Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

Marmande-Tarbes, samedi à 17 h00

samedi 2 février 2019 par Rédaction

Un match capital

Un match capital pour deux équipes en recherche de points. Les Tarbais veulent enfin marquer des points en déplacement, question de statut et d’image et les Marmandais veulent prendre leur revanche. Un match capital, car parmi les adversaires directs des deux clubs, Saint-Jean-de-Luz reçoit Oloron, Lavaur reçoit Valence d’Agen, Tyrosse reçoit Nafarroa et Anglet reçoit Bagnères. Compte tenu du faible écart qui sépare toutes les équipes, chaque résultat comptera et le classement pourrait de nouveau être changé dimanche soir. Seule certitude, on ne voit pas comment Lannemezan pourrait s’imposer à Albi. Sinon, tout est ouvert...

L’avis des entraîneurs et les compositions d’équipes

Marmande, Julien Bouic :

On va tout faire pour faire un bon résultat 

Pour l’entraîneur marmandais, ce match est doublement capital pour la qualification mais aussi pour le maintien, car le premier relégable Valence d’Agen, n’est qu’à six points. Ce qui confirme que cette Poule 2 est la plus dense et la plus difficile de la Fédérale 1 puisque le sixième (Tyrosse) et le dernier (Bagnères, qui a un match de moins) sont séparés de dix points. « C’est une Poule où on voit des équipes comme Nafarroa et Oloron battre Albi. Il n’y a pas de grands, il n’y a pas de gros, on voit que tout le monde peut perdre à l’extérieur et que tout le monde peut gagner à la maison. » Pour Julien Bouic, la victoire contre Tarbes est impérative : « Il faut qu’on gagne contre Tarbes pour faire un pas de plus vers le maintien. » Pour l’entraîneur, le maintien est encore loin d’être acquis. « Si demain, on perd contre Tarbes, et qu’on perd à Bagnères, tout est remis en question. Pour nous, c’est un match capital, c’est la réalité. On l’aborde avec beaucoup d’ambition et beaucoup de respect parce que c’est un club que je connais bien pour y avoir joué et pour qui, j’ai beaucoup d’affection et de respect. C’est une grosse équipe mais on va s’envoyer et on va tout faire pour faire un bon résultat. »

Il faut se rappeler du contexte du match Aller

Des Tarbais qui ont l’honneur d’être reçus le samedi pour un « match prestige », suivi par un repas « prestige » avec les partenaires. « On respecte beaucoup Tarbes mais ça va être un gros match. On a pris 40 points là-bas. On a reçu une dérouillée, comme on dit, et aujourd’hui, on est revanchard. On est prêt, même si on n’a pas pu jouer le week-end dernier. » L’entraîneur s’étonne : « Je ne comprends pas comment Tarbes peut jouer et que Bagnères ne peut pas jouer, alors que Lannemezan a aussi joué. On est en droit de se poser des questions. » Ne pas avoir joué le week-end dernier n’est pas un avantage par rapport aux Tarbais. « C’est un désavantage au niveau du rythme » assure l’ancien pilier de Bourgoin et de Tarbes, qui a retrouvé son groupe au complet depuis janvier. Un groupe revanchard après la lourde défaite du match Aller et un arbitrage qui a toujours du mal à passer. « Il faut se rappeler du contexte, un arbitre qui a balancé des cartons dans tous les sens et qui ne nous a pas épargné. On a même joué quelques minutes à 13 contre 15. » En l’absence de Mieres, le jeu au pied des Marmandais avait été déplorable et l’équipe, après vingt bonnes minutes, s’était délitée en infériorité numérique.

Des regrets et des satisfactions

Julien Bouic espérait mieux en terme de résultats même si le bilan est équilibré, avec une seule défaite à domicile contre Albi et une victoire à Lannemezan dans un contexte particulier.* L’entraîneur regrette comptablement la défaite sur le fil à Tyrosse au match Aller et le comportement de ses joueurs dans certains matchs, notamment à Tarbes et à Nafarroa. Une autre défaite qui a eu aussi du mal à passer. « On mène 21-0, puis on tombe dans le piège tendu par Nafarroa. Pour Albi, ça a été la même chose. Ils sont agressifs, avec un public qui est dur et on tombe dans leurs provocations. Celui qui ne répond pas gagne là-bas. Mais c’est un club qu’il faut respecter. Nous, on les a respecté vingt minutes et après, on est complètement sorti du match et on finit à quatorze. » De plus, Marmande n’a pas bénéficié d’un calendrier favorable avec cinq déplacement et la réception d’Albi en six rencontres. D’où cinq défaites consécutives qui ont plongé le le club dans le doute, avant de rebondir à Lannemezan, puis de confirmer contre Tyrosse. « On a vécu une période très compliquée où on n’a pas toujours fait ce qu’il fallait à l’extérieur, où on n’a pas montré notre vrai visage », avoue l’entraîneur. La trêve hivernale a été la bienvenue pour relancer la machine. « La trêve nous a fait grandir. On a beaucoup travaillé pendant cette trêve. Aujourd’hui, on a gagné en maturité et dans le jeu. » Marmande, en plus du calendrier, n’a pas non plus été épargné par les blessures, notamment celle de Mieres. « On a eu beaucoup de blessés, on est parti avec un groupe amoindri mais qui s’est ressoudé. Les gars se sont parlés, ils se sont dit des choses et on a bien avancé. » Cela c’est traduit par deux victoires consécutives à Lannemezan et contre Tyrosse et le groupe est en pleine confiance pour accueillir Tarbes.

*Lannemezan s’était imposé 13-16 avant d’être déclaré battu sur le tapis vert pour une sombre histoire de licences.

Marmande au complet, retour de Mieres dans le groupe

Pour une des premières fois de la saison Julien Bouic va pouvoir aligner son équipe type face à des Tarbais impressionnants au match Aller mais méconnaissables à l’extérieur. Julien Bouic a connu le même problème lorsque Marmande faisait figure de ’’gros’’ et pour lui, c’est logique. « On a connu la même chose en Fédérale 2 où on était attendu partout chaque dimanche. Et je ne vois pas pourquoi, des équipes comme Tarbes ou Albi, n’auraient pas le droit de perdre à l’extérieur. Tout le monde gueule, mais tout le monde les attend. Ce sont des grands noms du rugby français et ils sont attendus partout. » Tout comme ils seront attendus avec crainte et respect au Stade Dartiaihl… L’ouvreur argentin Mieres fait son retour dans le groupe élargi que nous a livré Julien Bouic vendredi soir. Un groupe où figurent les sept « étrangers », dont seulement cinq seulement pourront être alignés sur la feuille de match.

Groupe de Marmande

 N’Nomo, Baffou, Sicaud, J. Barres, Sisombath, Kankowski, Quarrie, Germain, Cazautets, Marmie, Cotze, Broudiscou, Storm, Mijoint, Duluc, De Koker, Sylvestre, Mieres, Fontalirant, Mornas, Tao, François, Mantovani, Fumey, Pampouille, G. Barres

 

Tarbes

Yannick Vignette : On ne prend du plaisir que dans la victoire

Les Tarbais, distancés de neuf points au classement par Saint-Jean-de-Luz, se rendent à Marmande sans aucune pression du résultat. Tarbes compte onze points d’avance sur la sixième place qualificative au Du Manoir et même avec les 8 points de pénalités, il y a encore largement la place de se qualifier. Les Tarbais savent qu’ils seront attendus et s’ils veulent rompre la spirale des échecs à l’extérieur, ils devront avant tout répondre présents dans le combat. Sans combat, pas de touches, pas de mêlées souveraines et pas de ballons pour jouer au rugby. Les joueurs parlent de plaisir, mais au rugby le plaisir passe avant tout par le combat. C’est ce que va suriner toute la semaine Yannick Vignette qui n’a plus envie de rentrer la tête basse d’un déplacement et annonce clairement la couleur : « Moi, je veux gagner à tout prix. On ne prend du plaisir que dans la victoire. Perdre en faisant du jeu, je m’en fous mais gagner en faisant du jeu, c’est le top ! »

On a une image à défendre

Le technicien précise sa pensée : « Je suis pour qu’on joue, mais on est Tarbes, on a une image à défendre, on a un club historique à protéger et on ne peut pas se permettre d’aligner les contreperformances. » Prendre des points à Marmande est donc le minimum syndical. « On y va pour gagner, point barre ! Après, je le dis avec beaucoup d’humilité, parce qu’on n’a gagné qu’une fois à l’extérieur et qu’on sait que c’est compliqué. Mais là, on n’est pas particulièrement diminué, même si on est un peu juste derrière. » Aux forfaits de Frisch (opération des adducteurs), de Loustaunau (commotion), de Berbizier (entorse du genou), s’ajoutent ceux d’Estéves (deuil familial) et de Bréthous (entorse cheville). Malgré tout l’ancien demi-de-mêlée veut y croire : « On est diminué derrière mais devant, on est au complet* et on va vendre chèrement notre peau là bas.  » Contrairement à Lavaur, Marmande est mieux outillé devant que derrière et dans des conditions climatiques qui s’annoncent difficiles, la conquête sera primordiale. « Si on n’a pas envie de combattre, on ne sera pas invité. Si on a envie de s’y filer et de faire un gros match, on peut gagner là-bas. Après, c’est l’équipe qui a les cartes en main. Mais il faut que le plaisir passe par le combat. Le jeu de mouvement passe avant tout par le combat ! » En cette fin de saison, l’entraîneur souhaite trouver le chemin du succès à l’extérieur. « Il faut gagner pour marquer des points au classement. » Et la première étape passe par Marmande car derrière, il y aura l’enfer de Nafarroa, le chaudron d’Oloron, là où Albi s’est fracassé et le derby à Bagnères qui jouera sa survie.

*A l’exception de Vial (suspendu)

Deux changements dans le Groupe

Par rapport à Tyrosse, seuls Esteves et Bréthous sortent du Groupe, remplacés par Dumestre et Ferré, puisque le staff a fait le choix de mettre un avant supplémentaire au détriment d’un trois-quart. Un choix judicieux, puisque le gros point fort de Marmande c’est son pack, mais un choix par nécessité compte tenu de toutes les indisponibilités derrière. Seule surprise, Bonnecarrère, qui vient de reprendre avec la réserve, n’est pas dans le Groupe, jugé encore un peu juste physiquement. « Il est en reprise, c’est normal. Il a passé plus de deux mois sans jouer, puisqu’il s’est blessé fin novembre à Anglet. C’est beaucoup, c’est presque une intersaison », explique Yannick Vignette qui ne veut pas prendre le risque d’une nouvelle récidive. .

Compos de Tarbes

1 Escur, 2 Bonnot, 3 Duny, 4 Lacroix (Cap.), 5 Percival, 6 Armary, 8 Masson, 7 Méron, 9 Ramon, 10 Claverie, 11 Dumestre, 13 Paulet, 13 Vinusa, 14 Rubio, 15 Pees

Remplaçants : 16 Manso-Moyano, 17 Asserquet, 18 Camy, 19 Abat, 20 Ferré, 21 Lhusero, 22 Arbaud, 23 Haurie