Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Gardères : Les insignes de commandeur dans l’ordre du mérite agricole pour Ginette Curbet

lundi 15 juillet 2019 par Rédaction

Beaucoup de monde s’est déplacé à la ferme de l’Enclave à Gardères pour la remise de la cravate de commandeur dans l’ordre du Mérite agricole à Ginette Curbet, par ailleurs maire de la commune.

Etaient présents : le préfet Brice Blondel, le secrétaire général de la préfecture Samuel Bouju, la députée Jeanine Dubié, les sénatrices Maryse Carrère et Viviane Artigalas, Michel Pélieu, président du conseil départemental, Gérard Trémège, président de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées, des conseillers départementaux, Pierre Martin, président de la Chambre d’agriculture.

Marc Beillot, président départemental de l’association des membres de l’Ordre du Mérite agricole, précisait dans sa présentation que le mérite agricole est aussi appelé la légion d’honneur agricole. Il a été créé par le ministre de l’Agriculture le 7 juillet 1843. Très vite cette médaille a été décriée. Elle a eu le petit surnom de “poireau”. Le mérite agricole n’a pas été intégré aux autres ordres. Les 4 premiers médaillés du département furent des hommes. Depuis 1977, le nombre de femmes a augmenté dans les promotions et depuis le 25 mars 2019, la parité a été établie. La première femme commandeur du département fut Georgette Corazza en 1974. Avec la nomination de Ginette Curbet, la parité est à nouveau respectée (4 commandeurs hommes et 4 commandeurs femmes).

L’hommage de Brice Blondel, préfet des Hautes-Pyrénées

« Madame le maire, je dois vous dire le bonheur qui est le mien d’être aujourd’hui à vos côtés pour vous remettre les insignes de commandeur dans l’ordre du mérite agricole, déclarait le préfet Brice Blondel. C’est un bonheur de mettre à l’honneur une femme du territoire. Votre parcours a été riche de nombreux engagements ayant pour points commun la passion du monde agricole et le service de l’intérêt général. Vous êtes née ici même à Gardères où vous avez passé votre vie à servir ce territoire au travers de votre activité professionnelle et de votre mandat d’élue locale.

Dès l’âge de 18 ans, vous avez commencé votre activité sur cette même exploitation en secondant vos parents. En 1967 vous avez repris cette activité à votre nom avec votre mari et n’avez cessé de faire prospérer cette entreprise familiale au fil des années et des transformations profondes qu’a connue l’agriculture. Cette évolution, cette histoire, c’est le résultat d’une extraordinaire gestion mais aussi de la recherche permanente d’une production de qualité basée sur l’élevage, la transformation et la commercialisation de la totalité de production de viande de porc ainsi que d’une grande capacité d’adaptation aux attentes des consommateurs. Cette histoire a aussi permis à votre fils de reprendre à son tour les rênes d’une exploitation prospère qui emploie aujourd’hui 7 salariés.

Votre esprit d’entreprise, votre dynamisme, votre engagement personnel vous poussent sans cesse à vous engager dans de nouveaux projets. Vous êtes aussi une femme passionnée, engagée bénévolement en 1976 en qualité de responsable départementale puis régionale, membre durant 20 ans de l’équipe nationale dans le réseau de diffusion d’un magazine familial Clair Foyer, renommé ensuite Familles Magazine. Vous dites que cette expérience vous a beaucoup apporté en vous permettant de vous ouvrir aux autres. Présidente de la section des agricultrices de la FDSEA, de 1990 à 2002, vous avez été également présidente du syndicat de produits fermiers durant de nombreuses années. Elue conseillère municipale en 1989, vous en êtes devenue la première magistrate en 1995. Depuis cette date, vous n’avez eu de cesse de promouvoir votre village natal. Je pense que votre action n’est pas pour rien dans le fait que le village de Gardères garde une âme particulière, une vocation agricole affirmée. Elue à la chambre d’agriculture des Hautes-Pyrénées et membre du bureau de cette structure de 1995 à 2007, chargée du dossier agrotourisme et notamment du développement du label “Bienvenue à la ferme”. Puis à partir de 2007, élue au titre d’ancienne exploitante, vous vous êtes plus particulièrement investie dans le complexe domaine foncier et dans des structures où vous siégez avec assiduité. Vous avez adopté cette ligne de conduite concernant votre mandat de maire de Gardères. Vous veillez à développer une activité agricole dominée par l’élevage dans une zone céréalière, productrice de maïs, ce qui vaut à Gardères le surnom d’enclave bretonne de Bigorre. Volontaire et dynamique, vous œuvrez à faciliter l’installation de jeunes producteurs. Plus récemment l’implantation d’une épicerie multiservices dans la commune était un projet que vous portiez comme un rêve afin d’offrir un service de proximité aux habitants de votre commune. Vous êtes également membre de l’association des maires des Hautes-Pyrénées et membre de la communauté d’agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées créée en 2017, au sein de laquelle vous disposez d’une délégation au titre de l’agriculture, de l’agroalimentaire.

Madame Curbet, vous faites partie de ces femmes qui marquent l’histoire d’un pays. En 2012, vous avez été nommée chevalier dans l’ordre national de la Légion d’honneur. Aujourd’hui, comme je vous l’ai dit, c’est un honneur de vous remettre les insignes de commandeur dans l’ordre du mérite agricole. Nous vous remercions de votre engagement profond en faveur de notre agriculture.

Le discours de Ginette Curbet

Monsieur le Préfet j’ai ressenti une grande émotion et un grand honneur au moment où vous m’avez remis cette belle médaille au nom du ministre de l’Agriculture, en compagnie du Président départemental Marc Beillot

Vous avez répondu favorablement, sans hésiter, à mon souhait de la recevoir ici à la ferme. C’est pour moi même et ma famille tout un symbole. Ici à cet endroit des années 70 à 90 j’ai gavé 200 oies par an …

Cette médaille je la reçois comme une reconnaissance de la profession agricole et en particulier au nom des femmes agricultrices.

Grâce à toi Marc, à ton dévouement, tu as créé l’association départementale du Mérite Agricole. Président, tu t’es attaché à réactiver les dossiers en cours et proposé de nouvelles candidatures

Pour ma part j’ai cru comprendre que Mme la Préfète Béatrice Lagarde a elle même, sur ta proposition, présenté ma candidature au ministère

J’ai une pensée reconnaissante pour elle.

Lorsque j’ai reçu le courrier de monsieur le ministre de l’agriculture m’informant de ma nomination, j’ai passé la nouvelle à toute la family par whatsApp 

Mes petits enfants m’ont dit « encore une médaille mamie  »

Oui, ils étaient là gamins ne se rendant pas compte lorsque le Préfet Bastion m’a remis ici à la maison celle de Chevalier de l’ONM .

Ils étaient également présents mais là, adultes, à la salle des fêtes de Gardères à la remise de Chevalier de la Légion d’Honneur par Gérard Trémège, Maire de Tarbes et ami .

Aujourd’hui c’est Delphine leur aînée et Anna la Benjamine qui les représentent étant dispersés pour leur activités propre. Je sais et ils me l’ont dit qu’ils sont là par la pensée.

Je tiens à rester humble et ne jamais oublier que c’est grâce à des circonstances et des personnes qui ont façonné mon parcours de vie et d’agricultrice en particulier.

En priorité je pense à mes parents. Après mon certificat d’études (j’avais refusé d’aller au collège !), j’ai été me former à l’école ménagère Adriana, au retour aidé à l’exploitation et saisi des opportunités de travaux saisonniers (colonies de vacances – vendanges – service en restauration)

Étant la cadette de 9 et 11 ans de mes sœurs Héloïse et Berthe parties de la maison (je pense également à elles qui sont là-haut), mes parents m’ont demandé, même imposé, de rester sur l’exploitation petite exploitation de 15ha.

Ils m’ont acheté le tracteur le Pony qui est là....

Pendant 4 ans, il est mon compagnon de travail la semaine car le dimanche on ne travaille pas, on va à la messe, aux bals des fêtes locales, et là j’ai rencontré un beau jeune homme, Irénée de son prénom mécanicien de machines agricoles.

Viens Irénée près de moi

Irénée est devenu mon mari en 1964. Des événement familiaux ont fait qu’il a abandonné son activité, il s’est converti agriculteur, éleveur, charcutier et avons tous deux, de notre mieux, assuré cette noble profession jusqu’au passage du relais à Francis le cadet de ses deux sœurs Christine et Régine.

Les engagements :

Nous étions adhérents à la FDSEA ; aux élections à l’échelle communale il fallait une femme pour représenter la section des agricultrices. Les gars ont décidé de me désigner avec l’accord d’Irénée puisque il m’apprend la chose en rentrant à la maison.

Ensuite l’on me demande d’être candidate au département (seule femme parmi tous ces gars) cela m’a forgé le caractère 

 (je vous remercie les gars pour le respect et l’amitié) 

Puis c’est l’enchaînement. Ce fût l’élection à la chambre d’agriculture, membre du bureau où j’ai succédé à Lucienne Betbèze, une personne qui a marqué le monde agricole dans le département et a tant fait pour les agricultrices !

Elle m’impressionnait beaucoup.

Je salue Marie-Claude sa fille que je remercie infiniment de sa présence.

Un clin d’œil à Christiane Lambert, notre Présidente Nationale, sacrée femme !

Il y a aussi l’engagement à la commune : 1989 conseillère municipale, 1995 maire et à ce titre j’ai et je participe à diverses commissions agricoles mandatée par l’association des maires. 

Tous ces engagements au service de l’agriculture et du monde rural, toutes ces rencontres de diverses catégories sociales m’ont enrichie et m’ont débarrassée d’un complexe d’infériorité.

Oui je peux dire très fort en ce jour que je suis très fière d’avoir exercé cette profession et avoir participé à son développement.

Si j’ai pu m’engager c’est grâce à mon mari qui m’a toujours encouragée à continuer

Il s’est effacé ….à mon profit

Car il a été lui même président du syndicat départemental des palmipèdes, membre du conseil d’administration de la Coopérative porcine.

MERCI Irénée Merci les enfants et petits enfants

MERCI chacune et chacun vous avez été une petite pierre dans mon chemin de vie.

MERCI d’être venus partager ce grand moment.  

VIVE l’AGRICULTURE

****

Après avoir reçu les félicitations de ses enfants et de sa famille puis des nombreux invités, Ginette et Irénée Curbet invitaient l’assistance à partager un long moment de convivialité en dégustant goulûment quelques excellents produits de “La ferme de l’Enclave”.

G.M.