Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
 

Les vœux du maire de Tarbes à la presse

jeudi 17 janvier 2019 par Rédaction

Comme le veut la tradition, Gérard Trémège maire de Tarbes a présenté ses vœux à la presse ce jeudi matin autour d’un petit déjeuner. Il avait à ses cotés Jean Luc Cossou, directeur général des services. Beaucoup de sujets ont été abordés.

En premier lieu il a abordé le grand débat national : « Nous sommes sollicités par beaucoup de nos concitoyens pour savoir comment ce grand débat va se passer, où les réunions vont-elles se réaliser, beaucoup d’interrogations.

Nous mettrons tous les moyens à disposition. Notre devoir en tant qu’élus de la municipalité est d’être des facilitateurs pour permettre à tous ceux qui souhaitent les organiser de les réaliser de la meilleure façon possible. Nous prendrons nos responsabilités dans nos domaines de compétences, nous fournirons les salles, la logistique. Nous serons facilitateurs mais pas organisateurs.

La question que l’on se pose : qui va répondre aux questions sur les thèmes énoncés par le président de la République ? Car un débat c’est tu me poses une question et tu me réponds ! »

Pour Gérard Trémège, cela ne doit pas servir à certains de faire des campagnes électorales par anticipation, cela serait complètement à coté de la plaque.

Il a précisé qu’il participerait à ce débat en tant que citoyen.

Il a rajouté que la ville de Tarbes faisait des débats depuis 2001 , chaque année étaient organisées des réunions de quartiers à l’occasion desquelles étaient rencontrées entre 1000 et 1200 personnes par an. Le débat y est ouvert sur tous les problèmes qui concernent la ville et les quartiers, les échanges y sont fructueux et ont permis d’apporter énormément de réponses. Sur la ville, 120 conseillers de quartier ont pour rôle d’être à l’écoute de la population et d’apporter des réponses aux problèmes qui sont posés. Il existe également le dispositif Allo Mairie !, l’échange existe à Tarbes.

Il a déclaré qu’un courrier sera envoyé aux conseils citoyens et aux adjoints de quartier leur demandant d’organiser des réunions de la population, inscrites dans l’esprit du grand débat national, en essayant de privilégier les thématiques locales sur lesquelles la municipalité est apte à apporter des réponses.

« Au delà du cahier des doléances mis à disposition à la mairie depuis plusieurs semaines, il y a un site dédié à l’expression des concitoyens et tous ces messages seront bien évidement envoyés en haut lieu. Ils seront adressés à la référente départementale en la personne de Madame Sophie Pauzat, directrice de cabinet du préfet, à laquelle je suggère de s’appuyer sur les compétences de José Cubéro et Jean-François Soulet, des personnes qui peuvent apporter énormément dans le cadre d’échanges entre élus, autorités et population compte tenu de leur parfaite connaissance des milieux », a commenté le maire.

Il a poursuivi par le budget 2019 qui sera voté lundi en conseil municipal.

“Le budget est un acte politique majeur dans une collectivité que ce soit à l’échelle nationale, régionale, départementale ou locale, c’est l’affichage clair d’une ambition au service d’un territoire”, a indiqué le maire.

« Depuis de nombreuses années, des investissements importants ont été réalisés. Le budget 2019 sera le budget où le montant des investissements sera de 20,5 millions d’euros, montant qui n’avait jamais été atteint, en augmentation de 12,5% par rapport à l’année précédente.

L’investissement c’est le moteur de l’économie. Sur un territoire, cela donne du travail aux entreprises, donc du travail aux salariés de ces entreprises.

20 ,5 millions d’euros, c’est un acte politique fort malgré la baisse de la DGF qui continue encore de baisser.

Pour la première fois, nous affichons une augmentation de la dette, depuis 2001 nous avons désendetté chaque année la ville.

Les investissements sont auto financés à 50% par notre auto financement. Nous faisons cela sans augmenter les impôts » a annoncé l’élu.

Le maire enchaine par les investissements emblématiques :

Il a rappelé l’engagement dans les procédures nationales qui permettent de mobiliser les financements nationaux sur les investissements locaux “L’action Cœur de ville’’ (la ville de Tarbes a été retenue parmi 222 villes en France) pour la rénovation de la place de la Mairie, la place du Foirail, l’aménagement avenue Pierre de Coubertin pour le transfert des bus scolaires.

Et de poursuivre : « Les haras acquis en juillet 2016 oùu nous avons réalisé plus de 2 millions et demi d’investissements : la rénovation du manège,( bâtiment classé) 1,2 million d’euros, changement de la toiture, la conciergerie, salle de réunion RDC, travaux de mise aux normes accessibilité de la médiathèque pour personnes à mobilité réduite, ascenseur, WC handicapés, un espace traiteur. Les investissements vont se poursuivre sur ce site avec la réfection de la carrière derrière le manège, la réfection de la verrière de la maison du cheval etc.…

Le projet du restaurant des haras à l’ancienne maison du directeur :

Gérard Trémège a précisé qu’il ne veut pas mettre le petit doigt dans cette affaire. Un cabinet d’avocats a établi un cahier des charges qui a été diffusé, les professionnels intéressés ont jusqu’à fin février pour faire des propositions ; a ce jour 3 professionnels ont retiré le dossier. Un jury sera organisé avec des représentants de la majorité et de l’opposition municipale ainsi que des professionnels, en aucun cas j’y participerai. Pourtant on entend dire que ça y est c’est fait ! Ehbien non ! »

Les chantiers en cours :

« Place de la Mairie, elle avait une architecture urbaine des années 50. Lors de la venue du jury des 4 fleurs il a été suggéré que si nous voulions conserver les 4 fleurs il fallait évoluer en ce qui concernait cette place. Nous avons réfléchi à un nouvel aménagement avec un nouveau type de fleurissement, une nouvelle offre, le fleurissement sera permanent avec des couleurs et des senteurs, ce chantier représente 240 000 euros HT. La fin des travaux est programmée pour la fin du printemps quand les plantations auront été faites. Alors qu’aujourd’hui on peut voir sur les réseaux sociaux que le maire a refait la place de la mairie pour 280 000 € , le chantier va rester comme ça, l’argent du contribuable est jeté par les fenêtres etc.… C’est scandaleux ! Ils jugeront une fois terminé ! », se désole t-il.

« La place au Bois, était tout comme la place de la mairie dans notre projet en 2004. Nous ne faisons que réaliser les engagements que nous avions pris. Là aussi pour la place au Bois, on voit les commentaires : rien n’est fait, rien n’est prévu, c’est lamentable dans cet état etc...

Le transfert de la gare routière coûte 900 000 euros, je tiens à préciser que cela couûtera à la ville 300 000 euros, le reste ce sont les subventions dans le cadre de l’opération ‘’Cœur de ville’’ et des partenaires.

Demain, il va y avoir une nouvelle gare de bus scolaires en toute sécurité et la place au Bois pourra être refaite ». Le maire a présenté les divers projets sur lesquels les services travaillent depuis longtemps. Une rénovation moderne à souligné le maire.

Avant de continuer par les divers chantiers en cours ou à venir Gérard Trémège s’est exprimé sur les commentaires qui courent sur les réseaux sociaux : « C’est facile pour les lâches de dire n’importe quoi, de calomnier, de donner de fausses informations, transformer des réalités et véhiculer des informations malveillantes, je trouve cela dégueulasse ! C’est de la lâcheté à l’état pur ! Avec ce type de comportement, notre société est en train de perdre des valeurs fondamentales telles que le respect. »

Les grands chantiers ; place du Foirail, la rue Corps Franc-Pomiès, un exercice étalé sur 3 ans pour 2,5 millions d’€, le projet Capas cité, la caserne des pompiers pour laquelle nous contribuons à hauteur de 2 millions et demi, la rénovation de l’école Jean Macé, le projet de la Villa des Arts,

En matière de sécurité, 35 nouvelles caméras seront installées. Au total, il y aura 66 caméras.

Les manifestations seront maintenues avec cette année les 25 ans d’Equestria, les 10 ans du festival de polyphonie.

Il a abordé la perte des habitants, le taux des commerces vacants en centre ville.

Pour la perte des habitants, il a précisé que Tarbes ne possède pas de terrains pour faire des habitations horizontales, les gens partent donc sur la périphérie.

En ce qui concerne les commerces, les commerçants souffrent de l’offre commerciale par internet. Comme beaucoup de villes moyennes y compris Pau.

Nicole Lafourcade


titre documents joints

17 janvier 2019
info document : PDF
176.4 ko