Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 

Municipales à Ibos : Denis Fégné, maire sortant, déclare sa candidature

mercredi 18 septembre 2019 par Rédaction


Je vous ai invité aujourd’hui pour vous faire part de ma candidature aux prochaines élections municipales d’IBOS qui se dérouleront les 15 et 22 mars 2020 dans un peu plus de 6 mois.

J’ai été élu maire en 2014, dans le cadre d’un nouveau mode de scrutin. Celui -ci avait validé la parité homme femme et le fléchage des conseillers communautaires qui ont représenté notre commune au sein de la communauté d’agglomération du Grand Tarbes, devenue en 2017 Tarbes Lourdes Pyrénées.

Je vais donc constituer une nouvelle équipe que je vous présenterai dès le début de l’année 2020, et qui sera candidate au prochain mandat municipal.
Comme vous le voyez, j’ai choisi pour présenter ma candidature, d’avoir auprès de moi Gisèle Vincent et Philippe Soulé-Péré, qui sont maires- adjoints dans l’équipe actuelle, chargés respectivement de l’éducation et des associations.

Nous avons commencé ensemble l’aventure municipale en 2008, il y a des liens solides entre nous, d’amitié et de respect, et je vais travailler avec eux pour mettre en œuvre le nouveau projet municipal qui sera proposé aux Iboscéennes et aux Iboscéens.

Le groupe candidat sera renouvelé à 40%. Il est composé à la fois d’élus expérimentés, puisqu’une bonne partie de mon équipe actuelle a décidé de se représenter, mais aussi de forces nouvelles, ouvert à des sensibilités diverses et à des domaines d’activités variés.

J’ai toujours en tête les mêmes objectifs, à savoir constituer un groupe engagé, à l’écoute, réactif, équilibré géographiquement mais aussi professionnellement, bref représentatif de toutes les composantes de notre village.
Je crois nous avons montré au cours de ce mandat l’ensemble de ces qualités de dynamisme, de proximité et d’engagement, et je ferai tout pour qu’il en soit de même pour la nouvelle équipe qui se présentera aux prochaines élections municipales.

Etre élu local, c’est d’abord s’engager au quotidien, dans sa commune, dans sa communauté d’agglomération, au service de l’intérêt général.
Le contexte de défiance vis-à-vis du monde politique au niveau national n’atteint pas ou peu les élus du bloc communal.

Les habitants reconnaissent l’engagement des élus municipaux et, en général, les respectent.
En même temps, il y a une croissance des actes d’incivilité et les élus municipaux sont en première ligne, on l’a vu malheureusement avec la mort accidentelle d’un collègue maire cet été, mais aussi les agressions dont sont victimes de nombreux conseillers municipaux.

Le mandat municipal, et notamment la fonction de maire, n’est pas une promenade de santé.
J’en veux pour preuve le nombre de maire qui ne souhaitent pas se représenter en 2020 (environ 50%).
C’est un engagement personnel, familial, à partir d’une fonction qui expose et qui demande une bonne dose d’opiniâtreté et parfois de courage.
Mais c’est aussi une grande satisfaction de servir l’intérêt général et une expérience personnelle singulière.

Pour ma part, je suis âgé de 59 ans, marié et père de deux enfants.
Elu en 2008, dans l’équipe de Daniel FROSSARD, j’ai été élu maire d’IBOS une première fois en Mars 2013. Mon rôle était alors d’assurer la continuité du mandat jusqu’en Mars 2014.
Ensuite en 2014, avec une nouvelle équipe, j’ai proposé et mis en œuvre le projet municipal 2014-2020.

Sur le plan politique, je suis à titre personnel membre du parti socialiste et attaché aux valeurs de solidarité, de justice sociale et de laïcité.
Je me suis d’ailleurs engagé en 2017 dans la campagne des sénatoriales à la demande de notre sénatrice Viviane ARTIGALAS, et je suis son suppléant pour cette mandature.
Cependant, le maire d’une commune comme celle d’IBOS, ne résonne pas en termes de parti ou de clivage politique.
Il est avant tout un élu de proximité qui organise et met en œuvre des projets, avec une équipe constituée de sensibilités diverses qui composent son territoire, attaché d’abord à l’engagement et aux valeurs humaines de ses membres.
Je mesure la responsabilité qui m’incombe en me présentant pour la troisième fois devant les Iboscéens.
Sachez que je suis motivé pour continuer à œuvrer pour le développement harmonieux de notre si beau et si attachant village d’ IBOS.

Nous aurons bien sûr l’occasion de revenir sur le bilan du mandat 2014-2020, bilan que nous allons préparer avec Gisèle,
Philippe et Claude Bonnemaison, Claude qui a décidé de s’offrir une retraite bien méritée après tant d’années au service de notre commune.
Nous reviendrons aussi bien sûr, avec la nouvelle équipe, sur les propositions concrètes de notre programme dans le cadre de la campagne électorale.

Je souhaite vous dire quelques mots sur le mandat qui s’achève dans quelques mois.
Je ne veux surtout pas rentrer dans l’autosatisfaction, mais nous avons la conviction intime, avec Gisèle, avec Philippe, avec l’ensemble de l’équipe, d’avoir réalisé de belles choses pour notre village au cours de ces 6 dernières années.
Nous avons respecté notre feuille de route financière dans un contexte difficile lié à la baisse des dotations de l’état : pas d’augmentation de la fiscalité, dynamisme des investissements, économies de fonctionnement, réduction de notre dette.
Nous avons tenu nos engagements dans la redynamisation du cœur de village, dans l’aménagement et la rénovation des bâtiments publics, la voirie, la sécurité, la construction de nouveaux équipements.

Nous avons impulsé une nouvelle dynamique dans la participation des habitants, dans le développement durable.
Nous avons aussi pérennisé nos actions dans le domaine des animations, de la culture, de l’éducation, du lien social, de l’aide aux associations et aux sports, de la valorisation du patrimoine, de la forêt, de l’aménagement des chemins blancs.
Nous avons créé des événements comme IBOS en Rose, les repas de quartier, les journées du patrimoine, la journée « Notre village propre », le forum « Alimentation et patrimoine gastronomique dans les Pyrénées », etc..

Je veux ici remercier mon équipe pour son dynamisme, son engagement, sa solidarité et la qualité des actions menées depuis 2014, actions que nous poursuivrons jusqu’à la fin du mandat en mars 2020.

Je ne peux pas les citer tous : Claude, Régine, Noémie, Serge, Jeannot, Bernard, Alex, Jeanne, Juliette et tous les autres, ils se reconnaitront.
Je veux aussi remercier et féliciter l’ensemble des agents municipaux, avec à leur tête Jean Baptiste Savignac et Guy Dulout, le centre de loisirs et toutes les associations qui ont réalisé en 6 ans un travail considérable.
Je le dis chaque année pour les vœux, le maire n’est rien sans son équipe municipale, qui n’est rien non plus sans ses agents.
La municipalité n’est elle-même rien sans le travail quotidien des bénévoles des 25 à 30 associations qui tissent inlassablement des liens et des actions au service des habitants.

S’il fait bon vivre à IBOS, à tous les âges, c’est bien grâce à l’ensemble des acteurs que je viens de citer.
Mais s’il fait bon vivre à IBOS, c’est aussi grâce au dynamisme de son tissu économique et grâce à sa position privilégiée au cœur de la nouvelle communauté d’agglomération.

La loi Notre a agrandi et complexifié le territoire de l’agglomération en passant de 18 à 86 communes.
Mais nous avions aussi besoin d’une structure pour répondre aux enjeux économiques sur le bassin de vie Tarbes Ossun Lourdes.
C’est un grand défi que nous devons relever avec l’ensemble des maires et des conseillers communautaires, nous repasserons d’ailleurs à deux conseillers pour Ibos en 2020.
Là aussi, j’insiste sur la primauté des projets et de la coopération dans le bloc communal.

L’EPCI n’est pas le lieu des clivages politiques, même si chacun garde ses convictions et ses valeurs.
Il faut aller de l’avant, car ce qui est bon pour la communauté d’agglomération est bon pour notre territoire communal.
C’est cela l’interdépendance et il faut continuer, persévérer pour que cette agglo soit plus solidaire, plus proche des habitants, plus efficace dans ces compétences.
Paris ne s’est pas faite en un jour, ni l’agglo en trois ans, même si les bases sont maintenant solidement posées.

Tant de choses restent à faire, à améliorer, à créer, parce que le monde bouge, les besoins des habitants et notre société évoluent. Notre planète est en danger et nous devons, chacun à notre place, agir pour la sauvegarder et préserver les générations futures.
Ce sont ces défis que nous devons relever et nous allons nous y atteler grâce au projet municipal que nous nous apprêtons à construire, avec la nouvelle équipe qui se présentera en mars.

Je souhaite dire quelques mots sur ma vision de l’aménagement de notre commune.
Historiquement, les Iboscéens ont toujours été indépendants et ont su tirer parti de notre position frontière entre le Béarn et la Bigorre, à la croisée des réseaux routiers, autoroutiers et de l’aéroport.
L’implantation d’une grande zone commerciale et d’une activité économique dynamique fait de notre village le troisième territoire pourvoyeur d’emplois de l’agglomération derrière Tarbes et Lourdes.

En même temps, notre position périurbaine, à proximité de Tarbes, pourrait nous incliner à un développement urbanistique non maîtrisé, à un étalement urbain qui nous éloignerait de notre identité patrimoniale et d’une communauté villageoise qui intègre ses nouveaux membres sans oublier ses anciens.

C’est cette vision que je veux encore partager avec vous, basée sur un développement à la fois dynamique et raisonné, en privilégiant le cadre de vie, le bien-être et la qualité de vie mais aussi en valorisant notre potentiel économique et commercial et notre précieux patrimoine matériel et immatériel.