Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

Aureilhan : le stade de rugby du Parc des Sports de l’Adour porte désormais le nom de René Bréjassou, l’illustre pilier international aureilhanais

dimanche 13 janvier 2019 par Rédaction
Diaporama

Depuis hier samedi, le stade de rugby du Parc des Sports de l’Adour à Aureilhan porte désormais le nom de Stade René Bréjassou, du nom de l’illustre pilier international tarbais des années 50. Le 7 décembre 2018, le conseil municipal d’Aureilhan avait adopté à l’unanimité la dénomination « Stade René Bréjassou ».

La cérémonie de dénomination avait donc été programmée pour le samedi 11 janvier 2019. Pour la circonstance, le maire Yannick Boubée et son conseil municipal avaient convié des personnalités du rugby pour cet événement. Ainsi aux côtés de Régine et Gilles Bréjassou, fille et fils de René Bréjassou et des membres de la famille, on notait la présence de Jean Glavany, ancien ministre ; plusieurs élus, Alain Doucet, président de la ligue régionale Occitanie, Jean-Pierre Garuet, Louisou Armary, Philippe Dintrans, anciens internationaux qui opéraient comme René Bréjassou aux fauteuils d’orchestre, Jean-Paul Xuereb, président du comité départemental de rugby, Jean-Yves Mouret, responsable de la maison ovale du territoire, Patrick Laharrague, président de l’ASCA Rugby, plusieurs responsables associatifs…

Cérémonie de dénomination du Stade René BREJASSOU

Samedi 12 janvier 2019

Discours de Yannick BOUBÉE, maire d’Aureilhan

Monsieur le Ministre, Cher Jean,
Mesdames et Messieurs les Elus, Chers Collègues
Monsieur le Président de la Ligue régionale Occitanie, Cher Alain
Messieurs les Internationaux, Chers Jean-Pierre, Louisou et Philippe Monsieur le Président du Comité Départemental, Cher Jean-Paul
Monsieur le Responsable de la Maison Ovale du Territoire, Cher Jean-Yves Mesdames et Messieurs de la Famille de René BRÉJASSOU, Chère Régine et Cher Gilles
Monsieur le Président de l’ASCA Rugby, Cher Patrick
Mesdames et Messieurs les Responsables associatifs,
Messieurs les Champions de France, Cher Raymond, Cher Yves,
Chers amis,

C’est avec une immense fierté et une émotion toute aussi grande que j’ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue au Parc des Sports de l’Adour, cet espace où bat une belle partie du cœur de la vie sportive aureilhanaise.

Mon équipe est très reconnaissante à l’égard de Jean, d’Alain, de Louisou, de Jean-Pierre et de Philippe, d’avoir bien voulu participer à cette cérémonie en l’honneur d’un Aureilhanais qui a laissé une belle trace, René BRÉJASSOU. Leur présence, ici, ce matin, donne à cette manifestation un relief particulier de nature à créer un souvenir qui restera gravé dans nos cœurs.

En cet instant, j’ai une pensée pour Gérard VETTES, figure attachante du rugby de ce département, parti cette semaine, que René a dû accueillir au paradis des rugbymen ; ils ont même certainement échangé quelques passes et évoqué de bons souvenirs des glorieuses périodes passées du rugby bigourdan.

Donner au stade de rugby du Parc des Sports de l’Adour le nom de René BRÉJASSOU traduit l’hommage unanime de l’ensemble du Conseil Municipal à un Aureilhanais, authentique, respecté, qui aura non seulement marqué l’histoire d’Aureilhan et de la Bigorre par son engagement sportif, mais également celle du rugby français.

Le nom de René BRÉJASSOU raconte une histoire aureilhanaise du XXème siècle.

René BRÉJASSOU est né à Aureilhan le 12 août 1929 ; il y a habité et y a vécu toute sa carrière professionnelle. Il nous a quittés le 13 juin 2011.

Très vite, son physique robuste le prédispose au rugby.

A 22 ans, le 12 janvier 1952, il jouera pour sa première sélection en équipe de France, contre l’Ecosse, à Edimbourg. Il y a 67 ans jour pour jour.

René jouait pilier, à droite comme à gauche, faculté rare s’il en est. Il sera sélectionné pendant 4 ans et fera partie de la première équipe de France à battre les All Blacks le 27 février 1954, 3 à 0 à Colombes. Cette même année, il rentrera dans la légende en permettant à l’équipe de France de gagner en Ecosse grâce à un essai mythique qu’il marquera (redoublement de l’ailier Michel POMATHIOS), qualifié d’exploit par Midi Olympique.

Sa brillante carrière internationale prendra fin en 1955, après 15 sélections. René raccrochera les crampons en 1958 pour ménager son cœur qui s’emballait.

Il se consacrera à son commerce de bois - charbon - mazout ainsi qu’au bar - dancing à l’enseigne « le Pilier », au 92 avenue des Sports, jusque dans les années 80 où il cédera l’entreprise familiale à Régine, sa fille.

Inlassable travailleur, René, en tant que charbonnier, a sillonné toutes les rues du village, rendant service à une époque où le charbon était le combustible de base.

Président de l’ASCA Rugby de 1975 à 1978, il connaîtra la joie de voir son équipe championne de France le 22 mai 1977 ; dans ces années-là, il contribuera à la construction des tribunes du stade en se portant caution.

René BRÉJASSOU était connu, reconnu et aimé de par sa gentillesse naturelle, sa relation pleine d’empathie avec les autres et son éternel sourire. Il était respecté pour son talent, son état d’esprit et sa modestie.

Un hommage unanime

Le rugby est un sport de vérité. Alors, disons la vérité. L’équipe municipale, probablement parce que sollicitée plus qu’elle ne le souhaiterait, n’est guère encline à attribuer des noms propres à des lieux, espaces ou bâtiments publics. Alors quand la demande m’est parvenue, j’étais gêné, un peu, pas trop... Lorsque j’ai présenté au Bureau Municipal, dans le courant de l’été 2018, cette demande de dénomination du stade en honneur du père de Régine et de Gilles, cette proposition a été approuvée à l’unanimité avec enthousiasme par tous les Adjoints. Ultime démarche, le 7 décembre 2018 : le Conseil Municipal adopta à l’unanimité la dénomination « Stade René BRÉJASSOU ».

René BRÉJASSOU, c’est un destin hors du commun, celui d’un homme généreux et affable, aux manières simples, d’un joueur engagé, d’un leader, dont le parcours est reconnu et unanimement salué. Aujourd’hui, cette dénomination l’honore et nous honore. Il a été un Aureilhanais hors du commun ; dorénavant son nom, par sa matérialisation sur le mur d’enceinte du stade, entre dans le patrimoine commun. Je salue, à cet égard, le travail fait par les Services Techniques de la Ville dans un temps contraint. Bravo à eux.

***

Mesdames et Messieurs,

Au nom de la Municipalité d’Aureilhan, je tiens à vous faire part de ma sincère émotion et de l’honneur qui m’est accordé aujourd’hui de rendre hommage à un Aureilhanais d’une nature tellement bienveillante et au destin vraiment exceptionnel. Un destin qu’il a su se forger, à force de travail, d’engagement, d’abnégation, et d’ouverture aux autres.

Chose rare en ces temps incertains, je n’ai jamais entendu une parole négative concernant René. L’hommage que nous lui rendons ce matin, en toute humilité mais avec sincérité et reconnaissance, n’en est que plus juste et plus mérité.

Gilles Bréjassou a pris la parole, rappelant que son père était un pur aureilhanais. "Porte-drapeau du rugby tarbais auprès de ses amis lourdais, dans les années 50 à 55, accaparé par son métier il stoppa sa carrière internationale à 26 ans, après une victoire de ce qui était à l’époque le tournoi des V Nations. (…) Il fédère avec son ami Raymond Fontan un groupe et l’ASCA est champion de France en 1977. Nous sommes heureux aujourd’hui, car ce stade baptisé René Bréjassou laissera à jamais sa trace dans la vie aureilhanaise. Son large sourire est avec nous et il veillera sur les générations futures de l’ASCA Rugby". Il terminait en ayant une pensée pour son ami Gérard Vettes, disparu dans la semaine.

Intervenaient ensuite Alain Doucet, Jean-Pierre Garuet, Louisou Armary et Philippe Dintrans.