Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Tarbes-Saint-Jean-de-Luz, dimanche 6 janvier à 15h00

jeudi 3 janvier 2019 par Rédaction

Sur un air de revanche

Les Tarbais n’ont pas du tout apprécié de se faire ’’gentiment’’ chambrer par l’entraîneur de Saint-Jean-de-Luz*. D’autant plus, qu’ils avaient le sentiment de s’être fait gruger par l’arbitrage (Un essai parfaitement valable refusé à Claverie pour écran imaginaire et des pénalités parfois généreuses). Un sentiment partagé par tous ceux qui ont vu le match et par tous les entraîneurs adverses qui ont visionné les images de la rencontre. Un match que les Tarbais, encore euphoriques après leur victoire contre Albi, n’avaient pas su appréhender. Vexés, ils avaient hâte, depuis, de remettre les pendules à l’heure. Mais quelle trace aura laissé la menace de relégation et de retraits de points, qui leur est tombée sur la tête en pleine trêve hivernale. On peut penser que le désir de se montrer au niveau de leurs statuts de joueurs à plein temps sera plus fort. D’autant que le Président Terré les a rassurés en venant les voir en personne pour leur expliquer la situation et que l’interview de Thierry Murie (cf tarbes-infos du 31 décembre) a écarté toute menace de relégation. Les Tarbais auront besoin d’être bien dans leurs têtes pour venir à bout d’une équipe qui a fait de la solidarité, de l’envie et du coeur son crédo. A l’Aller, le match s’était joué aussi en partie là-dessus, comme le soulignait l’entraîneur à l’issue de la rencontre, en référence à la victoire tarbaise contre Albi : « On a joué contre une équipe qui a peut être moins envie quand elle joue des équipes comme nous. » En plein doute sur leur avenir les Tarbais ont besoin de se sentir soutenus par leurs supporters. Ce qui n’est pas évident, car les Luziens, fines mouches, ont exigé de jouer le dimanche en même temps que Bagnères, qui reçoit Valence d’Agen et de Lannemezan qui accueille Oloron. En plus, ce dimanche le TGB joue aussi un match important. Eric Balhadère n’aura pas manqué non plus de constater que le TPR avait du mal à bien jouer le dimanche après-midi, avec une seule victoire en cinq rencontres !!!

* Eric Balhadère : « On n’est pas professionnel mais on sait jouer au rugby. Avec ce qu’ils nous ont montré, il vaudrait mieux qu’ils s’entraînent trois fois par semaine comme nous. »

Un match à huit points

Pour Tarbes, c’est un match, ’’dit’’ à huit points face à son principal adversaire pour la seconde place de la Poule, en attendant d’éventuelles sanctions. Les Tarbais, avec 39 points, sont encore, au classement FFR, troisièmes à huit points des Luziens qui comptent 47 points. Mathématiquement, Tarbes peut reprendre 5, 4 ou 3 points à son adversaire, ce qui serait aussi, au delà d’une remise au point, le début d’une ’’remontada’’. Les Tarbais, qui sortaient d’une lourde déception à Anglet (25-16), se sont rassurés à Albi (16-10) où ils sont passés prés de réaliser un exploit. Après Anglet, les Tarbais se sont promis de tout faire pour gagner à l’extérieur et ils passés près de l’exploit à Albi où ils ont mené au score jusqu’à dix minutes de la fin.

Un parcours presque sans faute des Luziens

Après leur succès du match Aller contre Tarbes (17-16), les Basques, qui s’étaient imposés à Tyrosse (10-27), ont aligné six victoires consécutives, trois à domicile contre Valence d’Agen, (36-9), Lannemezan (30-9), Anglet (19-13) et trois en déplacement à Nafarroa (9-31), à Oloron (23-24) et à Bagnères (12-20).Après deux matchs consécutifs perdus à Albi (32-13) et à Marmande (40-37), les Luziens restent sur deux succès de rang contre Lavaur (24-16) et contre Tyrosse (23-9). Ce qui prouve la valeur de cette équipe, qui ne paie pas de mine, qui ne domine pas en mêlée mais qui joue crânement sa chance jusqu’au bout en envoyant sans cesse du jeu. De plus, ils disposent, avec Xabi Iturriria, d’un des meilleurs réalisateurs de la poule avec 186 points (2 essais, 46 pénalités, 19 transformations). Eric Balhadère n’hésitait pas clamer à l’issue du match Aller : « On a le meilleur 10 de la Division, voire plus. Techniquement, il n’a rien à envier aux joueurs de Top 14. Il mérite d’aller ailleurs. »

La jeunesse et l’insouciance luzienne

L’équipe est très jeune avec Miura (arrière, 22 ans), Garicoix (centre 22 ans), Landrodie (pilier, 22 ans), Paillard (2ème ligne, 22 ans,) Mamou (pilier, 23 ans), Paillard (2ème ligne, 23 ans), Sajous (3ème ligne, 23 ans), Jon Elissalde (ailier, 25 ans), Pietrelli (centre, 25 ans), Etcheverrigaray (ailier, 26 ans)... Mais le SJSL possède une charnière expérimentée avec Iturrieta (ouvreur, 27 ans) et Alliot (demi-de-mêlée, 27 ans) et des avants expérimentés avec Da Costa (27 ans, 3ème ligne), Xabi Elissalde (3ème ligne, 28 ans), Quintana (2ème ligne, 28 ans), Cédric Martinez (pilier, 28 ans), Jérôme Martinez (pilier, 31 ans) et le capitaine Goya (2ème ligne, 36 ans). Un mélange de jeunesse et d’expérience, avec le soupçon d’insouciance qui sied aux équipes de Fédérale qui n’ont aucune pression au contraire des clubs qui ont l’ambition de monter en Pro D2. Ses résultats 10 victoires, dont trois à l’extérieur pour deux défaites à l’extérieur, le prouvent. Une équipe décomplexée depuis sa victoire contre Tarbes lors de la seconde journée et qui a aligné huit victoires consécutives avant de chuter à Albi.

Saint-Jean-de-Luz, une place forte du rugby basque

C’est une des places fortes du rugby de la Côte Basque derrière Bayonne et Biarritz. Les Luziens ont fait partie de l’élite du rugby français (Groupe A) dans les années 80-90 avant de régresser peu à peu. Saint-Jean, Champion de France de Fédérale 2 en 2016, a terminé 3ème de sa Poule la saison derrière Cognac-St-Jean-d’Angély et Oloron... Ils ont été éliminés en quart de finale par Trélissac, le futur finaliste. De nombreux joueurs réputés ou internationaux, comme Jean-Louis Azarete, Jean-Michel Capendeguy, Michel Crémaschi, Diochet Manterola, Jean-Louis Ugartemendia, Petrus Balan et Sergio Valdes, ont porté les couleurs de Saint-Jean-de Luz

Un effectif préservé et renforcé

Cette saison pour affronter les cadors de l’ex-Poule Elite, et le Champion de France, les Luziens se sont renforcés avec six arrivées pour seulement trois départs, en conservant leur effectif en quasi totalité. Ce qui peut en partie expliquer les résultats d’un groupe qui se connait depuis longtemps et qui vit bien ensemble.

Trois départs

Le demi-de-mêlée Bastien Fisher (Anglet), l’ailier Marc David et Albituur (Hendaye)

Six arrivées

Betbeder (Boucau-Tarnos), Joël Garicoix (Mauléon), Grégory Landrodie (Bayonne), Julien Mendiague et Stéphane Sanchez (Biarritz), Florent Quintana (Oloron)

 

L’Effectif 2018-2019

36 joueurs utilisés

Piliers

Cédric Martinez : 28 ans, 1,75 m, 105 kg, (7 matchs, 3 titulaires)

Jérôme Martinez : 31 ans, 1,75 m, 110 kg, (9 matchs, 7 titulaires, 2 essais)

Thomas Mamou : 24 ans, 1,78 m, 110 kg, (11 matchs, 6 titulaires)

Mathieu Penigaud : 29 ans, 1,80 m, 108 kg, (9 matchs, 6 titulaires)

Grégory Landrodie : 22 ans, 1,80 m, 110 kg, (10 matchs, 2 titulaires)

Bixente Sanchez : 23 ans, 1,86 m, 103 kg, (3 feuilles de match)

 

Talonneurs

Iban Hiriart-Urruty : 23 ans, 1,70 m, 86 kg, (11 matchs, 8 titulaires)

Quentin Broucaret : 24 ans, 1,74 m, 82 kg (7 matchs, 2 titulaires, 2 essais), Ex-Espoirs Pau

Bidard* : (3 feuilles de match)

Erdicio* : (1 match, 1 titulaire)

Deuxième ligne

Cédric Goya : 36 ans, 1,90 m, 100 kg, (11 matchs, 7 titulaires)

Pierre Paillard : 22 ans, 1,92 m, 106 kg, (11 matchs, 3 titulaires)

Florent Quintana : 28 ans, 1,92 m, 100 kg, (11 matchs, 6 titulaires, 1 essai)

Troisième ligne

Adrien Juanicotena : 26 ans, 1,87 m, 96 kg, (6 matchs, 3 titulaires)

Paul Sajous : 23 ans, 1,92 m, 98 kg, (12 matchs, 11 titulaires, 3 essais)

Xabi Elissalde : 28 ans, 1,86 m, 90 kg, (10 matchs, 8 titulaires)

Clément Lafargue : 23 ans, 1,87 m, 94 kg, (4 matchs, 3 titulaires, essais)

Kevin Da Costa : international portugais, 26 ans, 1,86 m, 94 kg (10 matchs, 8 titulaires)

Damien Elgoyhem : International espagnol, 31 ans, 1,92 m, 103 kg, (11 matchs, 9 titulaires)

Thomas Cancillo : 22 ans, 1,80 m, 84 kg (5 matchs, 1 titulaire, 1 essai)

Nicolas Lamothe : 27 ans, 1,83 m, 87 kg, (1 feuille de match)

Charnière

Bruno Alliot (m) : 27 ans, 1,75 m, 80 kg (12 matchs, 8 titulaires, 1 essai)

Xabi Iturriria (o) : 27 ans, 1,84 m, 81 kg, (12 matchs, 12 titulaires, 2 essais, 46 pénalités, 19 transformations)

Simon Betbeder (m) : 27 ans, 1,80 m, 72 kg, (8 matchs, 4 titulaires)

Montanat* : (1 feuille de match)

 

 

Trois quarts :

Thomas Daubas : 22 ans, 1,75 m, 75 kg, (8 matchs, 7 titulaires, 1 essai)

Juan-Pablo Pietrelli : 25 ans, 1,78 m, 90 kg, (7 matchs, 6 titulaires)

Jon Elissalde : 25 ans, 1,82 m, 83 kg, (12 matchs, 12 titulaires, 2 essais)

Maxime Miura : 22 ans, 1,80 m, 78 kg, (11 matchs, 11 titulaires)

Romain Arretia : 22 ans, 1,80 m, 85 kg (6 matchs, 5 titulaires, 1 essai)

Patxi Etcheverrigaray : 26 ans, 1,75 m, 80 kg , (4 matchs, 3 titulaires)

Joël Garicoix : 22 ans, 1,78 m, 75 kg, (12 matchs, 7 titulaires, 4 essais)

Julien Mendiague : 21 ans, 1,88m, 90 kg, (9 matchs, 8 titulaires, essais)

Irigoyen* : (2 matchs, 1 titulaire)

Miraih* : (1 feuille de match)

* Aucune information sur ces joueurs sur le site du club ou sur les sites spécialisés)