Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

Fédérale 1 : Au revoir Nafarroa…

jeudi 18 avril 2019 par Rédaction

C’est un coin d’enfer rugbystique dans un paradis touristique qui quitte la Fédérale 1 en ayant laissé sa marque de club 100% amateur, dans un environnement de clubs pros ou semis-pros. Le Petit Poucet de la Fédérale 1, avec ses 39 points et ses 8 victoires, se serait maintenu dans les trois autres Poules de la division. Mieux les Basques sont actuellement 39èmes, sur 47 clubs au classement National et devancent Castanet (Poule 3) et Bédarrides (Poule 4) qui se maintiennent avec 38 points.

Bagnères le dernier invité

Les Basques, après un début de saison difficile, avec quatre défaites consécutives, dont deux à domicile dans les derbys contre Anglet et Saint-Jean-de-Luz, ont aligné huit victoires consécutives. Dont deux retentissantes contre Albi et Tarbes, les deux clubs pros de la Poule, ce que n’a jamais fait aucun autre club de la Poule ou de la Division. Après avoir été atomisés lors des matchs Aller, les Basques ont créé la sensation et ont forgé leur légende d’équipe aux deux clochers qui cultive des valeurs d’antan qui subsistent encore au cœur de cette vallée basque. Malgré les 73 points encaissés à Albi et les 82 points encaissés à Tarbes (record national de la saison), Nafarroa laisse l’image d’une équipe valeureuse et talentueuse dans ses antres de Baïgorry et de Garrazi qui sont de véritables chaudrons. Les Bagnérais auront l’honneur d’être la dernière équipe à jouer dans un de ces chaudrons magiques.

Notre début de saison nous plombe

Nafarroa qui sortait de Fédérale 2 a eu du mal à s’adapter à de nouveaux rythmes face à des équipes beaucoup plus athlétiques. « Le début de saison nous plombe », reconnaît le Président Etcheverry. « Nos quatre premiers matchs se sont soldés par quatre défaites dont deux à domicile. Quand on voit la suite de notre parcour,s avec huit victoires consécutives, ce début de saison nous fait très mal. » Mais au-delà de ses deux défaites initiales à domicile, ce qui plombe aussi les Basques, c’est leur incapacité à reproduire à l’extérieur ce qu’ils réussissent sur leurs terres. « On n’a pas réussi, à l’extérieur, à franchir le cap et on n’a ramené qu’un seul et maigre point défensif de Bagnères. C’est vrai que sur certains matchs, on n’a pas existé. On n’y était pas mentalement et nous, on a besoin d’être à 120% mentalement pour être dans le coup. Il y d’autres matchs où on était comme il faut au niveau mental où on a existé mais il nous a toujours manqué quelque chose pour pouvoir espérer mieux. Souvent de la maîtrise dans les temps forts et les temps faibles. On fait des petites fautes qu’on arrive à compenser à la maison. » Ce fut le cas à Lannemezan où Nafarroa, qui jouait sa survie, n’a pas été aidé par les circonstances ni par certaines décisions arbitrales qui ont mis, sur le moment, le Président hors de lui. Quinze jours après, Xabi Etcheverry a tourné la page malgré cette défaite à 0 point qui condamnait son club  : « Le match est terminé, Lannemezan a gagné, on a perdu. Point barre ! » A domicile, sublimée par son public de feu, l’équipe arrive à rivaliser avec les meilleurs mais le manque de densité physique nuit à la continuité des performances. « C’est dur d’être à 120 ou 130%, tous les dimanches », avoue l’ancien troisième. 

Contre Bagnères, Nafarroa veut sortir par la grande porte

Malgré le match qui se déroule le dimanche de Pâques, jour souvent sacré de retrouvailles familiales au Pays Basque et la relégation, la foule devrait se presser à Baïgorry pour recevoir Bagnères. « Je pense qu’il y aura du monde au Stade pour le dernier match de la saison. On a vécu, une belle saison avec des moments très marquants et je suis sûr que le public répondra présent encore. » Un dernier que les Basques entendent gagner pour inscrire leur neuvième victoire consécutive à domicile. « On n’a strictement rien contre le Stade Bagnérais et je leur souhaite que du bon mais c’est vrai que nous, on va jouer à fond. C’est, je pense, le moindre des respects qu’on doit au Stade Bagnérais. Ce qu’ils obtiendront, au moins, ils ne le devront à personne et seulement à eux. C’est aussi une question de respect. Le respect qu’on se doit à nous. Tous les joueurs, tous les entraîneurs, tout le club a à cœur de finir par un nouveau gros match à domicile pour qu’on quitte la Division par la grande porte en ayant tout donné jusqu’au bout. Je suis sûr que tout le monde sera dans cet état d’esprit là, dimanche. »

On continuera avec la même mentalité

Xabi Etcheverry ne regrette pas d’avoir tenté l’aventure de la montée, votée par l’ensemble du club. « On ne savait pas du tout où on allait. C’était la grosse inconnue au niveau sportif mais par contre, on n’a jamais voulu y aller en victimes. On a toujours dit que si on été en Fédérale 1, c’est parce qu’on avait gagné notre place. On l’avait et à partir de là, on a dit qu’on ferait le maximum pour y figurer du mieux possible. Je crois qu’on l’a fait mais malheureusement ça ne passe pas. On va descendre mais je crois que la saison a beaucoup de points positifs. On est dans une Poule, je ne sais pas si c’est une Poule forte ou pas, mais en tout cas, c’est une Poule très dense. Quand on regarde, avec le nombre de points qui est le nôtre, on serait, à aujourd’hui, maintenu dans les trois autres Poule, alors que là, on est dernier. C’est le sport, il faut savoir l’accepter puis repartir de plus belle après. » Nafarroa entend rebondir à sa manière, avec ses valeurs qui tentent de plus en plus à disparaître aujourd’hui où la parole et la couleur d’un maillot, l’attachement à un club ne valent plus rien. « On continuera avec la même mentalité. A savoir que les joueurs jouent véritablement pour rien. On n’a pas beaucoup de recrues mais elles sont très bien intégrées », souligne le Président de Nafarroa.

Jean-Jacques Lasserre