Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

Menaces de rétrogradation en Fédérale 3

samedi 29 décembre 2018 par Rédaction

Incompréhension au TPR car toutes les dettes sont apurées

Du côté du TPR les consciences sont tranquilles, la confiance est de mise pour l’Appel que le club interjettera dès qu’il aura reçu la notification officielle par Lettre Recommandée avec AR. Pour l’instant personne ne comprend ce que la DNACG peut reprocher au club qui, après vérifications des comptes 2017-2018, a été qualifié pour jouer les demi-finales d’Accession en Pro D2, suite à la lettre de caution d’Antoine Nunes. D’autant que les comptes étaient toujours bons au 15 octobre 2018. Des comptes arrêtés au 30 juin, toujours avec la caution d’Antoine Nunes, qui s’engageait à couvrir toutes les créances et tous les partenariats non réalisés. L’ancien Président a soldé, à l’échéance du 15 octobre, tous les comptes et le club, qui a réglé ses fournisseurs et l’URSSAF, n’a plus aucune dette. Comment comprendre que la DNACG ait laissé le club participer aux demi-finales d’Accession, puis repartir en Fédérale 1, sur la foi d’une lettre de caution. Puis qu’on le relègue en Fédérale 3, alors que la caution a été versée et que le club a une situation nette positive et un fonds de roulement de 100 000 € au 15 octobre 2018. « Toutes les dettes et arriérés du passé ont été apurés », assure Bruno Larroux. « S’il y a un club qui part d’une situation saine, c’est nous. »

« Le projet ne change pas »

Le problème, c’est que le TPR se retrouve pour la troisième année consécutive sous le feu des projecteurs et que le club perd un peu plus de crédit auprès des joueurs et des partenaires qui ne savent plus à qui faire confiance. Au lendemain de l’annonce, Lionel Terré et Yannick Vignette, ont envoyé des messages à l’ensemble des joueurs, qui étaient en vacances, pour les rassurer sur la situation financière du club. Le Président, doit rencontrer les joueurs, dès la reprise des entraînements, pour leur assurer qu’il s’engageait toujours dans le projet de trois ans pour remonter en Pro D2 en 2020 (cf. tarbes-infos du 18 décembre). « Le projet ne change pas » nous a affirmé Lionel Terré. Les salaires vont être payés par virement en début de mois de janvier comme d’habitude et le Président espère que les choses rentreront vite dans l’ordre. Il faut espérer que le club recevra au plus vite sa notification officielle pour pouvoir faire Appel et que la décision sera rendue au plus tôt pour ne pas nuire au recrutement qui devait commencer début janvier.

Comptes couverts par une caution qui a été honorée

La DNACG se réfèrerait aux comptes arrêtés au 30 juin, présentés avec la lettre de caution, pour estimer que la situation nette était négative, sans tenir comptes des régularisations faites lors de la date butoir du 15 octobre. Or au 30 juin, tous les comptes n’étaient pas validés. Personne ne connaissait, à ce moment là, le montant exact de la dette, entre les diverses créances, le partenariat en cours de paiement, etc... Il fallait donc arrêter tous les comptes, les faire valider par le cabinet comptable, en tenant compte des congés, pour connaître le montant exact du déficit afin qu’il soit couvert en totalité, comme s’y était engagé Antoine Nunes. Tous les clubs sont en situations précaires pour diverses raisons, mais il ne faut pas oublier que Tarbes a eu le mérite d’éponger, en trois ans, plus de 1,6 M€ de dettes. Des dettes dues à de faux contrats amenés par un dirigeant partenaire, qui est Prévenu pour « Faux et Usages de Faux », après plusieurs mois d’enquête. Des faits qui ont été reconnus en garde à vue et qui n’ont pas été remis en question par les avocats lors de l’audience du 3 janvier 2017. Le Procès, à la demande des avocats du Prévenu, a été renvoyé pour un complément d’informations afin d’écarter du dossier l’accusation « d’escroquerie ». L’absence, pendant plusieurs mois, d’un juge d’instruction a retardé la tenue d’un nouveau procès. Le TPR, relégué administrativement en Fédérale 1 en novembre 2015, a perdu la manne de 1,8 M€ versée par la Ligue et les droits TV en Pro D2. Les gros sponsors locaux, ont transféré une grande part de leur partenariat vers la Section Paloise et la part des Collectivités a aussi baissé drastiquement. Ce qui peut expliquer les difficultés du Tarbes Pyrénées Rugby à mettre sur pied un budget supérieur à 2 M€, sans l’appui d’un chef d’entreprise d’envergure.

Jean-Jacques Lasserre