Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
      
   
     

Tout savoir sur le grand débat national

mardi 15 janvier 2019 par Rédaction

Hier après-midi, préfet des Hautes-Pyrénées Brice Blondel était aux cotés de Sophie Pauzat, directrice de cabinet, pour donner des explications sur le grand débat national qui a débuté de même jour à Grand Bourgtheroulde (Eure) avec Emmanuel Macron.

Lancé à l’initiative du Président de la République, ce grand débat national porte sur quatre thèmes :

-la fiscalité et les dépenses publiques

-l’organisation de l’Etat et des services publics

-la transition écologique

-la démocratie et la citoyenneté.

« Les maires auront un rôle essentiel car ils sont les élus et les intermédiaires légitimes de l’expression des citoyens, les élus locaux sont au cœur du dispositif, non pas chargés par le gouvernement de faire le travail mais du fait de leur positionnement, au plus proche des citoyens, appelés à être les courroies de transmission des revendications, de l’expression de la colère des citoyens et des solutions en direction du gouvernement », indique le préfet.

Il a précisé que depuis décembre 2018 des maires ont ouvert des cahiers de doléances et qui le sont encore pour certains, comme à la mairie de Tarbes, à celles de Lannemezan et de Bartrès, toutes ces contributions ont vocation à remonter soit directement à la mission nationale du grand débat soit en passant par la préfecture.

L’objectif du grand débat : donner durant les deux mois qui viennent la parole à tous ceux qui le demandent, à tous ceux qui ne la prenaient pas ou qui la prennent aujourd’hui de manière un peu chaotique dans le cadre de manifestations récurrentes.

Que chacun, citoyen, élu, organisation puissent organiser un débat, qu’il soit à l’échelle d’un quartier, d’un village, d’une région.

Cela va se passer sous trois formes : des réunions publiques d’initiative locale, des stands de proximité, des contributions numériques au grand débat.

« Le gouvernement met en place une plateforme numérique du grand débat national : www.granddébat.fr qui va permettre à tous ceux qui souhaitent organiser une réunion publique d’initiative locale de s’inscrire. Au moment de l’inscription, la personne organisatrice choisit un lieu, c’est là que l’Etat et les collectivités locales peuvent aider pour trouver une salle, assurer la sécurité car cela ne doit pas déboucher sur des troubles publics.

La personne qui organise la réunion a en charge d’en assurer l’animation, cela peut être une association, un citoyen, un élu. Cette personne doit également en assurer la restitution pour que tout remonte à Paris », précise le représentant de l’Etat.

Des stands se déplaceront de ville en ville, de quartier en quartier et seront organisés par des membres de la mission nationale du grand débat, ils iront à la rencontre des citoyens.

A partir du 1er mars, des conférences citoyennes régionales seront organisées. Tout cela doit déboucher sur un nouveau pacte économique social et environnemental qui doit guider l’action du gouvernement dans les prochains mois.

« Il y a une volonté du chef de l’Etat de dire que toutes les contributions qui seront remontées seront analysées et il n’y a pas de questions tabou.

Des garants seront nommés au niveau national, ils seront chargés de garantir l’indépendance de la restitution pour que ce ne soit pas considéré comme un exercice politique partisan.

Pour les Hautes-Pyrénées, Sophie Pauzat, directrice de cabinet du préfet, sera le référent », a conclu le préfet.

Nicole Lafourcade