Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Les salariés de l’entreprise Toupnot de Lourdes reçus par les sénatrices et le vice-président de la région Occitanie

samedi 1er juin 2019 par Rédaction

Hier après-midi, les salariés de l’entreprise Toupnot de Lourdes ont été reçus par les sénatrices Maryse Carrère et Viviane Artigalas mais aussi par Jean-Louis Cazaubon, vice-président de la région Occitanie/Pyrénées/Méditerranée.

A l’issue de cette rencontre, ils se sont adressés à la presse :

Pour Viviane Artigalas : « Les investissements ne vont pas être à la hauteur de ce qu’il devrait y avoir et le groupe n’a pas la volonté de reconstruire exactement l’usine comme elle était ni même de la développer. Le groupe s’était engagé pour 50 salariés, aujourd’hui c’est pour 25, le compte n’y est pas et nous allons nous battre pour cela ».

Maryse Carrère : « Nous ne sommes toujours pas rassurés sur ce dossier. L’Etat a pesé de tout son poids pour limiter la casse en termes de reprise d’emplois et aujourd’hui on se pose la question car nous ne sommes pas du tout sur le minima des 50 emplois. Notre intention est de dire à monsieur Floris que le compte n’y est pas, et que l’entreprise reconstruise à minima et récupère l’argent de l’assurance pour aller l’employer dans un autre département. »

Jean-Louis Cazaubon : « Aujourd’hui, ils sont en train de mettre en place un plan qui est tout à leur avantage. De la reconstruction à minima, ils vont percevoir entre 15 et 18 millions d’euros de l’assurance et vont reconstruire un semblant d’usine à beaucoup moins, une paire de millions d’euros peut être, ils ne reconstruisent pas un outil avec un potentiel de production qui était le sien avant l’incendie. En clair, c’est le groupe Cofigeo qui s’enrichit sur le dos des employés de Toupnot. Cela est immoral et nous ne cautionnons pas ce genre d’opération » 

Philippe Combes, représentant du personnel : «  Nous rejoignons les élus. Ici c’est une affaire d’argent, ils disent qu’ils reconstruisent une usine et ramassent la totalité de l’argent de l’assurance. Aujourd’hui, pour eux l’entreprise n’a pas d’intérêt.

Nous souhaitons aller à la réunion du 5 juin à Paris pour pouvoir nous exprimer, savoir exactement ce que fait ou compte faire le groupe et aussi apporter des éléments car nous on travaille dans l’usine, pas eux. »

Nicole Lafourcade