Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Demi-Finale Du Manoir, Cognac-Saint-Jean d’Angely-Tarbes

mardi 11 juin 2019 par Rédaction

Les Charentais détenteurs du vrai Du Manoir

Si l’affiche avec Nice avait des parfums d’antan, Tarbes et Cognac n’ont jamais lutté dans la même catégorie à haut niveau même si, à ses heures de gloire (1953-1970), L’US Cognac (quinze 16ème) a perdu la finale 1954 contre Grenoble (5-3) après avoir éliminé Lourdes en 1/2 (21-20) et était demi-finaliste en 1953, éliminé par ce même Lourdes, futur Champion de France. De plus Cognac a remporté le Du Manoir 1965* contre l’USAP, alors que Tarbes n’a même pas disputé une finale. Après des années de déclin, le club retrouve l’Elite pendant cinq ans (1989-1993) sans arriver à se qualifier pour les Phases finales, avant de péricliter de nouveau. La fusion avec Saint-Jean-d’Angely, il y a deux ans, est le début d’une nouvelle ambition avec la Pro D2 en ligne d’horizon.

*Un Challenge créé en 1931 et qui a disparu en 1996 avec l’apparition du rugby professionnel. Un Challenge organisé par le Racing club de France en honneur et dans l’esprit d’Yves Du Manoir, un aristocrate polytechnicien devenu international de rugby, mort à 24 ans aux commandes d’un avion militaire. Un Challenge où les équipes invitées étaient sélectionnées « sur leur esprit à pratiquer le rugby avec correction et loyauté », en opposition à un championnat, plutôt fermé et rude. Agen fut le premier vainqueur en 1932 et Brive le dernier en 1996. Narbonne est le club le plus titré avec 9 victoires et 3 finales, devant Lourdes 6 victoires, 1 finale, Toulouse et Dax 5 victoires et 2 finales. Clermont, Agen, Pau, Mont-de-Marsan, Toulon, Castres, Biarritz, Bayonne, La Rochelle, Grenoble, Brive, Lyon, Mazamet, Stade Français, Nice et Cognac, ont remporté le Challenge Du Manoir.

 

Privé de Jean Prat pour match arrêté (82ème) contre Bergerac

Cognac avec 80 points, a raté le Jean Prat pour 1 point juste derrière Dax, raflant la tête de série N°9 de meilleur troisième de Poule. Mais sans l’annulation, (pour match arrêté) de la victoire bonifiée contre Bergerac (39-15, 6 essais à 2), transformée en match nul (0-0), l’Union aurait disputé le Jean Prat. Une décision qui a aussi pesé lourdement sur la suite des résultats à cause des blessures et des suspensions. « Il y a eu, à la 82ème minute un accrochage et l’arbitre a arrêté la rencontre alors que nous menions 39-15 », explique Christophe Hamecek. Lui-même, le soigneur et l’ailier Gmir, ont pris quatre semaines de suspensions et le seconde ligne Davetawalu, a été suspendu pendant sept semaines.

 

Des résultats contrastés dans une Poule déséquilibrée

Pourtant, si l’équipe possède un effectif estampillé Pro D2 (voir ci-dessous), ce n’est pas pour autant un épouvantail avec ses huit défaites dans une Poule où les neuvièmes Bergerac et Suresnes (44 points) comptent moins de points que Valence d’Agen, relégué avec 48 points ! Et où les deux relégués, Langon 36 points et Saint Médard 9 points, sont les plus mauvais de toutes les Poules. Sur ses quatorze victoires l’Union en compte « officiellement » neuf à domicile contre Dax (30-15), Arcachon (13-5), Nantes (22-17), Saint-Médard (40-0), Rennes (15-9) Suresnes (52-20), Langon (42-17), Trélissac (64-19) et Niort (41-19) pour cinq en déplacement à Saint-Médard (7-61), à Rennes (9-31), à Suresnes (23-29), à Langon (21-30) et à Arcachon (12-31). Cognac-Saint-Jean-d’Angely a perdu une rencontre à domicile contre Rouen (24-26) et quatre à Niort (23-17), à Dax (23-20), à Bergerac (18-13) à Rouen (14-13). L’Union a concédé « administrativement » un match nul chez elle (0-0) contre Bergerac malgré sa large victoire (39-15) sur le terrain. Des résultats qui interpellent, toutefois, avec une nette victoire contre Dax, des courtes défaites contre Rouen et à Dax, suivies d’échecs à Niort (7ème) et à Bergerac (9ème). L’Union reste toutefois sur huit victoires consécutives, quatre en championnat, dont deux à l’extérieur et quatre en Du Manoir contre Lannemezan (24-18 et 25-7) et Anglet (17-12 et 24-20). Des résultants probants puisque Tarbes a été défait sur le Plateau et au Pays Basque.

 

Projet 2022 en Pro D2

L’Union, après deux ans d’existence se porte bien mais malgré un dossier d’Accession déposé en juin dernier, elle est en pleine construction. Pour l’instant, le budget et le nombre de contrats, seraient équivalents à ceux de Tarbes mais l’Union entend monter peu à peu en puissance. Christophe Hamacek est en charge de mener le projet sportif depuis le rapprochement de Cognac et de Saint-Jean-d’Angély. « Le projet, c’est 2022 Pro D2 » confirme l’homme fort de l’Union. « On a vraiment quelque chose à construire et on veut que ça s’inscrive dans la durée. On souhaite avoir des fondations solides de l’Ecole de Rugby jusqu’aux seniors et c’est ce qu’on s’attache à faire. On veut faire un vrai projet de club. » Une coexistence qui semble fonctionner entre deux clubs rivaux, si on en juge par les résultats. L’Union joue alternativement, selon les affiches à Saint-Jean-d’Angély ou à Cognac mais tous les entraînements se font au Stade de Cognac qui dispose de toutes les infrastructures nécessaires. « On a un gros, gros, centre d’entraînement » confirme Christophe Hamecek. « On a des infrastructures de qualité qui permettent de bien travailler. »

 

 Un effectif et un recrutement Pro D2

L’an dernier, pour sa première saison, l’Union Cognac Saint-Jean-d’Angély, N°2 National a été éliminée en 1/8ème par Vienne. A l’intersaison, la nouvelle entité, qui vise la Pro D2 à court terme, a mis les bouchées doubles au niveau du recrutement. Le fer de lance d’un recrutement de joueurs expérimentés, est l’ouvreur d’Albi Mathieu Péluchon qui était un des meilleurs buteurs de Pro D2, avec 577 points inscrits en Pro D2, entre Auch (2009 à 2013) et Albi (2013 à 2018), Dont 145 points en Poule Elite, la saison dernière. L’ailier biterrois Sabri Gmir, est l’autre valeur sûre de Pro D2 avec 220 points en 164 matchs. Bastiste Bonnet vient de Hyères-Carqueiranne mais il a passé cinq ans en Pro D2 avec Albi. Avec le demi-de-mêlée Sonny Cécot (Aix), l’Union s’est offert une charnière expérimentée estampillée Pro D2. Venu de Tyrosse, Thibaut Visensang a lui aussi évolué en Pro D2 et même en Top 14, avec l’Aviron Bayonnais. Le pilier Richard Aho a été élevé aux mamelles de la Pro D2 avec Biarritz. Outre ces joueurs expérimentés, l’Union a recruté des étrangers prometteurs, comme l’ailier fidjien Kolinio Ramoka (102 kg, 1m83), la machine à marquer de La Seyne-sur-Mer (21 essais en trois saisons de Fédérale 1). Le deuxième-ligne Wiehan Hay, formé aux Natal Sharks, vient d’Afrique du Sud et le troisième ligne Gareth Burton arrive de Nouvelle-Zélande. Le club a aussi fait le pari de l’avenir avec les arrivées de Romain Gauthier (Espoirs Oyonnax) et de Théophile Sentenac (Espoirs Soyaux-Angoulême). Un recrutement qui renforce un effectif où on retrouve des joueurs de Pro D2, comme les piliers Pueleto, (Biarritz), Hygonnet (Albi), Vutubua (Béziers), le talonneur Ardiaca (Aurillac), les seconde ligne Dawetawatu (Albi, USAP), Lavetanakoroi (Béziers), Letellier (Albi), Praud (Nevers), le demi-de-mêlée Entraygues (Albi), les trois-quarts Daunivaucu (Grenoble, Tarbes), Gillot-Jouannet (Soyaux-Angoulême, Montauban), Marais (Albi, Béziers)… Soit vingt et un joueurs qui ont connu le niveau supérieur, dont deux Espoirs…

 

Effectif 2019-2020

Staff 

Christophe Hamecek : Manageur, entraîneur des avants

Nicolas Cabannes : Entraîneur des trois-quarts

Cette saison le staff a utilisé 34 joueurs dont neuf Espoirs

Pilier

Richard Aho : Australie, 32 ans, 1,91 m, 128 kg, ex Soyaux-Angoulême, passé par Lille et Béziers (19 matchs, 12 titularisations) 2 essais

Louis Brunet : 21 ans, 1,82 m, 104 kg (remplaçant à Langon)

Mickaël Hygonnet : 25 ans, 1,87 m, 125 kg, passé par Albi, (24 matchs, 20 titularisations)

Mickaël Maniulua : 23 ans, 1,75 m, 108 kg ex-Tulle et Espoirs Brive, (7 matchs, 1 titularisation), 1 essai

Cecilion Puleoto : 27 ans, 1,93 m, 140 kg, passé par Biarritz, (8 matchs, 16 remplacements), 1 essai

Théophile Sentenac : 24 ans, 1,81 m, 112 kg, ex Soyaux-Angoulême, (15 matchs, 6 titularisations)

Tunay Vatubua : International fidjien U23, 26 ans, 1,83 m, 108 kg, passé par Romans et Béziers, (25 matchs, 14 titularisations), 4 essais

Talonneur

Florian Ardiaca : 25 ans, 1,80 m, 101 kg, passé par Lavaur, Aurillac, Espoirs Béziers (25 matchs, 13 titularisations), 5 essais

Bryan Bruno : 22 ans, 1,76 m, 98 kg, ex Bourg-en-Bresse (2 remplacements contre Niort et à Saint Médard)

Lionel Campergue : International portugais, 32 ans, 1,71 m, 100 kg, (23 matchs, 13 titularisations), 1 essai

Deuxième ligne

Isikeli Davetawalu : Fidji, 28 ans, 1,94 m, 130 kg, passé par Albi et USAP (13 matchs, 6 titularisations), 6 essais

Kemueli Tokalau Lavetanakoroi : International fidjien, 25 ans, 1,94 m, 115 kg, passé par Béziers, (20 matchs, 15 titularisations), 1 essai

Florian Letellier : 28 ans, 1,91 m, 107 kg, passé par Albi et La Rochelle (25 matchs, 15 titularisations)

Clément Praud : 32 ans, 1,97 m, 115 kg, passé par Nevers et La Rochelle, (14 matchs, 13 titularisations)

Hay Wiehan : Afrique du Sud, 27 ans, 1,99 m, 125 kg, (19 matchs, 18 titularisations), 2 essais

Troisième ligne

Gareth Burton : Nouvelle-Zélande, 27 ans, 1,90 m, 105 kg, (8 matchs, 4 titularisations)

Jean-Maurice Decubber : International belge, 22 ans, 1,77 m, 87 kg (19 matchs, 6 titularisations), 5 essais

Romain Gauthier : 23 ans, 1,92 m, 96 kg, ex-Espoirs Oyonnax, (25 matchs, 24 titularisations), 3 essais

Pierre Lemaitre : 21 ans, 1,79 m, 85 kg, ex-Bassin d’Arcachon, (10 matchs, 3 titularisations), 1 essai

Thibaut Vissensang : International espagnol, 28 ans, 1,84 m, 97 kg, ex-Tyrosse, passé par Albi et Bayonne, (15 matchs, 12 titularisations), 1 essai

Demis

Sonny Cecot (m) : 27 ans, 1,70 m, 78 kg, ex-Provence Rugby, (25 matchs, 18 titularisations), 4 essais

Isaac Coulibaly (m) : 21 ans, 1,72 m, 71 kg, ex Espoirs Soyaux-Angoulême (2 remplacements contre Arcachon et Saint Médard)

Théo Entraygues (m) : 26 ans, 1,70 m, 73 kg, passé par Albi, (10 matchs, 6 titularisations)

Alexis Brun (o) : 21 ans, 1,83 m, 87 kg, ex-Bassin Arcachon, Stade Bordelais, (5 matchs, 3 titularisations), 2 essais

Mathieu Péluchon (o) : International espagnol, 32 ans, 1,84 m, 84 kg, ex-Albi passé par Auch, (22 matchs, 21 titularisations), 2 essais

Trois-quarts

Baptiste Bonnet : 31 ans, 1,87 m, 108 kg, ex-Hyères, passé par Albi, Espoirs Toulon, (19 matchs, 14 titularisations), 2 essais

Jordan Cremoux : 25 ans, 1,80 m, 80 kg, (22 matchs, 15 titularisations) 6 essais

Jone Daunivucu : International fidjien, 42 ans, 1,82 m, 95 kg, passé par Grenoble et Tarbes, (19 matchs, 8 titularisations), 4 essais

Raphaël Gillot-Jouannet : 30 ans, 1,91 m, 90 kg, passé par Soyaux-Angoulême et Montauban, (14 matchs, 6 titularisations), 2 essais

Eneri Lotawa : Fidji, 22 ans, 1,90 m, 92 kg, (5 matchs, 4 titularisations), 3 essais

Kolinio Ramoka : Fidji, 25 ans, 1,83 m, 102 kg, ex-La Seyne, (25 matchs, 23 titularisations), 13 essais

Samir Gmir : International tunisien, 33 ans, 1,77 m, 90 kg, ex-Béziers, (22 matchs, 22 titularisations), 9 essais

Conrad Marais : Afrique du Sud, 30 ans, 1,92 m, 104 kg, passé par Albi et Béziers, (17 matchs, 12 titularisations), 3 essais

Vincent Pageneau : 25 ans, 1,81 m, 83 kg, (19 matchs, 12 titularisations), 9 essais

Maxime Laforgue : 24 ans, 1,82 m, 82 kg, (20 matchs, 18 titularisations), 7 essais

Jean-Jacques Lasserre