Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
   

Retour sur Tarbes-Saint-Jean-de-Luz

mardi 8 janvier 2019 par Rédaction

Le résultat est conforme à celui d’un N°2 qui va chez le N°3 entre deux équipes qui n’étaient séparées que par un point au match Aller (13-12). Ce qui est incompréhensible, c’est le N°1 qui perd chez le dernier 18-15, avec deux essais de chaque côté, face à une équipe qui a été étrillée 73-22 au match Aller. On peut se poser des questions sur l’arbitrage, qui ne pénalise pas les fautes en mêlées fermées, comme l’exige la règle et qui défavorise des équipes comme Albi et Tarbes qui font l’effort dans ce secteur. Après, on veut bien croire à l’indiscipline des Albigeois mais comment expliquer qu’ils aient été pénalisés 17 fois contre 8 et qu’ils aient pris trois cartons jaune, dont deux simultanés contre un. Deux cartons jaune qui ont obligé le SCA à jouer à treize et sans seconde ligne, pendant un peu moins de dix minutes, après les exclusions de Boukerou et d’André.

Les réactions du côté luzien

C’était la soupe à la grimace dans les vestiaires de Saint-Jean-de-Luz, qui a cru fermement à la victoire à l’heure de jeu. Finir à deux points d’un Tarbes revanchard engendrait plus de frustration et de déception que la satisfaction d’un bonus défensif, face à une équipe « pro » qui ambitionne de remonter en Pro D2.

Xabi Iturriria : « Forcément, on est déçu »

L’ouvreur basque, héros du match Aller, n’a pas pu rééditer sa performance en manquant de peu une pénalité et deux transformations en bord de touche. Pendant ses études au STAPS de Tarbes, il avait joué en Reichel avec le TPR, sans espérer pouvoir jouer en première où Fortassin évoluait à l’ouverture, avec Bats en doublure. « Avec Paul (Sajous), ça nous tenait à cœur de réussir un bon match ici. » Cependant, comme ses coéquipiers, il ne se satisfait pas du bonus. « Au vu de la fin du match, et en étant à 2 points au score, contre une équipe tarbaise dense et professionnelle, on a l’appétit qui grandit. On n’est pas loin, on est hargneux, on ne veut rien lâcher et donc forcément, on est déçu. » Comme les équipes pros, Saint-Jean-de-Luz a respecté la coupure hivernale. « On a pris le temps de récupérer de la phase Aller, parce qu’il y avait eu pas mal de casse mine de rien. En bon amateur, et comme certains tarbais, je pense, on a bien fait la bringue. Il y avait les Fêtes et aussi un peu d’euphorie par rapport au classement, quand on est deuxième, avec deux équipes professionnelles dans la Poule. Mais on avait aussi envie de bien commencer l’année. »

Eric Bonachera : C’est une très grosse déception

 

Eric Bonachera, l’un des trois Co-Présidents, (avec Periko Arrieta et Eric Olazabal), était lui aussi très déçu. « C’est trois points non gagnés et c’est une très grosse déception, vu la fin du match, avec un arbitre qui ne nous a pas aidé. » Saint-Jean veut jouer les quarts de finales et ne se désistera pas. « On ne refusera pas. Si on se qualifie, on jouera là où on devra être. On ne fait pas de calculs, ni de plans sur la comète, car nous, on n’a pas de points retirés. » Eric Bonachera n’a pas apprécié l’accueil bigourdan. « Je suis très frustré de ce qui se passe aujourd’hui dans notre rugby. Tarbes nous reçoit et il n’y a pas eu d’invitations d’avant-match. Il n’y a rien. C’est la différence entre une grande ville comme Tarbes et une petite Ville comme Saint-Jean-de-Luz. C’est triste et c’est dommage. » Pour revenir au jeu, le Président tacle : « Prendre du plaisir, c’est notre leitmotiv et on essaie d’avancer comme ça. C’est juste se faire trois passes et ne pas avoir un dix qui envoie tous les ballons au pied. »

Paul Sajous : On a fait trop d’erreurs qu’on ne fait pas d’habitude

L’ex-Tarbais partage la déception de ses coéquipiers, avec peut être un peu d’amertume d’être sorti à l’heure de jeu, en vue du prochain match contre Nafarroa. « C’est décevant d’échouer à 2 points. Après on fait trop d’erreurs. Tout le monde a fait des erreurs individuelles des en-avants, des pertes de balles, qu’on ne fait pas d’habitude. C’est râlant et on est un peu déçu. »

Damien Elgoyen : On aurait pu gagner

Le capitaine luzien ne cache pas sa déception : « C’est des regrets, parce qu’on s’attendait à quelque chose de mieux, compte tenu du contenu. C’est rageant de laisser partir des points qui sont à notre portée dans le final. On aurait pu gagner avec un peu plus d’application, un peu moins de fautes et moins de précipitation dans certains mouvements. Mais on va se satisfaire de ça puisqu’on n’a pas le choix. »

Jérôme Martinez : On joue, on joue, on joue...

Le pilier est un des hommes forts d’un pack qui est habitué à beaucoup subir et qui dément l’adage britannique « No scrum, no win ». Dominés en mêlée à chaque match, Saint-Jean compense par beaucoup d’activité et de jeu de passes. « La philosophie du club, c’est de jouer alors on joue, on joue, on joue.... On n’est pas très bon en touche, on n’est pas très bon en mêlée mais on se rattrape sur le jeu, en essayant de mettre de la vitesse. » Jérôme Martinez, qui joue aussi au talon, assume de subir. « On ne recule pas non plus à tous les matchs ! Le but du jeu, c’est de faire le dos rond sur les mêlées adverses et d’avoir nos ballons en les sortants rapidement pour pouvoir jouer. Pareil en touche, l’essentiel, c’est d’avoir nos ballons pour mettre notre jeu en place. »

Eric Balhadère : On peut aller chercher la gagne

L’entraîneur est resté dehors à discuter avec deux ou trois joueurs qui grillent une cigarette et refont le match. « On a joué notre rugby, je trouve qu’on a été bon. On a fait un bon match dans ce que l’on sait faire. On peut aller chercher la gagne. Il nous manque des petits détails, la touche, deux trois mêlées en première mi-temps. » Eric Balhadère, est très déçu malgré le point bonus. « Je vous garantis, qu’à l’heure de jeu, je pensais qu’on allait gagner. A partir de la soixantième minute, on est dominant. On est dominant physiquement, on est dominant en rythme. C’est un jeu où il faut marquer des essais et on a beaucoup plus d’occasions de marquer que Tarbes. A un moment, ils n’ont, comme solution, que de tenter des drops, parce qu’en face, on ne se sort pas. C’est bien, on avait dit de ne pas lâcher défensivement. On prend un essai, plus un qui est refusé mais on en marque trois. Normalement l’équipe qui marque trois essais gagne le match (rires...). » Puis l’ex-rugbymen, qui a joué à Trélut avec l’Aviron Bayonnais, glisse en faisant allusion à la DNACG : « Sincèrement, j’espère qu’ils vont s’en sortir. »

 

Les réactions du côté tarbais

Le vestiaire tarbais est partagé entre la satisfaction d’avoir gagné un match difficile, face au second de la Poule, et la frustration de ne pas avoir gagné plus largement, pour remettre les pendules à l’heure et priver l’adversaire du bonus défensif. Si au match Aller, les Tarbais étaient passés à côté et avait offert la victoire, cette fois, ils sont allés la chercher face à des Luziens bien meilleurs et plus entreprenants.

 

Charles Ferré : Content pour une première

Le jeune seconde ligne était titulaire pour la première fois, après la blessure de Percival. Un peu timide du haut de ses 20 ans, il faut lui tirer les mots de la bouche. « Cela faisait longtemps que je n’avais pas joué presque 80 minutes (74ème), ça va vite et il va falloir s’habituer. Oui, je suis content, pour une première avec en plus la victoire. Maintenant, il va falloir tenir physiquement pour faire 80 minutes comme les 10 premières ! » Pour une première, affronter le deuxième de la Poule n’était pas un cadeau. « C’est de bons joueurs, ça joue vite, ça joue de partout. »

Albin Méron : C’était l’objectif et le contrat est rempli

Le troisième ligne confirme les propos de son jeune co-équipier : « Ils jouent beaucoup. Sur tous les coups d’envois ou de renvois, ils essaient de les jouer vite pour nous déstabiliser. On savait qu’ils jouaient comme ça et on s’y attendait. » De son côté il est partagé entre la satisfaction et la frustration. « On est satisfait, parce que ça faisait un mois qu’on n’avait pas joué. Un match de reprise, c’est toujours compliqué. On jouait le second chez nous, on a gagné, c’était l’objectif et le contrat est rempli. Maintenant, on a un petit peu de frustration parce qu’à la fin du match, on peut leur enlever le bonus défensif mais l’arbitre revient sur sa décision. Mais sinon, ça reste positif et on va s’appuyer là dessus pour le reste de la saison. »

Mathieu Bonnot : On a le temps de recoller

Ce match, compte tenu des circonstances, était très difficile à appréhender mais le talonneur n’a jamais douté : « On savait qu’on était capable de faire un aussi bon match qu’à Albi, même si là, ça n’a pas été le cas. Mais on sait, qu’on est capable de faire des performances et on sait qu’on peut gagner contre les meilleures équipes de la Poule. On l’a montré à domicile contre Albi et on l’a montré aussi chez eux. On sait qu’on est capable de le faire. Il faut qu’on arrive à être plus régulier pendant 80 minutes et à jouer comme on peut le faire. » Mathieu Bonnot croit encore à la qualification car il sent l’équipe progresser. « Contre Saint-Jean, il nous a manqué quelques repères, un peu de constance physiquement. C’était un match de reprise et ce n’était pas facile. On sent qu’on a envie de jouer et je pense que ça va se mettre en place. On s’améliore sur pleins de points et c’est hyper important pour la progression de l’équipe. Il reste encore beaucoup de matchs et on a le temps de recoller. Il fallait absolument gagner et là c’est bon. Il faut qu’on prenne les matchs les uns après les autres. Chaque match va être un petit quart de finale, si on veut disputer les Phases Finales. »

Mickaël Lacroix : On fait confiance aux dirigeants

Pour le capitaine, le groupe n’a pas à être perturbé par des problèmes administratifs. « Ce n’est pas notre problème. Nous, on s’entraîne pour gagner des matchs et pour l’extra-sportif, on fait confiance aux dirigeants qui nous ont expliqué la situation. Nous, on avait à coeur de faire un bon match, même si ces matchs de reprise c’est toujours compliqué. On n’a pas joué pendant un mois et on jouait contre le second. Je crois qu’on fait une superbe entame puis, petit à petit, on les fait revenir dans le match par nos erreurs. Du coup, comme d’habitude, on perd un peu confiance et on déjoue un peu dans notre camp. » Le seconde ligne éprouve quelques regrets. « On a gagné mais je pense, qu’à la fin l’essai aurait dû être accordé, alors que là, on leur laisse un point. Saint-Jean est second et il le mérite par sa Phase Aller. Ils ont été gagner beaucoup de matchs à l’extérieur, ce qu’on n’a pas su faire. » Mais le capitaine est optimiste : « On est troisième, on leur a grappillé trois points et on va prendre les matchs les uns après les autres. On va à Lavaur, qui est l’équipe qui nous a mis le plus en danger chez nous. On sait à quoi s’attendre face à une très bonne équipe. On verra ce qu’on fera à Lavaur mais on y va pour gagner. »

Yannick Vignette : Un sentiment mitigé

Enervé, l’entraîneur lâche : « On les hache en mêlée et il n’y a jamais de cartons ! » Avant d’analyser plus calmement le match : « J’ai un sentiment mitigé. On fait une bonne entame de match. On a une bonne conquête, on les met à mal. On sent qu’on a la main mise sur le match mais derrière, on n’arrive pas à avoir suffisamment de continuité et d’intensité pour vraiment tuer le match et achever le boulot. On a fait des séquences intéressantes et derrière, on s’est un peu relâché. A chaque fois qu’on leur a laissé une petite fenêtre, Saint-Jean est revenu. » Cependant Yannick Vignette est satisfait du comportement d’un groupe diminué. « Mais dans l’ensemble, malgré les absences de Percival, de Bonnecarrère, d’Armary et de Frisch, les joueurs ont répondu présent contre le second. Ce n’était pas facile, mais avec les jeunes du réservoir Espoirs, on s’en est sorti. C’est ça qu’il faut retenir, car on est en reconstruction avec tous ces jeunes. Ils ont fait le boulot et c’est bien pour l’avenir qu’ils progressent. C’était un bon match de rugby, il y avait du rythme et ça nous projette un peu sur Lavaur qui est un peu le même style d’équipe très joueuse qui tient très bien le ballon. Il faut y penser dès maintenant car ce ne sera pas facile, le groupe sera diminué avec les blessés qu’on a encore. » Lacroix et Pees sont sortis sur blessure et Bonnecarrère, Percival, et Armary, seront encore absents. Heureusement, en seconde ligne, le jeune Ferré a fait la maille. « Il a mis six mois pour se remettre en forme après un an d’absence pour une blessure à l’épaule. Il s’en est bien sorti dans un match de très bon niveau et ila montré qu’il pouvait exister dans cet effectif. Il a essayé de faire des choses et on voit qu’il a des qualités. Après, il faut qu’il continue à travailler. Ce qu’il a fait c’est bien mais ce n’est pas suffisant. »

Jean-Jacques Lasserre