Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Fédérale 1 Poule 2 : Retour sur Albi-Tarbes

lundi 10 décembre 2018 par Rédaction

Un vrai match d’hommes

Dans les deux camps, on reconnaissait la valeur de l’adversaire et la grosse intensité physique de ce match jugé comme un bon match de rugby. Un vrai match d’hommes, entre deux clubs qui partagent les mêmes valeurs de combat et de loyauté. La violence des contacts l’atteste. Ici pas besoin de coups de poings pour s’assurer de sa virilité ou tenter de faire déjouer son adversaire. A noter qu’en cas d’égalité (improbable) au classement final, les deux équipes sont à égalité (5-5) aux points terrain, Albi est devant aux essais (3-1) mais Tarbes le devance au goal-average particulier (7-6).

Les réactions des deux équipes

ALBI

Arnaud Méla : « On a été en difficulté, on a été sous pression »

Le Manager avait prévenus ses hommes de se méfier des Tarbais qui avait fait un gros match à Anglet. Il avait raison puisque jamais les Albigeois, à leurs dires, n’ont jamais autant souffert sur leur pelouse cette saison. « A Anglet, ils avaient fait un très gros match et ils ont reproduit le même. On a été en difficulté, on a été sous pression. On a eu de la casse qui nous a empêchés de faire le coaching qu’on voulait et on finit à 14 sur une carence. A la fin, les joueurs ont été solidaires, ils ont été se la chercher. » Le Manager avoue même : « J’aurais signé pour les 4 points car j’aurais aimé avoir moins de stress sur le dernier quart d’heure. Au bord du terrain, on n’y peut rien et c’est un peu dur à vivre. Les joueurs eux, n’ont pas à réfléchir, ils n’ont qu’à se relever et plaquer et c’est différent. »

Mathieu André : « Heureusement qu’on n’a rien lâché pour l’emporter »

« On a montré, en fin de match, tout notre esprit d’équipe et notre défense nous a permis de remporter ce match. On s’est mis en grosses difficultés et heureusement qu’on n’a rien lâché pour l’emporter. Les impacts étaient plus violents que d’habitude mais on a trois semaines pour se refaire une fraîcheur. »

TARBES

Mickaël Etcheverria : « Il y avait la place de faire autre chose »

« Il y avait un coup à faire même si on savait que ce serait compliqué. Les joueurs n’ont rien lâché on est fier parce qu’on ramène 1 point, même s’il y avait la place de faire autre chose. Maintenant, il faut rééditer cet engagement tous les week-ends de la phase retour à l’extérieur. On s’est retrouvé sur les bases, sur l’engagement, mais il a encore des détails techniques, notamment sur nos sorties de camp à travailler ».

Yannick Vignette : « On a donné une bonne image de Tarbes »

« Il ne faut pas se tromper, on a fait un bon match de rugby. Je suis content, on a donné une bonne image de Tarbes. L’investissement, dans l’absolu, devrait toujours être celui-là. Mais on a un groupe d’une vingtaine de joueurs qui font tous les matchs alors qu’en face, ils ont 30, 35 joueurs. Et forcément, il y a un peu de fatigue physique et psychologique, c’est inévitable. » Cela s’est senti sur le terrain quand Arnaud Méla a fait entrer quatre avants frais, dont Boukerou et Essid qui font deux mètres. « On joue dimanche, on rejoue vendredi, et sans pouvoir faire de coaching devant, c’est compliqué. En face, ils ont changé la moitié du pack alors que moi je n’ai fait que deux changement. Et il faut saluer le mérite de mes joueurs dans ces conditions. » En plus l’arbitrage, même bon, a de nouveau pesé sur le résultat. La pénalité, qui permet à Albi de réduire le score et de se rassurer à l’entame de la seconde période (8-10), est injustifiée car « le droitier explose complètement » reconnait l’entraîneur. On peut aussi s’étonner des différences d’arbitrage sur les ballons portés. « Nous, on a été écroulé à chaque fois et il y a eu zéro pénalité et nous, on en écroule un et il y a pénalité immédiatement », s’étonne l’entraîneur qui souligne : « C’est un domaine qu’on avait bien préparé. » Et ça s’est vu car Albi, qui marque la plupart de ses essais dans cet exercice, n’en n’a pas marqué sur pénaltouche. Malgré l’absence d’Armary et de Bonnecarrère, la touche tarbaise n’a pas déméritée face au meilleur alignement de la Poule. « On leur a pourri deux ou trois ballons et nous, on ne s’en sort pas trop mal », se réjouit Yannick Vignette. En mêlée, le pack tarbais a légèrement dominé, avec un ballon gagné à la poussée, malgré deux pénalités sévères. Ce point bonus décroché à Albi a reboosté tout le groupe qui vise la seconde place qualificative. « On va s’accrocher et on va essayer d’aller chercher Saint-Jean-de-Luz. » Déjà Tarbes, en prenant le bonus défensif à Albi, a repris un point dans la confrontation face à un même adversaire sur le premier match de la phase Retour. Tous les esprits sont déjà tournés vers le dimanche 6 janvier, jour de la réception des Basques qui sont les seuls à avoir refusés de jouer le samedi soir. Les Tarbais vont s’entraîner la semaine prochaine, avant de couper par les dix jours de repos obligatoires jusqu’après Noël.

Mickaël Lacroix : « On n’était pas loin de gagner ce match »

Le capitaine tarbais est partagé entre la fierté d’avoir montré un beau visage et la déception, d’avoir perdu de si peu chez le leader. « C’est très positif dans ce que j’attendais dans l’état d’esprit, l’envie et le jeu. On a respecté ce qu’on avait travaillé. On a montré qu’on était capable, même à l’extérieur, de faire de belles choses. Après, je suis un déçu du résultat parce qu’on n’était pas loin de gagner ce match. Prendre un point à Albi, c’est bien aussi parce que je ne crois pas que d’autres le prendront. On a montré qu’on était capable de rivaliser avec la plus grosse équipe de la poule. Après je regrette qu’il nous ait manqué un peu de fraîcheur physique en deuxième mi-temps pour pouvoir gagner ce match. » Malgré l’intensité de ce match à la mi-saison et la répétition des matchs, le seconde ligne n’a pas souffert. «  Sincèrement, je n’ai pas senti que c’était plus dur qu’au match Aller même s’il y a eu plus de jeu. C’était un match très engagé et on a eu envie de mettre un peu de jeu, ce qu’on a fait en début de match. En face, il y avait une très belle équipe d’Albi. C’était un très beau match de rugby et ça fait plaisir de jouer des matchs de ce niveau là. »Même s’il rend honneur à l’arbitrage, le Capitaine n’est pas d’accord sur certaines décisions qui ont pesé sur le résultat. « L’arbitrage a été bon dans l’ensemble, mais je regrette que, sur une ou deux mêlées, il ait sifflé en notre défaveur. La pénalité contre Duny, face aux poteaux, n’y est pas, ni les deux pénalités en mêlée qui nous font très mal car on prend six points. Ce sont les seuls regrets du match que j’ai. Après, on a fait des erreurs d’engagement, comme moi qui me fait pénaliser sur un placage. Mais comparé aux autres matchs, c’est un bon arbitrage. Sur la fin, on manquait un peu de tonus pour finir les actions mais je suis content de l’état d’esprit et c’est très positif pour la suite. »

Jean-Baptiste Claverie : « Je ne suis pas partagé. Je suis déçu et frustré »

Quand on le félicite, l’ouvreur coupe : « On a perdu, il ne faut pas non plus se contenter de ça. Moi je ne suis pas partagé. Moi, je suis déçu et frustré ! On a répondu présent dans l’engagement, dans l’intensité mais ça ne suffit pas pour gagner chez le premier, alors qu’il y avait la place. Il faut qu’on progresse là-dessus et qu’on trouve des solutions, au niveau rugby, pour gagner à l’extérieur. Il faut qu’on progresse offensivement dans la zone de marque et qu’on redevienne la bonne défense qu’on était en début de saison. Là, on a pris trois essais en deux matchs et il faut y remédier. » Si à Anglet, les Tarbais ont encaissé un essai de pénalité là, effectivement, les deux essais de Lacelle sont dus à deux erreurs défensives. « Ce sont deux essais qu’on doit largement pouvoir éviter » confirme le Landais. « Cela nous donne un axe de travail pour la semaine prochaine et pour la semaine de reprise. » Contre Saint-Jean-de-Luz, la défense devra se montrer très vigilante face à des Basques très joueurs. Mais les Tarbais seront prêts car ils sont avides de remettre les choses à leur place. « On reçoit le second qui a su fanfaronner sur tous les toits qu’ils avaient les meilleurs joueurs et la meilleure équipe de la Poule. Et on fera les comptes le 6 décembre au soir. »

D’abord, soyons irréprochables, d’abord, donnons nous à 100%

Jean-Batiste Claverie ne veut plus entendre les excuses d’un effectif restreint usé et d’un arbitrage souvent à charge. « C’est à nous joueurs, de trouver des solutions, avec les moyens qu’on a, pour s’améliorer et être meilleurs malgré tout ça. Tirons d’abord la quintessence et tirons 100% du groupe et de ses capacités. Si on joue à 100% de nos capacités rugbystiques on pourra dire, si on a perdu, qu’il nous manquait quelque chose. Mais d’abord, soyons irréprochables, d’abord, donnons nous à 100%. Si à Albi, on est meilleur dans l’utilisation du ballon sur l’une des dernières séquences, peut-être qu’on peut marquer et gagner le match. Malgré un effectif réduit et un arbitrage un peu partial, on aurait pu gagner. » Il est vrai que sans des problèmes récurrents de discipline et des ballons mal utilisés, Tarbes aurait pu l’emporter malgré tout. J-B Claverie reconnaît  : « Notre début se seconde mi-temps n’est pas bon et on les remet de suite dans le match. On n’a pas respecté notre travail à l’entraînement sur la sortie de camp et on se fait coffrer le ballon. Moi, derrière, je mets le ballon direct en touche. C’est cet enchainement de choses qui les remet dans le match, surtout que derrière je manque une pénalité. » Effectivement, sans la sortie de camp manquée sur l’engagement de la seconde mi-temps, l’arbitre n’aurait pas pu donner la pénalité sur la mêlée concédée. « Quand on ne sera plus pénalisé parce qu’on sera propre en défense. Quand on sera bon sur l’utilisation du ballon et qu’on aura gommé tous nos problèmes récurrents, alors on pourra dire que ça vient de facteurs extérieurs. »

On a une énorme marge de progression

Depuis quelques matchs l’ouvreur bigourdan pèse de plus en plus sur le jeu et son l’alternance et il vient encourager ses coéquipiers dans les moments importants ou difficiles. Autant à Anglet qu’à Albi, Claverie a montré qu’il était un dix de qualité. « Il n’y a pas de secrets, je travaille, j’essaie de m’améliorer après un premier bloc où, à mes yeux, je n’ai pas été bon du tout. Il y a aussi une demande de mes co-équipiers pour que je les harangue d’avantage, pour que je prenne un peu plus le leadership pour soulager Micka (Lacroix). Après, dans le jeu, je suis frustré de ce que l’on produit en ce moment, car on peut faire beaucoup mieux. J’essaie de prendre le jeu un peu plus à mon compte et de faire des choix qui vont dans le sens du collectif. Pour moi, l’important, c’est que l’équipe joue au rugby et gagne. » Tarbes, possède une des meilleures conquêtes de la Poule, ce qui est la base pour jouer au rugby. « Si on veut des ballons il faut une bonne conquête et c’est sur l’utilisation de ces ballons, qu’on a une énorme marge de progression », estime l’ouvreur.

Jean-Jacques Lasserre