Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
     
   
 

Fédérale 1, Poule d’Accession, dernière journée

mercredi 18 avril 2018 par Rédaction

Pour désigner le second et pour éviter la descente

Les jeux pour la montée directe sont faits. Romans-Aix, qui devait être le match clé de la dernière journée, compte pour du beurre. Aix est en Pro D2 depuis la défaite d’Albi sur son terrain. Rouen-Tarbes compte pour du beurre puisque le classement est définitivement établi après le succès de Rouen à Albi. Bourgoin-Aubenas comptera pour la relégation puisque les Ardéchois ont l’obligation de prendre au moins un bonus défensif pour devancer Limoges qui est exempt. Face à des Berjalliens ragaillardis par l’arrivée d’un nouveau président fortuné, la tâche ne sera pas facile. Bourg-en-Bresse, à Chambéry et Albi, à Strasbourg, lutteront à distance pour décrocher la seconde place qui définira les adversaires des demi-finales. Savoyards et Alsaciens voudront offrir une sortie victorieuse à leurs supporters. Strasbourg qui vient de se refaire une santé ce dernier week-end en battant Romans 17-3 en match en retard, vendra chèrement sa peau. Ce sera le septième match de rang des Alsaciens qui avaient deux matchs de retard à jouer. Ce qui pourrait jouer en faveur des Albigeois qui n’ont pas joué comme toutes les autres équipes de la poule. C’est Albi qui a les cartes en main pour choisir son adversaire des demi-finales. S’il perd et que Bourg gagne, Albi termine troisième et retrouve Rouen en demi. S’ils gagnent, quel que soit le résultat de Bourg, les Tarnais finissent deuxièmes et rencontrent Tarbes. Tous les matchs se jouent ce vendredi 20 avril à 20h45.

Rouen-Tarbes

Pour l’honneur

Rouen, pour sa première et dernière saison en Poule Elite avant sa suppression, aura à coeur de valider son ticket sportif pour les demi-finales en terminant par un succès qui lui vaudrait de terminer quatrième ou au plus mal cinquième. D’autant qu’après le match Aller perdu d’un point, Richard Hill et ses joueurs ont soif de revanche. Les Tarbais eux, n’ont rien à gagner puisqu’une victoire, même bonifiée, ne leur permettra pas de rentrer dans les qualifiés sportifs. Mais c’est l’occasion aussi de marquer les esprits face à une équipe qui vient de réaliser l’exploit d’écarter Albi de la montée directe. C’est aussi une question d’honneur de terminer cette phase de Poule par une victoire.

Rouen vise la montée cette année

Après Albi les Rouennais, ont passé une semaine en stage à Hossegor pour se focaliser sur la rencontre de phase finale qui les opposera probablement à Bourg-en-Bresse. Vidéo, études individualisées de chaque joueur bressan ; rien n’a été laissé au hasard par les Normands qui ont fait leurs calculs. Ils savent que cette saison millésime 2017-2018 est peut-être la bonne pour obtenir la promotion en Pro D2 que le club avait planifié sur deux ans. « En début de saison, je n’avais pas la pression d’obtenir la montée cette année, » a expliqué le manager britannique à Paris Normandie. « J’avais misé sur une année de construction de l’équipe avant de jouer clairement la montée la saison prochaine. » La suppression de la poule élite et les difficultés financières rencontrées par la majorité des clubs de la poule ouvrent une opportunité que les Rouennais n’entendent pas laisser passer...

Rouen, le profil idéal et un beau parcours

Rouen a le profil idéal pour monter en Pro D2 et valoriser l’ouverture du rugby à de nouveaux territoires. Champion de France Jean Prat 2017, Rouen est au coeur d’une région à fort potentiel économique et son Président est un des plus gros entrepreneurs de Normandie. L’avenir économique du club est assuré ainsi que l’avenir sportif avec une équipe bien construite par un orfèvre, l’ex-international anglais Richard Hill. Rouen, avant la dernière journée, est cinquième avec 49 points (10 victoires, 9 défaites, 9 bonus) à un point de Chambéry (50 points, 11 victoires, 8 défaites, 6 bonus) et avec deux points d’avance sur Romans (47 points, 10 victoires, 2 nuls, 7 défaites, 3 bonus). Rouen effectue une phase retour exemplaires avec sept victoires pour deux défaites. De plus les Normands restent sur trois victoires consécutives, dont la dernière à Albi (10-27), une bonifiée contre Bourg-en-Bresse (49-24) et une à Strasbourg (23-32). A part une défaite à Limoges (23-22) et contre Aix (13-15), Rouen a battu Chambéry (22-17), Bourgoin (16-6) et s’est imposé à Romans (12-35) et à Aubenas (10-34), au cours des matchs retours. La Phase Aller avait été plus chaotique avec sept défaites dont cinq à Aix (30-10), à Bourgoin (21-18), à Chambéry (16-3), à Bourg-en-Bresse (27-10), à Tarbes (13-12) et deux à domicile contre Romans (27-48) et Albi (23-26) pour trois victoires contre Aubenas (37-10), Strasbourg (25-15) et Limoges (12-6).

Rouen monte en puissance et gagne en confiance

Rouen, c’est un gros pack, très fort sur les ballons portés, une grosse mêlée mais aussi une équipe qui envoie du jeu avec 46 essais marqués pour 37 encaissés. Les meilleurs marqueurs sont les ailiers Villière (6) et Richardot (4), le troisième ligne Fono (4), le seconde ligne Adamou (3), l’arrière Milhorat (3), l’ouvreur Ford (3), l’ailier Arscott (3) et trois essais de pénalité, dont un contre Bourg-en-Bresse. En tout, vingt joueurs ont aplati dans l’en-but adverse. Rouen possède aussi deux buteurs redoutables avec les ouvreurs Cozens 54 points et Henry 120 points.

Une équipe anglo-saxonne qui se renforce encore

Une équipe façonnée à l’anglo-saxonne par son coach, l’ex-troisième ligne international anglais Richard Hill et son adjoint Martin Haag, lui aussi ancien international anglais, qui a fait sa carrière à Bath (295 matchs, 27 essais), et gagné deux H Cup contre Brive en 1998 et Castres en 2001. Haag était l’entraîneur des U20 anglais Champions du Monde 2016. Une équipe où on retrouve beaucoup d’anglophones avec Roberts (international gallois), le Tongien Takaï et les Anglais Arscott, Bolt, Cozens, Drauniniu, Gidlow, Henry, Markham, O’Donnell, Spencer, Thomas.... Ambitieux, Rouen vient de faire signer pour la saison prochaine le deuxième ligne néo-zélandais d’origine fidjienne Nemani Waka , le pilier moldave de Chambéry Victor Léon et l’ailier international samoan de Gloucester David Lemi (36 ans, 48 sélections).

Un groupe expérimenté mais pas vieillissant

Richard Hill, qui a conservé la majorité de son effectif Champion de France 2017, l’a l’étoffé en doublant tous les postes et en triplant à l’ouverture, à la mêlée et en première ligne. La douzaine de départs a été compensée par les arrivées de Cestaro (Aix, ex-La Rochelle), Giraud (Bourg-en-Bresse), Barthère (Montauban), Cazale-Debat (Nantes, ex-Espoirs Pau), Ford (Auch), Dorey (Albi), Maillard (Bayonne), Arscott (Sale), des piliers anglais Thomas (Gloucester) et O’Donnell (Leeds), d’Adamou (Bourgoin), Briatte (Nevers, ex-Brive). Pour compenser le départ tardif de Nicolas à Angoulème et la blessure de Bolt, le coach anglais avait fait le forcing pour recruter le demi-de-mêlée gallois de Bristol Martin Roberts (international 2008-2009), qui avait décidé de prendre sa retraite à 31 ans. Une équipe bâtie pour la conquête avec trois piliers de plus d’1,90 m et de plus de 120 kg de moyenne, avec deux seconde ligne à 2,00 m et pour la vitesse, avec des troisième ligne de moins de 100 kg et une ligne de trois-quarts rapide et légère par rapport aux autres équipes avec des joueurs de moins de 90 kg. Une équipe composée de joueurs expérimentés comme Arscott (Sale, Bristol, Worcester, London Welsh), Bolt (Harlequins), Roberts (Bristol, Ospreys, Bath, Northampton, Scarlets), Drauniniu (Worcester, Harlequins), O’Donnell (Sale, Worcester), Thomas (Gloucester), qui ont disputé la Heineken Cup et le Challenge européen et de bons joueurs de Pro D2, âgés de moins de 29 ans. Sur les quatre trentenaires, trois ont 31 ans et un 36 ans... De plus des jeunes joueurs issus de la formation du club comme Clamy-Edroux, Mondon, Richardot, Villières ou Vincent, sont régulièrement dans le quinze de départ ou sur les feuilles de match. A noter que deux anciens tarbais Adamou et Spencer et trois anciens auscitains, Dastugue, Ford, et Kitutu portent les couleurs rouennaises.

Effectif

Première ligne

Wildfried Hounkpatin : 25 ans, 1,92 m, 130 kg

Anthony Martin : 26 ans, 1,80 m, 110 kg

Yann Thomas : 26 ans, 1,91 m, 120 kg

Rob O’Donnell : 31 ans, 1,96 m, 119 kg, Angleterre

Jérémy Clamy-Edroux : 25 ans, 1,83 m, 115 kg

Sébastien Le Bodo : 21 ans, 1,80 m, 118 kg

Talonneur

Enzo Mondon : 22 ans, 1,84 m, 99 kg

Julien Dorey : 26 ans, 1,75 m, 95 kg

Robin Becquet : 26 ans, 1,78 m 98 kg

Deuxième ligne

Dave Markham : 25 ans, 1,98 m, 111 kg

Gambo Adamou : 31 ans, 1,92 m, 108 kg, international camerounais

Harry Spencer : 28 ans, 2,04 m, 117 kg, Angleterre

Jonathan Giraud : 27 ans, 1,90 m, 110 kg

Troisième ligne

Pierre Barthère : 28 ans, 1,96 m, 100 kg, international espagnol

Hugues Briatte : 26 ans, 1,92 m, 104 kg

Jorick Dastugue : 24 ans, 1,90 m, 95 kg

Siaosi Fono : 28 ans, 1,80 m, 90 kg

Fabien Vincent : 25 ans, 1,88 m, 100 kg

Mêlée

Martin Roberts : 31 ans, 1,75 m, 77 kg, international gallois

Richard Bolt : 28 ans, 1,78 m, 81 kg, international anglais U 19

Bastien Cazale-Debat : 23 ans, 1,70 m, 62 kg

Ouverture

Zak Henry : 23 ans, 1,80 mm, 88 kg

Luke Cozens : 29 ans, 1,76 m, 86 kg

Matthew Ford : 25 ans, 1,78 m, 85 kg, international à VII

Trois-quarts

Josh Drauniniu : 31 ans, 1,88 m, 89 kg

Tom Arscott : 29 ans, 1,83 m, 88 kg, Angleterre

William Takaï : 29 ans, 1,86 m, 88 kg, international U 20 tongien

PJ Gidlow : 36 ans, 1,83 m, 102 kg, Angleterre

Paul-Arthur Richardot : 27 ans, 1,77 m, 78 kg

Gabin Villière : 21 ans, 1,84 m, 88 kg

Ivan Kitutu : 25 ans, 1,70 m, 70 kg

Arrière

Arthur Cestaro : 26 ans, 1,76 m, 95 kg

Kevin Milhorat : 27 ans, 1,82 m, 75 kg

Jean-Jacques Lasserre