Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
    
  
   
 

Rouen-Tarbes, vendredi à 20h45 : Tarbes : Le point avec Yannick Vignette

vendredi 20 avril 2018 par Rédaction

Koberidze et Esteves absents

Les Tarbais ont repris l’entraînement sans Kakhaber Koberidze et Aderito Esteves qui ont laissé des plumes contre Bourgoin. Si le pilier georgien est surtout préservé pour être opérationnel à 100% le 4 mai, date de la première demi-finale à Trélut, le cas de l’ailier portugais, qui souffre d’une déchirure profonde, est plus délicat. Kobe est remplacé par le jeune Eli Serra-Migliotti, (22 ans, 1,75 m, 110 kg) arrivé des Espoirs de Toulon à l’inter saison et qui apparaît dans le groupe pour la première fois de la saison. Un jeune joueur, capable de jouer à droite et à gauche et au talonnage, poste qu’il occupe avec les Espoirs bigourdans. Johan Paulet, qui a déjà plusieurs feuilles de matchs à son actif, remplace Esteves.

Tarbes en mode préparation

La semaine de reprise a été assez dure, aux dires de Yannick Vignette, et a été suivie d’une semaine de préparation ’’normale’’ pour le match contre Rouen. Une semaine tronquée du fait de l’avancement de tous les matchs le vendredi à 20h45 pour raison de la diffusion télé de Strasbourg-Albi. Tous les matchs de la dernière journée devant se dérouler le même jour et à la même heure pour des raisons d’équité. Les Tarbais sont partis pour la Normandie hier matin après un dernier entraînement mercredi. Un match difficile à aborder, pour les deux équipes, face à un potentiel adversaire en demi finale. Un ultime match de poule qui devait servir de dernier match de préparation avant d’aborder les demi-finales. Vu le contexte, on peut se demander si les deux équipes vont se découvrir et user de leurs meilleures armes ou cacher leur jeu. Pas question d’en faire un test qu’il faut remporter à tout prix : « Nous, on ne l’aborde pas du tout comme ça » ni de se dévoiler. « C’est une équipe qu’on peut retrouver au tour d’après... », confie Yannick Vignette. Ce qui importe, avant tout, c’est la confirmation de l’état d’esprit démontré au cours des cinq derniers matchs. « On y va pour travailler plus du contenu que du résultat. On y va pour essayer des choses, qu’on a travaillées à l’entraînement, en situation réelle de match, pour préparer les demi-finales. » A priori, pas sur des combinaisons précises mais plutôt sur la précision et la justesse qui sont encore à améliorer. Face à une équipe très joueuse avec des joueurs rapides, la défense, prise à défaut à quatre reprises par Bourgoin, sera aussi mise à contribution. Ce sera donc l’occasion de vérifier si le travail défensif a porté ses fruits face à une équipe qui avait surpris au match Aller. « Outre son pack Rouen, c’est aussi une ligne de trois-quarts très joueuse, avec croisées, faux-appels, composée d’une belle paire de demis, de trois-quarts puissants et rapides et d’un arrière qui remonte tous les ballons. » Mais Yannick Vignette est clair : « Le résultat n’aura aucune incidence sur le classement et n’apporte rien comptablement. Pour nous, c’est un match qu’on va s’appliquer à essayer de réussir dans le contenu. »

Le groupe tarbais reconduit

Fidèle à son principe de groupe fermé, le Manager reconduit le groupe, qui a battu Bourgoin, plus Serra et Paulet qui seront titulaires. Compte tenu de ces changements sur blessures, le staff a procédé à six roulements dans le quinze de départ (deux en première ligne, un en seconde ligne, un en troisième ligne, un à la mêlée et un à l’aile). Bréthous, qui a joué et gagné un match international universitaire, reste sur le banc. Il y est rejoint par Kazalakashvili, Lacroix, Havéa, Vergallo, titulaires contre Bourgoin, qui en profiteront aussi pour souffler.

Composition

Tarbes : 1 Serra, 2 Lapassouse, 3 Duny, 4 Taulava, 5 James, 6 Bernat, 8 Bonnecarrère, 7 Armary (Cap.), 9 Bats, 10 Claverie, 11 Paulet, 12 Vinusa, 13 Domec, 14 Rubio, 15 Pees

Remplaçants : 16 Kazalakashvili, 17 Loncan, 18 Lacroix, 19 Havea, 20 Gal, 21 Vergallo, 22 Bréthous, 23 Basile

Rouen pour confirmer

Rouen, en pleine confiance, affiche ses ambitions en recrutant deux joueurs estampillés Pro D2 ; l’ouvreur strasbourgeois Jordan Michallet, formé à Bourgoin, et le troisième ligne narbonnais Thomas Toevalu. Soit cinq nouvelles recrues en comptant le seconde ligne Waka, le pilier Leon et l’ailier de Glouscerter Lemi. Les travaux de réfection du Stade Mermoz, aux normes de la Pro D2, ont commencé et le match contre Tarbes se jouera à Evreux où les Normands n’ont aucun repère. Par contre, les matchs de la phase finale se dérouleront à Rouen, au Stade Robert Diochon, l’antre du football rouennais. Le rugby normand se met en marche, avec le rapprochement de Rouen et du club historique du HAC*. Richard Hill ne cache plus ses ambitions de montée, décuplées par la démonstration de force de Rouen à Albi, avec une équipe privée de plusieurs titulaires. Contre Tarbes, Rouen devrait aligner le groupe qui disputera la phase finale et appliquer la recette qui a marché dans le Tarn. Albi, avec son gros pack est un peu à l’image du TPR. « Les équipes qui produisent moins de jeu comme Albi et Tarbes, qui sont très fortes devant, risquent de souffrir en deuxième partie de saison », pronostiquait le Manager anglais à la fin des matchs Aller. Le but sera donc de priver les Tarbais de munitions et de tenter de les prendre de vitesse. Des Tarbais qui avaient été heureux de l’emporter d’un point grâce à trois échecs de Zak Henry et à un en-avant de Cestaro à deux mètres de l’en-but. Mais des Tarbais, handicapés par la blessure de Bats, sur un placage ’’très’’ à retardement. La sortie de l’ouvreur, au bout de vingt huit minutes, avait chamboulé la ligne de trois-quarts. Claverie était revenu à l’ouverture, Pees avait quitté l’aile pour le remplacer à l’arrière et Domec était rentré à l’aile. A noter l’intelligence de la défense fantôme, concoctée par Nicolas Escouteloup, sur les ballons portés, la grosse défense tarbaise et le bon comportement en mêlée, face à ce qui se fait de mieux dans la Poule.

Des Rouennais revanchards

Contrairement au TPR qui n’a plus rien à jouer, Rouen se doit de gagner pour consolider sa cinquième place ou au mieux terminer quatrième, derrière trois anciens clubs de Pro D2. Ce qui aurait un énorme retentissement au niveau local. Sans faire injure à Aix, à Albi ou à Bourg-en-Bresse, le Stadoceste Tarbais possède une aura historique supérieure auprès des Normands et du staff ango-saxon. D’autant que les Rouennais sont revanchards après un match perdu à Trélut contre le cours du jeu, selon leurs ressentis. Une défaite qui avait eu du mal à passer. « C’est difficile à comprendre. Avec tous les ballons, tout le jeu qu’on a proposé, toutes les fois où on a franchi la ligne... Franchement, ce soir, il n’y avait qu’une seule équipe sur le terrain. Même avec le ballon mouillé, on a été capable de faire du jeu avec les avants et les trois-quarts. » L’ancien demi-de-mêlée international était tout de même ressorti conforté dans ses convictions. « Aujourd’hui tous nos matchs sont serrés même à l’extérieur. Tous les clubs sont très, très, proches. On a fait notre ’’éducation’’ aux matchs allers. Maintenant qu’on a rencontré toutes les équipes, on les connait et on va travailler pour les battre. ». Un travail qui a payé pendant la phase retour et qui a été finalisé de la plus belle des manières à Albi.

* Le club du Havre, qui évolue en Fédérale 3, est le doyen des clubs français de rugby. C’est sur les plages du Havre, en 1870, que d’anciens élèves de Cambridge et d’Oxford, qui travaillent dans des entreprises havraises, se réunissent pour jouer avec un ballon ovale. Deux ans après en 1872, un Havrais, d’origine anglaise, fonde le HAC. Après la première Guerre Mondiale (14-18) le HAC affronte régulièrement la Section Paloise et le Stadoceste Tarbais.

Composition

Rouen : 1 Thomas, 2 Becquet, 3 Hounkpatin, 4 Markham, 5 Adamou, 6 Briatte, 8 Dastugue, 7 Vincent, 9 Bolt, 10 Cozens, 11 Villière, 12 Gidlow, 13 Drauniniu, 14 Richardot, 15 Milhorat

Remplaçants : 16 Mondon, 17 Martin, 18 Spencer, 19 Takaï, 20 Cazale-Debat, 21 Ford, 22 Arscott, 23 Clamy-Edroux

Jean-Jacques Lasserre