Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

TPR : Bilan du premier bloc avec Yannick Vignette

mardi 2 octobre 2018 par Rédaction

Un bilan comptable positif malgré un effectif réduit

En préambule, Yannick Vignette, rappelle : « On a obtenu des résultats à la hauteur du potentiel de notre équipe à l’heure actuelle, car on n’a pas pu finaliser le projet de reconstruction de l’équipe ». Et ce, en référence à un effectif limité à vingt joueurs ’’pros’’, contre un projet annoncé à 25/26 joueurs sous contrat fédéral. Un effectif quantitativement un peu juste avec seulement deux piliers droits, deux seconde ligne et quatre troisième ligne. Aucun poste n’est triplé, si ce n’est au talonnage, en pilier gauche et à la mêlée. Un recrutement perturbé, pour la troisième saison consécutive, avec un changement de direction et de politique sportive en pleine intersaison. En trois saisons, le TPR a changé 98 % de son effectif, dont Morgan Rubio et Sionasa Vunisa, sont les seuls rescapés ! Malheureusement, les joueurs encore libres se montrent trop gourmands et la nouvelle Direction refuse d’entrer, à juste titre, dans une surenchère financière.

Un gros match contre Albi

Avec trois victoires en quatre rencontres, dont une victoire et un point bonus à l’extérieur, le bilan comptable du TPR est plutôt positif du point de vue comptable. Surtout à l’issue d’un premier bloc où les Tarbais affrontaient le N°1, le N°3, le N° 5 et le N°8 de sa Poule. Le plus important, d’un point de vu comptable et moral, était le premier match à Trélut contre Albi. Au courage, à l’envie et au prix d’une énorme solidarité, les Tarbais ont battu (18-11) des Albigeois peut-être trop confiants. Une victoire qui aurait pu être encore plus large, sans les quatre échecs de Claverie pour six réussites, dont un drop. Malgré l’absence de quatre joueurs pros (Kazalikasvhili, Manso-Moyano, Pees, Armary) sur les vingt de l’effectif, le TPR a contenu l’armada albigeoise. Contrarié en touche par l’absence d’Armary (remplacé par le talonneur Camy) les Tarbais ont, par contre, dominé en mêlée fermée. Le gros point fort de la saison.

Une grosse déception à Saint-Jean-de-Luz

Tout auréolés par leur succès albigeois, les Tarbais se sont inclinés (17-16) dans les arrêts de jeu à Saint-Jean-de-Luz, au terme d’un match moins accompli dans l’engagement. Un match qu’ils n’ont pas su maîtriser et qui leur a échappé, alors qu’ils étaient devant au score à la fin du temps règlementaire. « Ce que je regrette c’est de perdre par manque de maîtrise à cinq minutes de la fin. On a laissé filer ce match et je l’ai encore en travers de la gorge, c’est évident. »

Un match sérieux contre Lavaur

Contre Lavaur, Champion de France en titre, le TPR a assuré l’essentiel en s’imposant 12-6 contre une équipe venue sans pression et sans complexe pour tenter un coup en Bigorre. Les Tarnais ont réalisé leur match référence à Trélut et ont enchaîné par un carton contre Nafarroa (63-12) comme le fait remarquer Yannick Vignette. « Ils n’ont pas bien démarré leur saison mais ils ont mis à Nafarroa un essai de moins qu’Albi (10 contre 11). C’est du grand Lavaur et pas du petit Lavaur, que nous avons battu ». Ce qui revalorise la courte victoire tarbaise face à une équipe qui venait, après deux pâles sorties, de retrouver son envie et ses repères de jeu.

Une victoire à l’arraché à Tyrosse

La défaite à Saint-Jean-de-Luz, suite à une mauvaise gestion en fin de match, a porté ses fruits à Tyrosse. Là, dans les mêmes conditions, face à une équipe qui jouait son va-tout et à un arbitrage sous pression, Tarbes a su préserver son maigre avantage pour s’imposer 13-14. Pour la première fois de la saison, les Tarbais ont proposé beaucoup de jeu même s’ils ont beaucoup péché dans finition. Une victoire qui devrait donner au groupe suffisamment de confiance pour envoyer du jeu. Tarbes, malgré ses résultats positifs, n’a pas encore trouvé la bonne carburation qui lui permettrait de dominer ses adversaires comme le fait Albi.

Manque d’automatisme

Yannick Vignette fait l’analyse de ce début de saison contrasté. « On voit qu’on est performant pour résister, pour défendre, pour contrecarrer l’équipe adverse. Par contre, quand il faut prendre le jeu à notre compte, on a encore pas mal de difficultés. C’est intimement lié au fait que l’équipe est renouvelée à 50% et qu’il faut encore du travail et des automatismes pour que ça prenne. On ne bâtit pas une équipe en trois journées de championnat. Je pense qu’on va arriver à produire de plus en plus, en équipe, et à être de plus en plus performant. » Sur l’état d’esprit, l’entraîneur n’a pas grand chose à reprocher, il faut seulement que les joueurs se libèrent et arrivent à reproduire, sur un terrain, le travail effectué aux entraînements. « Sur l’engagement, l’efficacité et la conduite du jeu, je pense qu’on aurait pu faire mieux à Saint-Jean-de-Luz. Mais je ne peux pas non plus trop demander à ce groupe. On ne va pas rouler sur tout le monde. On n’a pas un super potentiel d’équipe, il faut regarder les choses en face aussi. Si on perd d’un point à Saint-Jean-de-Luz et si on gagne d’un point à Tyrosse, c’est qu’on est là et là. Même si on gagne contre Lavaur, on n’a pas de marge de manoeuvre. »

Manque de rotations

Au delà du contenu du jeu et de la confiance, qui passe par les victoires et l’accumulation des matchs, il y a la fraîcheur physique et mentale qui compte. « C’est pour ça, qu’il faut qu’on soit tout le temps à 100%, si on veut faire des résultats. Mais le problème, c’est qu’on soit très peu nombreux et qu’on ne peut pas tourner. Après, il manque de la fraîcheur physique et psychologique et c’est ça qui est compliqué. Il y a de l’usure mentale et physique, parce qu’on a un petit groupe et qu’on ne peut pas avoir de rotations. Mais il ne faut pas se cacher derrière ça, il faut essayer de tirer le meilleur de ce que l’on peut faire avec nos joueurs. » Heureusement, les jeunes qui sont intégrés au groupe ’’pro’’, comme les ’’anciens’’, Berbizier et Paulet, où les recrues Camy et Frisch, rentrent dans le quinze de départ. « On a un recrutement qui est très jeune et pour l’instant, les jeunes donnent satisfaction, comme l’ensemble de l’équipe. Il n’y a personne qui déçoit. » D’autres comme Capbernet et Ramon sont sur les feuilles de matchs, sans forcément rentrer et payent, peut-être collectivement, la fin de match à Saint-Jean-de-Luz, qui a coûté la victoire.

Une trêve régénératrice

La trêve, après un premier bloc difficile de quatre matchs compliqués est à double tranchant, car à Tyrosse, l’équipe avait rendu sa meilleure copie au niveau des intentions de jeu, avec quatre ou cinq occasions d’essais franches. « Je n’aime pas trop casser le rythme, je préfère qu’on enchaîne. Après, il commençait à y avoir des petits bobos (Lacroix, Armary, Manso-Moyano) et ça nous permet de faire récupérer les joueurs les plus utilisés. Cela nous permet de régénérer l’ensemble des joueurs et de soigner les petites blessures qui les empêchaient de jouer à fond. » En effet, Duny, Escur, Lacroix, Percival, Masson, Loustaunau, Claverie, Rubio et Berbizier, ont débuté toutes les rencontres et Camy, Vial, Haurie, sont entrés à tous les matchs. Yannick Vignette a aligné 27 joueurs différents sur les feuilles de match mais n’en a utilisé que 24, puisque Bude, Lamothe et Arbault ne sont pas entrés. Sur ces 27 joueurs 8 sont des jeunes licenciés à l’Association Amateur. Deux joueurs ’’pros’’ blessés, Pees et Kazalikasvhili, n’ont pas joué de la saison.

Jean-Jacques Lasserre