Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Tarbes-Bagnères, samedi 17 novembre à 19h00 à Trélut

samedi 17 novembre 2018 par Rédaction

Un derby à ne pas perdre !

Deuxième derby bigourdan en huit jours pour les Tarbais qui ne peuvent pas se permettre de perdre une seconde fois, sous peine, de dire adieu à une éventuelle qualification. Des derbies qui ne réussissent pas bien aux Tarbais qui s’étaient inclinés à Trélut 12-13 en 2009 contre Lannemezan et 6-30 contre le Stade Bagnérais en 1999. La victoire va se jouer entre deux équipes à la recherche de points, Tarbes pour la qualification et Bagnères pour le maintien. Là aussi, l’envie sera primordiale et les Tarbais savent où ils ont péché, pour commettre deux fois la même erreur. Surtout qu’une défaite à Trélut serait rédhibitoire dans la course à la qualification. Un derby, c’est comme une finale, ça se gagne, peut importe la manière. Mais si on en croit les entraîneurs, les deux équipes, veulent aussi jouer au rugby.

L’avis des entraîneurs et les compositions d’équipes

Tarbes

Yannick Vignette : « Oublier Lannemezan et montrer autre chose »

L’entraîneur tarbais n’a pas digéré l’échec de Lannemezan mais il semble plus désabusé qu’en colère. « L’équipe manque de potentialité, donc de joueurs. On voit bien que je ne peux pas faire de coaching en seconde ligne et on le paie cash...  » Le manque d’un ou deux seconde ligne expérimentés est flagrant, puisque la double sortie d’Armary et de Percival, a désarmé l’équipe notamment en mêlée. Car selon qui pousse derrière lui, un bon pilier peut être dominateur ou dominé. C’est le seconde ligne qui fait le pilier et non l’inverse. L’entrée de Daste a été de ce point de vue déterminante dans la domination de Lannemezan en mêlée dans les vingt dernières minutes. Pettigiani sorti, c’est une autre poutre qui est rentrée. C’est alors que la mêlée tarbaise est devenue bancale. Mais cela n’explique pas comment les Tarbais sont revenus méconnaissables sur le terrain après la mi-temps. « On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes, parce qu’on leur offre je ne sais pas combien de pénalités par des hors-jeu de ligne. On est trop impatient offensivement, on est trop impatient défensivement, on monte trop vite... On leur offre le match. On fait toujours les mêmes erreurs,. On donne des pénalités faciles sur les renvois, on fait toujours les mêmes fautes. » Des fautes récurrentes, qui démontrent un manque certain de maturité due à la jeunesse de l’effectif. « C’est dû à un manque d’expérience et de métier » confirme l’entraîneur. Sans revenir à l’arbitrage qui est sujet à caution tous les week-ends et pour toutes les équipes, la vidéo a démontré qu’il y avait bien un léger en-avant sur l’essai de Vinusa mais qu’il y en avait deux au départ de l’action qui a amené l’essai de Demaï-Hamecher qui fait basculer le match.

Bagnères, une équipe puissante et joueuse

La confrontation avec Bagnères, s’annonce comme une des plus compliquées de la saison à Trélut, si on fait abstraction d’Albi. D’abord par les qualités d’une équipe Bagnéraise qui s’appuie sur une bonne mêlée, une troisième ligne mobile, deux bons buteurs (Matier et Lassalle), de bons trois-quarts et un jeu de mouvement et de relances qui n’a rien à envier aux Luziens. « C’est un pack très puissant, mais un peu moins haut que celui de Lannemezan. Après Bagnères ça joue mieux en équipe, c’est mieux organisé aussi dans le jeu. C’est une bonne équipe qui n’est pas dans la même situation au classement et ce n’est pas un hasard au bout de neuf journées. C’est une équipe plus performante, très joueuse, qui joue en équipe, qui est bien organisée avec des avants très puissants. Ils ont une bonne mêlée et il faudra faire l’effort et se retrouver autour de ça samedi soir. » Ensuite, parce que les Bagnérais, qui restent sur deux défaites en déplacement à Albi et à Lavaur et deux à domicile contre Saint-Jean-de-Luz, n’ont rien à perdre et sont à la recherche de points. C’est aussi une équipe en plein doute qu’il faudra éviter de remettre en confiance. Aux Tarbais de tuer le match d’entrée et d’éviter de se relâcher jusqu’à la fin, car les Hauts-Bigourdans joueront leur va-tout jusqu’à la fin. Enfin, il y a aussi la notion de derby, qui est capitale comme on l’a vu à Lannemezan, avec là aussi près de la moitié de l’effectif composé de joueurs formés à Tarbes. Certains comme Cabanne et Latisnères-Palacin, écartés après avoir joué en Pro D2, auront à coeur de se montrer à leur avantage, tout comme des anciens Espoirs, comme Lassalle, Gayri ou Garlat...

Vexés et frustrés

La défaite à Lannemezan devrait avoir porté ses fruits. Les joueurs connaissent désormais l’importance d’un derby et ses conséquences. « Les joueurs sont vexés et frustrés parce que c’est un match qu’on n’a pas joué. On a eu tous les ballons en première mi-temps et on ne les a pas joués, on ne les a pas exploités. On est dans la vexation, dans la frustration et samedi il faut se servir de ça et repartir du bon pied pour se prouver qu’on peut faire mieux que cette prestation lamentable à Lannemezan. » Les Tarbais, à Trélut, devront prendre le match à leur compte pour ne pas avoir de regrets, pour prendre et pour offrir du plaisir. « Nous aussi, on a une bonne équipe, à condition qu’on utilise les ballons qu’on a. A condition aussi, d’avoir la volonté de le faire et qu’on le fasse à 100%. Il faut qu’on s’amuse un peu sur le terrain car sur ce match de Lannemezan, je pense que, ni les joueurs, ni le public, n’ont pris beaucoup de plaisir. C’était une purge ! Il faut tourner la page et se remobiliser mentalement, pour montrer autre chose en faisant du rugby. A Lannemezan, on a fait le strict minimum et en plus, on leur a offert la victoire sur un plateau, en faisant des fautes en veux-tu en-voilà, qui n’avaient pas de raisons d’être. Là, il faut aller puiser au fond de nous et notamment sur la volonté de produire autre chose en termes de rugby. C’est sûr qu’il y a la vexation, qu’il y a la frustration, mais il y a la volonté de montrer ce qu’on fait à l’entraînement. »

Bonnot blanchi et Percival préservé sur le banc

 

Le groupe de Lannemezan est reconduit, pratiquement au complet, puisque Bonnot, suite aux images vidéos, a été blanchi de son carton rouge. Seul Manso-Moyano, sort du groupe au bénéfice de Capberbet. Quatre changements ont été effectués au sein du quinze de départ avec Armary qui monte en seconde ligne remplacé par Bonnecarrère sur le flanc de la mêlée. Percival, touché à la cheville, est préservé sur le banc. Claverie revient à l’ouverture, Frisch est replacé au centre à côté de Bréthous, à la place de Vunisa et Paulet remplace Esteves à l’aile. Du côté des blessés, Pees reprend ce week-end avec les Espoirs, Loustaunau pourrait revenir à Anglet. Kazalikasvhili est en rééducation et devrait reprendre fin janvier.

Composition tarbaise

1 Escur, 2 Bonnot, 3 Duny, 4 Armary, 5 Lacroix (cap.), 6 Bonnecarrère, 8 Masson, 7 Méron, 9 Ramon, 10 Claverie, 11 Paulet, 12 Frisch, 13 Bréthous, 14 Rubio, 15 Berbizier

Remplaçants : 16 Camy, 17 Vial, 18 Capberbet, 19 Percival, 20 Lhusero, 21 Esteves, 22 Vunisa, 23 Haurie

 

Bagnères

Christophe Cazaux : « La volonté de défendre nos couleurs »

Bagnères a lui aussi connu son lot de blessures et de suspensions qui peuvent expliquer certains résultats négatifs. Mais c’est surtout après Albi que les mauvais résultats se sont enchaînés avec quatre défaites de rang. « On n’a pas eu de blessés majeurs mais après c’est une défaite qui est lourde par rapport au match. Albi, n’est pas trop resté dans les têtes mais celui qui a fait mal c’est celui de Saint-Jean-de-Luz à la maison à 0 point. On fait un bon match, Saint-Jean aussi. On a trois occasions on n’en met zéro, ils en ont deux et ils les mettent. On est très dominateur en mêlée et il n’arbitre pas la mêlée, il ne leur met pas de cartons et on perd 20-12 avec 0 point. Derrière, on va à Lavaur, où on fait un bon match aussi mais on ne prend pas de bonus non plus. Mais surtout, on a eu deux suspendus Lisbani et Bonan et deux blessés De la Fuente et Seite. On est rentré de Lavaur bien décimé et on perd contre Tyrosse qui n’est pas mieux, ni meilleur que nous. Les joueurs se sont donnés à 200 % mais au niveau de la stratégie on n’a pas été très bon, » confie l’entraîneur.

A ce niveau, le sportif doit l’emporter

Bien que Bagnères, qui venait en tant que leader, ait pris la grêle à Lannemezan, la défaite de Tarbes a surpris Christophe Cazaux. « On ne va pas se mentir, Tarbes joue les premières places pour essayer de monter en Pro D2 à la fin de la saison, alors que Lannemezan et nous, on joue le maintien, il ne faut pas rêver. Même si Lannemezan, pour moi, est mieux que nous, au niveau effectif, on a le même objectif qui est de se maintenir. Alors que Tarbes a pour objectif de monter en ProD2 et s’entraîne tous les jours, il n’y a pas photo. » Pour le technicien haut-bigourdan, les Tarbais n’ont pas l’excuse du derby sur fond de vieilles querelles. « A ce niveau, le sportif doit l’emporter, les joueurs tarbais n’ont rien à faire de l’historique, c’est le sportif qui doit primer. Normalement les Tarbais doivent gagner, ils doivent faire ce qu’il faut pour aller chercher la victoire à Lannemezan. Après bravo aux Lannemezannais d’avoir sorti le match qu’il fallait pour les battre. Une équipe qui joue la montée en Pro D2 doit gagner contre toutes les équipes de bas de tableau. »

Tenir le ballon et contrarier les Tarbais

Bagnères, hormis le contentieux historique, se retrouve un peu dans la même configuration, d’une équipe qui n’a rien à perdre et tout à gagner. Mais au contraire, la défaite à Lannemezan ne rassure pas Christophe Cazaux. « Au contraire, ça m’inquiète, car ils vont être très revanchards. C’est un nouveau derby et ils vont tout faire pour ne pas le perdre. Nous, comme pour tous nos déplacements, on se prépare le mieux possible pour aller chercher quelque chose. On va jouer avec nos atouts, avec notre structure de jeu, notre volonté à défendre nos couleurs. » Les Bagnérais viendront toutefois sans complexe, avec l’espoir de réaliser un exploit comme leurs voisins du Plateau. « On est motivé pour tout donner sur le terrain » avertit l’entraîneur bagnérais qui rappelle : « Franchement, depuis le début, les joueurs se sont toujours donnés à 200 % dans l’engagement. Maintenant, il faut qu’on progresse dans la gestion. On est une équipe jeune, qui est en train d’apprendre, notamment sur la gestion des temps forts, des temps faibles. On travaille dans ce sens et si on peut brouiller les cartes et faire quelque chose à Tarbes, on ne va pas se gêner. » Outre la gestion, les Bagnérais travaillent la conquête en touche, qui était un de leurs points faibles en début de saison. « On se concentre sur notre stratégie de jeu et on va essayer d’appuyer là où on peut passer. »

Une équipe tarbaise massive, très organisée

Pour l’avoir étudié à la vidéo et observé en match, Christophe Cazaux estime que Tarbes n’a rien à envier à Lavaur, ni même à Albi. « Pour moi, c’est pareil. Je suis venu les voir jouer contre Oloron et j’ai trouvé que c’était une équipe très organisée, massive. Comme on dit dans notre jargon, ça tape très fort. C’est une équipe assez physique, qui fait beaucoup dans le défi physique et on s’attend à souffrir là-dessus. Après, le but, c’est d’avoir des ballons, de tenir le ballon, et quand on ne tient pas le ballon, d’aller chercher des touches d’occupation en étant rigoureux sur le plan de jeu. On va mettre tout en oeuvre pour contrarier cette équipe tarbaise. » Mais hormis les avants, l’autre point fort de Bagnères ce sont ses trois-quarts avec Cabanne et Barrats au centre, le véloce Garlat (4 essais) et le solide Latisnères-Palacin aux ailes, sans oublier l’arrière relanceur Dubarry. « C’est vrai qu’on a des trois-quarts véloces, mais on a des avants très courageux, très besogneux, qui ne lâchent pas un centimètre de terrain. »

Cinq changements dans le groupe

Avec un effectif pratiquement au complet, le staff bagnérais a fait des choix en écartant Urbaitis, qui restait sur quatre titularisations consécutives, mais aussi les Fuxan, Acosta, Dulucq et Szabo, qui ont aligné plusieurs feuilles de matchs cette saison. De la Fuente et Seité sont toujours blessés et Pambrun est suspendu. Mickaël Degrave (26 ans, 1,86 m, 100 kg), rentré dans le groupe contre Tyrosse, en remplacement de Seité, est conservé. Par rapport à Tyrosse, le staff a effectué a effectué cinq changements avec les sorties de Pambrun (suspension), Fuxan, Urbaitis, Szabo et Anthian (choix). L’arrière Dubarry, jugé meilleur relanceur que Matier, devrait conserver son poste. La ligne de trois-quarts, avec Garlat, Latisnères-Palacin aux ailes, Barats, Cabanne au centre et Lassalle à l’ouverture, devrait être reconduite. A la mêlée, Cayrolle pourrait être préféré à Arnauné, dans le cadre du roulement habituel. La troisième ligne Gayri-Bonan-Geledan est incontournable. En seconde ligne, Bourhis pourrait former la paire avec Dutrey. En première ligne, le capitaine Pujo devrait débuter, tout comme Maumus pour sa première et dernière titularisation de la saison, avant son départ en Région Parisienne. A droite, Alvarez pourrait débuter à la place de Lisbani qui serait sur le banc avec Reyes, Brau, Dupont, Degrave, Arnauné, Ibos et Matier

Le groupe

Piliers : Maumus, Reyes, Lisbani, Alvarez. Talonneurs : Pujo (Cap.), Brau. 2ème ligne : Dupont, Dutrey, Bourhis. 3ème ligne : Gayri, Degrave, Geledan, Bonnan. Charnière : Cayrolle, Arnauné, Lassalle. Aile : Garlat, Ibos, Latisnères-Palacin. Centre : Cabanne, Barrats. Arrière : Dubarry, Matier

Equipe probable  : 1 Maumus, 2 Pujo (cap.), 3 Alvarez, 4 Bourhis, 5 Dutrey, 6 Gayri, 8 Bonan, 7 Geledan, 9 Cayrolle, 10 Lassalle, 11 Garlat, 12 Cabanne, 13 Barrats, 14 Latisnères-Palacin, 15 Dubarry

Remplaçants : 16 Brau, 17 Reyes, 18 Dupont, 19 Degraves, 20 Arnauné, 21 Matier, 22 Ibos 23 Lisbani

Jean-Jacques Lasserre