Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Travaux de sécurisation des Gorges de Luz entre le 15 octobre et le 21 décembre : 1 million d’euros engagés par l’Etat

mardi 9 octobre 2018 par Rédaction

Fermeture de la RD921 et ouverture du tunnel d’Arriou-Cluc par alternat entre le 22 octobre et le 30 novembre 2018

« Le sujet des Gorges de Luz est un sujet qui nous préoccupe en commun avec le conseil départemental », a déclaré hier, Béatrice Lagarde, préfète des Hautes-Pyrénées, lors d’une conférence de presse à laquelle assistaient Chantal Robin-Rodrigo, vice-présidente du conseil départemental et le colonel Thierry Etienne, commandant le groupement de gendarmerie des Hautes-Pyrénées.

Après avoir rendu hommage au président Pélieu et à travers lui à sa vice-présidente Chantal Robin-Rodrigo très investie également sur ce dossier de sécurité, la représentante de l’Etat a rappelé l’accident survenu le 25 janvier 2017 au cours duquel un bloc de 8 tonnes avait écrasé un véhicule et où heureusement les trois occupants étaient sortis indemnes. Une procédure pénale a été diligentée à la suite de cet accident pour mise en danger d’autrui et manquement à l’obligation de sécurité.

Plusieurs points ont été abordés : le sujet de sécurité générale et de la sécurisation des usagers du tronçon routier, il y a aussi la question de responsabilité judiciaire qui pourrait être afférente à un immobilisme ou une tentation d’immobilisme sur ce type de dossier. « Il faut saluer le courage de Michel Pélieu, a souligné la préfète. Nous avons cheminé côte à côte, conseil départemental et Etat sur ce dossier. Les clés de répartition financière ont été fixées : 40% pour l’Etat, 40% pour le conseil départemental et 20% pour les collectivités concernées par le périmètre ».

Depuis 1982, 11 épisodes de chute ont impacté la voie. « Nous avons fait les premiers travaux de sécurisation en 2016 et 2017. Ces travaux de sécurisation ont consisté en des confortements, des purges, des mises en place de barrières grillagées, des écrans de filets pare-blocs, la réparation de casquettes de protection. Pour l’année 2017, la période de travaux a été fermée avant la saison estivale. Les sommes totales déjà engagées sont de l’ordre de 3 millions d’euros, sans compter du côté du conseil départemental la valorisation des agents employés et les moyens mis en place, notamment pour le réaménagement du tunnel d’Arriou-Cluc. Du côté Etat, n’est pas comprise la valorisation des missions de gendarmerie.

Avant 2016, il n’existait pas d’études de risques sur l’ensemble du linéaire. Michel Pélieu a fait procéder par un cabinet suisse à des études extrêmement fouillées qui déterminent le niveau du risque. Les résultats ont été croisés avec les indicateurs de travaux. Nous avons maintenant une vision panoramique sur l’ensemble du linéaire entre Villelongue et Luz (7 km environ) de la dangerosité éventuelle des risques sur ce parcours. Après ces études, le président du conseil départemental a entamé un contentieux visant à voir définitivement par les juges réparties les responsabilités dans ce dossier de sécurisation de cette route dangereuse. La décision a été rendue par le tribunal administratif qui a rappelé le droit, à savoir les études sont à la charge du conseil départemental et les règles sont normalement à la charge des communes. Quand les communes ne peuvent pas faire face financièrement, c’est à l’Etat de se substituer. Dans les faits, c’est beaucoup moins simple. Ce qui a conduit Michel Pélieu à ne pas souhaiter continuer dans l’avenir immédiat la partition (40% pour l’Etat, 40% pour le département, 20% pour les collectivités). Toutefois, il n’est pas fermé, ce qui fait dire à la préfète « Nous ne sommes pas dans une position de fracture et de rupture avec le conseil départemental. Néanmoins, mon obsession depuis que je suis ici c’est de faire progresser la sécurisation sur cette route comme sur d’autres sites. Ce qui est important dans la dynamique que nous avons enclenchée avec Michel Pélieu, c’est que nous enfermons nos successeurs successifs. Il faudra faire et continuer de faire. »

Pour cette 2ème phase de travaux qui va avoir lieu d’octobre à décembre 2018, un million de travaux vont être réalisés uniquement Etat. Béatrice Lagarde pense qu’à terme une solidarité nationale devra s’exercer.

Cette 2ème phase des travaux va se concentrer sur des secteurs à risques élevés ou très élevés, tous localisés au droit du tunnel d’Arriou Cluc qui sera réutilisé. La phase de consultation des entreprises a été ouverte. L’offre retenue est celle d’un groupement d’entreprises déjà intervenu dans des phases précédentes. Le comité de pilotage du 4 octobre dernier a entériné ce choix.

Les travaux vont s’étaler entre le 15 octobre et le 21 décembre. La période d’ouverture du tunnel, pendant laquelle il sera fait un alternat pour l’utilisation de ce tunnel, se limite à 6 semaines, comprise entre le 22 octobre et le 30 novembre. Il y aura donc deux types de périodes, la première du 1er au 21 octobre, la seconde du 1er décembre au 21 décembre où la route restera ouverte à la circulation avec si besoin est une gestion d’alternat manuel, donc rien d’exceptionnel pour les habitants de la vallée. La période du 22 octobre au 30 novembre, la route sera fermée, et la circulation se fera par le tunnel avec des horaires déterminés : 6h30-22h30 y compris le week-end. Là, la gestion de l’alternat sera assumée par le conseil départemental.

Pour le tunnel, des travaux de remise en sécurité ont été à nouveau réalisés sous le contrôle de RTM. Reste à finaliser des travaux pour plaquer un grillage sur l’intérieur du tunnel et la mise en place par le conseil départemental de la signalisation et de la protection du tunnel. Durant toute la phase de travaux, des visites de contrôle sur le tunnel seront effectuées par RTM, le conseil départemental et le SDIS.

Les dispositifs particuliers qui seront mis en place durant les travaux sont identiques aux fois précédentes : les services de l’ARS renforceront les effectifs d’infirmiers à Luz, les médecins et les pharmaciens ont été alertés pour des permanences, les services de l’Education nationale effectueront un décompte pour informer les parents et les enseignants afin d’adapter les emplois du temps, des réunions d’information ont eu lieu sous la présidence de la sous-préfète. Adresse mail spécifique à noter : pref-gorgesdeluz@hautes-pyrenees.gouv.fr. Le site du conseil départemental mentionnera l’état de la circulation.

Les remerciements de Chantal Robin-Rodrigo, vice-présidente du conseil départemental

MP3 - 2.3 Mo

Les précisions du colonel Thierry Etienne

Le commandant du groupement de gendarmerie des H-P a rappelé que l’objectif fixé est de maintenir la fluidité de l’axe avec l’obligation de dédier un dispositif pour ces travaux. Pour cela, il sera fait appel à des gendarmes réservistes ; Le département en compte 170. (Audio ci-dessous)

MP3 - 1.9 Mo

G.M.