Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Anglet-Tarbes, dimanche à 15h15 au Stade Saint-Jean

samedi 1er décembre 2018 par Rédaction

Hasard du calendrier FFR, cette dernière journée de la Phase Aller, est la première d’un quatrième bloc, composé de deux matchs, avec celui la première journée de la phase Retour avant une trêve de quatre semaines du 9 décembre au 6 janvier ! Cherchez l’erreur, alors que le troisième bloc, qui s’est terminé le 18 novembre, ne comprenait que trois matchs...

L’avis des entraîneurs et les compositions d’équipes

Anglet : Un effectif de ’’Pro’’ avec un statut ’’Amateur’’

Jean-Louis Lahargou* : « Tout le monde est pluriactif »

Malgré un changement d’entraîneurs, non prévu à l’inter-saison, Anglet a vite retrouvé sa vitesse de croisière. « On est dans le prolongement de l’année dernière, même si on partait dans l’inconnu avec deux équipes de l’ex-Poule Elite. On était un petit peu dans le doute mais on ne s’en sort pas trop mal pour le moment », avoue le Manager. « On est vraiment content, parce qu’on continue sur la même dynamique que la saison passée. » Avec sa demi douzaine de contrats fédéraux à temps plein pour les anciens pros, son budget de 0,650 M€ et ses trois entraînements par semaine, Anglet a le statut ’’Amateur.’’ « Tout le monde est pluriactifs, même les anciens pros qui sont en reconversion professionnelle ou qui sont en formation. On est dans un fonctionnement complètement amateu,r avec des entraîneurs qui ont une activité professionnelle et avec des dirigeants bénévoles. »

Un club attractif

La proximité d’Anglet avec l’Aviron et le BO est à double tranchant. « C’est le seul endroit en France où deux Pros se tiennent à 6 km de distance et nous, on est juste au milieu », rappelle Jean-Louis Lahargou. « Au niveau des jeunes, c’est très compliqué, car dès, les Minimes et les Cadets, les meilleurs partent à Biarritz ou à Bayonne. Après, c’est sûr que les joueurs qui ne sont pas conservés et qui veulent continuer à vivre sur la Côte Basque reviennent. Souvent les gamins, quand ils sont installés ici, n’ont pas forcément envie de traverser la France pour aller jouer ailleurs. Maintenant, en étant en Fédérale 1, on arrive à être, sportivement, attractif pour eux. On a un Président qui est très dynamique et on arrive à les aider au niveau social et au niveau des emplois. Les gamins trouvent du travail et jouent à un niveau intéressant. Maintenant on est devenu complémentaire de nos gros voisins. » Sportivement Anglet, à une journée de la fin des matchs Aller, est dans ses objectifs. « On s’est qualifié la saison dernière et c’est aussi notre objectif cette année, même si on se doute que les grosses écuries Tarbes et Albi seront devant nous. » Pourtant les Angloys, qui sont parvenus à faire chuter Albi, espèrent faire de même avec Tarbes qui compte une seule victoire en quatre déplacements. « On a déjà fait un exploit en battant Albi et si on bat les deux équipes de l’ex Poule Elite, c’est sûr que, sur notre plan de marche, c’est quasiment l’équivalent de deux victoires à l’extérieur. » Anglet ne peut pas postuler à la montée, au niveau du cahier des charges et ce n’est pas dans les objectifs d’avoir un troisième club en Pro D2 dans un rayon de six kilomètres. « Il n’en est aucunement question, ce serait complètement fou, alors que la moitié de la population pense que c’est aberrant d’avoir deux clubs professionnels », assure l’ancien troisième ligne. « Notre but c’est de pérenniser le club en Fédérale 1. »

Saint-Jean-de-Luz va s’essouffler

Les performances du voisin luzien n’étonnent qu’à moitié le Manager. « On ne s’attendait pas à ce qu’ils réussissent si bien leur début de championnat, avec huit victoires consécutives. Mais Saint-Jean va s’essouffler, ils ont déjà perdu à Marmande. On les connait, ils jouent un rugby très exigeant, un super rugby, mais ils y laissent des plumes. Quand l’hiver va arriver, ils vont rentrer dans le rang. » Pour Jean-Louis Larhagou, Albi et Tarbes, termineront devant. Anglet et Saint-Jean-de-Luz joueront pour les quatre places qualificatives au Challenge Du Manoir, qui renait de ses cendres pour l’occasion. Mais les Angloys savent que d’ici la trêve, ils peuvent, en cas de victoire, se retrouver à hauteur des Tarbais qui se rendent à Albi, tandis qu’Anglet reçoit Nafarroa. Un match piège cependant malgré la victoire au match Aller : « Pour eux, c’est leur Graal de battre une équipe de la Côte » (rires...). Avec Saint-Jean, on est les deux seules équipes à y avoir gagné parce qu’on était averti. »

Ce qu’a fait Saint-Jean nous motive et nous inspire

Les Albigeois, à Anglet, se sont peut-être vus un peu trop beaux après plusieurs succès bonifiés à l’extérieur. Ce que confirme Jean-Louis Lahargou : « On s’est accrochés mais ils avaient un peu la connerie et ils nous ont un peu aidé en prenant deux Rouge. Ils ont fait tout ce qu’il fallait pour perdre eux-mêmes (rires...). Mais c’est vrai, que physiquement, ils font un petit peu peur. » Il s’attend à trouver une équipe tarbaise du même tonneau physique. « C’est très dense aussi mais on veut essayer de gagner, en sachant que ce serait un exploit, car dans notre esprit, c’est évident que Tarbes et Albi sont au dessus de nous. Battre Tarbes serait pour nous l’équivalent d’une victoire à l’extérieur. On est sans pression extrême mais avec vraiment l’envie de faire un bon résultat contre une équipe contre laquelle on n’espérait pas jouer, il y a quelques années. » Compte tenu de ses résultats à l’extérieur Tarbes fait moins peur qu’Albi. « On voit au niveau des résultats qu’elle a des défaites contre des équipes qui lui sont inférieures. Mais c’est très compact devant, très solide et notre salut viendra par le mouvement. C’est clair qu’avec un physique moindre, on doit s’en sortir avec plus de jeu et de mouvements. » La défaite tarbaise à Saint-Jean-de-Luz, a aiguisé l’appétit des angloys qui mettront un point d’honneur à faire aussi bien que leurs chers voisins. « Bien sûr ça nous donne des idées car on nous compare souvent, parce qu’on est voisins, rivaux et amis. C’est sûr que de savoir que Saint-Jean les a battus nous inspire et nous motive encore plus, c’est évident », reconnait l’ancien troisième ligne qui ajoute : « Mais les Tarbais seront les favoris, il ne faut pas inverser les rôles ».

Pinet suspendu, Hégarty blessé

Pour ce match, Anglet sera privé du seconde ligne Pinet (suspension) et sur blessures du pilier Bruno, du talonneur Dezes, du centre Hégarty et du demi-de-mêlée Etchepare. Pour le reste, le staff aligne pratiquement l’équipe type, avec dix-huit des vainqueurs Albi. Compte tenu de la présence de nombreux joueurs polyvalents seulement vingt-deux joueurs seront alignés sur la feuille de match, dont cinq avants. Poki qui était incertain sera sur le banc des remplaçants.

Compos d’Anglet

1 Schuster, 2 Perez, 3 Lapeyrade, 4 Cazeau, 5 Dartigues, 6 Leconte 8 Biscay, 7 Heguiaphal, 9 Duhalde, 10 Fauqué, 11 Pinto, 12 Chabat, 13 Couet-Lannes, 14 Fisher, 15 Chouzenoux

Remplaçants : 16 Argagnon, 17 Berho, 18 Pignon, 19 Fatigue, 20 Taffernaberry, 21 Maamaatuaihutapu, 22 Poki

*Jean-Louis Lahargou, a fait toute sa carrière de joueur à Anglet Olympique où il est entré à 7 ans, au retour des Etats-Unis où il est né. Troisième ligne centre, il est Champion Côte Basque-Landes Honneur et a participé à la montée en Fédérale 3. A 27 ans, Jean-Louis Lahargou met un terme à sa carrière de joueur pour se consacrer à l’entraînement. Un virus pris avec les Minimes qu’il suit jusqu’aux juniors avec deux titres de Champions d’Aquitaine Balandrade et Reichel et deux quarts de finale du Championnat de France. Puis il entraîne pendant sept ans l’équipe fanion et remporte les titres de champions de France Première série en 2000 puis d’Honneur en 2001. En 2009, Jean-Louis Lahargou rejoint l’Aviron Bayonnais pour entraîner les jeunes, des Gaudermen aux Reichel. En 2013, il revient à l’AORC pour encadrer les Balandrade avant d’être nommé, Responsable Sportif du Club.

Tarbes : Un match capital

A une journée de la fin des matchs Aller, c’est un match capital pour Tarbes qui a refait son retard sur Saint-Jean-de-Luz, qui a perdu sa place de leader après deux défaites à Albi et à Marmande. Les Tarbais ont leur destin entre les mains et celui-ci passe par une victoire à Anglet, est qui invaincu sur son terrain et qui a fait chuter Albi. C’est dire l’ampleur de la tâche. Ce sera, à l’extérieur, le match référence de cette première moitié de saison tout aussi compliqué à gérer que celui de Lannemezan, au niveau du combat et de la discipline, avec le Bigourdan Sébastien Fauquet comme maître artilleur.

Yannick Vignette : « Il y a urgence à jouer pour gagner dehors »

L’entraîneur tarbais respecte cette équipe d’Anglet qui compte deux victoires et un match nul à l’extérieur et qui est invaincue à domicile. « C’est une bonne équipe très complète. Ils ont une très bonne première ligne avec Schuster et Bordenave, les deux anciens bayonnais et un excellent buteur. » Les Tarbais se doivent de gagner s’ils veulent rester au contact d’Albi qui reçoit Tyrosse et de Saint-Jean-de-Luz qui accueille Lavaur. « Ce serait une catastrophe, il faut absolument qu’on gagne » assure Yannick Vignette. « Mais je n’ai pas envie qu’on se mette une trop grosse pression, qui nous empêcherait de livrer un bon match de rugby. Un match où on prend du plaisir et où on se retrouve autour du jeu et du dynamisme. » Les quinze jours d’arrêts ont fait du bien aux organismes au niveau de la récupération, et les Tarbais devraient avoir retrouvé un peu de fraîcheur. « On a fait un rééquilibrage physiologique, suivant les temps de jeu des joueurs. » Une trêve qui a aussi permis de récupérer les blessés ; Loustaunau (cheville), Pees (dos) et Frisch (cuisse). Le Stado se trouve à un moment charnière avec deux gros matchs à Anglet, puis à Albi à cinq jours d’intervalle. « Albi, on y a pensé, juste sur la gestion de la récupération pendant ces quinze jours mais on pense d’abord à Anglet ! C’est un match qu’on doit jouer à fond. J’aimerais qu’on ne joue pas pour ne pas perdre mais qu’on joue pour gagner. » Des Tarbais, jusqu’ici, incapables de maîtriser deux mi-temps consécutives à l’extérieur et qui devront se donner pendant plus de 80 minutes, pour s’imposer. « Pour l’instant, on n’a jamais prouvé qu’on était bon sur les matchs à l’extérieur », constate Yannick Vignette qui s’interroge. « Est-ce-que l’équipe grandit ? Est-ce-que l’équipe va se servir de ces échecs pour passer un cap ? J’espère que oui, parce qu’il commence à y avoir urgence à gagner dehors. »

Jouer et éviter les fautes

Les Tarbais ne devront pas faire les mêmes erreurs que d’habitude sous peine de passer une nouvelle fois à la trappe. Les mêmes erreurs, (indiscipline, fautes bêtes), commises par les Albigeois à Anglet, ont été durement sanctionnées (cinq cartons jaune, un rouge). Les Albigeois ont terminé les vingt dernière minutes à treize (un carton rouge direct et deux jaune), alors qu’ils menaient 9-10. Anglet s’est imposé au terme d’un match heurté (neuf cartons). Les Basques ont fait preuve de caractère en repoussant cinq pénaltouches à cinq mètres durant les dix dernières minutes. « Les Albigeois ont fait beaucoup de fautes de règlements (hors-jeu), ce qui ne leur a pas permis de s’installer et ils ont connu aussi beaucoup de ratés », confirme Yannick Vignette. « Anglet a été opportuniste, avec une défense très agressive, très haute. Ils ont bien joué le coup à fond. » Albi s’en tire même plutôt bien car sans trois échecs de Fauquet, il n’aurait même pas ramené le bonus défensif. La discipline sera donc de rigueur pour éviter la botte chirurgicale de Fauqué et prendre un carton qui risquerait d’être rédhibitoire.

Retour de blessures de Loustaunau et de Pees

Si ce n’était l’absence d’Armary (carton rouge), dont la durée de la peine sera connue mardi, et la blessure de Kazalikasvhili, le staff tarbais dispose de son effectif au complet. Frisch (cuisse) qui était incertain et qui ne s’est pas beaucoup entrainé sera sur le banc avec Pees qui fait son retour de blessure. Loustaunau, qui s’est entraîné pendant toute la trêve, sera dans le quinze de départ. Un quinze de départ classique, avec son cinq inamovible et Masson en troisième ligne centre, encadré par Bonnecarrère et Méron, avec Camy en doublure sur le banc. Manso-Moyano, sera la doublure de Bonnot au talonnage. Au centre Vinusa fera la paire avec Bréthous et Esteves remplace Paulet qui quitte, avec Lhusero, le groupe de Bagnères.

Compo Tarbes :

1 Escur, 2 Bonnot, 3 Duny, 4 Percival, 5 Lacroix (Cap), 6 Bonnecarrère, 8 Masson, 7 Méron, 9 Loustaunau, 10 Claverie, 11 Esteves, 12 Vunisa, 13 Bréthous, 14 Rubio, 15 Berbizier

Remplaçants : 16 Manso-Moyano, 17 Vial, 18 Capberbet, 19 Camy, 20 Ramon, 21 Pees, 22 Frisch, 23 Haurie

 

Jean-Jacques Lasserre