Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Tarbes-Anglet, dimanche à 15h00 à Trélut

samedi 20 avril 2019 par Rédaction

Entrée gratuite pour les femmes

Un match sans aucune pression pour les deux équipes qui ont déjà leurs billets du Du Manoir en poche et qui a pour enjeu de déterminer la troisième place de la Poule. Même en cas de défaites les deux équipes termineront aux troisièmes et quatrièmes places. C’est juste un match pour l’honneur pour les Bigourdans et pour les Basques. Les Tarbais veulent terminer invaincus, les matchs de Poule à Trélut et aligner une cinquième victoire de rang pour prendre le plein de confiance avant d’aborder les Phases Finales. Le choix du Dimanche Pascal pour terminer la saison n’est pas le meilleur choix pour attirer un public retenu par les agapes pascales familiales. A moins de rater la messe, l’apéritif et le dessert, l’horaire du match à 15h00 n’est pas non plus des plus judicieux. Compte tenu du gain d’une heure de soleil, la FFR aurait pu programmer tous les coups d’envoi à 16h00. Les femmes sont invitées gratuitement mais elles devront partir sans débarrasser les tables, si elles ne veulent pas rater le coup d’envoi.

Les compositions d’équipes et les avis des entraîneurs

Tarbes

Yannick Vignette : L’enjeu d’aller chercher la troisième place

Les Tarbais ne devront pas prendre à la légère cette équipe qui les a nettement battus au match Aller, alors qu’ils venaient de sortir leur meilleure prestation de la saison en déplacement. A égalité d’essais, Fauqué, vingt points et 100% de réussite, avait fait la différence. Une équipe solide, bonne en conquête, avec une paire de demis estampillée Top 14 et une ligne de trois-quarts de grande qualité. Un match à prendre avec beaucoup de sérieux et d’humilité face à une équipe qui a ramené une victoire (Nafarroa 9-19), un match nul (Tyrosse 34-34) et cinq bonus défensifs en déplacement : (Oloron 32-26, Bagnères 23-16, Marmande 19-13, Saint-Jean-de-Luz 19-13 et Lannemezan 16-14). Il ne faudra pas se fier aux résultats à Valence d’Agen (25-6), à Marmande (52-12) et à Albi (52-0) et rester vigilants sous peine d’une grave désillusion. D’autant que les Basques, qui n’ont rien à perdre, viendront avant tout pour prendre du plaisir et s’étalonner. Un match compliqué aussi à cause des absences d’Armary (épaule), de Masson (cheville) de Manso-Moyano (traumatisme), de Bréthous (genou) et les incertitudes qui ont pesé toute la semaine sur Escur (aine). Yannick Vignette espère que le Groupe, même handicapé, fera le nécessaire pour l’emporter. « Pour nous l’enjeu, c’est d’aller chercher la troisième place pour avoir un meilleur ranking. Pour cela, le Groupe devra donner le meilleur investissement possible. »

L’infirmerie se remplie

La seule bonne nouvelle vient du retour d’Antoine Frisch (opération des adducteurs) qui revient dans le Groupe après avoir joué avec les Espoirs le week-end dernier, tout comme Kazalikashvili (double opération de l’épaule) qui est encore préservé. Les quinze jours, depuis Bagnères, n’ont pas permis de remettre les blessés sur pied même si jouer par intermittence nuit aussi au rythme. « En ce qui nous concerne, on a beaucoup de casse et ces semaines de creux nous font du bien, car on commence à avoir l’infirmerie qui se remplie. Sinon, c’est vrai qu’on préfèrerait enchaîner car pour la biodynamique ce n’est pas terrible », avoue Jean-Charles Laran. Ce n’est pas facile non plus de remobiliser un groupe, après quinze jours d’arrêts, pour jouer le week-end de Pâques qui est avant une Fête familiale. Heureusement, le Groupe reste mobilisé par ses objectifs. « Je sens les joueurs concernés parce que malgré tout, on a quelque chose à jouer, au plan comptable, pour être dans classés le plus haut possible pour recevoir sur le deuxième match en huitièmes de finale.* »

*Les 3èmes (9, 10, 11, 12) et les 4èmes (13, 14, 15, 16) rencontrent selon le classement national les 6èmes (21, 22, 23, 24) et les 5èmes (17, 18, 19, 20) de l’ensemble des Poules. En huitièmes les clubs sortis 3èmes et 4èmes de Poules reçoivent au match Retour. En quart, les 3èmes sont assurés de recevoir, s’ils sont qualifiés.

Jean-Charles Laran se méfie d’Anglet

Mais ce match, compte tenu des absences, ne sera pas une sinécure avertit le coach des trois-quarts : « On va jouer contre une équipe qui est déjà qualifiée. C’est une équipe joueuse, qui le fait plutôt bien et qui va arriver l’esprit totalement libéré. Et par expérience, je sais que les équipes qui arrivent libérées sont souvent les plus dangereuses. Donc, je me méfie beaucoup… » Pour autant Jean-Charles Laran compte sur l’état d’esprit retrouvé du groupe pour enchaîner sur un cinquième succès consécutif. « On aimerait finir notre dernier match de Poule sur une bonne note devant notre public. » Face à une équipe qui a de solides arguments et du tempérament, les joueurs, qui sont sous la menace d’un second carton jaune, devront se maîtriser s’ils veulent jouer le quart de finale Aller. La discipline sera primordiale face à un buteur de la trempe de Sébastien Fauqué (223 points). A 42 ans, le Bigourdan d’origine a aligné 21 feuilles de matchs, dont 19 comme titulaire ! « Je le connais un peu (rires…) », révèle Jean-Charles Laran, « puisque j’ai joué contre lui quand il était à Lourdes, même si ça fait un moment que j’ai arrêté. C’était et c’est toujours un excellent joueur. Beaucoup de choses passent par lui et il va falloir y faire attention. La discipline va être déterminante parce qu’on se doit de bien préparer les phases finales et autant qu’on ait toutes nos armes pour les jouer. »

Retour de Frisch

Le retour d’Antoine Frisch est une bonne nouvelle pour l’entraîneur des trois-quarts. « Il revient de blessure et il a joué, la semaine dernière, un peu moins d’une mi-temps avec les Espoirs. Il s’est entraîné tout à fait normalement et aujourd’hui, on va le réintégrer dans le Groupe. » Frisch sera donc sur la feuille de match et entrera en cours de jeu au centre ou à l’ouverture, selon les circonstances de jeu. Pees sera donc titulaire à l’ouverture et Lhusero couvrira les postes d’ouvreur et de demi-de-mêlée. Jean-Charles Laran est fidèle à ses principes de ne pas changer une équipe qui gagne : « Je ne peux pas intégrer Antoine Frisch comme titulaire d’entrée, par rapport à d’autres qui triment depuis un bon moment et qui attendent leur tour. Ce ne serait pas cohérent, ni logique par rapport au Groupe. » De plus l’entraîneur ne veut prendre aucun risque avec un joueur qui revient d’une opération aux adducteurs. « Il faut être cohérent, c’est quelqu’un qui est arrêté depuis quatre mois. Il n’a que quelques entraînements et 35 minutes de compétition en Espoirs. »  Quitte à faire grincer quelques dents, Jean-Charles Laran est formel. « Je vais avoir plus besoin d’Antoine Frisch au poste de trois-quarts centre, qu’au poste de demi d’ouverture. C’est un joueur polyvalent sur les deux postes mais aujourd’hui, c’est sur le poste de centre qu’on en a le plus besoin. Pees donne satisfaction à l’ouverture et Lhusero a donné satisfaction, chaque fois qu’il est rentré à ce poste. » Un Lhusero qui est, de plus, indispensable dans le groupe car il couvre les deux postes de la charnière et notamment celui de demi-de-mêlée, depuis que Ramon est indisponible pour toute la saison.

Tarbes handicapé, fait donner ses Espoirs

Aux absences de Masson et d’Armary , s’ajoutent celles prévues de Gonzo-Moyano et de Bréthous, alors qu’Escur, qui revient de suspension et qui était incertain, sera sur le banc. Un retour qui entraîne la sortie du Groupe du jeune Asserquet. Le jeune Lucas Parrou, entre pour la première fois dans le Groupe pour faire la maille en troisième ligne à la place d’Armary. Camy, en l’absence de Gonzo-Moyano, débutera au talonnage. En l’absence d’Armary, qui pouvait suppléer en seconde ligne, c’est Ferré qui couvrira le poste. A la charnière, Lhusero débutera à la mêlée et Pees est confirmé à l’ouverture. Derrière, Bréthous est remplacé par Vunisa dans le quinze de départ et Esteves revient dans le Groupe. Frisch, fait son retour sur le banc où il couvre l’ouverture et le centre. Pour ce dernier match de Poule, Tarbes va aligner neuf Espoirs, dont cinq dans le quinze de départ ! Mais sur ces neuf Espoirs, trois viennent de signer un contrat pro (Camy, Paulet, Berbizier). Le quatrième (Frisch) est un titulaire à part entière et Abat et Lhusero, ont déjà prouvé leur valeur. Seul Parrou débute à ce niveau. Jean-Charles Laran ne s’inquiète donc pas à ce niveau mais plutôt sur le jeu proposé par Anglet. « Pour moi, la crainte ce n’est pas celle là. Pour l’avoir vu à la vidéo, Anglet a l’habitude de mettre beaucoup de volume de jeu. J’ai vu leur dernier match contre Tyrosse (31-21) et malgré l’enjeu, ils n’ont pas hésité à jouer vite des coup-francs à la main, à jouer des renvois aux 22 m rapides. A nous, d’être très vigilant. »

Première de Parrou dans le groupe et de Lhusero dans le quinze de départ

Lucas Parrou, né en 2000, est tenu en haute estime par Jean-Charles Laran qui est aussi le Directeur du Centre de Formation. « C’est un jeune joueur prometteur du Centre de formation qui a commencé la saison en Crabos, parce qu’il n’était pas encore majeur. C’est un gamin dur au mal et c’est un gros plaqueur. Il doit encore travailler au plan technique mais c’était l’occasion de voir ce qu’il peut donner à ce niveau là. Il fait de très bonnes performances avec les Espoirs et c’est une manière aussi de le récompenser. Mais aujourd’hui, il est prêt physiquement pour jouer à ce niveau là. » Le jeune troisième ligne possède un beau gabarit (1,93 m, 102 kg) et après Lamothe, en début de saison, le staff lui donne sa chance. D’autant que sa taille est aussi un atout par rapport à la touche. Capberbet, qui assurait les piges jusqu’ici, a atteint son quota maximum de onze feuilles de matchs dans la saison et ne peut plus jouer avec l’équipe pros. Lhusero est dans ce cas mais en l’absence de Ramon, il est indispensable dans le Group pros. Le staff a choisi de le faire débuter en 9 pour lui donner du temps de jeu et pour faire souffler Loustaunau qui vient d’aligner quatre matchs à 80 minutes depuis son retour de blessure. « Lhusero est presque l’élément le plus important du groupe parce qu’il couvre deux postes mais surtout le 9, derrière Loustaunau. En 10, je sais que je peux compter sur lui mais je veux qu’il s’aguerrisse et prenne du temps de jeu en 9 », explique l’entraîneur des trois-quarts. D’autant qu’à l’ouverture, le poste est couvert par Frisch et par Claverie qui joue le jeu avec les Espoirs. 

Compos de Tarbes

1 Vial, 2 Camy, 3 Duny, 4 Percival, 5 Lacroix (Cap.), 6 Méron, 8 Bonnecarrère, 7 Abat, 9 Lhusero, 10 Pees, 11 Dumestre, 12 Paulet, 13 Vunisa, 14 Rubio, 15 Berbizier

16 Bonnot, 17 Escur, 18 Ferré, 19 Parrou, 20 Loustaunau, 21 Frisch, 22 Arbaud, 23 Haurie, 24ème Esteves

 

Anglet : Que du bonus

Jean-Louis Lahargou : Une saison globalement réussie

Les Basques, sûrs de terminer à la quatrième place, quel que soit le résultat, ont réussi leur saison dans une Poule compliquée, composée de deux clubs pros et du Champion de France en titre. Jean-Louis Lahargou est un manager heureux. « C’était une saison très compliquée mais on l’a réussie, puisque, quoi qu’il arrive dimanche, on sera qualifié avec le match Retour à domicile. C’est une progression par rapport à l’année dernière et ça sera une belle saison avec une belle première phase où on avait battu de gros calibres comme Albi et Tarbes. On a eu un petit coup de mou sur la seconde phase où on a grillé quelques jokers, notamment en perdant à la maison contre Bagnères, qui était dernier à ce moment là. Et puis on s’est bien repris sur la fin, avec le match contre Saint-Jean-de-Luz qu’on voulait à tous prix gagner, puisqu’on avait délocalisé à Jean-Dauger, pour faire une grande fête. Et finalement, on s’est qualifié dans une Poule qui était très compliquée. Et quoi qu’il arrive ce sera, globalement, une saison réussie. »

Limité par l’effectif en cours de saison

De plus Anglet a dû faire face à de nombreuses absences (Pinto, Cazeau, Duhalde, Giordano, Hégarty, Henry, Iriart, Lapeyrade, Poki…), ce qui peut expliquer certains résultats négatifs. « Il faut dire qu’on a un effectif qui est de qualité mais qui est très limité en quantité sur certains postes dans le cinq de devant. C’est vrai qu’on s’est présenté, à certains matchs assez diminué. Même s’il ne faut pas chercher des excuses, on était léger en nombre sur certains postes. » Les grosses défaites, notamment à Albi et à Lavaur, s’expliquent par ces périodes d’absences de joueurs cadres. « Ces deux gros cartons correspondent aux périodes où on était un petit peu en difficultés au niveau de l’effectif. C’est sûr, que sur des déplacements comme ça, on était vraiment fragilisé. » Depuis plusieurs joueurs ont fait leur retour de blessures et l’équipe présentée à Tarbes sera de qualité. « Devant, ça devrait à peu près aller, mais derrière, il y a encore quelques incertitudes », révèle Jean-Louis Lahargou. « Mais quoi qu’il arrive, il y aura une équipe compétitive, parce que le but, c’est de faire un bon match et de préparer la Phase Finale. »

On est là pour prendre un maximum de plaisir

Le Manager angloy tient en haute estime l’équipe tarbaise et c’est pour lui une fête de venir jouer à Trélut pour tester ses troupes avant les Phases Finales. « On vient pour faire un très bon match de rugby, pour s’étalonner face à une très grosse équipe. Parce que Tarbes, c’est une très grosse équipe de la Poule et ça fait quelque chose. Se déplacer à Tarbes, pour nous, c’est quelque chose. C’est un endroit mythique au niveau du rugby et on est content d’y jouer. Mais derrière, il y a la phase finale et on a envie de se faire plaisir et que la saison dure plus longtemps. On est là pour prendre un maximum de plaisir et on a envie que ça dure le plus tard possible. »

Pas de sentiment sur un terrain de rugby

Sans vouloir polémiquer avec les Bagnérais, il était intéressant d’avoir l’avis d’un entraîneur (qui avait battu deux fois Nafarroa dans les derbys basques) au sujet de la solidarité rugbystique entre clubs voisins. La réponse de Jean-Louis Lahargou fuse : « Non, franchement, il n’y a pas de sentiment sur un terrain. Les sentiments avant, après, autant que vous voulez mais un match de rugby, il faut que ça reste un match de rugby. Il ne faut pas rentrer dans ce jeu là autrement, on ne s’en sort jamais. Il faut jouer pour faire le meilleur résultat, gagner si on peut, mais il faut gagner le maximum de points. Sur le terrain, il n’y a aucun sentiment à avoir. En sport, on regarde d’abord ses intérêts avant de regarder ceux des autres. »

Anglet amoindri 

Pour affronter Tarbes le staff d’Anglet présente une équipe remaniée par rapport à celle qui a battu dernièrement Tyrosse. Maamaatuaihutapu, Chouzenoux, Fisher, Gilibert, quittent le Groupe remplacés par Dehez, Logé, Pulon et Rodriguez. Un groupe toujours amoindri par les absences de Lapeyrade, Biscay, Dezez, Fatigue, Duhalde et Poki…

Compos d’Anglet

1 Schuster, 2 Perez, 3 Argagnon, 4 Pinon, 5 Dartigues, 6 Leconte, 8 Tafernaberry (Cap.), 7 Cazaux, 9 Etchepare, 10 Fauqué, 11 Pinto, 12 Chabat, 13 Hegarty, 14 Dehez, 15 Couet-Lannes

16 Rodriguez, 17 Berho, 18 Pinet, 19 Agest, 20 Heguiaphal, 21 Logé, 22 Pulon, 23 Bruno

Jean-Jacques Lasserre