Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
     

Mauléon-Tarbes, Samedi 19 octobre à 16h00

jeudi 17 octobre 2019 par Rédaction

Un club formateur

Le club existe depuis 1905 et les Basques ont connu l’élite du rugby national du début à la fin des années 1970 et en 1998, où ils sont venus gagner à Trélut. Le SAM (Sport Athlétique Mauléonais) a formé une kyrielle de joueurs de haut niveau, dont le dernier en date est l’ouvreur international Camille Lopez. La liste des joueurs est longue mais les plus connus sont certainement Benat Arrayet, Gérard Murillo, Louis Tafernaberry, Benat Urruty, Michel Escande, Jean-Claude Mignaçabal, Sylvain Bouillon et pour les Bigourdans, Arnaud Marquesuzaa (FC Lourdes), Pierre Arthapignet et Gilen Queheille (Tarbes).

Une ancienne bastide médiévale

Mauléon-Licharre*, qui compte moins de 3 000 habitants, est situé en plein cœur de province basque de la Soule. Pratiquement tous les joueurs sont issus des alentours et sont souvent des fratries, à l’image de Nafarroa. Ce qui leur donne sur le terrain une solidarité exemplaire avec le soutien sans faille d’un public très connaisseur mais aussi chauvin, comme tout bon public. Le club compte 250 licenciés, dont une soixantaine de seniors, une quarantaine de dirigeants et une trentaine d’éducateurs. Là aussi, le nombre d’abonnés décline. Un déclin dû surtout au vieillissement des supporters qui prenaient leur carte chaque année. L’âge et les décès sont passés par là et les plus jeunes sont moins enclins à s’abonner.

*Une très belle citée à visiter pour ses richesses patrimoniales, d’ancienne bastide féodale, dont le château de Mauléon XIème et XIVème. A voir aussi le château de Maytie (XVIème), la Mairie, installée dans un bâtiment construit par Mansart, la « Maison des Fées », an 1485 au fronton, une maison type de la Soule, avec l’entrée pour le bétail, qui se trouve 8 rue du Fort. La Halle (1745), le chœur de la chapelle de Saint-Jean-de-Berraude (1220, Commanderie des Chevaliers de Malte), devenue église paroissiale remaniée au XVIème et convertie en magasin de fourrage avec la Révolution. L’Eglise Notre Dame de la Haute Ville (XIVème), remaniée au XVIIème, avec son clocher trinitaire, typique des églises de la Soule. Une église qui vaut aussi par le dallage de son entrée et son retable baroque consacré à la vierge Marie.

Un stade bucolique et un hymne superbe et émouvant

Le bucolique stade « Marius Domingo* » de 4 500 places fait le plein lors des derbys basques ou contre Oloron. Deux à trois mille spectateurs sont attendus pour la venue du Tarbes de christian Etchebarne, un pur souletin, et de Yannick Vignette, qui ont entraîné Mauléon. Les supporters tarbais découvriront l’émouvant et superbe hymne « Pusa Maule » entonné en Basque par les supporters mauléonais. Le match a été avancé au samedi pour éviter la concurrence avec les clubs voisins qui jouent le dimanche. Le stade devrait connaître une très bonne affluence car en lever de rideau, les Espoirs rencontrent Oloron et les abonnés oloronais peuvent rentrer gratuitement.

*Du nom du premier international de Mauléon en 1931.

Un budget de 320 000 €au taquet

Mauléon comme, Nafarroa l’an passé, possède le plus petit budget prévisionnel de Fédérale 1 avec 320 000 €, en augmentation de 20 000 €, par rapport à la Fédérale 2, assure Henri Etcheberry le Secrétaire Général du club. « Il y a 2 800 habitants à Mauléon et la Mairie nous aide comme elle peut. Nous, on ne peut pas fonctionner autrement. On bataille surtout au niveau des Partenaires mais notre budget ne dépassera jamais ça. Nous, on est vraiment au taquet du budget. » Malgré tout, l’objectif du club est le maintien comme lors de sa précédente montée où le club avait réussi à se maintenir trois saisons sous la houlette de Christian Etchebarne et de Yannick Vignette. « Le maintien se jouait sur la dernière ou l’avant dernière journée » se souvient Henri Etcheberry, ex joueur et dirigeant depuis une vingtaine d’année. « Ce sera encore ça cette année… »

Recevoir Tarbes c’est un privilège

Tarbes est le premier des trois « gros » à se déplacer et cette rencontre devrait attirer du monde. « Ce qui est sûr, c’est que recevoir Tarbes, pour nous, c’est quelque chose. On ne va pas rencontrer Tarbes tous les ans et pour nous, c’est un privilège de recevoir un club comme ça. Après, si on peut les battre, on va les battre. S’ils sont meilleurs que nous, ils gagneront. » Les deux entraîneurs du maintien, devenus tarbais, ont laissé de bons souvenirs. « Christian et Yannick, ont passé trois ans et demi chez nous et on a passé de très, très, bons moments. Pour beaucoup, ce sera un plaisir de les retrouver. »

Une ossature de 75% de Mauléonais

Le club ne compte aucun contrat fédéral, tous les joueurs sont des pluriactifs et s’entraînent trois soirs par semaine (mardi, mercredi, vendredi). « Il y a une ossature de 75% de Mauléonais. Il y a quelques jeunes de clubs voisins, de niveau inférieur, et quelques Espoirs de Bayonne ou de Biarritz, qui avaient passé l’âge, qui viennent essayer. » Le SAM a été pendant des années un club formateur, souvent titré chez les Juniors entre 2005 et 2015. « Pendant dix ans, on a été Champions ou Vice-champions de France plusieurs fois dans toutes les catégories, Teulière, Balandrade, Bélascain, Reichel », confirme le Secrétaire Général qui déplore, en tant que Responsable de l’Ecole de Rugby : « Il y a de moins en moins de joueurs. Comme beaucoup, on est en Entente au niveau des jeunes et ça va être de plus en plus difficile de sortir des joueurs. » La suppression des Bélascain, « qui alimentaient l’équipe Une » n’a pas arrangé les choses. De plus en plus de jeunes se tournent vers le foot, jugé moins dangereux, et le club de foot de Mauléon compte beaucoup plus de licenciés que le rugby.

Changement de staff

 Arnaud Héguy, passé par Bayonne, Biarritz, Grenoble, Dax et Soyaux-Angoulême, est le nouvel entraîneur. L’ex-talonneur veut apporter son expérience au service d’un club dont il partage les valeurs. Il sera secondé par l’expérimenté Sébastien Jaca, qui a longtemps joué à Mauléon et qui entraînait les trois quarts de la B depuis deux ans. Les deux hommes, qui ne se connaissaient pas, remplacent Christian Cabannes et Philippe Hontas qui ont conduit le club en Fédérale 1. Mauléon, premier de sa Poule, avait été éliminé en quart de finale (15-11) par le futur Champion de France Issoire, par un drop en toute fin de match après avoir laissé 11 points au pied.

Un effectif peu chamboulé

Le SAM a perdu une dizaine de joueurs à l’intersaison et en a récupéré huit, dont Pérez le pilier d’Anglet (ex Espoirs Dax et Bayonne), le talonneur Lagouarde (Espoirs Bayonne), le demi-de-mêlée Donnadieu (Biarritz) et Gily (Espoirs La Seyne). Les autres sont des joueurs en provenance des clubs des alentours. 

Départs : Lorenzo Ismael (2ème ligne,Pont-Long), Bordagaray Laurent (3ème ligne,Navarrenx), Larroque Ludovic (Ailier, Orthez), Héguiaphal Battitte, (ailier), Martingorena Thomas (demi de mêlée), Mainhaguiet Thomas,(pilier), Béguerie Jean Baptiste, (2ème ligne), Daviaud Paul, (2ème ligne Barcus)

Arrivées : Pérez Bertrand (Pilier, Anglet), Lagouarde Thomas (Talonneur, Bayonne), Ainciburu Peio (2ème ligne, St Palais), Lafon Rémi (3ème ligne, Pont Long), Donnadieu Aurélien (Demi de mêlée, Biarritz), Gilly Jean (Demi d’ouverture/Arrière, La Seyne), Erbinartegaray Arnaud (Arrière, Barcus), Le Tiec Léo (2ème ligne, Colmar),

Héguy Arnaud (Entraineur)

Arrêt
Cortal Guillaume (talonneur), Bordenave Pierre (ailier)

Cette saison le staff a utilisé 28 joueurs, dont beaucoup ont évolué à plusieurs postes. 23 joueurs ont joué les deux premières rencontres et cinq sont rentrés dans le Groupe lors des rencontres à l’extérieur. Notamment deux à Albi pour permettre aux titulaires, qui font aussi beaucoup de roulements, de souffler un peu avant d’accueillir Tarbes.

Effectif 2019-2020

Pilier

Vincent Cazobon : 25 ans, 1,82 m, 115 kg, aucun match

Adrien Derdoy : 24 ans, 1,80 m, 110 kg, 5 matchs, 2 titularisations

Rémi Goyheneiche : 30 ans, 1,85 m, 125 kg, 5 matchs, 2 titularisations

Christophe Larramendy : 22 ans, 1,75 m, 95 kg, 5 matchs, 3 titularisations

Bertrand Perez : 25 ans, 1,78 m, 109 kg, 5 matchs, 3 titularisations, passé par Espoirs Dax et Bayonne

Louis Raschetti : 19 ans, 1,78 m, 110 kg, aucun match

Didier Recondo : 23 ans, 1,80 m, 105 kg, aucun match

Talonneur

 Guillaume Capdevielle : 30 ans, 1,80 m, 106 kg, 5 matchs, 2 titularisations

Thomas Lagouarde : 21 ans, 1,80 m, 100 kg, 5 matchs, 3 titularisations

Baptiste Uhalde : 23 ans, 1,77 m, 88 kg, aucun match

 

Deuxième ligne

Peïo Ainciburu : 23 ans, 1,88 m, 98 kg, 5 matchs, 2 titularisations

Philippe Dunate : 32 ans, 1,82 m, 103 kg, 4 matchs, 2 titularisations

Sébastien Dunate : 21 ans, 1,84 m, 115 kg, aucun match

Léo Le Tiec : 21 ans, 1,89 m, 103 kg, aucun match

Pierre Sallaberemborde : 27 ans, 1,88 m, 102 kg, 3 matchs, 2 titularisations

Troisième ligne

Bastien Aramburu : 27 ans, 1,73 m, 80 kg, 3 matchs, 3 titularisations

Romain Caballero : 23 ans, 1,84 m, 98 kg, 5 matchs, 4 titularisations

Mathieu Cazobon : 30 ans, 1,86 m, 90 kg, 5 matchs, 5 titularisations

Thomas Laborde : 22 ans, 1,85 m, 95 kg, aucun match

Rémi Lafon : 27 ans, 1,89 m, 105 kg, 5 matchs, 4 titularisations

Pablo Larre : 21 ans, 1,86 m, 90 kg, aucun match

Jean-Yves Orabé : 28 ans, 1,87 m, 90 kg, 4 matchs, 4 titularisations

Demis

Nicolas Coupau (m) : 30 ans, 1,72 m, 75 kg, 5 matchs, 3 titularisations

Aurélien Donnadieu : 26 ans, 1,73 m, 70 kg, 5 matchs, 2 titularisations

Vincent Etchegoyen : 23 ans, 1,70 m, 72 kg, aucun match

Thomas Bisquey (o) : 22 ans, 1,80 m, 75 kg, 4 matchs, 3 titularisation

Arnaud Claverie (o) : 31 ans, 1,84 m, 85 kg, 5 matchs, 3 titularisations

Jean Gily (o) : 23 ans, 1,80 m, 72 kg, aucun match

Antton Pribat : 23 ans, 1,76 m, 76 kg, 4 matchs, 3 titulaires

 

 

Trois-quarts 

Patxi Ascery : 29 ans, 1,86 m, 80 kg, 3 matchs, 3 titularisations

Sébastien Barberarena : 24 ans, 1,75 m, 84 kg, 3 matchs, 3 titularisations

Laurent Carrique : 21 ans, 1,82 m, 80 kg, 2 matchs, 1 titularisation 

Pierre Descazeaux : 27 ans, 1,78 m, 75 kg, 2 matchs, 1 titularisation

Mattin Eppherre : 21 ans, 1,75 m, 73 kg, aucun match

Maxime Rosier : 25 ans, 1,82 m, 86 kg, 5 matchs, 2 titularisations

Arnaud Etbinartegaray : 23 ans, 1,85 m, 84 kg, aucun match

Laplace-Claverie : 28 ans, 1,75 m, 75 kg, 5 matchs, 4 titularisations

Arnaud Loyce : 20 ans, 1,84 m, 90 kg, aucun match

Arnaud Carrique : 1 titularisation contre Albi

Petto Queheille : 21 ans, 3 matchs, 2 titularisations

Jean-Jacques Lasserre