Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Nantes-Tarbes, dimanche à 15h00 au Stade Pascal Laporte

vendredi 3 mai 2019 par Rédaction

Ne pas mésestimer le Stade Nantais

Les Tarbais devront se méfier de cette équipe nantaise qui est plutôt portée sur le jeu à l’instar des équipes basques ou landaises. Malgré leurs trois dernières défaites consécutives et une Phase Retour compliquée, avec seulement trois victoires pour huit défaites, dont quatre à domicile, les Nantais ne doivent pas être mésestimés. D’abord parce qu’ils ont terminé la Phase Aller en seconde position derrière Rouen, avec huit victoires, dont quatre en déplacement. Ensuite, parce qu’ils ont battus Cognac (32-31) et Dax (22-5) et qu’ils ont tenu tête à Rouen chez lui (18-14). Enfin, parce qu’ils n’ont plus rien à perdre. Malgré cinq points de pénalité, les Nantais se sont qualifiés et maintenant, ce n’est plus que du bonus. Nantes va donc jouer sans pression et va chercher à faire du jeu, pour prendre du plaisir et ne rien regretter. C’est donc une équipe sans aucun complexe et totalement libérée qui va accueillir Tarbes. Une équipe très joueuse qui a inscrit 66 essais, soit une moyenne de trois essais par match. Une équipe qui pourra compter avec le soutien de ses supporters, près de 1 500 spectateurs de moyenne dans un stade qui dispose d’une tribune de 1250 places assises. Les derbys, contre Niort et Rennes, ont attiré 2 000 personnes, la venue de Dax en a attiré 1 950 mais le record revient à Rouen avec 2 300 spectateurs. Un record qui pourrait être battu pour ce huitième de finale contre Tarbes. Un match annoncé sur le site du club « comme une rencontre de Gala face un prestigieux adversaire. »

Les avis des entraîneurs et les compos

Emmanuel Patte, l’entraîneur-manager de Nantes

« On prend le temps d’apprendre et de grandir »

Après un début de saison réussi, avec un succès contre Cognac (32-31), suivi de deux victoires et d’un bonus défensif ramené de Rouen (18-14), Nantes s’est fait surprendre à domicile par Trélissac (23-25) suivi d’un voyage à vide à Arcachon (21-10). L’entraîneur des avants explique : « On a eu pas mal de casse, surtout devant, jusqu’à aujourd’hui encore. La fin de saison est un peu difficile par rapport à ce nombre de blessés. » D’autant plus difficile, en l’absence de joueurs confirmés, que l’équipe est très jeune et manque d’expérience. « Ça ne fait que la troisième saison qu’on est en Fédérale1. On prend le temps d’apprendre, on prend le temps de grandir, c’est une équipe qui est jeune, moins de 25 ans de moyenne d’âge. » Ce qui peut expliquer la contreperformance à domicile contre Trélissac, le Vice-Champion de France en titre. Après ces trois défaites Nantes a repris sa marche triomphale avec cinq victoires de rang, dont deux en déplacement et un net succès contre Dax (22-5). Nantes terminait la phase Aller en Dauphin de Rouen, avant d’être menacé par la FFR d’une relégation financière. Une sanction qui a coupé les ailes du Stade Nantais qui a perdu cinq rencontres d’affilées, dont deux à domicile contre Bergerac (13-24) et Rouen (17-27). Une situation qui a entraîné le retrait du Manager-Général Pierric Moison qui reste au club pour s’occuper des jeunes et de la détection. Emmanuel Patte, qui entraîne les avants a été promu Manager.

 

Une phase retour gâchée par la menace de relégation et les blessures

Comme Tarbes, les Nantais ont accepté un plan d’accompagnement qui assure leur maintien en Fédérale 1 et le droit de participer aux Phases Finales du Du Manoir. Mais la situation a été aggravée par les blessures, car le club a même dû jouer sans seconde ligne de métier. « C’est un peu l’accumulation des deux. Dans la tête, ça fait toujours mal. Surtout quand c’est par les journaux qu’on apprend ça car au club, on n’avait rien reçu. Et quand on apprend ça par les journaux, on est un peu secoué par rapport à cette annonce » avoue le Manager. Après les cinq défaites du début d’année, Nantes a aligné trois victoires consécutives, dont deux bonifiées 14-40 à Niort et 38-0 contre Saint-Médard. Des défaites à relativiser selon Emmanuel Patte : « Entre les blessés et les sanctions administratives, ça court dans les têtes et quand on a de jeunes joueurs ça peut vite basculer dans une spirale négative. On s’est sorti de la spirale des défaites au mois de février et après, on repart un peu dans nos travers. On perd des matchs de peu, en plus. A Trélissac on mène 18-7 à la mi-temps et on prend deux essais dans les dernières minutes alors qu’on était devant 28-21 à la 76ème minute. Contre Rennes, c’est pareil, on mène 20 à 7 et on prend deux essais d’affilée et on retombe dans nos travers. » Mais compte tenu des circonstances tout n’est pas à jeter. « On a perdu des matchs de peu mais on n’a pas pris de grosses défaites. La seule, c’est à Dax et pour nous, le bilan reste positif. Notre objectif, c’était la qualification et on est qualifié. On a des petits regrets parce que je pense, que sans les blessés, on aurait pu mieux faire, même si les blessés, ça fait partie du jeu. Il faut l’accepter, il faut prendre ce qui a été, travailler dessus pour grandir encore l’année prochaine ». A présent la nouvelle est digérée, les blessés sont en train de revenir et le ciel s’éclaircit. « Aujourd’hui, quelques joueurs reviennent et on va voir. Mais ça fait un mois, un mois et demi, qu’ils n’ont pas joués et ça va être compliqué. » Mais cette qualification dans une Poule avec trois équipes calibrées professionnelles est une récompense et un moyen de progresser encore. « Disputer les Phases Finales nous permet d’engranger un peu plus d’expérience. »

 

« Une confrontation de style avec Tarbes »

Tarbes est attendu avec beaucoup de respect dû à son rang et à ses prestations étudiées à la vidéo. « C’est une équipe qui est solide et qui a beaucoup d’expérience devant. On voit que ça joue énormément devant, avec des points de fixations au centre du terrain et ça va être deux confrontations de styles différents. Nous, on a un style plus aérien et on verra le résultat (rires). » Mais devant le Stade Nantais, au complet, à les moyens de rivaliser grâce à une première ligne solide, de grands seconde ligne et une bonne troisième ligne qui a, pour fer lance, l’ex-Montois Taulanga (1,87 m, 120 kg). « On n’a pas de gros gabarits lourds mais on a un équilibre. On est plus sur le déplacement, on essaie de faire du jeu, pour être attrayant par rapport au public, mais aussi pour être efficace. C’est une équipe jeune et je pense qu’il faut aussi garder ça. C’est notre identité de jeu et on essaye vraiment de mettre notre identité sur le jeu de mouvement. Ça marche très bien face à certaines équipes, après ça marche moins bien l’hiver où on a eu un peu de mal. On voit qu’il y a des choses à modifier ou à changer. » Un jeu de mouvement qui porte ses fruits avec 66 essais inscrits, dont 14 pour l’arrière Belleteste, dont trois triplés et deux doublés. Le demi-de-mêlée Le Bourhis, avec 5 essais est lui aussi à surveiller et Sylvain Bouillon (227 points) n’est pas qu’un buteur, avec deux essais à son actif. Les avants ne sont pas en reste avec plus d’une vingtaine d’essais à leurs comptes. Belleteste est un joueur protée, qui peut évoluer à tous les postes derrière mais depuis le départ de Vailea, il joue en à l’arrière. « Justement, par rapport à notre jeu, il est beaucoup sollicité et c’est un joueur de qualité qui nous apporte beaucoup en termes d’essais. »

 

« On n’a pas le droit de galvauder des phases finales »

Le printemps revenu et la météo clémente, pourraient permettre aux Nantais de mettre leur jeu en place et de surprendre des Tarbais qui ne seraient pas déterminés à aller plus loin. Nantes lui, veut tenter sa chance, malgré un calendrier compliqué, avec des plages de quinze jours entre les quarts et les demis et une finale programmée le 23 juin, à huit ou quinze jours de la reprise. « On a gagné le droit de jouer les phases finales et il ne faut pas les galvauder. Comme je l’ai dit aux joueurs, on n’a pas le droit de galvauder des phases finales. On va jouer une équipe qui est professionnelle mais on a déjà joué des équipes professionnelles cette année. On a réussi à faire des bons matchs contre elles, que ce soit Rouen, Dax ou Cognac. Aujourd’hui, il y a deux matchs à faire et après, on verra. Il y a d’abord ce match à la maison à jouer. Il faudra sortir la tête haute, sans regret et puis, on verra les conséquences. Les joueurs sont attentifs, on a fait de bons entraînements, ils étaient tous devant. Tous ont vraiment envie de s’éclater et de s’amuser sur le terrain. Je leur ai dit, ça reste un sport, ça reste un jeu. Prenez-le comme un jeu, c’est comme ça qu’on arrive à grandir. »

 

Nantes pratiquement au complet avec les retours de blessures

Cette saison le staff a dû faire face, pendant de longues semaines, aux absences de l’arrière Vailea (10 essais dont deux triplés en 10 matchs), de Geldenhuys (opération de l’épaule), de Labouchère (opération du canal rotulien), de Thouchkaieff (entorse du genou), de Jonk (accromio), de Foucault (entorse du genou). Par rapport au dernier match contre Rennes, le Groupe bénéficie du retour de Thouchkaieff et Jonk , devant et de Fradin et Lemonnier, derrière. Nantes sera donc pratiquement au complet pour ces huitièmes Aller, à l’exception des absents de longue durée ; Vailea, Geldenhuys, Labouchère et Foucauld.

Le Groupe des 25

Avants : Plantier, Kerdrain, Kartvelishvili, Kruger, Primault, Lebastard, Thouchkaieff, Tsukhishvili, Jonk, Barrais, Burgaud, Taulanga, Diallo Dit Peres, Ambourhouet, Cherre

Arrières : Le Bourhis, Lemonnier, Bouillon, Belleteste, Coisy, Roudil, Beaudreuil, Charbonnel, Jimenez, Fradin

 

Tarbes  : Conquête, solidarité, défense et discipline

Nantes a le style de jeu pour mettre en danger une équipe tarbaise qui ne serait pas vigilante et solidaire en défense et qui ne serait pas disciplinée. La conquête sera primordiale pour priver les nantais de munitions afin de les empêcher de mettre en place leur jeu de mouvement. Mais attention à ne pas leur rendre les munitions par des pertes de balles ou par des ballons rendus au pied sans aucune pression. La discipline, face à un buteur du calibre de Bouillon, sera l’une des autres clés du match, avec une défense de fer.

 

Yannick Vignette

« On s’est appuyé beaucoup sur les jeunes »

Malgré leurs huit points de pénalité et un effectif, réduit, de vingt joueurs pros, les Tarbais ont atteint leurs objectifs, de terminer troisièmes et de rester invaincus à Trélut. De plus, compte tenu de la double opération à l’épaule de Kazakalisvhili, Yannick Vignette a dû composer toute la saison avec un joueur de moins. « Avec dix-neuf joueurs sous contrats et des joueurs Espoirs, on a réussi à marquer 70 points. C’est bien mais il manque 10 points pour que ce soit satisfaisant. Après, on a joué sur le fil du rasoir avec seulement deux seconde ligne et parfois, ça a été très compliqué. Finalement, on s’est appuyé beaucoup sur les jeunes. Ce qui est bien pour la suite puisqu’on garde ces jeunes là, donc, ça leur fait de l’expérience. A nous de nous renforcer avec des jeunes et des joueurs expérimentés, pour passer un cap. L’objectif est de finir avec au moins 80 points la saison prochaine. » Ces 80 points auraient dû être atteints cette saison sans des résultats calamiteux à l’extérieur où Tarbes ne s’est imposé qu’une seule fois, en neuf déplacements, avant de terminer par deux succès à Oloron et Bagnères, dans des matchs au couteau. Ce qui laisse encore plus de regrets. Des regrets diminués en partie par l’interdiction de disputer les quarts de finale d’Accession. « A partir de là, il n’y a pas de regrets sur le fond mais il y a des regrets sur la forme parce que j’aurais préféré finir second. Il a fallu faire face à tout ça, mais malgré ça, on termine sur cinq victoires d’affilée et on meurt à 4 points de Saint-Jean-de-Luz. » 

 

« Quand on vous propose des phases finales, on y va à fond »

La Finale se jouera le 23 juin et compte tenu des « festivités », du mois de repos et de la semaine de congés obligatoires au mois d’août, il ne reste guère de temps pour préparer le futur Championnat. Lavaur, le Champion de France de l’an passé, avait débuté la saison par quatre défaites en cinq rencontres. Mais la question ne se pose même pas. « C’est sûr que ce n’est pas l’idéal pour redémarrer bien une saison, mais je vis au présent et au présent, quand on vous propose des Phases Finales, on y va à fond. On va tout faire à fond et après, on verra pour la saison prochaine. Pour l’instant, on a le présent à écrire. » Après un début de semaine calme, les joueurs sont entrés peu à peu dans la préparation du match. « Je les ai trouvé très concentrés », avoue le Manager qui préfère rester prudent. « Il n’y a qu’une vérité, c’est celle du terrain. On va voir comment on s’investit sur le terrain mais j’ai confiance en ce groupe qui se donne à fond. C’est un Groupe qui a eu des défaillances, comme tous les Groupes, mais qui n’a jamais trahi, à l’image de son capitaine Mickaël Lacroix. »

 

« C’est une équipe qui tient très bien le ballon sur de longues séquences »

Yannick Vignette tient Nantes en très haute estime. « C’est une bonne équipe et il ne faut pas regarder le classement qui est tronqué par leurs points de pénalités. C’est une équipe qui est très bonne. Je connais très bien quelques joueurs comme Sylvain Bouillon, qui est de Mauléon. C’est un dix qui est très bon au pied et il faudra faire attention. C’est une équipe qui a des atouts dans son jeu. C’est une équipe qui tient très bien le ballon, sur de longues séquences. Ce sera à nous d’être vigilant et on verra bien. » Mais Nantes est aussi une équipe complète plutôt bien outillée devant. « A priori, ils sont solides en mêlée et en touche, ils sont plutôt performants. Je m’attends à un match très compliqué. Ce sont des phases finales, ils vont jouer très relâchés. Je m’attends à un match âpre, très disputé, avec du rythme. Il faudra être bon dans les fondamentaux et en particulier en conquête. » Yannick Vignette reste toutefois confiant. « Nous aussi, on a des atouts à faire valoir. C’est bien qu’on ait cette première manche à Nantes, à condition de ne pas prendre trop de points. Mais depuis quelques temps, on a plutôt bien voyagé et j’espère qu’on va être sérieux. »

 

Jean-Charles Laran

« Il va falloir les étouffer défensivement, sinon ça peut être compliqué »

Et les Tarbais devront l’être pour ne pas déchanter face à une équipe habituée à envoyer du jeu du fond du terrain à la moindre occasion, comme a pu le constater Jean-Charles Laran.« Ça joue beaucoup, ça met beaucoup de volume de jeu. C’est solide devant et derrière, ils s’appuient sur des individualités. Ils ont un dix (Bouillon) qui est très expérimenté, qui est un très bon animateur. Ils ont un quinze (Belleteste) qui est très explosif et ils l’utilisent beaucoup parce qu’il est très rapide. Ils n’hésitent pas à envoyer du jeu, même dans des zones où il ne faudrait pas jouer. Il va falloir être très attentif, défensivement, parce qu’ils produisent beaucoup et ils font des choses très intéressantes. Que ce soit chez eux ou à l’extérieur, ils ont toujours cette philosophie de produire du jeu. » Les Tarbais, devront faire preuve d’altruisme et de solidarité, pour espérer l’emporter, comme le souligne l’entraîneur des trois-quarts. « On devra être dans le combat et il va falloir qu’on reproduise le même schéma qu’à Oloron, au niveau de l’envie. Il va falloir les étouffer défensivement sinon, ça peut être compliqué. Il ne faudra pas leur laisser l’occasion d’exploiter leur vitesse. » Mais pour autant, il ne faut pas oublier que cette équipe à des faiblesses puisqu’elle a concédé onze défaites, dont quatre à domicile contre Rouen, mais aussi Trélissac et surtout Rennes et Bergerac (9ème, 8 victoires) et qu’elle reste sur une défaite à Suresnes (10ème ,6 victoires).

 

Une équipe un peu irrégulière

« C’est une équipe qui est un peu irrégulière » confirme Jean-Charles Laran. « Elle est capable de perdre 18-14 à Rouen et de perdre, en suivant, chez elle contre Trélissac. Elle fait de très belles prestations contre des hauts de Poules et elle est capable d’être très moyenne contre des équipes moins cotées. » Ce qui ne sera pas le cas contre Tarbes, considéré comme un gros, par ses résultats et par son statut d’équipe professionnelle. Les Tarbais, pour l’avoir vécu à huit reprises en déplacement, savent qu’ils sont attendus partout et qu’ils sont l’équipe à battre. Tarbes doit donc s’attendre à une très grosse opposition et à une débauche d’énergie et de jeu de la part de Nantais qui vont vouloir régaler leur public. Comme Nafarroa, les Nantais s’appuient sur un Groupe composé d’ex-juniors, (Vice-Champions et Champions de France Balandrade en deux ans), qui se trouvent les yeux fermés sur un terrain.

 

Effectif au complet, à l’exception de Masson

L’effectif tarbais, à part Masson, est au complet et le staff devra faire des choix. Bonnot, malgré son second carton jaune contre Anglet, est qualifié à cause d’une rencontre Espoirs le week-end dernier. Gonzalo-Moyano, Armary et Bréthous, sont de retour de blessures et réintègrent le Groupe, alors que le jeune Parrou et Vunisa en sortent. Le staff amène un groupe de 25 joueurs pour pallier à toutes surprises, avec un avant et un trois quart supplémentaires. Le quinze de départ ne devrait pas être différent de celui qui a débuté contre Anglet, à l’exception peut-être du retour de Loustaunau à la mêlée. Bréthous devrait retrouver sa place au centre à côté de Paulet, en l’absence de Vunisa, touché aux côtes. Antoine Frisch, qui couvre l’ouverture et le centre, devrait entrer comme impact player en seconde période. Enfin, Armary, qui revient de blessure, pourrait débuter sur le banc.

Le Groupe des 25 Tarbais :

Avants  : Vial, Duny, Escur, Haurie, Bonnot, Camy, Manso-Moyano, Percival, Lacroix, Ferré, Méron, Abat, Bonnecarrère, Armary

Arrières : Loustaunau, Lhusero, Pees, Frisch, Paulet, Bréthous, Dumestre, Rubio, Berbizier, Esteves, Arbaud

Jean-Jacques Lasserre