Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Tarbes-Oloron, samedi 18h00 à Trélut

samedi 3 novembre 2018 par Rédaction

L’avis des entraîneurs et les compositions d’équipes

Oloron vaut mieux que ces deux dernières sorties et n’a pas envie de subir le même sort qu’à Albi et à Lavaur. Le pack béarnais, un des meilleurs de la Poule, derrière Albi, est capable de tenir tête au pack bigourdan. Yannick Vignette, en bon Béarnais, connaît bien les valeurs et les qualités du FCO et il met en garde ses joueurs.

Tarbes 

 Yannick Vignette : « Il va falloir être sérieux dans le combat »

Les Tarbais ont tourné la page et évacué les regrets après leur sortie à demie manquée à Valence d’Agen. Mais ils ne devront pas reproduire leurs erreurs face à une équipe mal classée qui vient de subir quatre défaites consécutives. « Ils sont concentrés  » assure Yannick Vignette qui se refuse à penser au bonus offensif. « On ne pense pas au bonus offensif, on pense à essayer de gagner. On sait qu’on va devoir livrer un gros match de rugby pour y arriver. Il va falloir être sérieux dans le combat et dans la discipline. » Car en face, l’arrière Clouté est un buteur réputé. Suite au match à Valence d’Agen, l’entraîneur a insisté sur la concentration, qui, pour lui, avait coûté la victoire. « Quand on est concentré, on fait moins de fautes techniques et moins de fautes de discipline. A Valence d’Agen, on a commis trop de fautes techniques et on va essayer de rester concentré pour gommer le manque de maîtrise. » Yannick Vignette attend de ses joueurs « un match propre et plein au niveau technique, au niveau tactique et au niveau de l’engagement. » Car Oloron, c’est une équipe complète, qui possède une bonne conquête, avec une très bonne mêlée (deux essais de pénalité contre Saint-Jean-de-Luz et Tyrosse) et qui excelle sur les ballons portés (un essai contre Lavaur). Yannick Vignette assure, que les défaites contre Saint-Jean-de-Luz et Tyrosse sont pour le moins sévères et contestables. « Ils n’ont pas été récompensés de leur domination. Ils perdent sur le gong contre Saint-Jean-de-Luz et contre Tyrosse, un peu de la même façon, en n’étant pas récompensé par des cartons sur des fautes techniques répétées en mêlée. On connait les valeurs et la générosité d’Oloron, que je considère comme une équipe dangereuse, si on ne la respecte pas. »

Avec Duny, mais sans Rubio et Loustaunau

Contre Oloron le TPR enregistre le retour de Duny sur le banc, mais sera privé de Rubio (suspension) et de Loustaunau (entorse, qui sera indisponible une quinzaine de jours). Bréthous, longtemps incertain, (épaule) sera sur le banc. Les jeunes Arbault et Lhuzero, les remplacent dans le groupe. En première ligne, Haurie débutera face à ses anciens co-équipiers. En troisième ligne, Masson est replacé en huit, Méron et Camy, récupèreront sur le banc et Bonnecarrère sera dans le quinze de départ. Ramon, remplace Loustaunau et fera la paire avec Claverie. Derrière Esteves remplace Rubio (suspendu) et Paulet remplace Bréthous, longtemps incertain, mais qui sera finalement sur le banc.

Composition tarbaise

1 Escur, 2 Manso-Moyano, 3 Haurie, 4 Percival, 5 Lacroix (Cap.), 6 Bonnecarrère, 8 Masson, 7 Armary, 9 Ramon, 10 Claverie, 11 Vinusa, 12 Frisch, 13 Paulet, 14 Esteves, 15 Berbizier

Remplaçants : 16 Vial 17 Camy, 18 Ferré, 19 Méron, 20 Luzero, 21 Bréthous, 22 Arbault, 23 Duny

Oloron

Philippe Ebel : « On ne va pas se déplacer en victime »

Le FCO, s’entraîne trois fois par semaine et n’a aucun joueur sous contrats fédéral, mais le club distribue des primes de matchs et une victoire à Tarbes serait un jackpot pour tout le groupe. Mais s’il y a victoire, ce ne sera pas l’argent la principale motivation mais le sens de l’honneur. « On ne va pas se déplacer en victime » avertit l’ancien capitaine de la Section. «  C’est vrai que lors de nos précédentes rencontres à l’extérieur, on a rendu les armes très vite parce que les joueurs ont senti très vite que le match n’était pas abordable. Mais j’espère, qu’on ne va pas le faire ce coup-ci, même si on sait que Tarbes, c’est presque inaccessible pour nous. On va venir dans un bon état d’esprit pour faire un bon match de rugby et essayer de tenir cette équipe valeureuse de Tarbes le plus longtemps possible au niveau du score. Et j’espère qu’on ne craquera pas comme à Albi et à Lavaur. On va essayer de jouer avec nos valeurs, de faire front avec le plus de coeur et d’envie possible. »

« Faire le dos rond et attendre de meilleurs moments »

Le demi-finaliste de la saison dernière, a perdu de nombreux joueurs à l’intersaison, ce qui peut expliquer aussi les derniers résultats négatifs. «  On n’a pas le potentiel pour pouvoir jouer tous les matchs. On a un effectif un peu juste et réduit en qualité et en quantité et chaque fois qu’il nous manque un joueur, c’est un problème », explique l’entraîneur béarnais. « On a perdu sept à huit joueurs cadres et les deux tauliers de l’équipe. Il faut un peu de temps pour que les nouveaux prennent leurs rôles à bras le corps. » De plus les Béarnais ont rencontré trois des meilleures équipes de la Poule. « On prend une fessée à Albi et même à Lavaur, mais contre Saint-Jean-de-Luz et Tyrosse, ça se joue sur rien à des moments importants du match, qui le font basculer en notre défaveur. Le contenu était relativement intéressant mais au momen,t où on fait des changements, on est pénalisé par ce manque d’effectif. » Malgré ces quatre défaites consécutives, dont deux à Saint Pée, les Béarnais continuent de s’accrocher. « Il faut faire le dos rond et attendre de meilleurs moments. Paradoxalement, on travaille relativement bien. Les joueurs répondent bien à nos attentes, il y a un bon état d’esprit et une bonne ambiance. »

« Battre le Stado ou Albi, c’est une réelle performance »

Même si la lourde défaite à Albi 73-11, avec onze essais à la clé, n’est pas la seule explication aux trois revers qui ont suivi, ce type de match, n’a aucun intérêt sportif et peut être même traumatisant. « Sur le fond, ça n’apporte que dalle, » confirme l’ex-troisième ligne palois : « A un moment donné, ça peut même mettre en difficulté l’équipe amateur au niveau de l’intégrité physique des joueurs. Parce que, quand vous êtes de purs amateurs et que vous vous entraînez trois fois par semaine, le soir à 19h00, après une journée de travail et que vous affrontez une équipe professionnelle, comme Albi ou le Stado, qui s’entraînent deux fois par jour, avec un protocole de soins et de récupération que vous, vous n’avez pas, vous ne pouvez pas lutter à armes égales. » Même si parfois les résultats des équipes ’’amateurs’’ comme Anglet contre Albi ou Saint-Jean-de-Luz et Valence d’Agen, contre Tarbes, démontrent le contraire. « Ce sont des matchs qu’il faut faire au courage, à l’envie, à l’agressivité, avec une grosse défense. Alors oui, il y a des équipes qui arrivent à faire une performance face à ces machines là, et qui arrivent, sur un match, à rivaliser, mais sur du long terme, c’est compliqué. Quand vous arrivez à battre le Stado ou Albi, c’est une réelle performance. » Conforté par les exploits des équipes ’’amateurs’’, qui ont fait tomber les deux équipes professionnelles de la Poule, Philippe Lebel avoue : « Après, c’est excitant de jouer contre ces équipes là. Quand vous avez cette peur, pas physique mais de prendre une branlée et d’être ridicule, ça transcende et sur un match, tout le monde est capable de battre qui ce soit. »

Oloron handicapé

Oloron est privé d’une demi-douzaine de joueurs, dont ses deux talonneurs Amans et Porte-Laborde, du troisième ligne Lacave (suspendu), de l’ailier Pailhassar (2 essais), du pilier Tumoli, du seconde ligne Casassus et de l’arrière-ouvreur Claverie-Rospide. Philippe Ebel aligne, à l’exception d’Amans et de Claverie-Rospide, blessés contre Tyrosse et de Lacave (2ème carton jaune), le même groupe que le week-end dernier. Les autres absents sont des blessés de longue durée. Le jeune talonneur Tressariol (23 ans), blessé lors des matchs de préparation, revient sur le banc. Avec une première ligne composée de trois piliers, le FCO risque d’être encore plus fort en mêlée fermée, surtout sur introduction tarbaise.

Composition du FC Oloron

1 Monclade, 2 Aleo, 3 De Clercq, 4 P. Constant, 5 Sestiaa (cap.), 6 Crampé, 7 T Constant, 8 Lacassy, 9 Paillot, 10 Dany, 11 A. Arroyo, 12 C. Arroyo, 13 Bordenave, 14 Deguilhem, 15 Clouté

Remplaçants : 16 Tessariol, 17 Flahaut, 18 Beaumelou, 19 Chabat, 20 Açacebe, 21 Chantereau, 22 Boucou, 23 El khamissy

Jean-Jacques Lasserre