Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

Retour sur le derby Bagnères-Tarbes

lundi 8 avril 2019 par Rédaction

A force de crier au loup…

Bagnères, dans un Stade Albert Cazenave comble et inconditionnel, est passé à un souffle de remporter son premier derby de la saison. Les Bagnérais qui tenaient la victoire à la fin du temps règlementaire l’ont perdue au cours des arrêts de jeu, sur deux pénalités consécutives. La première a été concédée sur une mêlée dans les 40 m tarbais et la seconde sur un ballon porté suite à la pénaltouche à proximité des 22 m bagnérais. M. Meller, qui a fait l’unanimité contre lui, tant du côté tarbais que bagnérais, a pris ses responsabilités en sifflant cette dernière faute. Les supporters bagnérais argumentent que la touche n’était pas droite mais tout le long du match, ils ont harcelé les arbitres dénonçant des fautes imaginaires. Hurlant, par exemple, à l’agression contre Pambrun, qui se tordait de douleur au sol, alors qu’il s’agissait d’une blessure à la cheville. Idem sur des hors-jeu, alors que les Tarbais étaient nettement derrière les derniers pieds des rucks qui délimitent la ligne des hors-jeu. A force de crier à l’ours, pardon au loup…

Jean-Charles Laran et Yannick Vignette ont demandé les trois points

Sur cette dernière pénalité le staff tarbais a été unanime dans la décision de la tenter. Jean-Charles Laran et Yannick Vignette ont, tous les deux, demandé les trois points en faisant un signe trois de la main. Le Bagnérais de naissance n’a pas hésité une seconde et a été en cohérence avec ses propos de la veille : « Les deux équipes ne se feront pas de cadeaux. » Ceux qui chercheraient à mettre un coin entre les deux entraîneurs en seront pour leurs frais. D’autant que la pénalité, exactement à cinq mètres du bord de touche, n’était pas évidente sous les huées et les vociférations du public. Mais c’est sans pression négative que Berbizier a posé son tee, car même en cas d’échec, l’’arbitre sifflait la fin du match et Tarbes prenait le bonus défensif… Sa frappe nette, de son bon pied, a fait mouche plongeant les Bagnérais au fond du gouffre. La liesse tarbaise, jugée de mauvais goût par certains, peut s’expliquer par la délivrance au terme d’un match très difficile et usant au plan mental.

Tarbes jouait son image et son classement national

Il ne faut pas oublier n’ont plus que les Tarbais visaient une quatrième victoire consécutive et qu’ils jouaient leur honneur de joueurs pro, trop souvent mis à mal cette saison à l’extérieur. Tarbais ne voulaient pas revivre cette mésaventure. De plus déjà suspectés, à tort, de tricheries financières, Tarbes ne pouvait pas écorner un peu plus son image par ce qui aurait été perçue par d’autres équipes concurrentes comme une tricherie sportive en laissant la victoire à Bagnères. Il ne faut pas oublier non plus que Tarbes cherchait à assurer le meilleur classement national possible, pour affronter un cinquième ou un sixième de Poule et recevoir en quarts Retour et en demi-finale Retour.

J-J L.