Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Retour sur Tarbes-Valence d’Agen

lundi 4 mars 2019 par Rédaction

Le public a boudé cette rencontre avec à peine 800 spectateurs, un crève cœur par rapport aux 2000 supporters de Nafarroa. Certes tout n’a pas été parfait sur la pelouse de Trélut contre Valence d’Agen, il y a eu encore des ballons tombés, des mauvais choix mais dans l’envie et dans l’engagement, il n’y a pas eu photos avec le match à Baïgorry. Et Valence d’Agen, c’est autre chose que Nafarroa en termes de puissance et de physique. Ses résultats à l’extérieur en attestent, où ils n’ont encaissé que six essais à Albi et en ont marqué trois. Idem à Lavaur où ils venaient de perdre 14-8 et ils restaient sur un 46-26 contre Tyrosse, 6 essais à 4. Contre Tarbes, Olivier Laurent a pris la décision de ne pas faire tourner son équipe vendredi, convaincu que le groupe tarbais était miné par des dissensions internes. Les Tarbais ont apporté la meilleure des réponses sur le terrain par leur détermination. Heureusement sinon, Valence d’Agen se serait imposé à Trélut. Les Valenciens, qui ne veulent pas mourir, n’ont rien lâché et sont revenus chaque fois que les Tarbais ont fait le break. Distancés 10-0 (19ème), 20-7 (32ème), 34-20 (78ème), ils sont revenus 10-7 (23ème), 20-17 (46ème) et 34-27 (80+6) pour décrocher le bonus offensif en jouant à la main une pénalité dans leurs 22 m. Un coup de folie qui s’est révélée être un coup de génie face à une défense arrêtée qui s’attendait à une pénaltouche.

Les réactions des valenciens

Guillaume Dulay : On y a cru jusqu’au bout

Le demi-de-mêlée, passé par les Espoirs du TPR lorsqu’il faisait ses études, a sans cesse harangué ses coéquipiers. « On y a cru jusqu’au bout. On été venu pour chercher des points, car notre défi, sur cette fin de saison, c’est de se maintenir. On savait que notre équipe est capable de gagner partout et il fallait absolument ramener des points. Cette interception nous a fait mal mais on a eu les ressources pour aller chercher ce point de bonus défensif. Ce bonus nous fait beaucoup de bien avant de recevoir Nafarroa, notre concurrent direct au maintien. On a prouvé qu’on pouvait concurrencer les grosses équipes de la Poule » Valence d’Agen repart de Bigorre avec des certitudes. « On a joué jusqu’au bout parce qu’on sait que tous les points vont compter. On va aller partout pour essayer de prendre des points pour essayer de nous maintenir. On savait que ce serait dur à Tarbes mais on a essayé de faire quelque chose. » 

Sébastien Gorry : On a fait un gros match

Le Capitaine assure que son entraîneur n’a pas fait de l’intox dans la presse en milieu de semaine. « Pour être honnête avec vous, c’était l’objectif de la semaine. Puis vendredi, lors de la mise en place Olivier (Laurent) a préféré changer car on n’a plus trop le choix de faire tourner. Comme on s’est dit, il ne reste que cinq matchs et il faut aller chercher des points partout. On va aller à Marmande et à Oloron, dans la même optique de prendre points, pour maintenir le club. On en a récupéré un à Tarbes et c’est important parce que tous les points vont compter. On vient le chercher à la fin, parce qu’on l’avait perdu sur l’interception. C’est bien, parce qu’on a fait un gros match, contre cette équipe de Tarbes qui joue les premiers rôles. C’est une équipe fidèle à elle-même, qui s’appuie sur sa conquête, sa mêlée et sa touche. C’est une équipe très forte sur les fondamentaux, qui a du mal à mettre son jeu en place, qui ne se déplace pas beaucoup, qui ne circule pas beaucoup. C’est pour ça qu’on avait décidé d’écarter un maximum et de mettre un maximum de rythme. Cela nous a réussi puisqu’on a pris un point.

 

Olivier Laurent : Si on ne fait pas ce match, on prend 50 points

D’abord l’entraîneur rend hommage à ses joueurs : « Je pense que si on ne fait pas le match qu’on fait dans l’engagement, dans la volonté de jouer et dans la qualité du jeu, on prend 50 points, gentiment mais sûrement. » Puis il s’indigne sur l’arbitrage de la soirée, jugé injuste. « Objectivement, je pense qu’on a été énormément pénalisé en première mi-temps. On est pénalisé quand on défend, on est pénalisé quand on attaque. On est à 12 pénalités à 2 à la mi-temps. Je trouve ça inadmissible. Je trouve ça injuste et j’en ai marre qu’on soit arbitré comme des équipes de Fédérale 8 (sic). Ce serait bien qu’on arbitre tout le monde pareil. Aujourd’hui Tarbes s’en sort sur la puissance de son paquet d’avants, notamment sur les ballons portés. »

Mes joueurs on fait un très gros match de rugby

La colère passée Olivier Laurent revient sur les résultats de son équipe : « Notre saison est difficile parce qu’il y a plein de matchs qui nous échappent par manque de lucidité, par manque de buteur. On perd contre Saint-Jean-de-Luz, avec deux essais contre quatre pénalités et on manque une pénalité 15 m face aux poteaux. Aujourd’hui, on a un buteur et ça change la donne. Au rugby, sans buteur, on a du mal à s’en sortir, à tous les niveaux. Aujourd’hui, on a fait un match dans la lignée de ceux que l’on fait d’habitude. Mes garçons ont lutté, on marque sur un très bon ballon porté de 30 m. Je trouve que mon équipe a fait un très gros match de rugby. On s’est régalé, il y a eu de l’engagement. On est tombé sur une équipe de Tarbes qui avait décidé de jouer devant, de mettre de l’engagement et de s’appuyer sur ses forces. Je pense qu’ils ont pris la bonne option même si ça se joue sur une interception, car si ça passe, je crois que c’est de l’autre côté. Cela fait 27-27 et ce n’est plus pareil. Mais on a pris un point et mes garçons sont heureux. »

Avant le match, j’aurais signé de suite pour prendre un point à Tarbes

L’entraîneur souligne l’abnégation de ses joueurs qui se sont battus becs et ongles pour ne pas encaisser un cinquième essai et qui ont eu la force d’aller chercher le bonus défensif. Un bonus mérité mais pas gagné d’avance. « Si on m’avait dit qu’on prendrait un point à Tarbes, de suite, je signe ! » D’autant que l’équipe repart sans bobo, à part Borderie (cheville) et sans deuxième carton suspensif. « Pas de blessés, pas de suspendus, on ramène un point, pour nous, c’est important car on a un match vital contre Nafarroa dimanche prochain. On va avoir un match très compliqué contre une équipe, qu’on sait très difficile à manœuvrer. » Mais au-delà du point arraché au bout du bout des arrêts de jeu, la prestation de ses joueurs rassure l’entraîneur. « On est sur quatre matchs consécutifs de très bon niveau. On a fait un gros match à Lavaur, qu’on perd 14-8 dans des conditions très difficiles et on ramène un point contre une très grosse équipe. On loupe de très peu le bonus offensif contre Tyrosse sur une interception et à la fin on peut le reprendre mais on fait un en-avant sur la ligne. On joue à notre niveau depuis quelques temps, trop tard malheureusement pour l’objectif qui était de se qualifier. »

Frank Fresneda : L’accomplissement d’un match abouti

L’ailier buteur, qui est allé chercher l’essai du bonus à la 86ème minute, regrette l’indiscipline qui les a pénalisés en début de match. « On a deux pénalités pour nous qu’on se fait retourner. On s’est mis tout seul dans le dur. Ils nous ont bien pris devant, sur les ballons portés mais on n’a rien lâché. On a essayé de convertir en points nos pénalités. On était venu avec des intentions. On était tous solidaires, on n’a pas lâché le morceau, on a été plus discipliné en seconde mi-temps et on est content de nous. » A la 83ème minute, Tarbes a choisi la pénaltouche et les Valenciens, très agressifs en défense, ont récupéré la pénalité au sol après plusieurs temps de jeu des bigourdans. « On joue ce ballon, parce qu’il faut mettre un maximum de rythme. A la fin, les deux équipes étaient complètement cuites mais on a essayé de mettre un maximum de volume de jeu. Les remplaçants étaient plus lucides et ils ont réussi à faire la passe au bon moment. C’est l’accomplissement d’un match abouti. » L’ailier raconte son essai qui était loin d’être tout fait. « J’entends Maxim (Meneghini) m’appeler mais je ne le vois pas, alors je décide de prendre les adversaires sur l’intérieur. Je vois qu’il reste 15 m à faire et je décide d’aller au bout. C’est la récompense de tout un collectif de ce match qui a été complet pendant plus de 80 minutes. » 

Les réactions tarbaises

Les réactions démontrent, dans leur ensemble, qu’il y a un après Nafarroa, dans l’état d’esprit et dans le jeu proposé. Si les Tarbais ont encaissé un essai suite au carton jaune d’Armary (22ème), ils ont marqué un essai par Masson (26ème) et une pénalité par Armary (32ème) juste avant le retour du troisième ligne. Le carton de Pees (40+2), a désorganisé le jeu du TPR et Valence d’Agen a profité des cette infériorité numérique pour envoyer du jeu et créer des espaces pour trouver l’ouverture en bout d’aile.

William Pees : On a réussi à faire des trucs sympas

« C’est mon travers, ce sont des trucs sur lesquels j’ai encore du mal à me contrôler et il faut que je travaille mon self-control », regrettait l’ouvreur du jour qui était plutôt satisfait de sa production « Il faut que je travaille encore mon jeu au pied. Je l’ai travaillé toute la semaine, même si ça n’a pas été trop facile. Il y avait une belle équipe en face qui était agressive mais nous aussi on l’a été. Cela faisait longtemps qu’on ne s’était pas retrouvé comme ça dans l’agressivité. Je pense qu’on a été clair dans les rucks, on a été très bon en mêlée, on les a torturé dans les mauls et derrière, on a réussi à faires des trucs sympas. »

Lionel Terré : Une équipe en convalescence

Le Président relevait l’état d’esprit même s’il déplorait des erreurs qui deviennent récurrentes. « Il y a du mieux par rapport à Nafarroa mais c’est une équipe en convalescence. Les intentions étaient meilleures, on a vu un peu plus d’animation même s’il y a eu du déchet. On marque mais on n’arrive pas à tenir le score, par des fautes bêtes » Le Président regrettait l’indiscipline, qui a peut-être coûté une victoire plus large et bonifiée. « Les deux cartons les remettent dans le match alors qu’on est en phase dominante. Mais dans l’état d’esprit, ce n’était pas mal. On va s’en contenter et ça va nous permettre de travailler sereinement dans la semaine. » 

 

Jean-Charles Laran : Le dernier essai est de trop

Le nouvel entraîneur des trois-quarts est partagé : « Mon sentiment est mitigé. Je suis content parce qu’on a gagné et que c’était l’objectif. Le contenu, par moment m’a plu et à d’autres moments, c’était un peu aléatoire. Mais quand je vois ce qu’on a fait dans la semaine, et par rapport à Nafarroa, c’est le jour et la nuit. Au moins, on ne peut pas reprocher aux joueurs de ne pas avoir été présents dans l’engagement et d’avoir au moins essayé de produire du jeu. Des fois, de temps en temps, un peu trop. Ce dernier essai est pour moi de trop à la fin. 34-20 m’aurait paru logique. »

Alexandre Loustaunau : On s’est retrouvé un peu collectivement

« C’était un match difficile, surtout après tout ce qui s’est passé dans l’extra sportif », avoue le demi-de-mêlée qui s’était blessé à Lavaur, le 13 janvier. « C’était un beau match avec beaucoup d’engagement des deux côtés. Nous on s’est retrouvé un peu collectivement, même si tout n’est pas parfait. Mais il y a pas mal de trucs à retenir et il faut continuer dans ce sens. Nous, ce qu’on veut, c’est prendre du plaisir sur le terrain et après on verra ce qu’il arrivera. » L’ancien biarrot, jusque là effacé, a réalisé son meilleur match de la saison avec l’interception qui a assuré la gagne à deux minutes de la fin. « Oui, j’ai enfin pu jouer mon jeu. C’est vrai qu’en début de saison je n’avais pas réussi à le retrouver. Je ne saurai pas expliquer si c’est sportif ou extra-sportif, mais là c’est vrai que j’ai retrouvé un peu mon style de jeu. Même si tout n’a pas été parfait, je le sais, mais au moins j’ai pu faire ce que je sais faire le mieux. » Il a même retrouvé le coup d’œil de filou de tout bon demi-de-mêlée sur son essai. « Les avants appellent sur le fermé, je le vois venir et j’ai tenté le coup » explique modestement Alexandre Loustaunau qui a quand même fait un sprint de 50 m après 78 minutes d’un match de reprise. « J’avais encore un peu de jus pour finir l’action (rires…) »

Mickaël Lacroix : Il faut rester tous positifs

« Ils ne sont pas du tout à leur place au niveau du classement. C’est une équipe très dense physiquement devant et qui met beaucoup d’intensité. Je pense qu’on a répondu présent sur les ballons portés, même si on en prend un. Je suis satisfait du résultat, le seul bémol, c’est cet essai à la fin. On joue pour prendre le point de bonus et on prend un essai. Mais il faut rester positif après ces semaines compliquées. Il faut rester ensemble, tous positifs, au niveau sportif. Ce qui se dit à l’extérieur ne m’intéresse pas. »

Jeremy Haurie : Je me suis remis en question

Depuis plusieurs matchs, le droitier venu d’Oloron, s’affirme de plus en plus après avoir été plutôt transparent jusqu’ici. « C’est bizarre parce que d’habitude je ne suis pas comme ça. J’ai travaillé, je me suis remis en question et maintenant je me sens plus libéré. » Au point de pousser Yannick Vignette à le faire débuter et à lui donner de plus en plus de temps de jeu. « Il fallait que je prouve que j’étais capable de faire le roulement. »

Albin Méron : On ne jouait pas les uns avec les autres

Le troisième ligne confirme que le match était très engagé. « Il y avait pas mal de rythme. Ils étaient venus pour essayer de gagner ici. Sauf que nous on a répondu présent et il le fallait pour gagner. On rend une copie qui n’est pas encore parfaite et la note négative, c’est cet essai. Mais heureusement, on avait validé la victoire avant et on va garder le positif. » Dans le jeu, des changements sont intervenus durant la semaine. « On jouait les uns après les autres, on ne jouait pas les uns avec les autres. » 

Mathieu Bonnot : Tout le monde s’est envoyé à 100 %

Pour le talonneur aussi c’était un des matchs les plus difficiles de la saison à Trélut. « C’était un match très difficile, avec beaucoup d’intensité, mais pour une fois, on a répondu collectivement, vraiment, c’était mieux que d’habitude. On avait une bonne force collective, on a réussi à être solidaire, il y avait du liant avants-trois-quarts, c’était vraiment bien. Tout le monde s’est envoyé à 100% et on mérite la victoire. Sans avoir fait un match extraordinaire, on a été bon sur les fondamentaux, on a été bon sur la conquête, on a été bon sur les ballons portés. Les trois-quarts ont avancé et ont bien défendu. Il faut qu’on gomme nos erreurs, ne pas laisser nos adversaires revenir tout le temps au score. Si on arrive à gommer ça, on sera enfin à notre niveau. On sera enfin capable de développer le jeu qu’on veut développer depuis le début de l’année. J’espère qu’on a répondu un peu aux critiques et aux attentes. On a marqué quatre essais et ça fait vraiment du bien. On est capable et c’est à nous de le reproduire week-end après week-end jusqu’à la fin de la saison.

Fabien Vial : On a répondu présent dans l’intensité

Le pilier qui revenait de cinq matchs de suspension était plutôt satisfait de retrouver le terrain. « C’était dur pour un match de reprise au niveau du cardio. Car un match c’est toujours plus intense que n’importe qu’elle séance physique, mais ça s’est bien passé. Il y avait beaucoup d’intensité devant, mais on a répondu présent. » Un retour réussi avec un bel essai à la clé. « C’est un essai qui part d’une action collective. C’est la combinaison qui veut ça, elle a marché, tant mieux. »

Yannick Vignette : Personne ne s’est sorti

Depuis le début de la saison l’entraîneur souligne les qualités rugbystiques de Valence d’Agen. « C’est une équipe costaud qui n’est pas du tout à sa place au classement. C’est une bonne équipe et c’est de loin, celle qui nous à posé le plus de problèmes chez nous, à l’exception d’Albi. Il faut le reconnaître et il faut les féliciter. » Attendus au tournant après le non match à Baïgorry les Tarbais ont répondu présent dans le combat. « Je suis content des joueurs, j’en suis même fier même si tout n’est pas parfait. Ils ont tout essayé en étant à l’unisson. C’est un match où il ne fallait pas se sortir et personne ne s’est sorti. Et je suis content pour ça. C’était un combat assez âpre et je regrette juste cet essai à la fin qui, à mon sens, gâche un peu la performance collective. On a pris cet essai, qui nous frustre parce qu’on pouvait aller chercher le bonus offensif et on leur donne un bonus défensif. Mais sur le match, ce n’est pas démérité. »

Jean-Jacques Lasserre