre 2019 par Rédaction

Soirée chandelles plutôt que de gala

Ce Tarbes-Bagnères sera le premier derby bigourdan télévisé et une première pour le Stade Bagnérais depuis 2012 et un derby contre Lourdes. Dans des conditions climatiques, qui s’annoncent difficiles et avec l’enjeu qui prime le jeu sur un derby, le rugby bigourdan risque de ne pas se mettre en lumière, surtout avec des lux manquants. Il faut s’attendre à ce que ce soit les chandelles qui éclairent Trélut, dans un match où l’engagement primera. De ce côté-là, les Bagnérais seront au rendez-vous, comme le confirme leur site, avec de plus un plan de jeu spécifique : « Le courage et la solidarité, deux vertus qui ne manquent pas aux Stadistes depuis le début de la saison, seront une fois de plus au rendez-vous. Mais ce ne sera pas suffisant face à l’armada des Rouge et Blanc. Une très grande rigueur du début à la fin du match, sans trous d’air, le respect à la lettre du plan de jeu, même et surtout dans les temps faibles, une conquête soignée face à celle des Tarbais bien huilée, et une grande discipline, pourront perturber un adversaire plus puissant et sûr de ses armes. Ce qui est certain c’est que le duo Fourtané-Cazaux a mis une stratégie en place. Sera-t-elle payante ? » Tout dépendra des conditions de jeu. Si elles sont favorables, les Bagnérais pourront tenter de jouer sur leur vitesse pour essayer de déborder la meilleure défense de la Poule. Si elles sont défavorables, pluie et ballon glissant, les chandelles, la pression, le jeu au pied d’occupation et les ballons portés, sont en général les recettes utilisées dans ce type de conditions où jouer au large peut s’avérer dangereux, sur des contres favorisés par un ballon glissant. L’autre recette, c’est de priver son adversaire de ballons faciles en touche pour éviter qu’il mette en place des ballons portés. L’an passé, c’est suite à une chandelle que Bagnères avait marqué ses premiers points, sur une pénalité (en-avant repris devant) puis sur un essai. A ce propos, tous les marqueurs de la saison dernière, (Latisnères-Palacin, Lassalle pour Bagnères et Bonnot, Escur, Claverie, pour Tarbes), seront absents ce vendredi, tout comme les deux cartons rouges, Dupont et Armary. Ce derby, inaugure le troisième bloc qui verra Tarbes se rendre à Oloron (10/11) et recevoir Lavaur (17/11) alors que Bagnères ira à Mauléon (10/11) et recevra Oloron (17/11).

Les compos et les avis des entraîneurs

Bagnères

Christophe Cazaux : Un début de saison compliqué au niveau du calendrier

Malgré le nombre de nouveaux joueurs à intégrer et les nombreux blessés qui ont amoindri le Groupe, l’entraîneur met ce début de saison difficile sur un autre compte. « On a eu un début de championnat compliqué au niveau du calendrier puisque sur six matchs, on a joué les deux grosses équipes de la Poule Albi et Blagnac qui, pour l’instant ont gagné tous leurs matchs. » Christophe Cazaux n’est pas inquiet : « Hormis la contreperformance contre Lannemezan à la maison, on est dans notre tableau de marche. On espère, maintenant, qu’on va rencontrer des équipes plus à notre portée, que ça va sourire. » D’autant qu’à part à Albi (57-14) et à Saint-Sulpice (28-13), les Bagnérais auraient pu faire mieux à Fleurance (31-26) après avoir été mené 24-9 à la mi-temps et contre Blagnac (13-22). « Contre Blagnac, on mérite au moins le bonus défensif, parce qu’on a fait une grosse, grosse partie. Contre Fleurance, c’est un match paradoxal, puisqu’on était mené 31-9. Les garçons, au lieu de lâcher complètement, se sont bien remobilisés et on revient à 31-26. Certes on peut avoir des regrets mais on était à Fleurance où personne n’a gagné, y compris Lannemezan. Pour moi, Fleurance c’est une équipe physiquement très imposante qui en prendra plusieurs à domicile. »

On a été défaillant en conquête et sur le règlement contre Lannemezan

Par contre, la dernière sortie contre Lannemezan est restée en travers de la gorge. « On peut parler de contreperformance parce qu’on a été défaillant en conquête et sur le règlement, puisqu’on a beaucoup été pénalisé, après le reste des résultats est cohérent. » D’autant que les Bagnérais ont été privés de plusieurs joueurs clés depuis le début de la saison. Bonan est blessé depuis la saison passée et n’a toujours pas fait un match et il manque cruellement. « C’est notre franchisseur, notre casseur de ligne », rappelle l’entraîneur. Latisnères-Palacin (opération du plancher orbital), Gélédan (double entorse de la cheville), Ibos (déchirure du pectoral), Elgujauri (grosse entorse de la cheville). Malgré cette série d’absences, plus ou moins longues, auxquelles il faut rajouter celles de Malaret, Garlat, Saubié, Seité, Szabo…, le staff a su faire face grâce à un effectif plus nombreux que la saison dernière. « On n’avait pas prévu autant de blessés mais on peut incorporer tout le monde car il y a de la concurrence. J’espère que cette concurrence va nous faire du bien tout au long de la saison, qu’elle va nous transcender et nous faire faire de belles choses. » Les ex-Tarbais ont connu des fortunes diverses puisque seul Capberbet est un titulaire à part entière. Arbaud, est en concurrence avec le buteur Matier mais aussi Garlat et le jeune Meynier, issu du club. Bude, se retrouve lui aussi soumis à forte concurrence avec Acosta, Reyes et d’autres. « Ils sont quatre ou cinq avec De Wolf, qui est très bon, à se tirer la bourre et on ne peut en mettre que deux sur la feuille », explique Christophe Cazaux. Par contre Arbaud devrait être dans le Groupe de vendredi.

Sortir de ce match sans regret, en ayant tout donné

Malgré la coupure, Bagnères n’a pas récupéré ses blessés bien au contraire, puisque son seconde ligne Dupont et son demi-de-mêlée Arnauné, victimes d’entorses à la cheville, devraient être absents par rapport à Lannemezan. Même si le derby est important, les échéances à venir à Mauléon et contre Oloron, face à deux rivaux directs, sont capitales et le staff ne devrait pas prendre le risque de perdre deux de ses cadres. « On débute un nouveau bloc et l’objectif est de gagner au moins deux matchs. C’est le minimum pour se refaire au classement. On va essayer de prendre le match contre Tarbes le plus sereinement possible, pour sortir de ce match sans regret et en ayant tout donné. » De ce côté-là, on peut faire confiance aux bagnérais dont l’engagement est une des marques de fabrique, comme ils l’ont prouvé la saison dernière. La rancœur du match retour et cette défaite au bout des arrêts de jeu est presque oubliée. « Oui, on l’a digéré mais ce n’est pas tant sur la pénalité, tenté ou pas, que sur la physionomie de cette fin de match. On était bien, on était devant au score et puis il y a ces décisions qu’on n’a pas très bien compris de la part de l’arbitrage. » Très dur à la fin du match, sous le coup de l’immense déception, Christophe Cazaux a retrouvé la conviction qu’il fallait un club bigourdan en Pro D2. « Comme on le dit et comme on le pense sincèrement, il faut que Tarbes remonte au niveau professionnel, parce que la Bigorre en a besoin. Ce match est passé, on a tourné la page et on construit sur l’avenir et pas sur le passé. »

Si on ne mouille pas le maillot, c’est qu’on est à côté du sujet

Après deux premiers blocs compliqués, le troisième ne l’est pas moins avec deux déplacements, dont un à Tarbes, mais l’entraîneur reste serein. « C’est le calendrier qui est comme ça. Quand il est tombé, on savait où on mettait les pieds. On est des compétiteurs et si on n’est pas capable de relever le défi, c’est qu’on n’a pas notre place en Fédérale 1. Nous, et le Groupe, on est convaincu qu’on est capable de relever ce défi et ça passe par ce match à Tarbes. » Une petite phrase qui montre que l’équipe, même amoindrie, viendra pour essayer de ramener quelque chose de ce derby. D’autant que le match va être télévisé et que les joueurs vont se transcender encore plus devant les caméras. « Je l’espère, mais si on ne mouille pas le maillot, c’est qu’on est à côté du sujet. Je fais confiance aux joueurs de ce côté-là, ils n’ont jamais lâché un derby. C’est souvent l’enjeu qui fait qu’on est un peu crispé et timoré mais ils vont se donner à 200 %. » Contre Lannemezan, malgré un engagement sans faille, Bagnères, comme souvent l’an passé, avait failli sur la discipline. « On a une équipe qui est jeune, qui est pleine d’envie, d’enthousiasme, qui ne lâche rien mais malheureusement cette envie débordante fait qu’on commet beaucoup de fautes. Et à ce niveau là, on n’a pas le droit, parce qu’il y a toujours d’excellents buteurs en face. On part avec des handicaps de douze points à chaque match et après, comme on n’est pas au dessus, c’est compliqué pour remonter. Si on arrive à gommer toutes ces fautes, je pense qu’on peut arriver à rivaliser largement, avec les équipes de notre niveau de la Poule. »

Faire abstraction de la télé

C’est une première pour Bagnères et le staff en a tenu compte. « C’est un paramètre qu’on a exposé aux joueurs puisque la télé était présente mardi à l’entraînement. Il faut le prendre en compte pour en faire abstraction et jouer ce match comme il doit se jouer et ne pas être indisposé par ce qui se passe tout autour. » Le contexte du match, derby, plus télé, plus conditions, risquent de peser sur le contenu du match, mais les Bagnérais ont des atouts à faire valoir. « On a un Groupe homogène, sans point fort ni point faible. Tout le monde tire son épingle du jeu. Il n’y a pas un joueur ou une ligne, au dessus de l’autre. »

Toujours amoindri, sans Dupont, sans Elgujauri et Arnauné

Pour ce match contre Tarbes, le staff, malgré les blessures a pu faire des choix et laisser en tribunes certains joueurs. A part Dupont et Arnauné, le Groupe qui a enregistré le retour de Seité devrait être le même, sauf intox. Szabo, compte tenu de la concurrence en pilier droit et des trois blessés en seconde ligne, est utilisé à ce poste. A priori le staff s’orientait vers quatre avants et trois arrières sur le banc mais suivant la météo, un des arrières pourrait laisser sa place à un avant.

Le Groupe des 23 bagnérais

Première ligne : Acosta, Pujo, Lisbani, Pambrun, Boada, Basile

Deuxième ligne : Degrave, Szabo, Domecq

Troisième ligne : Seité, Capberbet, Gayri, Malaret

Mêlée : Cayrolle, Danos

Ouverture : Vidal, Dubarry

Trois-quarts : Cabanne, Pucheu-Planté, Arbaud, Garlat, Matier, Dulucq

 

Tarbes

Yannick Vignette : On est hyper motivé

Ce derby pourrait être qualifié de match piège contre une équipe relégable qui ne compte qu’une seule victoire en six rencontres et qui a encaissé vingt essais. Mais les Tarbais qui restent, se souviennent que l’an passé, ils avaient eu de la peine à se défaire de Bagnérais vaillants et accrocheurs, ne rechignant pas à la provocation. Ce qui avait coûté deux cartons rouges (Armary et Dupont) sur une échauffourée. Mais piqués à vif par le match de Lannemezan les Tarbais ont semble-t-il, compris la leçon et tous veulent en être. « Quand, il y a la télévision, il n’y a pas beaucoup de blessés », plaisante le Manager, en voyant son Groupe au complet, à l’exception de Paget, en attente de jugement après son carton rouge à Mauléon. Mauléon où, comme après Nafarroa, il devrait y avoir un avant et un après Mauléon où, les joueurs ont pris conscience, que sans combat et sans solidarité, ils seraient passés à la trappe. « Je fais confiance au Groupe de Mauléon parce les mecs se le sont pelés, réduits à 14, dans des conditions difficiles. » Un juste retour des choses entre un staff mis sur la sellette par une certaine presse, suite aux déclarations présidentielles à Lannemezan, et un Groupe qui a montré sa solidarité. Le crève-cœur pour Yannick Vignette, c’est le choix de ne pas faire jouer Rubio qui va manquer son second derby. « C’est un gros regret parce que c’est un compétiteur, c’est une valeur sûre de l’équipe, gros joueur et gros état d’esprit. Mais il revient de blessure, il est un peu juste et je préfère attendre le prochain match. » Surtout que dans les conditions qui vont favoriser les chandelles, il vaut mieux ne pas prendre le risque d’une rechute. Yannick Vignette s’attend au même scénario que l’an passé, avec une équipe bagnéraise qui ne lâche rien, récompensée de sa vaillance en fin de match par un arbitre qui n’accorde pas un essai de pénalité, suite à plusieurs ballons portés et à plusieurs mêlées à cinq mètres, écroulés en toute impunité. Une fois encore, les Tarbais vont devoir s’employer jusqu’au bout, mais ça ils l’ont compris depuis Lannemezan et Mauléon. Même si au final la puissance et l’apport du banc devraient favoriser les Tarbais, si ceux-ci respectent leurs adversaires. Mais Yannick Vignette ne veut plus entendre parler de match piège. « On est ultra motivé pour ce derby. On en a raté un et on va essayer de n’a pas en rater deux. Les jeunes ont compris ce que c’était. On est ultra motivé, parce que ça fait un mois qu’on n’a pas joué à Trélut (30 septembre contre Fleurance). On n’a joué que deux fois à domicile en deux mois et on est ultra motivé. » Sauf si les conditions sont exécrables les Tarbais n’ont pas l’intention de fermer le jeu. « On a envie de jouer au rugby » signale l’ancien demi-de-mêlée. « Je suis pour l’alternance, jeu au pied, jeu à la main, jeu devant…, maintenant, il y a des matchs qui s’y prêtent plus ou moins. » Mais si les conditions ne s’y prêtent pas les Tarbais s’adapteront aux circonstances. « Il se peut que demain, ce soit jeu au pied, ballon portés et défense », avertit l’entraîneur. D’autant que jouer à 21h, avec au minimum la rosée et un éclairage blafard, n’est pas la panacée pour faire du jeu, si on considère « qu’un derby ça se gagne » avant tout

Christian Etchebarne : Il va falloir se recentrer sur le combat

Le Basque a entendu ces quinze derniers jours les Mauléonnais lui rappeler, qu’il y a vingt ans, ils étaient venus s’imposer à Trélut. Une bonne piqûre de rappel avant de recevoir Bagnères pour ne pas prendre ce match à la légère. « Il ne faut pas regarder le classement et bien préparer le match. C’est encore une équipe qui ne lâche rien, avec de grosses valeurs. » Les joueurs devraient avoir compris, après Lannemezan et Mauléon, que le rugby est plus une affaire de combat que de contenu. « Je pense que ce match de Mauléon a permis à l’équipe de se rendre compte de la préparation individuelle et de la façon dont il faut aborder ces matchs à l’extérieur, qui sont des « petits derbys » entre guillemets. » Encore plus que Lannemezan, l’effectif de Bagnères est composé majoritairement d’anciens tarbais, qui sauront se transcender face à leur ancien club formateur. « Ce sera un match, très dur, très accroché. On a bien préparé ce match dans la semaine et on le préparera encore vendredi, comme on l’a fait à Mauléon. » L’an passé, Christian Etchebarne avait assisté au match en tribune et il se souvient : « Cela n’avait pas été simple du tout. » Et ça risque d’être autant compliqué cette année, en dépit du classement. « Il va falloir se recentrer sur le combat » confirme l’entraîneur. « C’est le type de match qui doit nous permettre de franchir un cap, à ce niveau là, et de ressouder encore plus le Groupe, dans la continuité de Mauléon. »

Groupe au complet avec le retour des blessés

Pour ce derby, le staff dispose du Groupe au complet à l’exception de Paget qui a pris un carton rouge lors du dernier match à Mauléon (décision le 5 novembre). La coupure entre les deux blocs a permis de récupérer Rubio (cartilage), O’Flynn (coude) et même Woki (épaule) sorti sur blessure à Mauléon. Le staff a dû faire des choix et a procédé à des roulements. Premier choix difficile, celui entre Camy, Peyri et Prétorius, les trois talonneurs, qui sont cette fois tous disponibles. C’est Peyri, malade à Mauléon, qui en a fait les frais cette fois, au nom de l’esprit d’un Groupe solidaire et exemplaire à Mauléon. Tout comme, Rubio qui est opérationnel mais que le staff préfère préserver. Les deux recalés du jour feront les 24ème et 25ème. Le seul qui fait exception à la règle, c’est O’Flynn, qui remplace numériquement Paget, mais qui débutera sur le banc. C’est Abat qui sera dans le quinze de départ. Pour le reste le Groupe vainqueur à Mauléon est reconduit dans son intégralité avec des roulements par poste. Marmoiton, Dulucq et Paulet, deviennent titulaires et Vial, Lhusero et Dumestre rejoignent le banc. La première titularisation de Dulucq à la mêlée est un signe fort de reconnaissance pour son talent et son application. De plus son grand frère Romain de quatre ans son aîné, devrait être titulaire à l’arrière. Jouer contre son frère un derby devant la télé et toute la famille réunie, c’est un super cadeau et un gage fort de confiance, que lui offre le staff. En vacances, le jeune demi-de-mêlée a pu s’entraîner toute la semaine avec le Groupe, ce qu’il ne peut pas faire d’habitude. « Ça permet de le lancer avec une bonne préparation », explique Christian Etchebarne qui n’a aucune crainte sur sa prestation malgré le contexte. « Il n’y a aucun problème. C’est un joueur talentueux qui, sur chaque rentrée, montre qu’il a du caractère et qu’il n’est pas craintif. C’est bon, il a 18 ans et il peut y aller. On a toute la soirée pour le mettre en confiance. Ça va être un bon baptême du feu. »

Tarbes : 1 Marmoiton, 2 Camy, 3 Duny, 4 Woki, 5 D’Hooghe, 6 Abat, 8 Méron (Cap.), 7 Pérez, 9 Dulucq, 10 Pees, 11 Huyard, 12 Nuu, 13 Jauzion, 14 Paulet, 15 Berbizier

Remplaçants : 16 Prétorius, 17 Vial, 18 Taputaï, 19 O’Flynn, 20 Lhusero, 21 Dumestre, 22 Noyé, 23 Noui, 24ème Rubio, 25ème Peyri

Jean-Jacques Lasserre