Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Le TGB toujours en manque d’adresse

lundi 25 février 2019 par Rédaction

Tarbes-Charleville-Mézières  : 55-63 (M-T : 22-32)
(10-15, 12-17 ; 16-14, 17-17)

Pour Tarbes : 24 paniers réussis sur 70 tentés (34%), dont 21/57 à 2 points (36%), et 3/13 à 3 points (23%), 4/7 lancers-francs (57%), 49 rebonds dont 16 offensifs, 12 passes décisives, 13 ballons perdus, 5 interceptions, 2 contres, 16 fautes

Gaye 8 points (37’53’’, 4/15 à 2 points, 7 rebonds, 2 passes décisives, 1 ballon perdu, 2 contres), Pouye 9 points (33’36’’, 3/9 à 2 points, 1/5 à 3 points, 5 rebonds, 1 passe décisive, 2 ballons perdus, 1 interception), Prince 6 points (21’27’’, 2/9 à 2 points, 2/2 lancers-francs, 10 rebonds, 1 ballon perdu), Galliou-Loko 7 points (34’47’’, 1/3 à 2 points,1/4 à 3 points, 4 rebonds, 2 passes décisives, 1 ballon perdu), Fauthoux 4 points (29’21’’, 2/5 à 2 points, 0/2 à 3 points, 0/3 lancers-francs, 7 rebonds, 6 passes décisives, 2 ballons perdus, 2 interceptions), Peters 17 points (34’08’’, 7/12 à 2 points, 1/1 à 3 points, 10 rebonds, 1 ballon perdu, 2 interceptions), Moss 4 point (8’48’’, 2/4 à 2 points, 0/1 à 3 points, 4 rebond, 1 passe décisive, 4 ballons perdus)

Pour Charleville-Mézières : 23 paniers réussis sur 62 tentés (37%), dont 19/48 à 2 points (39%), 4/14 à 3 points (28%) et 13-15 lancers-francs (86%), 38 rebonds dont 7 offensifs, 15 passes décisives, 9 ballons perdus, 7 interceptions, 3 contres, 10 fautes

Robert : 0 point (6’16’’, 2 rebonds, 1 ballon perdu), Filip : 10 points (25’48’’, 4/8 à 2 points, 2/3 lancer-franc, 4 rebonds, 1 passe décisive, 0 ballon perdu), Bouderra : 5 points (28’13’’, 0/1 à 2 points, 1/5 à 3 points, 2/2 lancers-francs, 2 rebonds, 5 passes décisives, 1 ballon perdu), Lewis : 9 points (30’09’’, 2/3 à 3 points, 5 rebonds, 1 ballon perdu, 1 interception), Peters : 17 points (30’115’’, 6/9 à 2 points, 0/2 à 3 points, 5/5 lancer-franc, 6 rebonds, 4 passes décisives, 0 ballon perdu, 1 contre), Chevaugeon 0 point (19’36’’, 1/3 à 3 points, 0/2 lancers-francs, 1 rebond, 1 passe décisive, 0 ballon perdu), Paget 7 points (11’47’’, 1/1 à 2 points, 1/2 à 3 points, 2/2 lancers-francs, 1 rebond, 2 passes décisives, 1 ballon perdu, 3 interceptions), Diawara : 13 points (23’16’’, 6/14 à 2 points, 1/1 au lancer-franc, 8 rebonds, 1 passe décisive, 3 ballons perdus, 1 passe décisives, 1 interception, 2 contres), Hruscakova 2 points (24’40’’, 1/10 à 2 points, 4 rebonds, 1 passe décisive, 2 ballons perdus)

Les Nordistes sont venues glaner un huitième succès consécutif en Bigorre, sans être vraiment mises en danger par une équipe tarbaise courageuse mais trop peu en réussite pour être dangereuse. Des Tarbaises qui ont couru derrière le score toute la partie et qui n’ont jamais pu inquiéter Charleville-Mézières, hormis les trois premières minutes 6-7. Distancé de cinq points à chacun des deux premiers quart-temps, le TGB comptait dix points de retard à la mi-temps. Un écart qui est monté à 16 points 30-46 (16ème) mais les Tarbaises ont bien réagi en fin de quart-temps 38-46 (30ème) et ont fait jeu égal au dernier pour s’incliner de huit points au total 55-63, après être revenues à 6 points 55-61 dans la dernière minute. Aby Gaye, malgré ses 8 points a manqué 11 paniers, Prince, 6 points est à 2/9, loin de sa réussite habituelle. L’Américaine qui volait sur l’eau il y a peu est à côté de ses baskets depuis quelques matchs. L’autre mauvaise nouvelle de l’après midi, c’est la blessure de Moss. Heureusement Peters confirme de plus en plus ses qualités et signe un double-double (17 points, 10 rebonds). Huit points d’écart, c’est peu et c’est beaucoup. C’est peu parce que Tarbes a concédé cinq points sur une antisportive, deux points sur une remise en jeu et a concédé treize points sur lancers-francs, soit un différentiel de neuf points. Mais c’est beaucoup, car jamais Charleville n’a été vraiment mis sous pression.