Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Les réactions après Tarbes-Oloron

lundi 5 novembre 2018 par Rédaction

Fierté retrouvée pour Oloron et bonus pour les Tarbais

Face à une équipe d’Oloron venue pour ’’éviter de prendre une branlée’’ et pour retrouver une fierté écornée par ses derniers résultats, Tarbes a réussi l’essentiel en prenant le bonus offensif avec cinq essais. Dans un match pas facile, avec des béarnais très agressifs dans le jeu au sol, qui faisaient tout pour retarder les sorties de balles, une défense bien organisée qui montait très vite, les Tarbais ont réussi de belles choses malgré quelques approximations. Le positif, aussi, c’est que les sorties sur blessures, de Lacroix et de Claverie à la mi-temps, n’ont pas perturbé les joueurs. Deux blessures, coup de genou sur Claverie et coup de pied sur Lacroix, dans les mêlées ouvertes, dont une seule a été sanctionnée d’un carton jaune alors que la seconde, passible d’un carton rouge, ne l’a pas été. Un arbitrage, une nouvelle fois incompréhensible, dont le plus bel exemple est la faute sur Berbizier. L’arrière tarbais est le premier à la réception d’une chandelle et il est bousculé en l’air alors qu’il avait le ballon dans le berceau des bras. Curieusement l’arbitre pénalise Tarbes sur intervention du juge de touche. Renseignement pris, ce n’est pas pour une contestation tarbaise mais parce que Berbizier était en retard, alors qu’il est 50 cm au dessus de son adversaire !!! No comment...

Côté oloronais

Pierre Sestiaa : « On a fait un assez bon match »

Le capitaine, qui a pris un carton jaune d’entrée de jeu dans un regroupement, est satisfait d’avoir su limiter les dégâts en défense. « Aujourd’hui, il y avait du mieux dans le comportement mais il faut qu’on se retrouve techniquement et dans la conduite du jeu, où on a encore plein de choses à régler. Dans l’engagement, on s’est retrouvé un peu et j’espère qu’à partir de maintenant, on va retrouver le chemin de la victoire. » Les onze essais encaissés à Albi, n’ont pas traumatisé le groupe assure le solide seconde ligne. « Contre Albi, il n’y avait pas photo, c’est la meilleure équipe de la Poule, et de loin. Je pense qu’il y en aura d’autres qui prendront beaucoup d’essais là-bas. Bien sûr, c’est dur à vivre mais qui n’a pas pris une raclée dans sa vie sur un terrain de rugby ou dans un autre sport. On s’est remis au boulot, le groupe est soudé et là, ce n’était pas mal, on a fait un assez bon match. »

Philippe Ebel : « Je suis fier de l’état d’esprit et de l’engagement »

L’entraîneur est plutôt satisfait de la réaction de ses joueurs qui ont tenu tête aux Tarbais en première mi-temps. « Aujourd’hui, on est fier des garçons qui ont montré de la fierté. Ils ont voulu prouver qu’ils existaient et ils ont montré beaucoup d’abnégation, car ça a été dur. » L’ancien troisième ligne palois regrette : « Si on enlève l’essai casquette, qui est donné, s’il on enlève deux ou trois décisions d’arbitre, qui nous pénalisent sur des roulades au sol, alors que j’en vois tous les dimanches. Si on enlève ces petites fautes, qui leur permettent de marquer des points facilement, on est dans le match. » Mais Philippe Lebel reconnaît : « On a été en difficulté quand même, car cette équipe de Tarbes est dense, c’est solide. On a eu des soucis en touche, mais ça, on s’en doutait. On savait que ça allait être compliqué car on n’a pas de talonneur et on fait avec les moyens du bord. On a vu aussi, que les garçons avaient du caractère, mais il y a encore des petites choses qu’on doit régler rapidement pour qu’à un moment donné, ça tourne à notre avantage. On est encore arbitré comme des ’’petits’’, mais je suis fier de l’état d’esprit et de l’engagement. Ils ont montré du courage, ils ont montré de l’envie. »

« Tarbes, c’est dense, dur, et ça tape fort »

Au delà de l’envie retrouvée et malgré la défaite, l’ex-capitaine palois estime que son équipe s’est rassurée. « Ils ont aussi montré qu’on savait, nous aussi, mettre du mouvement et du jeu. Il faut gagner en confiance mais ce match va nous faire certainement du bien pour la suite, car ça a montré, même s’il y a seize points d’écart, que mes garçons ont malgré tout pris du plaisir. Et ça, c’est important. Il y avait forcément de la frustration mais ça montre que si on déplace le ballon, si on met du jeu, si on met du volume, si on ne baisse pas les bras, si on ne rend pas les armes trop facilement, on peut exister. Donc pour la confiance, c’est bien. » Malgré une cinquième défaite, celle-ci est de nature à relancer la machine.  « Il y a du mieux sur le contenu et sur l’état d’esprit, par rapport à nos dernières sorties à Albi et à Lavaur, où ils ont déposé les armes. Là, ils ont défendu fièrement leur maillot et ils ont mouillé le maillot. Il y a eu une remise en question certainement et une prise de conscience aussi. Donc moi je suis assez fier et on peut lever la tête, je crois qu’on n’a pas à rougir aujourd’hui. » Philippe Lebel, qui ne cache pas son amitié pour Yannick Vignette, assure : « Tarbes, c’est supérieur à Lavaur, c’est supérieur aussi à Saint-Jean-de-Luz, il ne faut pas se leurrer. C’est beaucoup plus dense, c’est beaucoup plus agressif, c’est beaucoup plus dur et ça tape fort. J’ai vu plusieurs matchs à la vidéo et on sent que cette équipe est en évolution depuis deux mois. On sent que ça se met en place et que ça prend confiance aussi et quand ils seront bien en place ils vont finir au dessus, sans problème. »

Côté tarbais

Jérémy Haurie : « Ils ont été très agressifs »

Le pilier tarbais goûtait le plaisir d’un match réussi face à ses anciens coéquipiers. « J’étais un peu stressé, car je les connaissais tous et j’avais envie de bien faire. Ce n’était pas évident et j’avais la pression au début, mais au fur et à mesure du match, c’est passé. » Le pack tarbais a pris la mesure d’une des meilleures mêlées de la Poule, pour la plus grande satisfaction du droitier tarbais. « Ils ont mis trois piliers et on savait que ça allait être dur mais on s’est bien concentré et ça s’est plutôt bien passé. » L’ancien oloronais n’a pas été surpris par l’engagement de ses anciens partenaires. « Ils ont été très agressifs et leur point fort c’est devant mais ils n’ont pas eu trop de ballons en touche pour faire ce qu’ils voulaient. Après, dans les rucks, ils étaient agressifs mais je le savais puisque j’ai joué là-bas. »

Alexis Armary : « C’était important d’aller chercher cinq points »

Le vice capitaine tarbais reconnaît une mise en jambes difficile. « Je n’ai pas l’impression que c’est dans l’intensité. Mais un peu, comme à Valence d’Agen, on fait des fautes et on leur donne neuf points cadeaux, d’entrée de match. Pour moi, on y est dans l’intensité, mais ce sont ces petites fautes. Je ne sais pas si ça vient de la concentration, mais il va falloir très vite gommer ça. En seconde période, on a attaqué pied au plancher et on leur a mis une grosse agressivité et une grosse pression et là, on a été positif. » Le troisième ligne, qui a joué toute la seconde mi-temps en deuxième ligne, n’a pas été surpris par la prestation béarnaise. « C’est un petit déplacement pour eux. C’est presque un derby et on savait que ça allait taper, que ça allait être rugueux et c’est ce qu’on a eu. On ne s’attendait pas à autre chose et on est content d’avoir eu le bonus au final. On a mis tous les ingrédients, surtout en deuxième période, en étant plus agressif et en mettant notre jeu en place, avec beaucoup plus de rythme et c’est ça qui nous a fait gagner. » Un point bonus que les Tarbais ont dû aller se chercher. « On ne s’attendait pas à ce qu’ils se sortent et ils ont fait honneur à leur renom. C’était important, pour la qualif d’aller chercher cinq points. On grignote un point par rapport à Saint-Jean qui n’a pris que quatre points. »

Yohan Paulet

L’ailier ou centre tarbais, reconnaît que le début du match a été plutôt compliqué. « Ils montaient très rapidement et on a été un peu surpris au départ. On a fait aussi quelques fautes de mains qui ne nous mettent pas en confiance. Depuis quelques temps, on a un peu de problèmes sur nos débuts de matchs et il va falloir vite gommer ces petites erreurs qui ne nous mettent pas dans l’avancée et qui nous font un petit peu douter. Par contre, en seconde mi-temps, dès qu’on arrive à mettre du volume et à mettre notre jeu en place, en gommant nos petites erreurs, on arrive à les mettre à la faute, à les mettre sur les talons et là, on peut jouer plus facilement. »

Mickaël Etcheverria : « On a encore eu des déchets techniques »

L’entraîneur tarbais n’a pas été surpris par l’agressivité des Béarnais. « C’est normal, ils n’avaient pas envie de prendre beaucoup d’essais. Ils ont été très agressifs dans les rucks, ils ont fait des montées défensives agressives. Ce qui est plus embêtant, c’est qu’on avait prévenu les joueurs d’être présents dans la zone des rucks, parce que si on n’avait pas de bons ballons, on n’allait pas pouvoir imposer notre jeu et notre rythme. » Malgré ces avertissements les joueurs commettent les mêmes erreurs et se compliquent les matchs. « On a encore eu des déchets techniques, qu’on avait connu à Valence d’Agen, sur nos sorties de camps, sur des fautes bêtes, qui laissent l’adversaire devant au score. Après, à la mi-temps, on a recadré les choses et les joueurs sont revenus avec une autre envie. Et petit à petit, on a pu mettre en place des choses. En étant moyen, on prend cinq points et c’est de bon augure. »

Théo Ramon : « On a su revenir et gagner en faisant notre jeu »

Pour sa première titularisation, le jeune demi-de-mêlée, est heureux. « Cela fait plaisir de gagner, surtout avec le bonus. On est content, même si on a mal attaqué le match, on a su revenir et gagner en faisant notre jeu. » Théo Ramon est lui aussi conscient qu’il faut remédier à cette carence. « On a toujours du mal à rentrer dans les matchs et il va falloir qu’on travaille sur ça, pour qu’on soit capable de mettre en place notre jeu d’entrée. » Remplacer l’expérimenté Loustaunau et débuter dans le quinze de départ, n’a pas troublé l’Espoir tarbais. « Je l’ai abordé comme n’importe quel match, je ne me suis pas mis de pression, je prends les matchs les uns après les autres. J’essaie de faire de mon mieux et de faire ce que je sais faire. »

Yannick Vignette : « La conquête a été quasi parfaite »

En perfectionniste, le technicien tarbais ne peut se satisfaire de la prestation tarbaise. « Tout n’est pas réglé mais je suis content parce qu’on récupère cinq points contre Oloron qui n’est pas une petite équipe. On a eu un peu de déchets, sur les nouveaux changements de jeu, mais il y a eu aussi des choses très bien. Le seul regret, c’est que sur certaines séquences, on pouvait tuer le match mais on n’a pas été suffisamment tranchant pour le faire. Il a manqué la dernière passe, le dernier soutien. On a eu des pénalités contre nous parce que le soutien était un peu en retard. Sur les mauvais choix tactiques, on ne peut rien faire, mais sur les mauvais choix de circulation des joueurs, on peut intervenir. On va travailler pour modifier cela. » L’entraîneur retient quand même des choses positives. « La conquête a été quasi parfaite, on ne perd qu’un ballon en touche et on en gagne, je ne sais combien. En mêlée, on a obtenu un paquet de pénalités et ce sont des points positifs. Le négatif, c’est qu’on ne finit pas des coups sur des temps forts importants où on aurait pu mettre Oloron au fond du seau. On n’a pas su le faire et ils sont restés à un écart raisonnable et ils se sont accrochés. C’est ça qu’il faut regretter et qu’il faudra gommer la semaine prochaine. »

Antoine Frisch : « Oloron défend vraiment très bien »

Comme ses coéquipiers, l’ancien Parisien, rend hommage à la résistance des Béarnais. « En première mi-temps, c’était difficile de franchir parce qu’Oloron défend vraiment très bien. En seconde mi-temps, on a réussir à franchir plusieurs fois et on a réussi à prendre le bonus. » Mais, l’attaquant de race, deux essais encore, souligne aussi les vertus défensives tarbaises. « Sur la fin, grâce à une énorme défense, on n’a pas pris de second essai. » C’est lui qui a réussi à débloquer le match alors que le TPR était mené 0-6, sur un essai plein d’opportunisme. « Je vois que l’arbitre lève les bras, disant que la balle était jouable et je suis sûr que je peux y aller. David (Bonnecarrère) l’avait vu aussi mais j’ai pu aplatir en premier, tant mieux pour l’équipe. » En venant de loin et en faisant le tour des poteaux Antoine Frish a surpris toute la défense qui était sous pression sur sa ligne. 

Jean-Jacques Lasserre