Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Les agents des finances publiques soutenus par des élus

vendredi 27 septembre 2019 par Rédaction

Les agents des finances publiques de Tarbes étaient à nouveau mobilisés ce jeudi 26 septembre avec une grève et la fermeture symbolique du centre des finances publiques de Tarbes, boulevard Maréchal Juin. Ils avaient le soutien d’élus avec la présence de la CGT.

Avant de donner la parole à trois élus qui se sont adressés aux agents des finances publiques José Navarro de l’UD CGT 65 a déclaré que cette fermeture symbolique du centre des finances publiques de Tarbes ce jeudi tout comme l’a été celle de Lourdes mardi a pour but de les garder ouverts et celui qui veut les fermer, c’est le gouvernement avec le plan Darmanin qui veut imposer en trois ans la destruction quasi-totale des réseaux de finances publiques en créant des maisons France service et refiler le bébé aux collectivités locales, donc une perte de qualité de service, non pas parce que les collectivités ne sont pas capables d’assurer le service public, mais parce qu’il y aura une véritable difficulté à assumer toutes les compétences qu’elles soient des finances publiques ou autres. De plus dans ces fameuses maisons avec des agents dont on ne connaît même pas le statut, ni la rémunération, ni qui va les prendre en charge. Nous demandons le retrait du plan Darmanin et le maintien des réseaux de proximité.

« Le constat que l’on peut faire c’est que le gouvernement commence à réfléchir et à se rendre compte que les élus n’en veulent pas et ne veulent pas non plus d’un Etat qui se défausse.

Nous allons lutter et continuer ce type d’opération dans les semaines qui viennent et nous espérons que l’on parviendra à faire reculer le gouvernement. Nous tenons aux services publics et considérons que c’est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas.

Il serait intéressant d’ouvrir une table ronde avec le préfet qui est le représentant de l’Etat pour savoir ce que doivent être les services publics, nous solliciterons la présence d’un parlementaire. Mardi nous serons à Tournay ».

 

Yannick Boubée maire d’Aureilhan : « Les représentants syndicaux ont parfaitement fait leur travail, ils ont rencontré un bon nombre d’élus et ont été extrêmement clairs et pédagogues quand ils ont expliqué les enjeux qu’il y avait derrière le plan Darmanin. Nous sommes de tout cœur avec vous. Ce que vous demandez est sensé et responsable. Votre combat est digne et noble ; fermer 10 trésoreries en trois ans est inacceptable raison pour laquelle nous partageons le souhait que vous avez émis, qu’il y ait une table ronde en préfecture où toutes les parties pourront échanger, élus, partenaires sociaux, l’administration avec un grand A est plein de bon sens. Hier, en session plénière de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, une motion a été votée à l’unanimité cela prouve le soutien des élus. Le service public est une chose extrêmement important, il faut le garder ».

 

Le maire de Gayan : « En ce qui concerne la réunion d’hier soir présentée par le secrétaire général de la préfecture avec ces fameuses maisons de services, une maison par canton en moyenne 1 ou 2 personnes seraient employées 24 heures par semaine et seraient sous l’autorité des collectivités et qui pourraient éventuellement être prises dans des associations après une formation de 3 jours. En plus dans ces maisons, il y aurait également la Poste ce qui veut dire qu’il n’y aurait plus de bureau de Poste ailleurs, sachant que sur un canton il y a entre 2 et 4 bureaux de Poste. On s’en va vers la désertification des communes, ce qui veut dire que les gens devraient se déplacer dans un seul endroit au niveau des cantons ».

 

Pierre Montoya, élu communautaire, n’a pas caché sa colère et a dit ce qu’il pensait : « Hier soir le secrétaire général de la préfecture est venu présenter son plan de maison de services. La motion a été votée à l’unanimité, j’ai dis ce que j’avais à dire au représentant de l’Etat dans des termes un peu rudes mais à mon avis la virilité n’empêche pas la correction.

Hier soir, c’était quand même le bal ‘’des faux culs’’, une motion qui a été votée à l’unanimité alors que déjà un certain nombre de maires avaient pris langue pour ces maisons de services, certains de ces maires faute de grives ils avaleront des couleuvres.

L’impôt est un des socles de la République, le service public c’est la République et il ne peut pas y avoir de République sans les services publics, s’attaquer aux services publics, à la structure des services publics c’est s’attaquer à la République, donc on peut se poser la question : est-on encore en République ?

Darmanin suit un processus qui a commencé il y a quelques décennies, qui se poursuit à la constance d’un rouleau compresseur en sacrifiant la santé, l’éducation et tous les services publics, tout ce qui fait la République dans sa structure est mis à mal.

Vous avez raison de vous battre, les élus peuvent accompagner, aider, donner crédit à vos combats, je vous dirais par rapport aux élus, il y en a de bien, il y en a de très bien, il y en a de moins bien et il y en a de très mauvais.

Nous sommes dans un système ou dans le même temps le service public recule et la médiocrité prend le pouvoir.

Du reste hier soir, je ne sais pas si le secrétaire général de la préfecture croyait lui-même ce qu’il disait car il avait besoin d’amener des précisions et de repréciser les précisions, il voulait se justifier à tout prix. Son comportement est injustifiable.

Bien sûr ils ont un travail à accomplir, ils ont des ordres, ils obéissent ! Ce n’est pas bon d’obéir à n’importe quel ordre, à un moment donné il faut être humain. Quelqu’un qui a une personnalité doit être capable de dire non ! Ces gens là disent oui à tout et voilà dans quelle situation on se trouve !

Ce qui se passe aujourd’hui n’est pas une réforme, c’est une contre réforme, plus de services publics et comme cela on alimente le profit de quelques-uns.

 

La maison des grands services, avec une personne qui serait capable de répondre à 85% des questions que se posent les usagers avec une formation de quelques jours et qui serait apte de répondre sur les problématiques auxquelles vous répondez quotidiennement dans le service des finances publiques mais aussi de répondre aux problèmes qui se passent pour les allocations familiales , pour la sécurité sociale, pour les soins, pour les retraites , pour tout ! Des encyclopédies vivantes, ils sont extraordinaires ‘’ce sont des petits Robert à 4 pattes ‘’, payés à coup de fronde et qui seraient à la charge des communes.

 

L’Etat se désengage des services publics et refile le bébé aux collectivités, ce qui était payé par l’Etat sera payé en plus par les impôts locaux, par les taxes locales, les communes devront fournir le local et les moyens de fonctionnement. On arrive à un stade où la médiocrité devient insupportable.

 

Vous avez mon soutien, mais tout cela me met en colère et je ne peux pas rester la bouche fermée devant tant d’injustice et devant tant de bêtises. Aujourd’hui, la médiocrité a pris le pouvoir !! ».

 

Nicole Lafourcade