Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
     
   
     

Retour sur Stado/TPR-Albi

dimanche 2 septembre 2018 par Rédaction

Désillusion tarnaise et exploit tarbais

Si on parle désillusion côté tarnais, on peut parler d’exploit côté tarbais, compte tenu des absences de quatre titulaires Kazalikashvili (pour 5 mois), de Manso-Moyano (pour 15 jours encore), de Pees (indéterminée) et d’Armary (suspendu 1 match). Comme annoncé, Bonnot et Paulet étaient dans le quinze de départ et Bonnecarrère était bien sur le banc, même s’il n’est pas rentré en cours de match.... Le talonneur, sans aucun match de préparation, a impressionné par son abattage et malgré une suspicion de fracture au pouce, il est resté sur le terrain jusqu’à la fin, Camy assurant les lancers en touche. Le jeune talonneur, titulaire en troisième ligne, a lui aussi réalisé une très belle prestation comme les dix-huit joueurs qui étaient sur le terrain. Seuls Vial, Haurie et Esteves sont entrés. Le pilier gauche pour éviter un carton à Escur, qui venait de se prendre la tête avec Dedieu et l’ailier, suite à une blessure à la cheville de Rubio. Le pilier gauche touché à la mâchoire a ensuite laissé sa place à Duny.

Mêlée dominatrice et touche contrariée

La mêlée tarbaise a amplement dominé sa rivale avec plusieurs pénalités et coup-francs, plus un carton jaune au droitier d’Albi. Même les entrées de Dedieu et de Toetu face à Vial et à Haurie n’ont pas altéré la domination tarbaise. Des Tarbais, supérieurs dans le jeu au sol, qui ont mis les Albigeois à la faute et ont récupéré plusieurs ballons. Sur les ballons portés, le point fort du SCA, les Tarbais ont réussi à contrer les avancées tarnaises. Le seul bémol vient de la touche qui s’est faite contrée en début de match et a été souvent contrariée. Mais ce n’est pas un reproche face au meilleur alignement de la Fédérale 1, avec André (2,00 m), Gaillard (2,03 m), Calas (1,98 m), Whetton (1,97 m) et Essid (1,94 m) en l’absence des sauteurs habituels, Bonnecarrère (pas entré) et Armary (suspendu).

Les réactions d’après-matchs

Côté tarnais

Grosse déception dans les vestiaires où dans un coin tout l’aréopage du club tient un conciliabule. Le silence règne mais Arnaud Méla et André, assument leurs statuts de manager et de capitaine.

Arnaud Méla : « On a fini le match avec pénalités sur pénalités »

Le Manager regrette l’essai refusé et les nombreuses pénalités concédées : « On rentre dans l’en-but et on n’a pas marqué. On a fini le match avec pénalités sur pénalités. Je vais étudier la vidéo et voir pourquoi mes joueurs sont indisciplinés comme ça. On ne peut pas avoir un arbitrage à sens unique, étant donné qu’on n’a pas été dominé à outrance. Je ne vois pas comment on peut être pénalisé autant quand on a le ballon plus ou moins que l’adversaire. » L’ancien capitaine briviste ne comprend pas. « Cela faisait longtemps que ça ne m’était pas arrivé et c’est une piqure de rappel qui fait du bien. Les joueurs bossent toute la semaine comme des cons. Ils ont travaillé toute la semaine sur la discipline et aujourd’hui, on fait le plein de pénalité. » Arnaud Méla a du mal à digérer : « On fait un ballon porté qui avance et qui file dans l’en-but et un mec vient plaquer le porteur de balle qui est le dernier du regroupement. Et je ne parle pas de mettre du rythme, il y a toujours quelqu’un par terre. » Mais le Manager reste lucide « On n’a pas pu faire trois temps de jeu consécutifs. On n’a pas été bons, quand on a réussi à casser la ligne, on n’a pas réussi à faire les bons choix derrière. Quand on les a mis en difficulté, on a manqué de clairvoyance. » Toutefois l’ex-seconde ligne de combat reconnait : « C’était un vrai match de championnat. L’an dernier on avait commencé à Chambéry, c’était très dur, du style de celui-ci. On commence à Tarbes. On n’a pas eu de chance au tirage au sort. »

Russlan Boukerou : « Ils ont été meilleurs que nous »

L’ex-tarbais, opéré en avril d’une hernie discale, a suivi le match des tribunes. « Je suis très déçu pour mes coéquipiers mais franchement, Tarbes a été très agressif. En mêlées, ils ont été meilleurs que nous. Je dirai qu’ils ont eu plus d’envie et que nous, on a fait beaucoup trop de fautes. Avec tout ça combiné il n’y avait pas grand chose à faire. Les Tarbais ont été très vaillants, ils se jetaient dans toutes les jambes et nous, on n’a pas réussi à mettre notre jeu en place contre une équipe très vaillante. »

Sevestre, l’ex-pilier tarbais, n’était pas sur la feuille du match par choix du staff tarnais.

Mathieu André : « On savait à quoi s’attendre »

Le capitaine albigeois ne cherche pas d’excuses : « On savait à quoi s’attendre. On savait que c’était une des grosses équipes de cette Poule, avec beaucoup de valeurs. On savait qu’ils allaient mettre beaucoup d’intensité et on a eu ce à quoi on s’attendait. Il n’y a pas eu de surprise de ce côté là. Après nous, on a fait trop de fautes, on leur a laissé trop de points et on n’a pas assez concrétisé nos temps forts. » Le seconde ligne ne veut pas comparer avec la saison dernière où Albi s’était imposé à Trélut. « Je pense que cette équipe tarbaise est du même calibre. Elle a les mêmes valeurs d’années en années et on est bien placé pour les connaître (rires...). Tarbes a fait un très bon match et nous, on n’a pas été à la hauteur ce soir. »

Côté tarbais

Thomas Camy : « On les a battus et c’est le principal »

Le jeune talonneur, tout juste 22 ans, a joué tout le match en troisième ligne, un poste qu’il avait jadis occupé en Fédérale 3. « On fait une bonne première mi-temps, puis comme contre Pau, on commence mal la seconde avec un essai et une pénalité. Après, on s’est bien repris, on s’est soudé, comme on l’avait dit à l’entraînement et dans les vestiaires, et on leur en a mis plein la gueule. Ils nous ont pris un peu en touche mais on les a battus et c’est le principal, je suis vraiment content. » En fin de match, Thomas Camy a assuré les lancers en touche à la place de Bonnot, (pouce retourné) mais qui est resté sur le terrain.

Mathieu Bonnot : « On peut être fiers de ce que l’on a fait »

Sans aucun match de préparation, suite à une déchirure, le talonneur a tenu tout le mach et s’est signalé par sa capacité à franchir le rideau défensif. « Ce n’a pas été un match forcément abouti mais on a fait preuve de beaucoup de solidarité et c’est ce qui nous ramène la victoire. A titre personnel, ça va, j’avais du rythme. J’avais bossé avec les préparateurs physiques pour arriver en forme pour ce match et ça a été. » Un rythme qui l’a changé des matchs de Jean Prat de Fédérale 1. « Il y a plus de rythme, plus d’engagement, les contacts sont plus durs. Il faut être à fond de la première à la quatre-vingtième minute. C’était un gros, gros, match avec beaucoup d’engagement et on peut être fiers de ce que l’on a fait. On a fait preuve de solidarité. Il y a encore un long chemin, c’est une première étape et on ne compte pas s’arrêter là. »

Lionel Teré : « Pour le jeu, on verra la prochaine fois »

Le Président tarbais, grand sourire aux lèvres, savourait, sur la pelouse au milieu des joueurs et des supporters, cette première victoire pour débuter contre le grandissime favori de la Poule. « Elle est belle, avec nos valeurs, des valeurs tarbaises, du courage. Pour le jeu, on verra la prochaine fois. Du courage, du pressing et du cœur. » Autre satisfaction, celle de voir un public chaud et relativement nombreux par rapport à certains matchs télévisés de la saison dernière. « J’espère que ça va continuer parce qu’on a besoin de tout le monde. Les joueurs font le boulot, maintenant, aux supporters, aux partenaires, aux politiques, à tout le monde de faire le boulot. »

James Percival : « On a gagné sur l’agressivité »

Le seconde ligne anglais est assis sur le sol du vestiaire des visiteurs en attendant de passer au contrôle antidopage, le genou ensanglanté par un coup de crampons. « C’était un match très dur. Un match où l’engagement des joueurs était très important. Cette année l’engagement a été à 100%, tout le monde s’est investi à 100% sur le terrain. On a gagné sur l’agressivité. C’était difficile en touche avec un talonneur, le jeune Camy, qui jouait troisième ligne. Mais il a joué énormément en défense, il a beaucoup de volonté et il a gagné deux ou trois ballons au sol. » Habitué aux préparations d’outre-manche, Percival apprécie. « Cette année, tout le monde travaille beaucoup. On a fait beaucoup de rugby, beaucoup de physique et c’est la préparation qui nous a fait gagner. Chaque joueur connait son rôle et sa position et c’est ce qui nous a fait gagner. Deux ou trois fois, on se fait surprendre sur des relances, mais après on se replace, on remet la pression. On défend bien en évitant de faire des fautes stupides. »

Mickaël Etcheverria : « C’est une victoire au mental, au courage » 

L’entraineur des trois-quarts savoure cette victoire capitale pour réussir une bonne saison. « Elle est belle, il n’y a rien à reprocher, tout le monde s’est envoyé. On n’a pas vu du grand rugby mais c’est une victoire au mental, au courage. C’est impressionnant l’engagement qu’ils ont mis devant les vagues albigeoises. C’est aussi un premier match, on était là pour se jauger et on va pouvoir continuer à travailler dans la sérénité. On va revoir tout ce qui n’a pas été. C’était un match très important et très difficile contre Albi et on l’a gagné. C’est de bon augure. Je suis très content et très fier des joueurs. On n’est pas non plus champion du monde mais on va pouvoir travailler avec un peu de sérénité. Dimanche, on va à Saint-Jean-de-Luz et ça sera un autre match. » Mickaël Etcheverria n’oublie pas les absents. « Il n’y en avait que 23 sur la feuille de match mais je voudrai féliciter tout le monde. Il y a tous les autres qui nous font bosser la semaine sur les lancements, sur des répétitions de mouvements collectifs »

Jean-Baptiste Claverie : «  On a mis plus de combat »

L’ouvreur tarbais, malgré quelques échecs au pied, a inscrit tous les points du match sur des pénalités et un drop près de la ligne des 50 m. De plus il a réussi une de ses meilleures prestations sous le maillot tarbais dans la distribution et l’alternance du jeu, et même sur son point faible, avec un placage salvateur sur le puissant Tavalea (1,86 m, 115 kg) qui venait de déchirer la défense. « J’attaque ma troisième saison ici et c’est la première fois qu’on gagne le premier match à domicile. Donc c’est positif, surtout contre Albi. C’est la plus grosse équipe de la Poule. » Lui non plus ne veut pas faire de comparaisons avec le match de la saison dernière. « Je ne dirai pas qu’ils sont moins bons. C’est un match différent. On a mis plus de combat, ça c’est sûr. Malgré les douze points laissés en route, on ramène une belle victoire pour commencer la saison. »

Alexandre Loustaunau : « On a été solidaire en défense »

L’ex demi-de-mêlée biarrot, secoué par un placage dangereux, rend hommage à ses adversaires. « Ils ont mis du rythme, ils ont tenu le ballon, ils nous ont fait mal. On a été solidaire en défense. Heureusement qu’on avait une bonne mêlée comme le week-end dernier. Après, la touche, ce n’est que le début de saison. Il y a beaucoup de nouveaux joueurs et il faut trouver des repères, tout comme dans le jeu collectif. Mais c’est bien de commencer par une victoire comme Albi qui est le plus gros morceau de la Poule. » Une victoire que les joueurs sont allé chercher avec les tripes en défendant sur leur ligne en fin de match. « On s’est accroché. Ils nous ont mis, offensivement, de belles séquences mais défensivement, on ne s’est pas sorti. C’est un point positif car le rugby ça passe toujours par une grosse défense. Après, si on a une grosse défense, on peut développer du jeu derrière, même si ça prend plus de temps. Il faut être patient et ne pas demander trop vite à tout le monde. Petit à petit, les matchs vont s’enchainer et on va trouver des repères. »

Mickaël Lacroix : «  J’espère que le public était content »

Le capitaine tarbais veut rendre hommage au public et au staff technique : « On a fait un bon match, j’espère que le public était content. Ils étaient venus nombreux et ça me fait plaisir. Il y avait beaucoup de curieux pour voir ce qu’on valait et ce dont on était capable. Cette victoire reflète le travail qu’on a fait depuis début juillet. On en profite ce soir et dès demain, on passe à Saint-Jean-de-Luz. Je pense qu’ils auront regardé le match et on va être reçu comme il se doit le week-end prochain. »

Yannick Vignette : « Il ne faut surtout pas que ça reste un coup d’éclat » 

Le manager tarbais apprécie, sans euphorie, le beau coup réalisé contre une grosse équipe albigeoise venue en conquérante. « C’est un bon début, c’est bien. C’est chouette, parce qu’on a montré des valeurs, un état d’esprit et une organisation. C’est bien, il faut s’appuyer sur ça et il ne faut surtout pas que ça reste un coup d’éclat. Maintenant, la question, point d’interrogation, c’est comment renouveler ce genre de performance. Ce qui est réconfortant, en revanche, c’est qu’on a montré qu’on était capable de le faire, et de faire des choses intéressantes. » Comme on s’y attendait, Albi a dominé en touche mais la surprise vient de la mêlée. « En mêlée, on a été bon même si on s’attendait à avoir un petit avantage. Mais c’est vrai qu’on a été pas mal récompensé même si je pense qu’on peut faire mieux encore. A part la touche, où on n’a pas été très performant et qui était lié aussi à l’absence d’Armary et à la blessure au pouce de notre talonneur. Le seul bémol, c’est la touche mais dans l’ensemble, on a été bon sur toutes les phases de conquêtes, notamment sur les contre rucks, avec de nombreux ballons récupérés. »

Jean-Jacques Lasserre