Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Point Presse du TPR

samedi 20 octobre 2018 par Rédaction

Mise au point sur les rumeurs

Lionel Terré et Franck Hueber, les deux repreneurs du TPR, ont tenu une conférence de Presse au siège du Club, pour faire un point trois mois après leur prise de fonction. Une conférence de Presse qui avait surtout pour but de mettre un terme à toutes les rumeurs colportées par les réseaux sociaux et reprise par certains organes de presse locaux ou régionaux. Heureusement, à aucun moment, les joueurs n’ont tenu compte de ces rumeurs et n’ont pas été perturbés. Il est vrai, que leurs salaires sont payés par des virements bancaires qui ont toujours été honorés. Cette conférence de presse a été aussi l’occasion, pour la nouvelle direction, de faire le point sur le sportif et l’avenir du club à court et moyen terme. A plusieurs reprises, Lionel Terré et Frank Hueber ont déclaré que l’objectif de club était la montée. Pour éviter toute nouvelle rumeur, Lionel Terré avertit que les partenaires vont de nouveau être sollicités dans le cadre du budget prévisionnel 2019 à hauteur de 1,7 M€. Un budget raisonnable qui correspond aux possibilités des entreprises locales et des subventions publiques qui ont été revues à la baisse, avec la suppression de la Poule Elite. « Ce n’est pas parce qu’on recherche des sous qu’on est en galère. C’est le lot de tous les clubs de chercher des sous pour payer les joueurs qui sont la matière première d’un club. »

L’ancienne équipe a fait ce qu’il fallait

Lionel Terré a redit ce que nous écrivions depuis le début : « La partie financière a fait les choux gras des réseaux sociaux et de la presse pendant longtemps alors qu’on avait dit, dès le début, qu’on avait confiance au devenir de ce club par rapport au passé. Qu’on avait eu des engagements de l’ancienne direction et d’Antoine Nunes, de ne pas laisser tomber le club et d’assumer toute la gestion précédente, ce qui a été fait. » Le nouveau Président a remercié l’ancienne équipe «  On les remercie chaleureusement pour tout ce qui a été fait jusqu’à présent. » La nouvelle direction assure par la voix de Frank Hueber : « C’est du changement dans la continuité. Maintenant cette continuité, on va l’assurer avec nos qualités et nos défauts. Ce qui est sûr, c’est qu’on s’est attelé à ce que le club soit géré d’une manière où, on ne dépense que ce qu’on a. » Une gestion prudente qui a amené le club à refuser les surenchères de certains joueurs lors du recrutement. « On a estimé, en bon gestionnaire, qu’il valait mieux être prudent et on n’a pas dépensé ce que l’on n’avait pas. »

Les conditions financières d’accession sont remplies

A un de nos confrères qui s’inquiétait du retour de la DNACG, Lionel Terré a répondu, un brin agacé. « Il n’y a pas de retour si c’est bon. C’est si c’est qu’il y a un retour ! On a envoyé tous les documents demandés, validés par le Commissaire aux Comptes. Si tout n’était pas en règle, la DNACG aurait déjà débarqué ici, c’est évident. » Le TPR est dans les clous avec en prime les 100 000 € de fonds propres qui ont été versés. Il est donc éligible à la montée, comme s’y était engagé la nouvelle direction à son arrivée. L’ancienne équipe, avant la passation de pouvoir, avait renouvelé des contrats et engagé de nouveaux joueurs. Dans l’optique d’une montée elle avait formé un groupe de vingt joueurs sous contrats fédéraux. Pour rappel, pour être éligible à la montée, il faut avoir au minimum 16 joueurs à temps plein et les grosses équipes en ont entre 25 et 30 ! Même si le recrutement ne s’est pas poursuivi, pour les raisons explicitées plus haut, la nouvelle direction a tenu à respecter les critères financiers d’accession. « Ce n’était pas la peine d’avoir bâti une équipe pour la montée et de ne pas remplir les conditions financières », indique Lionel Terré. « On a toujours eu la volonté de monter.Ppar contre, c’est vrai, on n’a pas engagé des dépenses qu’on n’aurait pas été capable d’honorer. » Frank Hueber, reconnaît que le groupe est restreint mais souligne sa qualité et sa solidarité. « Nous, on considère que si on a des joueurs compétitifs, bien entraînés, solidaires et bien structurés, avec un bon staff et un club sain, on peut monter. Et on ne voulait surtout pas que cette montée soit empêchée pour des raisons financières. » Pour l’ancien demi-de-mêlée, aucun club, mis à part Rouen ou Albi, ne peut assurer qu’il va monter. Pour preuve, Saint-Jean-de-Luz, qui caracole en tête devant les deux clubs ’’Elites’’ de la Poule. « Il faut accepter que ce sport se mesure sur le terrain et ne se mesure pas sur des licences ou des niveaux de rémunérations. » Mais l’ancien joueur de Grenoble est réaliste. « Après, on n’est pas dupe, on sait que ce championnat est à deux vitesses et qu’il faudra être prêt au bon moment, pour gagner les bons matchs. Mais aujourd’hui, en l’état, entre le travail réalisé et les résultats, on est dans un chemin de réussite et de continuité. »

Le travail du staff reconnu et salué

Lionel Terré et Frank Hueber, qui ont été joueurs puis entraîneurs, ont apprécié le travail effectué par le staff tarbais, au niveau des jeunes qui composent le tiers des joueurs inscrits sur les feuilles de matchs de matchs. Pour eux l’équipe monte en puissance et hormis, la défaite à Saint-Jean-de-Luz, dans les arrêts de jeu, le TPR réalise un sans faute. « On est vraiment satisfait des résultats et on est surtout satisfait de l’état d’esprit. On préfère avoir un groupe restreint et solidaire, que des mercenaires qui viennent prendre leurs chèques à la fin du mois », assure l’ancien entraîneur de Riscle. Et de citer en exemple Armary, « le troisième ligne coureur qui devient un deuxième ligne pousseur » pour les besoins du club, tout comme Camy, le jeune talonneur qui, de dépanneur, est devenu titulaire en troisième ligne. Preuve qu’il y a un super état d’esprit. Un état d’esprit qui se traduit aussi au niveau de l’Association qui met ses joueurs au service de l’équipe ’’pro’’ au détriment des résultats des Espoirs. « Tout doit être tourné vers l’équipe première qui doit être la vitrine et gagner des matchs » explique Frank Hueber qui souligne l’importance du dialogue avec le staff technique qui permet de travailler ensemble sur l’avenir du club.

Remplir Trélut à l’occasion des Derby

La priorité du club est de ramener le public à Trélut, car avec un stade de 17 000 places, les recettes peuvent devenir une source importante de trésorerie. Le coup d’envoi de cette opération reconquête, se fera à l’occasion du derby contre Bagnères, parrainé par Département. « On veut ouvrir le stade au maximum de personnes et en faire une fête populaire avec un grand repas pour les supporters. On veut ouvrir notre stade à tout le département et jusqu’à la vallée de l’Adour, pour profiter de la Fête des Derby de Bigorre. Ce sera vraiment la fête du rugby bigourdan. » Avec l’arrivée d’une nouvelle génération d’anciens joueurs à la tête des trois clubs bigourdans, des nouvelles relations pourraient se mettre en place. Jean-Philippe Dastugue, le Co-Président de Lannemezan et Lionel Terré, sont très proches en affaires. L’un des entraîneurs de Bagnères, Christophe Casaux, a joué en juniors avec Lionel Terré et formait avec Frank Hueber, la charnière de l’équipe de France juniors. Quand à Sam Bréthous, le Président du TPR, a été son entraîneur à Riscle.

« Le meilleur recrutement, c’est de garder nos meilleurs joueurs. »

La nouvelle direction du TPR veut s’inscrire au plus tôt dans l’avenir et ne pas attendre le mois de juin pour préparer la prochaine saison dans l’urgence. Le staff devrait être conforté dès la trêve de fin d’année (du 10 décembre au 6 janvier) afin de procéder au futur recrutement. Yannick Vignette est au coeur de ce projet, et il aura carte blanche sur les joueurs à prolonger car tous sont en fin de contrat, à l’exception de Lacroix. La priorité est de garder les joueurs en place et d’effectuer un recrutement local. « Quand on juge les gens compétents, pourquoi aller chercher ailleurs ce qu’on a sur place », interroge Lionel Terré. « Changer, quand il y a des repères entre les entraîneurs et les joueurs, serait une erreur » surenchérit Frank Hueber. «  Aujourd’hui, on préfère donner, sportivement, les clés du camion à quelqu’un qui peut s’exprimer dans la durée et la stabilité. On est dans la construction d’un projet et ce projet, c’est la montée. » Pour Lionel Terré, « un gros tiers du futur effectif devrait être validé dès la fin des matchs allers » et pour Frank Hueber « le meilleur recrutement, c’est de garder nos meilleurs joueurs. » Tous les joueurs devraient savoir, dès le début de l’année, si le club souhaite ou non les garder. Tous les joueurs conservés auront le profil à pouvoir jouer en Pro D2, en cas de montée.

Priorité au recrutement de joueurs du cru ou en reconversion

L’autre priorité, qui tient à coeur à Frank Hueber, c’est de faire revenir à Tarbes de bons joueurs, « validés par le staff », désireux de se reconvertir avant de finir leur carrière. Un réseau de contacts avec des anciens joueurs ou entraîneurs du club, est en train de se mettre en place « pour ramener au bercail le plus de joueurs compétents, formés à Tarbes. » Mais l’avenir, à moyen terme, c’est aussi de structurer les équipes des jeunes qui sont l’avenir du club. Deux anciens joueurs, Yannick Martin et Bertrand Gayri, sont chargés de cette mission, en lien avec le Staff de l’équipe ’’pro’’, pour repérer, dès les Crabos, les joueurs susceptibles d’intégrer les Espoirs, « qui sont le vivier du club » pour alimenter les seniors. De par son coeur de métier, Frank Hueber est bien placé pour offrir une reconversion à des joueurs trentenaires qui ont encore deux ou trois ans de carrière devant eux et qui désirent sécuriser, par un métier ou un emploi, leur avenir. Des joueurs qui seront aussi capables d’apporter sur le terrain leur expérience et leur expertise pour faire progresser les joueurs plus jeunes. « Une liste de potentiels va être dressées avec le staff, mais l’idée principale, c’est de garder nos joueurs et de recontacter des joueurs qui sont partis et qui voudraient revenir dans la région. » Des joueurs à forts potentiels, capables de faire remonter le TPR en Pro D2. Mais avertit Frank Hueber pour couper court à toute spéculation : « Notre meilleur agent recruteur, c’est Yannick Vignette*. » Lionel Terré confirme  : « Yannick a toute notre confiance. Il ne s’est pas trompé avec une enveloppe plus que modeste. » La preuve, c’est le recrutement réussi cette saison avec la trouvaille Camy, les révélations Frisch et Vial, les confirmations Escur, Masson, Méron, Bonnot ou Haurie... Sans oublier le jeune Ferré, déniché à Rieumes, juste avant la fin des mutations.

* Ceux qui ont vu Marc Dantin en grande discussion avec Lionel Terré et Frank Hueber ne doivent pas fantasmer. Marc et Lionel sont de Maubourguet et ils se sont connus avec Frank, comme joueurs au Stado.

Jean-Jacques Lasserre