Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Match de préparation : Retour sur Tarbes-Lavaur

dimanche 1er septembre 2019 par Rédaction

Lavaur en mode combat, Tarbes en mode gala

Ce match ne restera pas dans les annales si ce n’est par celui du petit nombre de spectateurs rebutés par l’horaire tardif et qui ont préféré suivre à la TV France-Italie ou la deuxième journée de Pro D2. Un horaire souhaité par Lavaur pour disposer de l’ensemble de ses joueurs pluriactifs qui travaillent le vendredi après-midi. Pour une fois, les absents n’ont pas eu tort car les Tarbais ont bafouillé leur rugby face à une équipe en mode combat, qui ferraillait sur le moindre ballon. Les Tarbais, en mode gala, ont oublié les fondamentaux, que sont la conquête et le combat et n’ont pu qu’à de rares fois enchaîner des temps de jeu. Des Tarbais qui ont aussi paru timorés, un peu moins présents dans l’engagement, comme si dans une composition qui ressemble, à deux ou trois éléments près, à la feuille de match de Graulhet, les joueurs craignaient la blessure ou la suspension. En parlant de blessures, Jordan Peyri (genou) devrait manquer le premier bloc mais Fabien Vial (cheville) sera opérationnel dimanche prochain.

Les réactions tarbaises

Les Tarbais, trop sûrs d’eux, ont pris une leçon d’engagement et de réalisme de la part d’une équipe qui venait d’encaisser un 47-7 et de prendre sept essais à un. Des Tarbais dominés dans tous les secteurs dans le match de préparation le plus dur au niveau des contacts et de l’agressivité, selon le ressenti de plusieurs joueurs. Des joueurs qui reconnaissaient avoir été « mauvais et nuls » pour n’avoir pas répondu présent face au défi physique proposé par des Lavauréens venus pour racheter leur honneur bafoué à Albi. Un bien pour un mal, car les néo-tarbais ont eu un aperçu d’un vrai match de championnat avec une équipe qui tentait toutes les pénalités et qui a mis plus d’intensité dans le combat que les précédents adversaires. Ainsi, ils ont eu un aperçu de ce qui les attend à Graulhet au niveau du combat.

Yannick Vignette : Un vrai match de Fédérale 1

Inutile de dire que le Manager tarbais était très déçu par la prestation de ses joueurs à huit jours d’un déplacement crucial à Graulhet. Surtout de la part de ses avants qui ont subi en mêlée et qui ont perdu de nombreux ballons en touche, faute de motivation. « On a eu l’opposition d’un vrai match de Fédérale 1 alors que nous, on était encore dans l’esprit d’un match d’entraînement. Avec beaucoup d’approximations sur la touche. » Pourtant l’accent avait été mis dans ce secteur toute la semaine sans grand succès sur le terrain. « Les choses se mettent en place mais moins vite que l’on souhaiterait. On a eu encore un peu d’approximation mais il ne faut pas oublier qu’on a renouvelé pratiquement l’intégralité du huit de devant. Donc, il faut que les connexions se fassent. » Mais au-delà de ces excuses légitimes l’ex demi-de-mêlée reconnaît le manque d’engagement dans un match type de Fédérale 1 : « On n’a pas été bon sur la conquête, on n’a pas su trouver la solution en mêlée fermée face à des adversaires qui ont bien brouillé les cartes. C’était un vrai match de Fédérale 1 et nos jeunes joueurs, qui viennent des Espoirs de divers clubs, savent maintenant ce que c’est. Et c’est peut-être le match idéal pour préparer notre déplacement à Graulhet. Lavaur a passé la vitesse supérieure et a fait un vrai match de championnat, pas nous. » Un reproche qui s’adresse particulièrement aux avants qui se sont fait bousculer comme jamais depuis le début des matchs de préparation. « Sur la conquête, on n’a pas été convaincant et il reste du boulot. On va s’appliquer pour modifier tout ça rapidement devant parce que ce n’est pas satisfaisant. On va se retrousser les manches et on va bosser dur pour être meilleur en mêlée et en touche. » Si l’entraîneur est particulièrement remonté contre ses avants il souligne la qualité des trois-quarts. « Au contraire des trois-quarts qui répondent présents à tous les matchs. On sent qu’on a vraiment une bonne ligne et il faut qu’on puisse la nourrir de bons ballons, dans de bonnes conditions. »

On a gagné, c’est la seule satisfaction

L’essai de De Hooghe (au bout d’une séquence de jeu de plus de deux minutes où avants et trois-quarts se sont passés le ballon) et la défense ont retenu l’attention de Yannick Vignette. « On a marqué un très bel essai et on manque trois essais sur la dernière passe et au moment d’aplatir dans l’en-but. La défense c’est bien et c’est dans l’état d’esprit qui est bon et ça prouve que l’équipe est solidaire et se bat jusqu’à la fin. » L’ex demi-de-mêlée souligne le manque d’implication de ses joueurs à une semaine de la reprise. « On n’a pas joué dans l’esprit d’un vrai match. Les joueurs ont tenté des choses que je ne peux pas leur reprocher. Maintenant, on va structurer un peu plus pour le début du championnat. » Le seul point positif c’est la victoire au final. « On a gagné le match, c’est la seule satisfaction. Même en étant aussi médiocre en conquête, en étant aussi peu dans le combat, on a réussi à gagner. Ça veut dire qu’il y a eu des choses positives de la part de certains garçons ». La semaine va être chargée et les joueurs vont être mis face à leurs responsabilités avant le déplacement à Graulhet. « Il faut qu’on augmente notre cohésion en conquête et il faut qu’on change notre état d’esprit à partir de la semaine prochaine. A l’approche des matchs, il faut vraiment qu’on soit des guerriers et qu’on passe la vitesse supérieure. A Graulhet, il faudra mettre toute notre énergie et notre mobilisation mentale. »

Ulrich Prétorius : Ce n’est pas possible de refaire un aussi mauvais match

Le Sud-Africain pour sa première sortie (problèmes de visa et blessure) a soufflé le chaud et le froid. Il a montré à plusieurs reprises sa puissance, alliée à une belle pointe de vitesse, et sa capacité à casser les placages. Deux de ses actions les plus tranchantes, qui auraient dû terminer entre les poteaux, ont échoué mais démontrent de belles qualités. Mais beaucoup de ses lancers en touche ont semblé imprécis même s’il y a aussi une part de responsabilité, des soutiens et des sauteurs, dans ce genre d’exercice. Mais le talonneur est le premier à reconnaître ses erreurs mises sur le compte d’une longue inactivité. « Je n’ai pas encore retrouvé toute ma confiance et j’ai manqué d’efficacité sur les touches et sur les mêlées mais je pense que je serai mieux au prochain match. J’ai cassé la glace pour mon premier match car je reviens d’une grosse blessure. » Le Sud-Africain est resté dix mois sans jouer suite à la rupture du tendon d’Achille et il est avant tout heureux, d’avoir pu retrouver le terrain. « Il n’y a pas beaucoup de monde qui est revenu avec une blessure comme ça et je suis content de rejouer. Maintenant je ne peux que faire mieux. Ce n’est pas possible de refaire un aussi mauvais match (rires…). Mais il faut reconnaître que ses coéquipiers n’ont pas fait mieux et ne l’ont pas mis dans les meilleures dispositions dans un collectif en souffrance. Un collectif qui devrait se retrouver à Graulhet, Ulrich Prétorius en est convaincu. « Dès lundi, on va travailler sur les fautes parce qu’on en a fait beaucoup trop. » Sur les mêlées, les Tarbais sont tombés dans le piège tendu par leurs adversaires avec la bénédiction arbitrale. A sa décharge M. Hueso, qui monte de Fédérale 2, où les mêlées ne sont pas poussées, ne maîtrise pas trop ce secteur. « L’arbitre ne nous donnait pas le temps de se stabiliser et Lavaur poussait avant l’introduction. Il nous a pénalisé alors que nous, on appliquait vraiment les nouvelles règles, qu’on a bien travaillé à l’entraînement. Eux, ne les appliquaient et poussaient avant. Ils prenaient l’avantage et on se faisait pénaliser. » Et quand les Tarbais poussaient avant, c’étaient eux qui se faisaient pénaliser. Un vrai casse-tête pour la première ligne, avec en plus des petits piliers qui poussaient vers le bas ou en travers, ce qui est rigoureusement interdit.

Les réactions lavauréennes

On craignait cette équipe tarbaise qui avait eu trois matchs pour constituer un collectif et un fond de jeu et qui restait sur trois larges succès avec dix-sept essais inscrits au total. Et l’ombre de la déroute albigeoise était encore dans tous les esprits avant la rencontre. Ce qui explique cet état d’esprit commando des joueurs à la sortie d’un stage où les pendules ont été remises à l’heure. A Trélut, les Tarnais ont répondu présents dans le combat et ont mis les avants tarbais sur le reculoir par une défense agressive et dure à l’impact. Même mené 12-3 et 17-8, Lavaur n’a rien lâché et aurait pu ramener le match nul sans une transformation sur le poteau.

Alexandre Albouy : On s’est bien repris face à une belle opposition

Après la lourde gifle reçue à Albi (47-7, 7 essais à 1), la priorité, était de renouer avec les valeurs de combat qui sont l’ADN du club. D’où une équipe de Lavaur accrocheuse, roublarde et embrouilleuse dans toutes les zones de jeu. « On attaque le championnat le week-end prochain et on voulait se mettre en situation réelle, tout simplement », avoue l’entraîneur des trois-quarts plutôt penché sur le jeu au large. Là c’est plutôt la défense qui a été mise en exergue après la déculottée albigeoise. « Quand on n’a pas plaqué depuis quatre mois, il faut s’y remettre (rires…). Maintenant, on y est. On s’est bien repris face à une belle opposition. » Preuve que malgré de nombreux départs et un Groupe rajeuni, Lavaur entend tenir sa place comme le confirme l’ex demi-de mêlée : « L’ambition, c’est de faire le mieux qu’on peut. »

Arthur Jamin : Prêts à se donner et à mouiller le maillot

Chef d’une Entreprise de Conseils à Paris, Arthur Jamin est certainement, à 24 ans, le plus jeune Président de Fédérale 1. Ancien joueur universitaire, il vit le rugby intensément et la prestation de ses joueurs n’est pas pour lui déplaire. « On a vu un bel esprit avec une équipe qu’on a rajeuni volontairement avec un projet sur quelques années. On est content car ça fait à peine un mois qu’ils se connaissent. On a treize nouveaux joueurs et c’est important de voir qu’il y a un Groupe qui se fédère au niveau collectif. On a vu qu’ils étaient prêts à se donner et à mouiller le maillot. »

Nicolas Hallinger : Une équipe de caractère qui ne lâche jamais rien

L’entraîneur des avants est plutôt satisfait de l’état d’esprit affiché par son équipe contre une équipe tarbaise qui restait sur trois larges succès. « Ce qui m’a intéressé et ce qui me plait, c’est le comportement qu’on a eu. On a été frileux, offensivement en première mi-temps, même si on était bien en place défensivement. A la mi-temps, avec Alexandre (Albouy), on a dit aux garçons : Faites vous plaisir, faites vous au moins trois places, sinon on s’ennuie sur le bord. » Le Manager a trouvé un Groupe en pleine reconstruction qui a perdu ses principaux cadres. « On a quinze ou seize nouveaux joueurs dans ce nouveau collectif. Les anciens font bien leur boulot mais on veut avancer doucement. On veut avancer mais on ne veut pas avancer trop vite, on ne veut pas se brûler, on ne veut pas se perdre. On sait que le rugby est un sport compliqué, parce qu’il y a du combat, il y a du jeu, il y a de la stratégie et il y a trente-cinq bonhommes, même s’il n’y en a que quinze sur le terrain. Donc, il faut bâtir doucement et c’est ce qu’on est en train de faire depuis le début de cette semaine. » Le résultat contre Tarbes est donc encourageant pour le Manager tarnais. « J’ai vu des choses qu’on a bâti depuis cette semaine qui sont retrouvées sur le match, c’est un gros point positif. » Mais c’est surtout le comportement des joueurs qui a plu à l’ancien avant qui n’était pas un tendre sur un terrain. « J’ai retrouvé une équipe de Lavaur qui est une équipe de caractère. Elle ne lâche rien et ça, ça me plait aussi. Ça ressemble à ce que je suis : Un compétiteur né qui n’aime pas perdre. »

Jean-Jacques Lasserre




Photos JJL