Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
   

Basket LFB - Finale Aller : Le TGB va s’imposer à Bourges

dimanche 2 mai 2010 par Rédaction

Bourges-TGB : 73-76 (22-17, 16-23, 17-16, 18-20). Mi-temps : 38-40

Pour Bourges : 25/61 paniers dont 5/12 à 3 points, 18/29 lancers-francs, 30 rebonds dont 16 offensifs, 13 passes décisives, 14 balles perdues, 7 interceptions, 19 fautes. Marqueuses : Miyem (20 points), Kaltsidou (12), N’Dongue (10), Manic (10), Lelas (6), Lardy (5), Salagnac (4), Burgrova (4), Digbeu (2).

Pour Tarbes : 27/56 paniers à 2 points dont 7/14 à 3 points, 15/21 lancers-francs, 30 rebonds dont 8 offensifs, 13 passes décisives, 14 balles perdues, 8 interceptions, 24 fautes. Marqueuses : Eldebrink (24 points), Yacoubou-Dehoui (22), Maïga-Ba (11), Randall (11), Jannault (3), Sacko (2), Breitreiner (2), Lepron (1).

Tarbes a réussi l’exploit d’aller s’imposer à Bourges lors de la première manche de cette finale 2010 et marqué un tournant dans l’histoire du basket féminin dominé ces 16 dernières années par Bourges et Valenciennes.

C’est en leader que le TGB est venu faire vaciller la couronne du Champion en titre. Car le TGB a maintenant toutes les cartes en main pour conquérir le titre dès jeudi, sachant qu’il dispose d’un joker avec une éventuelle belle lundi devant son public, si Bourges remportait la seconde manche.

Psychologiquement, les Tarbaises ont marqué un grand coup dans le Berry où elles restaient sur une longue série de défaites. Trois l’an passé, dont deux très humiliantes lors de la seconde manche et de la belle, après avoir remporté la première manche à Tarbes. De même que Bourges reste sur 3 défaites consécutives en Bigorre... Pour autant, il ne faut pas oublier que Bourges ne voudra pas laisser sa couronne sans se battre jusqu’au bout et qu’il faudra sortir un gros match pour l’emporter de nouveau. Car ce qui est inquiétant, c’est que le Champion a dominé nettement au rebond et que le leader s’est montré beaucoup plus adroit dans les tirs.

C’est à l’adresse que s’est faite la différence. Si le pourcentage de réussite venait à basculer, le sort du match pourrait en être changé. Mais, on peut se dire aussi, que devant son public, Tarbes retrouvera la hargne qui lui a parfois manqué sous les paniers pour priver Bourges de munitions. On peut se dire aussi que cette victoire tarbaise à Bourges marquera pour les arbitres un changement de statut. Car le TGB a été énormément sanctionné, 24 fois contre 18, et parfois à tort, comme les caméras de Sport + l’ont démontré au ralenti.

Ce qui est rassurant, c’est que Tarbes n’a jamais craqué et a toujours su revenir dans le match puis le contrôler jusqu’à la fin, malgré quelques frayeurs. Au contraire, dans les moments clés, c’est Bourges qui a failli, comme en fin de rencontre quand tout pouvait basculer d’un côté comme de l’autre. Frida Eldebrink, phénoménale, avait montré la voie en inscrivant les 3 premiers points sur la première action de jeu. Mais Bourges plaçait un 7-0 qui lui donnait un net avantage (7-3) en 2’. Le Champion prenait le match à son compte et tentait de creuser l’écart (10-5, 14-8, 18-12) mais le leader ne s’en laissait pas compter et revenait à 1 point (18-17) à 1’30" de la fin. Bourges terminait plus fort et recreusait l’écart à la fin du premier quart temps (22-17). Tarbes au lieu de craquer plaçait à son tour un 0-7 et passait en tête au début du second quart temps (22-24). Les deux équipes se rendaient alors panier pour panier et le TGB continuait la course devant (24-27, 25-30, 29-32, 33-35, 33-37). Bourges reprenait la tête 38-37 mais Eldebrink marquait à 3 points à 4" de la mi-temps et Tarbes virait
devant 38-40.

Le mano à mano allait se poursuivre tout au long de la seconde mi-temps. Bourges recollait au score mais à chaque fois Tarbes repassait devant. A 46-46, le TGB creusait un nouvel écart 46-52 mais Bourges revenait aussitôt à 51-52 et le mano a mano se poursuivait jusqu’à la fin du 3ème quart temps (55-56). Bourges reprenait l’avantage dès l’entame du dernier quart temps 57-56 mais Tarbes répliquait immédiatement 57-58 et le chassé-croisé reprenait jusqu’à 45" de la fin (72-72). Bourges craquait le premier et Tarbes se détachait aux lancers-francs 72-76 à 4" de la fin pour s’imposer finalement 73-76.

[rouge]Jean-Jacques Lasserre[/rouge]

Endene Miyen, la meilleure joueuse de Bourges avec 20 points et 8 rebonds regrette que la domination sous les panneaux n’ait pas payé. "On a dominé au rebond mais on a fait des erreurs qui nous ont coûté cher. On a mal géré quelques ballons et on a craqué sur la fin." Pour autant Bourges n’ira pas en victime expiatoire en Bigorre. "On n’a plus le choix, il va falloir gagner les deux matchs à Tarbes et on va y aller pour gagner."

Isabelle Yacoubou-Dehoui (22 points, 11 rebonds) savoure le succès mais reste lucide. "On a perdu la bataille des rebonds mais on est arrivé à rester en tête. En seconde mi-temps, on a joué plus ensemble, plus dans le combat et ça a payé. Je n’avais jamais gagné à Bourges et au delà de la victoire, c’est important, pour nous autres les filles, d’avoir fait un truc ici. L’an dernier on avait gagné à la maison puis on avait perdu les 2 matchs à Bourges. Il reste encore un match à gagner pour être championne. C’est bien de savourer cette victoire mais il faut qu’on se reconcentre très vite."

Le Président Michel Uriarte savourait particulièrement ce succès en terre berruryère. "J’ai vécu cette finale beaucoup mieux que l’an passé,même si je suis resté inquiet jusqu’au bout. Les arbitres nous ont beaucoup sifflé et pas eux mais il n’y a rien à dire puisqu’on a gagné. On savait que ça allait se jouer à un panier. C’est les nerfs qui ont joué et un peu plus de réussite, mais vis à vis de notre saison il n’y a rien à dire. On gagne à Bourges et c’est normal." Le Président du TGB se méfie du match retour. "Elles ne vont pas l’entendre de la même oreille et nous non plus, alors c’est à nous de finir le boulot jeudi."

Recueilli par Jean-Jacques Lasserre