Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
    
  
   
 

Fédérale : Demi-finales d’Accession

lundi 14 mai 2018 par Rédaction

Bourg est le meilleur des quatre demi-finalistes

Transcendés par leur public de feu, aux drapeaux et oriflammes violets, les Bressans ont mené de bout en bout face à des Tarbais qui étaient venus défendre chèrement leur peau. Vainqueur à Trélut de trois points 13-16, Bourg-en-Bresse a confirmé sa supériorité en l’emportant avec douze points d’écart à Verchère, 28-16. Un écart de douze points, à rapprocher des dix points encaissés durant l’exclusion de Pees, pour une faute jugée sévère par les Tarbais. Surtout par rapport aux fautes, non sanctionnées, commises sur l’arrière bigourdan à Trélut. Pour tirer un trait définitif sur l’arbitrage, le TPR a été beaucoup plus pénalisé, à volume de jeu égal, que l’USBA. « Eux, dès qu’ils tenaient le ballon, ils bénéficiaient d’une pénalité et nous quand on tenait le ballon, on n’avait jamais de pénalité. C’est quand même magique ? » constatait un Yannick Vignette désabusé. Ce qui ne l’empêchait pas de reconnaître : « On a échoué en demi-finale face à une magnifique équipe de Bourg qui, à mon avis, est la meilleure des quatre. »

C’est le meilleur qui est passé

Malgré cette remarque personne, côté tarbais, ne remettait en cause la supériorité de Bourg-en-Bresse sur l’ensemble des deux rencontres. Comme ils se l’étaient promis, les Tarbais ont réalisé une meilleure prestation qu’à Trélut, dans un match, où le temps de jeu effectif était de près de 40 minutes, selon Yoann Boulanger. Ce sont des temps de jeu qui se rapprochent des meilleurs matchs du Top 14. Cette fois, les Tarbais ont répondu présent dans l’intensité et l’agressivité mais sans pouvoir prendre le dessus physiquement et en conquête. « On a fait un meilleur match qu’au match aller, on a vraiment joué à notre niveau » jugeait Yannick Vignette « mais malgré ça, on a été dominé quand même. C’est le meilleur qui est passé. C’est dur à admettre, mais quand c’est significatif, il faut savoir le dire. » Le manager du Stado n’a rien à reprocher à ses joueurs en termes d’engagement. « On a fait le match qu’on pouvait faire, qu’on devait faire. Les joueurs se sont appliqués, ils sont bien rentrés dans la partie mais on a quand même été dominé. » Les Tarbais une nouvelle fois ont été dominés dans l’affrontement direct, ce qui peut expliquer, le mal qu’ils ont eu à enchaîner le jeu rapidement.

L’exclusion de Pees coûte cher

Mais le tournant du match, c’est bien l’exclusion de Pees qui coûte dix points. L’essai, sur le jeu au pied de Bourlon pour Santallier, en est la preuve avec un défenseur de moins dans la ligne. Esteves, malgré un placage désintégrant, n’a pu éviter l’essai dû au décalage. Une sanction pour le moins sévère selon Yannick Vignette. « C’est un carton tiré par les cheveux. Il est allé au ballon, il a déséquilibré Dupont et il le prend dans ses bras pour l’accompagner au sol. » Un geste de protection jugé, par le corps arbitral, comme un acte déloyal, passible de dix minutes d’exclusion. Durant les arrêts de jeu de la première mi-temps et le début de la seconde, les Tarbais ont mal négocié une série de pénaltouches à cinq mètres. Mais tout le reste du match, ils ont été contrés par une grosse équipe bressane. En fin de rencontre alors que le score était fait, le TPR a trouvé deux fois la faille par Paulet et Manso-Moyano. « On a été assez réalistes à la fin. On a su être patient » reconnaissait le technicien tarbais. Car les précédentes occasions, près de la ligne, avaient été gâchées par un lancer en touche contré par Veyret, une mauvaise passe au pied, une mésentente entre Domec et Paulet et une groose défense..

Une équipe et un budget à reconstruire

Malgré cette défaite, la saison continue pour les joueurs qui reprendront l’entraînement mardi ou mercredi. Ce sera aussi l’occasion d’avoir des entretiens avec les joueurs que le club entend garder la saison prochaine. Le Président avait promis de conserver les 25 joueurs du groupe qui disputerait les phases finales, si le club montait en Pro D2. C’est autour de ce groupe que devrait être construite l’équipe pour la saison prochaine, avec des renforcements à certains postes selon les moyens financiers. Avec un budget, forcément en baisse avec la diminution de l’engagement financier des partenaires publics et privés du TPR. Des partenaires qui pourraient redéployer leurs efforts vers le TGB qui s’est qualifié pour la finale de LFB, l’équivalent du Top 14 en rugby ! De plus, les Tarbaises sont déjà qualifiées pour disputer une Coupe d’Europe, d’où un engagement en hausse de la part des Collectivités. Des Collectivités qui se défausseront sur le TPR qui, avec la suppression de la Poule d’Accession, se retrouve sportivement au même niveau que Bagnères. Les entreprises, souvent partenaires du TPR et du TGB, auront aussi tendance à privilégier un plus le basket que jusqu’à présent.

 

Jean-Jacques Lasserre