Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 

Retour sur Tarbes-Anglet

mardi 23 avril 2019 par Rédaction

Dans un match sans enjeu, devant des tribunes quasiment vides, les deux équipes amoindries par les absences d’une demi-douzaine de joueurs cadres n’ont pas réussi à enflammer les trop rares supporters. Les Basques, qui restaient sur deux lourdes défaites à Albi (52-0) et à Lavaur (47-7), s’étaient jurer de ne plus revivre ça. D’où un match heurté, sans rythme le plus souvent, avec un jeu d’occupation basé sur le coup de pied et la vision du jeu de Fauquet qui a baladé Berbizier sur ses coups de pieds croisés. Comme au match Aller, Anglet s’est filé en défense et a contré l’attaque tarbaise qui a connu un coup de mou au retour des vestiaires.

Les réactions d’après-matchs

Du côté de Tarbes

Antoine Frisch : J’ai récupéré toutes mes capacités physiques

Après quatre mois d’absence, l’ex-Parisien était heureux de retrouver le goût de l’effort et de la victoire. « Je suis très content, pour l’équipe, parce qu’on reste invaincu à domicile. A titre personnel, j’avais déjà joué avec les Espoirs et j’ai récupéré toutes mes capacités physiques. Donc, je suis hyper content parce c’est important, après avoir galéré pendant trois mois de rejouer. Je me sens encore mieux qu’avant ma blessure et ça, c’est super. J’ai hâte de jouer les Phases Finales, si je suis dans le groupe... J’ai envie d’enchaîner maintenant, car j’ai raté huit matchs et j’ai hâte de rejouer dans deux semaines. » L’ouvreur, reconverti au centre pour les besoins du Groupe, au lieu de rejoindre ses coéquipiers à la Bodéga est reparti aux vestiaires pour se plonger dans un bac d’eau glacée par précaution.

Mickaël Lacroix : Maintenant une autre saison va commencer

Le capitaine est à demi satisfait. « Je pense qu’on a fait une bonne première mi-temps mais on n’a pas su scorer. Encore une fois, comme depuis le début de la saison, on n’arrive pas à prendre le large au score. Du coup, sur un coup de dés, on prend un essai de 80 mètres et ils reviennent dans le match. Heureusement, grâce à une bonne mêlée, on arrive à l’emporter. Le contrat est rempli mais on a manqué de concrétisation sur la première mi-temps, c’est dommage, parce que je pense, qu’on aurait pu se rendre le match beaucoup plus facile. On va analyser ce qui n’a pas été. » Le seconde ligne, qui devrait mettre un terme à sa carrière, se projette déjà sur les Phases Finales dans quinze jours. « Maintenant, il y a une autre saison qui commence… »

Thomas Lhusero : La victoire fait encore plus plaisir que d’être titulaire

Malgré neuf feuilles de match, le Maubourguétois a débuté, pour la première fois, dans le quinze de départ au poste de demi-de-mêlée. A domicile, devant sa famille et des amis, ce n’est pas facile de gérer la pression. Même si le joueur a du caractère, comme le prouve sa pénalité, qui a donné la victoire en fin de match contre Lannemezan, après plusieurs échecs de Berbizier. Mais cette fois là, Thomas Lhusero était rentré à l’ouverture, son poste de prédilection. Mais peu importe le poste, du moment qu’il est sur un terrain. « Ça fait toujours plaisir d’être titulaire dans un club où je joue depuis longtemps. Mais après, la victoire, ça fait encore plus plaisir. » Des débuts pas faciles, face à un demi-de-mêlée et des troisièmes lignes expérimentés. « C’était difficile, entre deux équipes, à peu près du même niveau. Nous, on reprend confiance et on met un peu plus de jeu en place. Eux, ils jouent beaucoup et ça a été compliqué. On a mieux défendu qu’en début d’année et on est content d’avoir gagné, grâce à une grosse mêlée. » Pour les besoins du Groupe, Thomas Lhusero a assuré la doublure de Claverie, lorsque Frisch était blessé. Depuis Nafarroa et la blessure de Ramon, Lhusero assurait,( en l’absence de Frisch et de Claverie), la doublure sur les deux postes de la charnière. Là, avec le retour de Frisch, le demi polyvalent devient la doublure de Loustaunau. Une polyvalence qui ne fait pas peur à l’intéressé. « J’aime l’ouverture parce que j’y joue avec les Espoirs depuis deux ans mais j’ai été formé à la mêlée et ça ne me dérange pas. Tant que je joue, il n’y a pas de souci. »

Mathieu Berbizier : On voulait rester invaincu à Trélut

Héros du match, avec onze points sur seize, le buteur tarbais savourait la victoire. « On voulait rester invaincu à domicile et c’est chose faite, même si ça a été compliqué. Au final, on gagne et on reste invaincu à Trélut. » L’ouvreur a, une fois de plus, réussi la pénalité de la gagne alors que son équipe était menée au score mais avec plus de pression encore qu’à Bagnères. Là, le silence rendait encore plus audible les propos de ses adversaires regroupés aux pieds des poteaux. « Elle n’y est pas encore les gars, il a la pression… » Mais le jeune buteur a su faire le vide une nouvelle fois. « Ils ont essayé de me déstabiliser mais j’ai réussi à en faire abstraction. » Cette fois, la pénalité était moins difficile et l’enjeu était plus important mais l’arrière n’a pas flanché. « C’est vrai que ce sont deux scénarios identiques et ça m’a sourit deux fois tant mieux. J’espère que ça continuera à sourire pendant les Phases Finales, avec l’objectif de faire du 100% (rires...). » Une boutade, car comme contre Valence d’Agen, à Oloron, à Bagnères et contre Anglet, où le buteur a assuré la victoire, il a connu un échec.

William Pees : Et voilà, cinq matchs cinq victoires !

Ouvreur par obligation, l’arrière semble trouver de plus en plus ses marques, avec autant de victoires que de matchs à ce poste, qu’il a occupé seulement chez les jeunes. « Une fois encore ça a été compliqué. C’était très intense en fin de match mais on s’en sort encore une fois. C’était un bon match. On a fait une très belle première mi-temps. Dommage qu’on ne marque pas, on aurait dû marquer deux ou trois essais pour bien faire. Mais on a bien joué, on a même très bien joué. En deuxième mi-temps, comme ils sont revenus au score, on a été obligé de restreindre un peu notre jeu. C’était un match engagé. Ils défendaient bien sur les largeurs, on est allé taper beaucoup et on a avancé à chaque fois. » Ce qui a permis à Berbizier de faire la différence au pied. « Et voilà, cinq matchs, cinq victoires », se réjouissait William Pees, qui prend de plus en plus confiance et de plaisir à l’ouverture.

Morgan Rubio : Quatre essais en cinq matchs

L’ailier n’arrête plus de marquer avec sa quatrième réalisation en cinq matchs, depuis Nafarroa. Cette fois, son essai mérite des explications sur sa conclusion un peu confuse. « C’est sur une combinaison. J’hérite du ballon en bout d’aile, je vois que l’arrière ferme et qu’il n’y a pas de couverture derrière. Je choisis de jouer un coup de pied à suivre plutôt rasant. Je suis à la course avec le quinze et j’ai de la chance parce que le rebond me profite. Je prends le ballon, Duduche (Dumestre) revient à hauteur mais si je lui lâche, il se fait prendre parce qu’il y a du monde autour. Du coup, je la garde et à 5 mètres de la ligne, c’est difficile à défendre… »

 

Jean-Charles Laran : Une première mi-temps de qualité

Cinquième match et cinquième victoire consécutive depuis l’arrivée du technicien tarbais qui craignait ce match qui s’est joué dans les deux dernières minutes. Mais l’entraîneur veut s’appuyer sur la première période. « Il faut retenir une première mi-temps de qualité, mais où, encore une fois, on ne finit pas. On aurait pu se détacher un peu plus vite au score, notamment sur la percée de Vinusa, qui doit donner à Paulet. Je pense qu’on doit passer, à la mi-temps plus loin au score. » (Dix points de mieux au minimum avec pénalité manquée). Son regret, c’est ce retour des vestiaires complètement raté. « Et puis, une deuxième mi-temps où on s’endort. On rentre dans un faux rythme, on se réveille par à coups mais on reste à la merci de perdre le match. » La bonne note c’est le retour de Frisch. « C’est très positif, c’est un garçon, qui techniquement, est très, très, à l’aise. Il nous amène un peu plus de fluidité techniquement et dans un jeu de ligne, il peut être très intéressant. Il a aussi cette folie qui lui permet à tout moment de faire la différence. Il dénote avec tous les joueurs sur la ligne de trois-quarts. »

Retour de Frisch positif mais confiance maintenue à Pees

Pour autant le technicien maintient sa confiance à Pees. « Je suis très satisfait encore une fois. Il y a encore du travail, où des fois, sur ses lancements d’attaques il est peut-être encore un petit peu loin. Mais c’est un garçon sur qui on peut compter, compte tenu de son jeu au pied qui est long et surtout de sa qualité défensive qui rassure pas mal de monde. » Les débuts du jeune Lhusero ont pu être jugés timides par certains mais l’entraîneur prend sa défense. « Ce n’est pas un cadeau que je lui ai fait. Ça faisait un moment qu’il ne jouait pas en neuf, il pratiquait beaucoup en dix, mais là, j’étais obligé de lui donner du temps de jeu parce si Loustaunau se blesse, c’est Thomas qui prendra la relève. Et il faut bien qu’il ait du temps de jeu pour qu’il puisse exploiter pleinement ses qualités. » La rentré de Loustaunau a été plutôt intéressante. « Il a dynamisé un petit peu plus. Il y a aussi le fait d’avoir regardé le match de l’extérieur et de l’avoir analysé. C’est surtout, le fait aussi d’être un neuf depuis le départ , il est plus à l’aise mais ça n’enlève l’investissement qu’a mis Lhusero. Il met tellement de cœur et d’envie que forcément il peut lui arriver de commettre des erreurs et d’avoir un peu de déchets. »

Yannick Vignette : Pas mal en première mi-temps

L’entraîneur des avants est sur la même longueur d’onde. « En première mi-temps, on a pu mettre du rythme au match. C’était plutôt pas mal même si on n’a pas pu concrétiser les occasions. Après, on est mal revenu des vestiaires et là, on a subi le rythme d’Anglet, qui a bien cassé le rythme. Ils ont joué à leur main et nous, du coup, on n’arrivait plus à rentrer dans les séquences. On était vraiment mou et on s’est mis au rythme qu’ils voulaient mener. » Les relances de l’arrière basque ont amené le danger chaque fois qu’il a pu se lancer. « J’ai trouvé Couet-Lannes, excellent, il a permis à Anglet de rester en vie. Il fait deux ou trois fois la différence, c’est lui qui amène les essais. Il a été très bon et il nous a fait mal à lui tout seul. » Mais comme à Bagnères, c’est le caractère de ce groupe que Yannick Vignette met en avant. « Ce que j’apprécie, c’est qu’à la fin, on a été chercher cette pénalité de façon collective sur la mêlée. Et Berbizier, n’a pas tremblé encore une fois et a su mettre la pénalité la plus importante du match. » La touche, malgré quelques problèmes de lancers en l’absence des deux talonneurs Bonnot et Gonzalo-Moyano*, a été plutôt performante en contre. « On a aussi contré une touche très, très, importante à la fin et globalement, je suis content du match notamment de la première mi-temps. Je suis malheureux qu’on ait subi leur rythme en seconde mi-temps mais je suis fier de l’équipe qui su, encore une fois, aller chercher la victoire dans le money-time. Mentalement, c’est très important. » Les Tarbais n’ont pas eu de blessés graves, mêmes si certains ont été secoués comme Percival, touché à l’épaule sur une mêlée écroulée. Mais Bonnot sera privé de huitièmes suite à un deuxième carton jaune. Par contre, Gonzalo-Moyano devrait revenir de blessure pour ce rendez-vous capital.

*Camy, qui joue le plus souvent en troisième ligne, était en manque de repères à ce poste qu’il n’occupe quasiment pas.

Lionel Terré : Le premier objectif, c’était de rester invaincu à Trélut

Le président, au-delà de toutes les analyses, est heureux que l’équipe ait réussi son pari de rester invaincue sur sa pelouse. « Le premier objectif qu’on avait donné à l’équipe, le 18 juillet, c’était de rester invaincue à Trélut. Ce qui est fait et qui n’a pas toujours été fait, même au niveau du Stado. On a connu des équipes plus prestigieuses qui ne finissaient pas invaincue à Tarbes. Nous, ce n’est pas l’équipe la plus prestigieuse mais au moins, elle est restée invaincue. J’avoue, que souvent ça a été tiré par les cheveux, mais comme quoi, le courage, l’intelligence et l’abnégation, des joueurs ont fait qu’ils sont restés invaincu ici. C’est ma première satisfaction. Après, le Du Manoir s’ouvre, à eux d’aller chercher le meilleur possible pour eux. »

 

Du côté d’Anglet

Les Basques qui étaient venus sans pression, étaient partagés. Soulagés d’abord, d’avoir tenu tête à Tarbes et satisfait de revenir avec un bonus défensif inespéré avant la rencontre. Mais déçus d’avoir perdu en toute fin de match alors qu’ils avaient pris le score. Une déception alourdie par les blessures de deux de leurs trois secondes lignes valides. Mais les joueurs avaient aussi la tête à un retour rapide pour participer à la Foire de Bayonne.

Paul Couet-Lannes : Contents de notre prestation mais déçus du résultat

L’arrière basque, qui dépannait les absences de Chouzenoux (resté à la maternité auprès de sa femme) et de Maamaatuaihutapu (blessé), a été un poison pour la défense bigourdane par ses relances tranchantes. « On échoue à deux points et c’est frustrant, sachant qu’on avait le match en main. Avec pas mal de blessés les entraîneurs ont réussi à composer une équipe. On a essayé de donner le meilleur de nous-mêmes pour ne pas faire comme lors des deux derniers matchs à l’extérieur. Ça nous a servi de leçon et on a réussi à tenir cette équipe de Tarbes, qui est une très belle équipe, qui joue le haut de tableau. On est content de notre prestation mais déçu du résultat. »

Jean-Louis Lahargou : C’est dans notre ADN de jouer

Le manager d’Anglet était lui aussi soulagé du comportement du groupe et partagé sur le résultat. « On était venu un petit peu pour se jauger et finalement, on fait un bon petit match de rugby. C’est dommage qu’on ait eu pas mal de gaspillage sur la conquête. Sur la touche surtout, qui est habituellement un de nos points forts. On a, sur la mêlée, quelques faiblesses qui nous ont empêchées de faire un meilleur résultat. » Un meilleur résultat peut-être aussi si Fauqué avait pris les pénalités au pied au lieu de prendre des pénaltouches. « C’était un parti pris » reconnaît Jean-Louis Lahargou. « On savait que c’était une équipe plus solide que nous et il fallait jouer notre jeu. C’est dans notre ADN de jouer et de bouger le ballon. » Le point du bonus ne conforte pas tout à fait le Manager : « Non, c’est une petite déception car à cinq minutes de la fin, on était devant et ça nous a donné des idées (rires…). Mais globalement, on est satisfait quand même de notre prestation. »

Daniel Larréchéa : On a des occasions mais on ne va pas au bout 

L’entraîneur des trois-quarts a lui aussi des regrets. « De notre première mi-temps surtout où on fait beaucoup trop d’erreurs et dans la construction et dans l’engagement pour être satisfait. En deuxième mi-temps, on arrive avec de meilleures intentions. On arrive à avoir quelques ballons qu’on conserve et où on fait des différences. Ça aurait pu passer, c’est dommage. On a souffert en mêlée mais malgré tout, on a des occasions mais on ne va pas au bout. On le paye cash. Je pense qu’on a plus breaké qu’eux, on a été plus dangereux mais ils ont su garder le fil du match. »

Sébastien Fauqué : C’est difficile de venir gagner ici

La dernière fois que le Bigourdan était venu à Tarbes, c’était avec Montauban, il y a plusieurs années. « Ça fait toujours plaisir de revenir ici et de jouer devant les copains et la famille. J’aurais espéré une autre issue mais on sait que Tarbes c’est une équipe solide. C’est difficile de venir gagner ici. On a fait un bon petit match, mais on n’a pas fait un grand match non plus. » Le buteur assume le choix de n’avoir tenté aucune pénalité. « En première mi-temps on était contre le vent et comme on se sentait bien, on a préféré aller en touche plutôt que de prendre les points. Après, il n’y avait pas non plus d’enjeu vraiment important sur ce match et on avait envie de travailler les lancements de jeu. Mais ça n’a pas trop marché en touche, on n’a pas eu trop de ballons et on n’a pas pu bien lancer le jeu là-dessus. Et comme en mêlée, c’était compliqué aussi, le match était très compliqué aussi. » Quand on lui parle de bonus et de plaisir à venir, il rétorque : « Quand on joue les phases finales, ce sont des matchs qu’on joue pour gagner et le plaisir, il vient en gagnant ! On va voir qui on prend déjà et si on peut aller le plus loin possible, on le fera. Peut-être qu’on retrouvera Tarbes un peu plus tard qui sait ? » Dans tous les cas le Bigourdan devrait revenir à Trélut l’an prochain, car il a décidé de prolonger sa carrière avec Anglet.

 

Jérôme Schuster : Ce n’est pas trop mal de prendre un point

L’ancien tarbais était lui aussi content de retrouver Trélut. « J’ai passé de bonnes années ici mais je ne connais plus personne, à part Morgan (Rubio). Je connais plus de monde dans le staff que parmi les joueurs. » Lui aussi est partagé mais il reste lucide. « On peut être déçu parce qu’on passe devant juste avant la fin mais après, si on nous avait dit avant le match qu’on prendrait le bonus, on aurait été très content. On a été humilié à Lavaur et à Albi où on a pris 50 point et là, on s’était dit qu’on ne les prendrait pas. Et au final, ce n’est pas trop mal, de prendre un point chez des mecs qui s’entraînent tous les jours. » Anglet a souffert et a perdu le match sur la mêlée. « C’est compliqué, on perd les deux secondes lignes, l’un au bout d’un quart d’heure et l’autre à la 45ème  », explique le pilier, qui s’inquiète pour les Phases Finales  : « On ne sait pas trop qui va pouvoir jouer… »

Marc Tafernaberry : On s’est rassuré avant d’attaquer les phases finales

Le capitaine est comme ses coéquipiers. « On est déçu mais à la fois, on est content du comportement de l’équipe, parce qu’on a fait quand même un gros match. On s’est rassuré avant d’attaquer les Phases Finales. » Pour autant, trois autres joueurs ont rejoint une infirmerie déjà bien remplie. « On a perdu les deux deuxièmes lignes et j’espère que ce n’est pas trop grave. On a un week-end de repos et on va soigner tout ça, j’espère…, pour qu’on soit à 100% pour attaquer les Phases Finales. » En touche, Anglet malgré la sortie de sa seconde ligne, s’est bien repris après un début de match compliqué. « On a été perturbé par leur alignement défensif, qui est bien en place, avec des joueurs de grande taille. On a su rectifier à la mi-temps et ça a été un petit peu mieux en seconde mi-temps. C’est vrai qu’on a perdu quelques ballons, dans ce secteur de jeu, qui nous ont empêchés d’avoir plus de ballons à jouer. » La mêlée, souvent sur le reculoir et très pénalisée, n’inquiète pas le troisième ligne. « C’est vrai qu’on a été pénalisé à plusieurs reprises, mais c’est à l’appréciation de l’arbitre. C’est vrai que cette dernière mêlée, qui nous coûte le match, nous fait mal. » Le capitaine assume le choix d’avoir privilégié les pénaltouches. « C’est parce qu’on n’avait pas trop de pression sur ce match et on s’est dit qu’on voulait jouer, pour se faire plaisir avant les Phases Finales. ».

Jean-Jacques Lasserre