Site d’informations en ligne, sur Tarbes et le Grand Tarbes
 Informations Lourdes et Grand Tarbes Informations Lourdes et Pays de Lourdes Informations Bagnères de Bigorre Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves Informations Pays de Lannemezan Information Pays du Val Adour Informations Hautes-Pyrénées   
    
    
  
   
 

Retour sur Chambéry-STADO/TPR avec Yannick Vignette

mardi 3 avril 2018 par Rédaction

Un match vraiment équilibré

Les Tarbais, au terme d’un match très engagé et serré, reviennent avec un point bonus arraché, comme à Romans, en toute fin de rencontre, contre des Savoyards attachés à préserver leur invincibilité sur leur pelouse municipale. Le tout dans des conditions de jeu exécrables sous le froid (3°) et une pluie battante pratiquement de bout en bout. Les deux équipes ont dominé à tour de rôle, sans se procurer de réelles occasions, à part sur les deux essais marqués. « C’était vraiment un match équilibré » souligne Yannick Vignette qui ressent, comme après Romans, « une frustration saine. Ce sont deux équipes, Romans et Chambéry, contre qui on avait perdu à Trélut au match aller et là, on se retrouve à matcher chez eux. » Pour lui l’équipe est dans les clous. « Ce sont des matchs qu’on peut et qu’on doit gagner. On prépare match par match et on bâtit sur la défense, sur l’état d’esprit, sur le caractère. Maintenant, il faut y mettre un peu plus de dangerosité offensive. »

On n’a pas su marquer sur nos temps forts 

Comme à Romans, les Tarbais ont laissé neuf points en route et n’ont pas su faire la différence en première mi-temps. « On n’a pas su marquer sur nos temps forts » confirmait Yannick Vignette. Les deux équipes ont eu leurs périodes de domination. La première pour les Tarbais et la seconde pour les Chambériens qui avaient gardé leurs meilleurs joueurs sur le banc. Ce qui fait dire au Manager bigourdan que « le match nul aurait été équitable. Ils ont gagné parce qu’ils ont eu plus de justesse technique que nous. » Les deux pénalités manquées par le TPR en début de match ont finalement pesé lourd sur le résultat final. Tout comme ces mêlées à cinq mètres mal négociées en fin de première mi-temps alors que la supériorité du pack avait amené l’exclusion du pilier savoyard. Les Tarbais avaient pris le parti de ne pas tenter la pénalité en biais espérant récupérer un essai de pénalité face à une mêlée en infériorité numérique. Malheureusement, l’arbitre a décidé de faire refaire la première et de donner la pénalité à Chambéry sur la seconde. « C’est effectivement un des tournants du match » admet l’ancien demi-de-mêlée pour qui le vice savoyard en mêlée a payé. « Sur la première, on prend le dessus mais l’arbitre décide de la faire refaire et sur la seconde, ils tournent la mêlée et ont se fait pénaliser. »

Des signes positifs

Comme à Romans, l’équipe distancée au score a su réagir pour ramener le point bonus. Car même si l’essai de Bonnecarrère est un peu chanceux, le groupe était allé chercher la pénalité et le troisième ligne a eu la volonté de suivre au cas où... Si le compte n’y est pas le contenu et le comportement, restent positifs pour Yannick Vignette qui a été appelé par Antoine Nunes pour gagner les phases finales. Ce bloc de quatre matchs, était pour lui la répétition des quatre matchs à réaliser au mois de mai pour remplir sa mission de faire remonter le TPR en Pro D2. « On a prouvé sur quatre match que le compteur pouvait être positif. On gagne deux fois de six points et de onze points et on perd deux fois de trois points. On est à plus onze points et ça veut dire, en n’ayant reçu qu’une fois et en voyageant trois fois, qu’on était positif au goal-average. Pour moi, c’est un signe positif, quand on a été à Aubenas, à Romans et à Chambéry, qui ne sont pas des déplacements faciles. Si chaque mêlée a eu sa période, la touche a plutôt été bigourdane avec la totalité de ses ballons préservés et trois gagnés sur lancers adverses.

Une équipe chamboulée par les forfaits

Le forfait de Claverie, déjà handicapé en cours de match à Romans, a pesé lourdement. D’autant que l’ouvreur bigourdant restait sur deux grosses sorties contre Aubenas et Aix où il avait été le dépositaire du jeu et l’artisan des deux victoires. « Deux matchs à peu près pareils où on joue, entre guillemets, sans numéro dix. Parce qu’à Romans, Claverie est vite touché en début de match et à Chambéry, on joue sans numéro dix spécifique », confie le Manager. La blessure de Bats à Romans et l’absence de Claverie, pas totalement rétabli, a entraîné la titularisation de Pees à l’ouverture. « Il faut lui rendre hommage, car il ne maitrise pas le poste et il a fait un match propre », signale Yannick Vignette. Au dernier entraînement de mercredi Claverie s’est ressenti de sa blessure et par précaution le staff n’a pas voulu prendre de risque pour les échéances à venir. « D’autant que le staff médical a dit qu’il fallait le préserver et le laisser reposer » confie le Manager. Domec a déjà joué à l’ouverture mais compte tenu des conditions climatiques, le choix du jeu au pied long de Pees s’imposait. D’autant que Domec était l’arrière titulaire depuis le début de la saison et qu’il s’est bien rattrapé de la bourde qui avait entraîné l’essai casquette d’Albi. « La longueur du jeu au pied long de Williams (Pees) a pesé sur le match et Adrien (Domec) a fait une bonne rentrée à l’arrière », souligne le technicien béarnais. De plus après les deux échecs de Pees, Domec a réussi deux pénalités et une avec un poteau sortant qui a amené l’essai qu’il a transformé. Autre forfait, celui de Bréthous au dernier moment, remplacé au centre par Piveteau lui même supplée sur le banc par Bouhedjeur. Le centre titulaire, touché à la crête iliaque, a dû déclarer forfait lors de l’ultime entraînement.

Nouvelles rassurantes

L’entraînement de ce lundi a apporté des nouvelles rassurantes avec la participation de Bats, de Claverie et de Bréthous, qui devraient être aptes à jouer ce week-end contre Bourgoin.

JJL