Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 

Retour sur Lannemezan-Blagnac

mardi 17 septembre 2019 par Rédaction

Les réactions du côté de Blagnac

Les Blagnacais savaient où ils mettaient les pieds et ils ont appliqué un plan de jeu parfait, pour s’imposer dans un match à l’extérieur, sans paraître forcer leur talent. Ils ont produit un jeu pragmatique, sans prise de risque mais qui pousse ses adversaires à la faute. Ils se sont aussi appuyés sur une défense agressive et une bonne conquête en touche qui leur a permis de porter le danger sur des ballons portés.

Eric Escribano : Une victoire compliquée

« C’est une victoire compliquée » assure l’entraîneur. « On savait que Lannemezan n’était pas à la bonne hauteur à Saint-Sulpice. C’est une très belle équipe, très dense, avec deux entraîneurs qui font bien travailler leur Groupe et ça c’est vu. Nous, on s’est retrouvé en difficulté et je trouve que le bonus défensif, pour eux aurait été largement mérité, il n’y a pas photo. Nous, on marque au bon moment et eux ne marquent pas. On a marqué sur nos temps forts et pas eux et c’est ce qui fait la différence sur ce match. Ce n’est rien d’autre. On est très proche les uns des autres et je me dis qu’on a eu de la chance de venir jouer au mois de septembre sur le Plateau. » A part la boue et la pluie, Blagnac a eu droit à l’énorme pression du public et à un gros combat sur le terrain avec son lot d’intimidation et un tableau d’affichage qui n’indique plus le temps écoulé. « Oui, on a tout eu (rires…) reconnaît Eric Escribino. « Après ça fait partie du folklore et c’est ce qui nous a un peu galvanisé. J’ai une équipe de jeunes, il ne faut pas l’oublier, et ça leur fait drôle de se retrouver là. Après, on a un statut de favoris à assumer même si nous, on ne veut pas monter en Pro D2. On n’a pas les moyens. On reste dans la Formation, on n’a que des joueurs français, à l’exception d’un Sud-Africain, en seconde ligne. Frédéric Michalak et Benoît Trey, nous imposent de n’avoir que des joueurs français et on va continuer dans ce sens, parce que la Formation Française, c’est ce qui se fait de mieux. » L’entraîneur en profite pour rendre un hommage appuyé à la Formation lannemezanaise. « Lannemezan, ça pue le rugby, les gens travaillent, aiment ce sport et éduquent de supers joueurs. Beaucoup de joueurs sont sortis de là et il ne faut pas l’oublier non plus. »

Mathieu Vachon : On voulait gagner, peu importe la manière

Le capitaine n’est pas tombé en terre inconnue sur le Plateau. « On savait à quoi on s’attendait en mettant les pieds ici. Ils sont passés à côté de leur match à Saint-Sulpice et ont savait qu’ils avaient à cœur de gagner chez eux. On savait que ce serait très, très, compliqué mais notre objectif était de venir gagner. On voulait prendre 4 points, peu importe la manière. C’était accroché jusqu’au bout avec une grosse tension à la fin mais le plus important c’est d’avoir gagné ! »

 Benoît Trey : Une victoire difficile sur le fil du rasoir

Le Président, originaire des Hautes-Pyrénées, connaissait particulièrement bien le contexte. « On s’attendait à beaucoup de combat. On savait que ça allait être dur ici. C’est une victoire difficile, puisqu’on a été très accrochés, notamment en mêlée et dans beaucoup de compartiments du jeu. Mais on a su, notamment, en défense, arrêter les assauts de Lannemezan pour l’emporter au final sur le fil du rasoir. » Une victoire que Blagnac est allé chercher à l’expérience en s’appuyant sur une grosse confiance. « L’équipe se connaît bien », révèle Benoît Trey.  « C’est un Groupe qui vit ensemble depuis trois, quatre ans maintenant. C’est un Groupe qui a vécu de belles rencontres et des matchs à enjeu décisifs l’an dernier sur les phases finales. Cette expérience, acquise lors des phases finales l’an dernier, on l’utilise en ce début de saison où on est attendu partout, maintenant. »

Les réactions du côté de Lannemezan

On peut dire que M. Gleyse a fait l’unanimité contre lui, par un arbitrage qui a semblé parfois à charge, notamment sur les mêlées, qui sont la grande force de Lannemezan. Si les joueurs du Plateau ont retrouvé leurs valeurs guerrières, ils ont commis trop d’erreurs pour espérer l’emporter face à une équipe solide, pragmatique, sûre de ses forces et de son rugby.

Bernard Duclos : Il y avait vraiment la place de faire quelque chose

Le co-président à son habitude a suivi la rencontre seul exilé dans un coin du stade déserté par le public. Loin de l’agitation des supporters et de son staff, il n’en éprouve pas moins le même ressenti d’injustice. « C’est une grosse déception. Autant dimanche dernier les joueurs n’avaient pas rendu ce qu’on attendait d’eux. Là, ils ont été présents, ils ont fait jeu égal avec Blagnac. Je n’ai pas l’habitude de critiquer l’arbitrage mais c’est vrai qu’on peut dire qu’il y a eu beaucoup de décisions défavorables pour nous et qui ont fait basculer ce match. On est les « Petits Poucets » mais c’est très regrettable, à ce niveau, de voir de telles fautes d’arbitrage. » Bernard Duclos veut cependant retenir la réaction des joueurs après le non match à Saint-Sulpice. « Après, ce qu’il faut retenir de positif, c’est l’engagement des joueurs. Je pense que si on fait des prestations similaires, j’espère que les matchs vont nous sourire. » Une défaite qui fait d’autant plus mal que ce match semblait à la portée de ce CAL. « Pour tout dire, j’ai un peu été déçu de la prestation de Blagnac, je m’attendais à autre chose. On craignait vraiment cette équipe, ça augmente d’autant plus ma déception car il y avait vraiment la place de faire quelque chose. » L’ancien demi-de-mêlée veut positiver avant tout. « Maintenant, la fin du match est sifflée et on repart avec 0 point. Il y a deux déplacements difficiles qui nous attendent, à Fleurance et à Mauléon. On a toujours su relever la tête et on ne va pas s’affoler. On va continuer à travailler pour avoir des dimanches plus heureux. »

Jean-Philippe Dastugue : Arbitrage incompétent ou malhonnête ?

L’autre Co-président, plus fougueux, avait eu du mal à contrôler sa colère en cours de partie et au coup de sifflet final. Plus tard la tension était retombée mais pas la frustration. « C’est un gros sentiment d’injustice. Je suis content du comportement des gars qui ont eu une bonne révolte par rapport au match de Saint-Sulpice. Là, on a joué à notre niveau d’engagement, mais avec effectivement un peu de déchets et quelques fautes. Les joueurs se sont envoyés et se sont filés. Par contre il y avait un autre élément, l’arbitrage, qui nous a empêchés de gagner ou au minimum de prendre un point de bonus défensif. Je me demande s’il est juste incompétent ou s’il est malhonnête. Je me pose la question. Je ne comprends pas ce qu’on a, ce qu’on a fait, pourquoi on dérange ? »

Christophe Schneider : A nous, de nous remettre en questions

L’entraîneur des lignes arrières était lui aussi passablement énervé par certaines décisions arbitrales en cours de match mais la tension retombée, il était plus lucide. « J’ai beaucoup de regrets parce qu’on a fait encore pas mal d’erreurs qui nous coûtent le match. On ne peut pas tout mettre sur le dos de l’arbitre même si, je pense qu’il ne nous a pas aidés. » L’équipe n’a pas su gérer ses temps forts reconnaît Christophe Schneider qui s’agace.  « Deux matchs, 0 point, ça commence à faire beaucoup. A nous, de nous remettre en questions. A ce niveau là, on n’a pas le droit de faire les erreurs que l’on fait. Surtout sur la fin du match où on peut aller chercher un match nul ou même peut-être une victoire. Des ballons tombés, des passes impossibles, des non replacements sur le troisième rideau, ça fait trop pour une équipe de Fédérale 1 qui avait besoin de points. » Heureusement, le Groupe a retrouvé son état d’esprit oublié à Saint-Sulpice. « Heureusement, la semaine dernière il n’y avait rien. Là, il y a eu un peu plus, même beaucoup plus et pour ça, il faut féliciter le Groupe qui a su retrouver l’engagement et les vertus nécessaires. Maintenant, il va falloir garder ça mais surtout progresser sur notre jeu, sur les détails, pour faire moins d’erreurs. »

Sébastien Pettigiani : Un bonus défensif n’aurait pas été démérité

Le capitaine reconnaît lui aussi que ce sont surtout des erreurs qui ont couté le match « C’est vrai qu’on s’est retrouvé au niveau de l’envie et de l’engagement mais on voit que ça ne fait pas tout. On a eu quelques ballons mal négociés qui nous ont été fatal. On s’est rassuré, certes sur l’état d’esprit et un bonus défensif n’aurait pas été immérité. Bien au contraire. » Le CAL n’a pas pu s’appuyer sur la mêlée qui fait sa force. Blagnac s’est évertué à faire tourner le chrono sur chaque mêlée et à user de tous les subterfuges pour brouiller les cartes et embrouiller l’arbitre. « En mêlée on était bien en première mi-temps. En seconde mi-temps, on était toujours aussi bien mais ils poussaient ou rentraient avant les commandements. C’est difficile de faire une mêlée si l’arbitre ne sanctionne pas directement. Il a vu autrement et on ne va rien dire, c’est qu’ils étaient plus malins que nous. » 

Dany Cazorla : « Aller vite chercher des points »

A 29 ans, le troisième ligne commence à prendre de la bouteille et il sait qu’il faut se remobiliser au plus tôt au lieu de se plaindre. « Blagnac, c’est une grande équipe, on le savait. C’est très propre, ça joue propre. Pour nous c’était très compliqué parce qu’en plus, on a été très mal arbitrés. Mais à un moment donné, il faut qu’on impose aussi notre jeu, qu’on pense à envoyer. Maintenant il faut faire notre travail et aller chercher des points parce que deux matchs à 0 point, ça commence à faire beaucoup. Il faut qu’on se remobilise et qu’on travaille à l’entraînement pour aller chercher des points à Fleurance ». Pour cela, il faut garder cette envie retrouvée sous peine de subir une nouvelle désillusion. « Notre envie était bien supérieure au week-end dernier où, elle était restée dans le car. Mais il ne faut pas s’éterniser sur ça et penser aux matchs d’après. Il faut rester bien serré, tous ensemble, pour aller vite chercher des points, sinon la saison va être très longue. »

Christophe Dulong

« On n’a pas fait le match parfait contre une bonne équipe et il y a des points sur lesquels il faut qu’on travaille encore, pour faire mieux. » Joint ce lundi l’entraîneur avait eu le temps d’analyser le match et d’envoyer la vidéo à l’arbitre.  « J’ai fait des heures de vidéo et même, si on ne doit pas cacher derrière l’arbitrage, qui fait partie des faits de matchs. Mais là, honnêtement, c’est une honte. » Christophe Dulong veut toutefois dédramatiser la situation comptable au bout de deux journées. « On a 0 point, c’est une évidence et on a besoin de prendre des points. Après, on a perdu à Saint-Sulpice, où pas beaucoup de clubs à mon sens, vont aller gagner et contre Blagnac, qui est une très, très, belle équipe qui, à mon avis, va gagner chez pas mal de clubs du ventre mou de la Poule. On ne va pas se contenter de ça, mais il faut dédramatiser aussi. »

Jean-Jacques Lasserre